VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME

AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME

vendredi 4 décembre 2015 (Date de rédaction antérieure : 10 mars 2010).

http://mai68.org/textes/ecologis.htm

Texte de 1988

Ville artificiellement isolée, par un dôme de plexiglass,
de la pollution généralisée au monde entier

    Dans un monde qui n’a pas été essentiellement transformé, l’écologisme a réussi. Cette victoire se retourne contre l’écologisme, qui n’attendait rien que du renversement de l’ordre social dominant.

    Ainsi, avec Brice Lalonde, l’écologisme obtint un ministère. L’écologisme ayant réussi dans le capitalisme, a donc réussi à se vendre. Un pot catalytique coûte cher, la viande "garantie sans hormone" aussi, etc… L’écologisme ne se vend pas seulement au sens où il est devenu un label publicitaire permettant de vendre plus cher, mais aussi et peut-être surtout au sens où les écologistes se vendent au pouvoir : Brice Lalonde, à ma connaissance, est le premier à avoir montré l’exemple : à Malville, en 77, il y avait une gigantesque manifestation-occupation contre le surgénérateur ; 100 000 personnes se battaient très durement contre les bandes armées du pouvoir ; on a parlé de guerre civile ; devinez qui réussit à disperser la manif et comment il s’y prit ? ce fut Brice Lalonde, en nous faisant croire qu’on avait gagné. Pour sa récompense, il a obtenu un ministère… de l’environnement (ce qui pourrait prêter à sourire si l’on n’était pas capable, en généralisant, de deviner que puisqu’on est nommé à un ministère de l’environnement après avoir prouvé sa capacité à vaincre un mouvement favorable à l’environnement, il en va de même pour tous les postes politiques "importants", comme le ministère à la condition féminine, le ministère du SIDA — pardon, de la santé —, etc…). Son exemple fut suivi par bien d’autres écologistes qui acceptèrent d’être élus, c’est-à-dire de gérer les nuisances écologiques nécessairement produites par le capital ; et même le groupe "Robin des bois" s’est vendu.

    Après Dumont en 74, Waechter se réjouit de l’augmentation du prix de l’essence. D’après eux, seuls les riches ont le droit de consommer. Dans quel camp sont-ils ?

    Bombard est un naïf : il crut pouvoir faire quelque chose pour l’écologie en entrant au premier gouvernement socialiste en 81. Mais c’est un gentil : quelques semaines plus tard il est reparti complètement écoeuré. Il y a environ 20 ans, il passa à la télé. Il était sur un frêle esquif avec une boite de conserve ouverte et vide. Il disait approximativement : « Voyez, comme il y a quelques années, je vais essayer de me nourrir en ramassant du plancton à la surface de la mer ». Il fait le geste d’écumer l’eau de mer avec sa boite. "Regardez, dit-il, je verse dans ma main ce que j’ai obtenu : il n’y a que des matières grasses, pétrolifères,… de la pollution. Non seulement le plancton, poumon de la mer, et base de la pyramide écologique de celle-ci, est détruit, mais encore, comment voulez-vous que l’eau s’évapore, sous cette couche grasse qui flotte sur elle. Nous sommes sur la partie de l’océan atlantique censée approvisionner le Sahel en eau. Si l’eau ne peut s’évaporer, elle ne peut non plus former de nuages que le vent aurait transporté jusqu’au Sahel où il aurait plu".

    Évidemment, aujourd’hui le spectacle prétend que s’il ne pleut pas au Sahel, c’est de la faute à la déforestation, et il en accuse les populations locales. Il dit que l’évaporation des forêts complète les nuages et les retient jusqu’à ce qu’il pleuve. C’est vrai, mais comme de toute façon il n’y a plus de nuages… c’est avant tout pour ça qu’il ne pleut pas. C’est pour ça que la végétation disparaît, notamment la forêt. Il faut tout de même signaler que la forêt disparaît aussi parce que les bois exotiques se vendent très cher. Mais ils sont exploités par le capital, pas par les populations locales, qui, elles, ne coupent que du bois mort pour cuire les aliments.

    Comme la pollution des mers augmente en même temps que la pollution en général, et les diverses marées noires n’y sont pas pour rien, les dessalages des bateaux en pleine mer non plus, l’eau s’évapore de moins en moins et le désert gagne du terrain. Maintenant, l’absence de pluie gagne même la fRANCE ; où il y a pourtant des forêts (les promoteurs immobiliers ne les ont pas encore toutes brûlées). Donc la thèse de la déforestation ne tient pas, même si la déforestation n’arrange rien.

    C’est le capital qui, en polluant les mers, empêche l’évaporation de l’eau. C’est lui qui en crée la pénurie. Et le peu d’eau qui nous reste, il la pollue. Tout en continuant, mais cette fois-ci consciemment, à produire cette catastrophe écologique, la pénurie d’eau potable, le capital compte désormais en tirer profit, comme de tout ce qu’il produit. Il pense arriver à nous vendre très cher de l’eau qu’il a dépolluée (parait-il ; mais reste-t-elle "vivante" ?) après l’avoir accumulée derrière de nouveaux barrages qui sont en soit de nouvelles catastrophes écologiques.

    Si nous ne le détruisons pas, nous pouvons compter sur le capital pour que cet exemple se généralise. Il cherchera à faire du profit avec tous les désastres (écologiques ou non) qu’il aura créés ; et en en créant de nouveaux pour soit-disant contrer les anciens, et de plus en plus graves ; ainsi pourra se continuer le cycle profit -> désastre -> profit -> désastre ; cycle que le capital n’aura aucun intérêt à stopper, puisque dorénavant, c’est l’accumulation des catastrophes qui permettra l’essentiel de l’accumulation du capital. Ces deux expressions sont en train de devenir synonymes, et à la vitesse grand V. À tel point qu’on peut dire que le capital, c’est la catastrophe (et pas seulement écologique).

    Le pouvoir finira par nous mettre un "gouvernement" à label écologiste afin que nous cessions de râler. 10 ans plus tard, nous nous rendrons compte que les choses n’ont fait qu’empirer encore plus vite qu’avant. Parce que sous prétexte que le "gouvernement" était "écologiste", nous n’avons pas fait attention, pas développé de rapport de force sur ce sujet — C’est exactement ce qui se passe en ce moment à propos de l’exploitation de l’individu par l’individu sous un "gouvernement" à label socialiste —. Alors, nous nous rendrons compte que nous ne pouvons compter que sur nous même pour nous sauver. Mais ce sera peut-être trop tard.

    Les riches, eux, pourront toujours se faire construire des niches écologiques protégées de la pollution par des bulles de plexiglass, comme celles qu’ils sont en train d’étudier soit-disant "Pour que des hommes puissent vivre dans les conditions défavorables de la lune ou de Mars". Là-dedans, il n’y aura pas assez de place pour tout le monde, pas même pour la main d’oeuvre qui les aura construites. Mais bien sûr, les spécialistes de l’écologie, étant indispensables à la mise au point et à l’entretien des bulles de plexiglass "écologiques", seront les bienvenus. C’est ça, la victoire des écologistes. Et même si les plus honnêtes d’entre eux ne le savent pas encore, le lecteur, lui, a compris dans quel camp ils sont.

VIVE LA REVOLUTION !

1988, Bernadette

9 Messages de forum

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 10 mars 2010 20:28, par Visiteur

    Quand le président de Greenpeace valorise les multinationales :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1097

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 10 mars 2010 20:29, par Visiteur

    Savez-vous qui est Daniel Cohn-Bendit ?

    http://mai68.org/spip/spip.php?article364

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 10 mars 2010 20:31, par Visiteur

    Daniel Cohn-Bendit vote pour le nucléaire !

    http://mai68.org/spip/spip.php?article629

    À l’exception de José Bové qui s’est abstenu, les députés d’Europe écologie, avec Daniel Cohn-Bendit, ainsi que les verts, ont tous voté pour le nucléaire (Résolution du Parlement européen du 25 novembre 2009 qui est livrée et commentée au lien juste ci-dessus).

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 17 février 2011 15:21
    Lanza del Vasto, c’est aussi pour moitié grâce à lui qu’en 1977 l’on n’a pas réussi, malgré une guerre civile locale, à faire fermer le chantier du surgénérateur de Malville. Si Lanza del Vasto n’est pas mentionné en 1988 dans l’article ci-dessus, c’est parce qu’étant complètement dans sa bulle, il n’a rien vu venir. Brice Lalonde, par contre, est vraiment coupable et mérite d’être dénoncé.

    Ils étaient tous les deux, Lanza del Vasto et Brice lalonde, en réunion avec le préfet quand celui-ci leur a dit : « Vous avez gagné, le surgénérateur de Malville ne sera pas construit. Vous pouvez arrêter le combat et dire aux manifestants qu’ils peuvent rentrer chez eux. »

    Qu’un illuminé comme Lanza del Vasto, complètement innocent au point de n’être pas capable d’imaginer l’hypocrisie d’un préfet, dise aux manifestants : « c’est bon, on a gagné, rentrez chez vous », cela se pardonne. C’est pourquoi ce n’est pas dans l’article. Mais qu’un Brice Lalonde tombe dans le piège, c’est inenvisageable. Du coup, quand il a dissoud la manif, il a commis une impardonnable trahison.

    Note de do du 17 février 2011 : Aujourd’hui, beaucoup de temps a passé, il faut par conséquent dire aussi le rôle de Lanza del Vasto dans cette affaire afin qu’elle ne soit pas définitivement perdue pour l’histoire et les historiens.

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 17 février 2011 15:23

    Les "écologistes" justifient les sacs plastique à usure intégrée :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article2262

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 17 février 2011 16:24, par omdeboi

    Cousteau avait dit, peu de temps avant sa mort, à peu près ceci :
    "je pense que les écologistes n’ont pas normalement vocation à faire de la politique. je leur souhaite bonne chance."

    sans doute pensait-il aux vrais amoureux de la Nature, et non pas à tous ces c.. qui veulent à tout prix nous faire gober un nombre incalculable d’inepties teintées de pseudo-science.

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 28 juin 2014 12:06, par Dominique

    Cette histoire de bulles en plastique sur les écos quartiers (le plexy est juste trop cher, il ne sera pas pour les bobos) me fait penser qu’au Japon, ils travaillent sur la voiture qui dépollue l’air, pas l’air des autres, uniquement l’air que les usagers de la voiture respireront.

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 4 décembre 2015 11:33, par Pierre

    Intéressant cet article. Il permet de constater que les Verts ne sont pas plus écologistes que le PS n’est socialiste.

  • AMÈRE VICTOIRE DE L’ÉCOLOGISME 7 décembre 2015 18:02, par Dominique

    Ils sont en train de nous faire le même coup avec l’air que nous respirons. Les japonais ont été les premiers à sortir des voitures dont l’air de l’habitacle est dépollué. Le groupe PSA leur emboite le pas :

    Votre automobile se transformera en centrale de dépollution

    Les constructeurs n’hésitent pas à surfer sur la fibre écologiste croissante des automobilistes. Le Français PSA Peugeot Citroën notamment prépare une centrale de dépollution de l’habitacle, baptisée "Pure air". Programmable et activable à distance, le système utilisera une combinaison de charbons actifs, de catalyseurs et de zéolithes (cristaux qui gonflent sous l’effet de la chaleur) pour purifier l’air à l’intérieur du véhicule.

    Dès 2016, le constructeur généralisera ses filtres HEPA – pour High Efficiency Particulate Air – capables de piéger les particules de très petite taille. Le lancement de la centrale de dépollution de l’air dans le véhicule n’interviendra qu’après, d’abord en Chine, puis en Europe.

    http://www.autogenius.fr/article/13…

    Admirer l’hypocrisie et l’égoïsme total du propos : "Les constructeurs n’hésitent pas à surfer sur la fibre écologiste croissante des automobilistes." L’air que respire l’automobiliste dans son habitacle est dépollué, quand à l’air des autres, il continue à le polluer.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0