VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Syrie - 28 novembre 2016 - La Moitié des quartiers est d’Alep est (...)

Syrie - 28 novembre 2016 - La Moitié des quartiers est d’Alep est libérée

lundi 28 novembre 2016, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 28 novembre 2016).

Bataille d’Alep : près de la moitié des quartiers Est libérée

http://french.almanar.com.lb/118633

28 novembre 2016

Par la rédaction du site d’al-Manar, la télévision de la résistance antisioniste libanaise, le Hezbollah. Télévision censurée en France par les Charlie de la liberté d’expression.

Les choses vont très vite à Alep. Depuis la semaine passée l’armée syrienne et ses alliés ont conquis près de la moitié des quartiers est occupés par les rebelles depuis juillet 2012 a, a indiqué Média de guerre, intance médiatique de la résistance en Syrie : « ce sont 20 km2 qui ont été reconquis sur une surface totale de 45 km2 », a-t-il ajouté. L’agence russe avance pour sa part que plus de 3 000 bâtiments et de 12 quartiers ont été libérés des terroristes.

Avancée rapide

La première percée a eu lieu dans le quartier Massaken Hanano, au nord est des quartiers est de la ville. C’est le premier qui a été occupé par les rebelles en 2012.

Durant le Week-end, les forces régulières ont repris les quartiers adjacents de Jaba Badro puis la totalité du quartier stratégique de Sakhour, qui coupe ces quartiers en deux, ainsi qu’une partie de Haydariyyat

Ce lundi, « en une heure, les terroristes ont été délogés du quartier d’Al Qadisiyah », a-t-on appris du Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie. Et les rebelles prennent la fuite.

Dernière évolution ce lundi 12h30 (heure locale), selon le correspondant d’al-Manar, c’est le quartier cheikh Khodor qui a été totalement libéré.

« Plus d’une centaine de combattants ont déposé les armes et quitté les quartiers est de la ville via les couloirs humanitaires mis en place par le Centre russe de réconciliation des parties en conflit en Syrie », a ajouté le centre russe.

Selon le correspondant d’al-Manar, certains de ces miliciens sont sortis avec les civils, quitte à ce que leur situation soit réglée ultérieurement, en fonction de la loi d’amnistie décrété par le président syrien pour ceux qui se rendent.

Ces dernières heures, en parallèle aux opérations sur le terrain, l’armée syrienne a évacué des milliers de civils : 3200 selon l’agence Sputnik. Non sans dangerosité, les rebelles ouvrant le feu sur eux : deux jeunes filles ont été tuées par les tirs des rebelles, alors qu’elles tentaient de fuir ainsi que deux soldats de l’armée syrienne.

La stratégie d’attaque

« L’avancée rapide de l’armée est due à sa stratégie d’attaque contre Alep-Est sur plusieurs fronts, affaiblissant les rebelles », estime Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Les rebelles ont dû reculer devant la puissance de feu de l’armée syrienne et de ses alliés, et des assauts ciblés lancés par des troupes d’élite, appuyés par des avions et des hélicoptères, et bénéficiant d’une intense couverture d’artillerie. Encerclés par plus de 25 000 hommes, des soldats syriens, mais aussi des combattants libanais du Hezbollah, des Gardiens de la révolution iraniens et des miliciens chiites irakiens, les rebelles n’ont plus aucune voie de ravitaillement. Leur situation est désespérée », a commenté la radio française RFI.

Dans le secteur rebelle, ce sont quelque 8.000 miliciens appartenant à 40 factions dont le front al-Nosra est le noyau dur qui y sont assiégés depuis la prise de la route de Castello en juillet dernier. Ils prennent en otage une grande partie des habitants qui y sont restés et estimés à 250 mille. Les 600 mille autres de ses habitants s’étant refugiés dans les quartiers loyalistes à l’ouest d’Alep depuis 2012.

Trois jours de défense

Expliquant les raisons de cet effondrement, le journal assafir indique que des centaines de miliciens des milices Noureddine al-Zenki, Mouvement al-Safwat al-Islamiyyat, Ahrar al-Sham, et Istakim Kama Oumirt ont abandonné leurs positions pour l’armée syrienne, au bout de trois jours de défense.

« L’annonce russe du déclenchement de la campagne contre Homs et Idleb sans que l’armée syrienne n’y dispose de forces terrestres a contribué à détourner leur attention, sans oublier les raids aériens et les bombardements via des missiles ailés en provenance de la flotte russe dans la Méditerranée, qui ont contribué à fixer Jaïsh al-Fateh à Idleb, d’autant que les groupes qu’il dépêchait vers Alep ont aussi été pris pour cible », explique le quotidien libanais.

Les unités de protection du peuple kurde ont eux aussi pris part à la bataille. A la dernière minute. Elles ont réalisé des opérations éclair en provenance du quartier Cheikh Maksoud en direction de Boustane al-Bacha et du quartier al-Mahlak, après que ces quartiers ont été évacués par les milices pro turques Mourad-4 et Mohammad al-Fateh, lesquelles ont rejoint l’offensive turque dans le nord Bouclier de l’Euphrate.

La bataille pourrait être plus dure dans les quartiers sud où les miliciens se concentrent le plus, fuyant avec leurs familles les zones nord. Ils y disposent d’un atout majeur favorisé par la densité des batisses et devraient y mener un combat sans merci.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0