12 septembre 2001

 

Pour la traduction en français, cliquez ici !

U.S. terror plan
by The Baltimore Sun 5:06am Wed Sep 12 '01

WASHINGTON - U.S. military leaders proposed in 1962 a secret plan to commit terrorist acts against Americans and blame Cuba to create a pretext for invasion and the ouster of Communist leader Fidel Castro, according to a new book about the National Security Agency.

New book on NSA sheds light on secrets
U.S. terror plan called Cuba invasion pretext

By Scott Shane and Tom Bowman
Sun Staff
Originally published April 24, 2001

WASHINGTON - U.S. military leaders proposed in 1962 a secret plan to commit terrorist acts against Americans and blame Cuba to create a pretext for invasion and the ouster of Communist leader Fidel Castro,
according to a new book about the National Security Agency.

"We could develop a Communist Cuban terror campaign in the Miami area, in other Florida cities and even in Washington," said one document reportedly prepared by the Joint Chiefs of Staff. "We could blow up a
U.S. ship in Guantanamo Bay and blame Cuba," the document says.
"Casualty lists in U.S. newspapers would cause a helpful wave of indignation."

The plan is laid out in documents signed by the five Joint Chiefs but never carried out, according to writer James Bamford in "Body of Secrets." The new history of the Fort Meade-based eavesdropping agency is being released today by Doubleday.

NSA regularly picks up the conversations of suspected terrorist financier Osama bin Laden, says Bamford, and has monitored Chinese and French companies trying to sell missiles to Iran. He provides new details about an
Israeli attack on a Navy eavesdropping ship in 1967, suggesting that the sinking was deliberate. And he reveals the loss of an "entire warehouse" full of secret cryptographic gear to the North Vietnamese in 1975, at the
end of the Vietnam War.

Bamford, a former investigative reporter for ABC News who wrote "The Puzzle Palace" about the NSA in 1982, said his new book is based mostly on documents obtained through the Freedom of Information Act or found in government archives. "NSA never handed me any documents,"
he said. "It was a question of digging."

He said he was most surprised by the anti-Cuba terror plan, code-named Operation Northwoods. It "may be the most corrupt plan ever created by the U.S. government," he writes.

The Northwoods plan also proposed that if the 1962 launch of John Glenn into orbit were to fail, resulting in the astronaut's death, the U.S. government would publicize fabricated evidence that Cuba had used electronic interference to sabotage the flight, the book says.

A previously secret document obtained by Bamford offers further suggestions for mayhem to be blamed on Cuba.

"We could sink a boatload of Cubans en route to Florida (real or simulated). ... We could foster attempts on lives of Cubans in the United States, even to the extent of wounding in instances to be widely publicized," the document says. Another idea was to shoot down a CIA
plane designed to replicate a passenger flight and announce that Cuban forces shot it down.

Citing a White House document, Bamford writes that the idea of creating a pretext for the invasion of Cuba might have started with President Dwight D. Eisenhower in the last weeks of his administration, when the plan for an invasion by Cuban exiles trained in the United States was
hatched. Carried out in April 1961, soon after Kennedy became president, the Bay of Pigs invasion proved a fiasco. Castro's forces quickly killed or rounded up the invaders.

Army Gen. Lyman L. Lemnitzer, chairman of the Joint Chiefs, presented the Operation Northwoods plan to Kennedy early in 1962, but the president rejected it that March because he wanted no overt U.S. military action against Cuba. Lemnitzer then sought unsuccessfully to destroy all
evidence of the plan, according to Bamford.

Lemnitzer and those who served with him in 1962 as chiefs of the nation's military branches are dead. But two former top Kennedy administration officials said yesterday that they were unaware of Operation Northwoods and questioned whether such a plan was ever drafted.

"I've never heard of Operation Northwoods. Never heard of it and don't believe it," said Theodore Sorenson, Kennedy's White House special counsel. "Obviously, it would be totally illegal as well as totally unwise."

Robert S. McNamara, Kennedy's defense secretary, said: "I never heard of it. I can't believe the chiefs were talking about or engaged in what I would call CIA-type operations."

Bamford writes that besides the Joint Chiefs, then-Assistant Secretary of Defense Paul H. Nitze also favored "provoking a phony war with Cuba."

"There may be a piece of paper" on Northwoods, said McNamara. "I just cannot conceive of [Nitze] approving anything like that or doing it without
talking to me."

The book contains many other revelations in its detailed account of NSA, the biggest U.S. intelligence agency and Maryland's largest employer, with more than 25,000 personnel at Fort Meade, site of its global eavesdropping efforts.

Among them:

In recent years, NSA has regularly listened to bin Laden's unencrypted telephone calls. Agency officials have sometimes played tapes of bin Laden talking to his mother to impress members of Congress and select visitors to the agency.

In the late 1990s, NSA tracked efforts by Chinese and French companies to sell missile technology to Iran, particularly the C-802 anti-ship missile.
The eavesdropping led to U.S. protests to the Chinese and French governments.

When U.S. troops evacuated Vietnam in 1975, "an entire warehouse overflowing with NSA's most important cryptographic machines and other supersensitive code and cipher materials" was left behind. It was the
largest compromise of such equipment in U.S. history, Bamford writes, but the agency still has not acknowledged it.

When Israeli fighter jets attacked the NSA eavesdropping ship USS Liberty in the Mediterranean in 1967, killing 34 Americans and wounding 171, an NSA aircraft was listening in and heard Israeli pilots referring to the American flag on the ship. U.S. officials, including President Lyndon
Baines Johnson, decided to forget the matter, Bamford writes, because they did not want to embarrass Israel. To this day, Israeli officials say their forces mistakenly attacked the U.S. ship.

Bamford says the reason for the strike was Israel's desperate effort to cover up its attacks on the Egyptian town of El Arish in the Sinai. The liberty was sitting offshore and the Israelis feared that the ship would
detect the operation, which included the shooting of prisoners.

Yesterday, an NSA spokesperson questioned a point made in the book about the USS Liberty.

"We do not comment on operational matters, alleged or otherwise; however, Mr. Bamford's claim that the NSA leadership was `virtually unanimous in their belief that the attack was deliberate' is simply not true,"
the spokesperson said.

When he wrote "The Puzzle Palace" in 1982, Bamford was attacked by some NSA officials, who said his revelations gave the Soviet Union and other U.S. adversaries too much information on the secret agency. One former director referred to him as "an unconvicted felon."

With the end of the Cold War, the agency has been less guarded. NSA's current director, Air Force Lt. Gen. Michael V. Hayden, has granted a number of interviews. Hayden "cracked the door open a tiny bit," said
Bamford, partly to burnish NSA's public image and correct
misconceptions.

Sun staff writer Laura Sullivan contributed to this article.

Copyright 2001, The Baltimore Sun

The original is here : http://www.baltimoresun.com/bal-te.md.nsa24apr24.story

[Note de do : To read the top secret documents describing the Pentagon's plan to attack Americans in order to start a war with Cuba, click here. or here]

_______________

Traduction en français :

"Par Scott Shane et Tom Bowman

Direction du SUN

Publiée (à l'origine) le 24 Avril 2001.

WASHINGTON- Les Chefs Militaires américains ont proposé en 1962, un plan secret pour commettre des actes terroristes contre des Américains, et blâmer Cuba, de façon à créer un prétexte pour l'invasion et l'éviction du Dirigeant Communiste Fidel Castro, selon un nouveau livre sur la NSA (Agence Nationale de Sécurité).

"Nous pourrions développer une campagne de terreur communiste cubaine dans la région de Miami, dans d'autres villes de Floride, et même à Washington" dit un document rapporté comme préparé par le Comité Interarmes d'État Major.

Ce document dit aussi:"Nous pourrions faire sauter un bateau américain dans la baie de Guantanamo, et blâmer Cuba", "La liste des pertes dans les journaux américains devrait provoquer un (propice) vague d'indignation".

Ce plan est décrit dans des documents signés par les 5 Chefs d'État Major Interarmes, mais jamais réalisé !, suivant l'écrivain James Bamford dans "Au Coeur du Secret".

Cette nouvelle histoire de cette agence d'écoute clandestine, basée à Fort Meade, est maintenant revelée par 'Doubleday'

La NSA, régulièrement, intercepte les conversations du suspecté financier terroriste Osama Bin Laden, dit Bamford, et a écouté les sociétés Chinoises et Françaises qui essayaient de vendre des missiles à l'Iran.

Il donne de nouveaux détails sur l'attaque israélienne sur un navire américain d'écoutes clandestines en 1967, qui suggère que le chavirage du bateau était délibéré.

Et il révèle la 'perte' d'un "entrepôt entier" plein de secrets cryptographiques donné au Nord Vietnamiens en 1975, à la fin de la guerre du Viet-Nam.

Bamford, un ancien reporter d'enquête pour ABC News, qui a écrit" Le Puzzle Palace" en 1982, au sujet de la NSA, dit que son nouveau livre est basé presque principalement sur des documents obtenus grâce à la Loi" Liberté de L'information" ou trouvé dans les archives gouvernementales.

"La NSA ne m'a jamais fourni aucuns documents" dit-il " c'est juste un question de recherches approfondies"

Il dit qu'il fut le plus surpris par le Plan de terreur anti-cuba, dont le nom de code était "Operation Northwoods", "cela pourrait être le plan le plus dépravé jamais crée par le Gouvernement Américain", écrit-il .

Ce plan Northwoods proposait aussi, que si en 1962, l'envoi de John Glenn en orbite se revélait un échec, provoquant la mort de l'astronaute, le Gouvernement américain aurait publié de fausses évidences que Cuba aurait par des interférences électroniques, saboté le vol,' tel que ce livre le décrit.

Un précédent document secret obtenu par Bamford, propose d'autres suggestions de destructions pouvant être attribuées à Cuba.

"Nous pourrions couler un bateau rempli de Cubains 'en route' pour la Floride (réel ou simulé!), nous pourrions favoriser des tentatives d'attentats contre des Cubains vivant aux États-Unis, et même jusqu'à des blessures en exemple pour être largement publiées", le document disait

Une autre idée était de 'descendre' un avion de la CIA, déguisé comme un avion civil transportant des passagers, et d'annoncer que les forces cubaines l'avait 'descendu'.

Citant un document de la Maison Blanche, Bamford écrit que l'idée de créer un prétexte pour l'invasion de Cuba, avait peut-être déjà évoqué durant les dernières semaines de l'Administration du Président Dwight Eisenhower, quand le plan pour une invasion par des cubains exilés, entraînés aux États-Unis, fut ourdi (tramé)

Préparée en Avril 1961, des que Kennedy fut devenu Président, l'invasion de la baie des Cochons s'est revelée un fiasco.

Les forces castristes très rapidement tuèrent, et ramassèrent tous les envahisseurs.

Le général d'armée L.Lemnitzer, Commandant en chef Interarmes, présenta l'Opération Northwoods, à Kennedy au début de 1962, mais le Président le rejeta début mars, parce qu'il ne voulait pas d'action militaire americaine déclarée contre Cuba.

Lemnitzer chercha alors, sans succès, à détruire toutes les preuves évidentes de ce plan, 'suivant Bamford.

Lemnitzer et tous ceux qui ont servi avec lui en 1962, comme chefs des diverses branches militaires de l'armée, sont morts.

Mais deux anciens haut fonctionnaires de l'administration Kennedy, ont dit hier, qu'ils n'étaient pas au courant de ' l'Opération Nortwoods', ni même que ce plan n'est jamais été établi.

"Je n'ai jamais entendu parler d' " Opération Northwoods", Jamais entendu parler, et je n'y crois pas !" dit Théodore Sorenson, conseiller spécial à la Maison Blanche, du temps de Kennedy.

"Il est évident que cela était totalement illégal, et totalement peu judicieux"

Robert S.McNamara, Secrétaire à la Défense de Kennedy, dit aussi:"Je n'ai jamais entendu parler de ce plan, ,e t je ne pense pas que les Chefs en parlaient, ou se sont engagés dans une opération que je qualifierais 'd'opération de type CIA'.

Bamford écrit que parallèlement au, Comité Interarmes, Paul NItze, alors Assistant au Secrétariat de la Défense, était en faveur d'une 'drôle de guerre' avec Cuba.

Il y a peut-être quelque papiers sur Northwoods, dit McNamara, je ne peux pas concevoir que Paul H.Nitze ait approuvé quelque chose comme cela, ou qu'il l'ai fait sans m'en parler.

Le Livre contient beaucoup d'autres révélations, en détail, sur la NSA la plus grande agence de renseignement américaine et le plus important employeur du Maryland, avec 25.000 personnes à Fort Meade, siège de ses plus importantes écoutes électroniques clandestines.

Parmi elles:

Pendant les années récentes, la NSA a régulièrement capté les appels téléphoniques, non cryptés, de Bin Laden.

Certains officiels de cette agence, ont parfois, fait écouter à des membres du Congrès, juste pour les impressionner, les enregistrements des conversations de Bin Laden avec sa mère, mais en sélectionnant les visiteurs à l'Agence.

-Durant les dernières années 90, la NSA, a continué ses efforts, (d'écoute), pour les compagnies chinoises et françaises qui voulaient vendre à l'Iran, leur technologie sur les missiles, et en particulier, sur le C-802 qui est un missile anti-navire.

Les rapports d'écoute ont conduit le gouvernement américain à protester auprès des gouvernements concernés.

-Quand les troupes américaines ont évacué le Viet-Nam en 1975, ' un entrepôt complet, débordant des machines cryptographiques et autres matériels de codage, ainsi que les codes hyper-confidentiels' fut "oublié" sur place.

Ce fut la plus grande transaction de ce type dans l'histoire des États-Unis, écrit Bamford, mais l'agence n'a jamais reconnu les faits.

-Quand les avions israéliens ont attaqué le bateau USS Liberty, un bateau d'écoutes électroniques clandestines, en Mediterrannée en 1967, tuant 34 américains et en blessant 171, un avion de la NSA qui écoutait , a clairement entendu les pilotes israéliens, parler du drapeau américain sur le bateau.

Les Officiels américains, y compris le Président Lyndon Baines Johnson, ont décidé 'd'oublier ', cet incident; écrit Bamford,pour la raison qu'ils ne voulaient pas embarrasser Israël.

Juqu'à ce jour, les officiels israéliens soutiennent que leurs forces ont attaqué ce bateau 'par erreur'.

Bamford dit que la raison de cette attaque, était qu'Israël faisait des efforts désespérants pour détourner l'attention de son attaque sur le ville égyptienne d'El Arish dans le Sinaï.

Le Liberty se tenait au large des côtes, et les Israéliens ont eu peur que le bateau détecte l'opération, y compris la fusillade des prisonniers.

Hier, un porte-parole de la NSA a fait une remarque au sujet de ce point particulier du USS Liberty:

"Nous ne ferons pas de commentaires sur l'aspect opérationnel des choses, prétendues ou autres, de toute manière, l'affirmation de Mr Bamford, que la direction de la NSA était virtuellement unanime sur cette affirmation, que l'attaque était délibérée, est tout simplement dénuée de fondement, " répondit le porte-parole.

Quand il écrivit " Le Puzzle Place" en 1982, Bamford, fut attaqué, (critiqué), par des officiels de la NSA qui disaient que ces révélations donnaient à l'Union Soviétique, et aux adversaires des États-Unis trop d'informations sur cette agence secrète.

Un de leurs anciens directeurs a même parlé de lui comme d'un 'félon non condamné'.

Avec la fin de la Guerre Froide, l'Agence a relâché sa surveillance.

Le directeur actuel de la NSA, le lieutenant Général de l'Armée de l'Air Michael,VHayden, a donné un certain nombre d'interviews.

Hayden "a ouvert un tout petit peu la porte", dit Bamford, partiellement pour rehausser l'image publique de la NSA, et corriger certaines idées fausses sur elle.

Laura Sullivan, une des reporters principales du Sun a contribué à l'élaboration de cet article.


[Note de do : Pour lire le document top secret (aujourd'hui déclassé) sur l'opération northwood, cliquer ici. ou ici (anglais au format .pdf)]


Retour en AG

Vive la révolution : http://www.mai68.org
                                    ou : http://www.cs3i.fr/abonnes/do
           ou : http://vlr.da.ru
              ou : http://hlv.cjb.net