VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Terrorisme à Berlin - 20 décembre 2016 - Le miracle des papiers (...)

Terrorisme à Berlin - 20 décembre 2016 - Le miracle des papiers d’identités

vendredi 23 décembre 2016, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 22 décembre 2016).

Reuters : La police allemande est à la recherche d’un Tunisien après la découverte d’une pièce d’identité sous le siège du chauffeur du camion qui a foncé dans la foule le soir du lundi 19 décembre 2016 sur un marché de Noël à Berlin, faisant douze morts et des dizaines de blessés.

Note de do : Et hop ! le miracle des papiers d’identités se reproduit une fois de plus ! C’est tellement systématique que cela cesse d’être un miracle pour devenir une signature, celle du pouvoir qui manipule le terrorisme !

J’en viens carrément à me demander si ce n’est pas la police elle-même qui a placé cette pièce d’identité d’Anis Amri dans le camion ! il lui suffit en fait de dire l’avoir trouvée là. Comme ça, ça permet de lancer une chasse aux sorcières et d’affoler tout le monde. Et de justifier plein de saloperies, etc. Comme d’habitude, quoi.

Si tel est le cas, ce n’est peut-être pas Anis Amri qui conduisait le camion-fou de Berlin, mais il servira pourtant de coupable. Et, vu la façon dont est rédigé l’avis de recherche, il a vraiment fort peu de chance de s’en sortir vivant pour dire si oui ou non il conduisait ce camion ! Et si oui, par qui il était manipulé comme une marionnette.

En fait, le pouvoir s’est déjà fait coincer de nombreuses fois à désigner des coupables du terrorisme avant-même d’avoir commencé une quelconque enquête. C’est pourquoi il a inventé le coup des pièces d’identités systématiquement "oubliées" par les terroristes s’enfuyant de leurs véhicules.

Cela rappelle fortement le passeport d’un terroriste retrouvé intact le 11 septembre 2001 au milieux des décombres du World Trade Center, décombres toutes réduites en poudre, sauf justement ledit passeport. C’était le premier miracle du genre.


Un Tunisien recherché pour l’attaque au camion à Berlin

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN14A0XD?sp=true

Mercredi 21 décembre 2016 21h03

Photo prise le 21 décembre 2016/ REUTERS/Hannibal Hanschke

Par Paul Carrel et Matthias Inverardi

BERLIN (Reuters) - La police allemande est à la recherche d’un Tunisien après la découverte d’une pièce d’identité sous le siège du chauffeur du camion qui a foncé dans la foule lundi soir sur un marché de Noël à Berlin, faisant douze morts et des dizaines de blessés.

Les autorités ont offert mercredi une récompense de 100.000 euros pour toute information susceptible de mener à l’arrestation du suspect, qui a été identifié sous le nom d’Anis Amri. Il fait l’objet d’un mandat de recherche européen.

Selon son père ainsi que des responsables de sécurité cités par la station tunisienne Radio Mosaïque, Anis Amri a quitté Oueslatia, dans le centre de la Tunisie, il y a sept ans.

Migrant en situation irrégulière, il a été condamné en Italie pour l’incendie volontaire d’une école et y a purgé une peine de prison de quatre ans, précise la radio sur son site. Il a également été poursuivi pour vols avec violences en Tunisie.

Le bureau du procureur général allemand (GBA) a précisé dans un communiqué que des recherches étaient en cours pour retrouver l’homme de 24 ans, né à Tataouine en 1992 selon Der Spiegel.

Les équipes de police des seize Länder du pays ont été mises à contribution.

"Anis Amri mesure 178 cm et pèse environ 75 kg, il a les cheveux noirs et les yeux bruns", précisent les autorités, ajoutant : "Attention : il pourrait être violent et armé !" Deux photographies du suspect accompagnent l’avis de recherche publié sur le site du GBA.

EN CONTACT AVEC DES RÉSEAUX ISLAMISTES

L’homme, arrivé en Allemagne en juillet 2015, était considéré comme une menace potentielle depuis le mois de novembre par les services de sécurité allemands qui ont établi qu’il avait utilisé plusieurs noms d’emprunt.

Les autorités allemandes ont surveillé le suspect pendant plusieurs mois cette année car elles le soupçonnaient de préparer un cambriolage pour financer l’achat d’armes automatiques destinées à une attaque avec d’éventuels complices, a appris Reuters mercredi de source judiciaire.

Faute de preuve, la police a mis fin à cette surveillance, rapporte cette source, confirmant les informations du journal Bild qui évoquait des opérations de surveillance conduites entre mars et septembre.

L’individu entretenait des contacts avec un réseau d’activistes islamistes dans la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a précisé le ministre de l’Intérieur de ce Land frontalier des Pays-Bas et de la Belgique.

"Les agences de sécurité avaient échangé leurs résultats et leurs informations concernant cette personne avec le centre intégré de l’antiterrorisme en novembre 2016", a déclaré Ralf Jäger devant la presse.

Le suspect, a-t-il ajouté, aurait demandé l’asile politique en Allemagne et sa requête aurait été rejetée en juillet. Une procédure d’expulsion vers la Tunisie avait échoué, l’individu n’ayant pas présenté de papiers d’identité et les autorités tunisiennes contestant qu’il soit un de leurs ressortissants.

Les autorités allemandes ont lancé en août une procédure pour obtenir de nouveaux papiers d’identité, a-t-il précisé. "Les papiers n’ont pas été délivrés avant longtemps. Ils sont arrivés aujourd’hui", a-t-il déclaré.

Le suspect avait été transféré de Rhénanie à Berlin en février 2016 et avait tenté de s’installer dans la capitale allemande, a poursuivi Ralf Jäger.

L’attaque sur le marché de Noël, au pied de l’église du Souvenir, a fait 12 morts et 45 blessés. Elle a été revendiquée par l’Etat islamique, comme celle de Nice qui a fait 86 morts le 14 juillet dernier. Douze personnes grièvement blessées dans l’attaque étaient encore hospitalisées mercredi, ont annoncé les autorités de la ville.

RÉOUVERTURE DES MARCHÉS DE NOËL

Le demandeur d’asile pakistanais arrêté lundi soir peu après le drame a été relâché mardi. Un autre suspect, interpellé tôt mercredi matin, a été remis en liberté quelques heures plus tard, a rapporté RBB, le groupe de radio-télévision Rundfunk Berlin-Brandenburg.

La police cherche aussi à reconstituer les derniers instants du véritable chauffeur du camion, un Polonais retrouvé mort dans la cabine du véhicule. Le poids lourd de 25 tonnes qui a foncé sur les cabanes en bois du marché, appartient à une entreprise polonaise de transport.

Selon le quotidien Bild, le chauffeur polonais était vivant jusqu’au début de l’attaque. D’après un enquêteur cité par le quotidien à grand tirage, une lutte a pu se produire entre les deux hommes, ce qui fait que l’auteur de l’attaque pourrait avoir été blessé.

Plus de 60 marchés de Noël de la capitale ont rouvert mercredi après une journée de fermeture mardi. Celui de l’église du Souvenir est resté clos, un groupe d’une cinquantaine de personnes s’y est rassemblé mercredi avec des pancartes où l’on pouvait lire "Les Berlinois restent unis" ou "Je suis un Berlinois".

Le ministère de l’Intérieur allemand a annoncé qu’un renforcement des mesures de sécurité devait être décidé au cas par cas, pour chaque événement festif.

Le président de la conférence des ministres de l’Intérieur des Länder allemands (IMK), Klaus Bouillon, a détaillé le besoin de mesures renforcées.

"Nous voulons renforcer la présence policière et la protection des marchés de Noël. Il y aura des patrouilles supplémentaires. Les policiers auront des fusils mitrailleurs", a-t-il déclaré au quotidien Passauer Neue Presse de mercredi. "Nous voulons avoir accès aux marchés plus difficiles, ceux où il y a des véhicules garés."

L’Allemagne va autoriser l’installation de caméras de vidéosurveillance dans les lieux publics suivant un projet de loi adopté en conseil des ministres mercredi. Cette question de la surveillance publique demeure un sujet sensible en Allemagne où demeure très vif le souvenir de la police politique est-allemande, la Stasi, pendant l’époque communiste, et celui de la Gestapo pendant la période nazie.

(Avec Madeline Chambers à Berlin et Mohamed Argouby à Tunis, Danielle Rouquié, Pierre Sérisier et Julie Carriat pour le service français, édité par Tangi Salaün)

8 janvier 2015

Après le passeport du 11 septembre, voici la carte d’identité de Charlie Hebdo !

http://mai68.org/spip/spip.php?article8349

Une nouvelle qui ridiculise l’ennemi de classe et ses porte-paroles dès ce matin en France :

Après le coup du passeport de l’un des terroristes du 11 septembre 2001 retrouvé intact dans les décombres du World Trade Center, voici la carte d’identité opportunément oubliée par l’un des terroristes de Charlie Hebdo dans la voiture qu’ils ont abandonnée à Pantin pour brouiller leur piste.

Il est vrai qu’hier soir, "ils" avaient déjà les noms des terroristes avant-même d’avoir eu le temps de commencer à mener une quelconque enquête un tant soit peu sérieuse.

Alors, ce matin, "ils" se devaient d’expliquer un tel miracle. D’où le coup de la carte d’identité oubliée dans la première bagnole de fuyards suffisamment intelligemment préparés pour mener sans coup férir une telle attaque terroriste, mais suffisamment cons pour prendre avec eux leurs cartes d’identité, dont chacun sait bien qu’on la laisse toujours à la maison quand on doit mener une telle opération. C’est nous qu’"on" prend pour des abrutis.

Aussi, Hollande a convoqué la grand messe et les bons sentiments afin d’endormir l’intelligence et d’hypnotiser les individus.

Un des principes essentiels de l’hypnose est qu’on hypnotise plus facilement une foule qu’un individu isolé. Et plus la foule est nombreuse et plus ça fonctionne. Parce que plus la foule est nombreuse, et plus il y a quelqu’un dedans qui est sensible à l’hypnose. Et celui-ci en entraine d’autres qui communiquent leur hypnose à d’autres ensuite, etc…

Seule une dénonciation sans faille de ces manipulations peut nous sauver.

Cliquer ici pour l’article et les commentaires

L’attentat antisémite de la rue des Rosiers et l’affaire des Irlandais de Vincennes

http://mai68.org/spip/spip.php?article8191

Le 28 août 1982, alors que la France est encore sous le coup de l’attentat de la rue des Rosiers, un communiqué de l’Elysée fait savoir que « des arrestations jugées importantes ont été opérées dans les milieux du terrorisme international ».

Les "terroristes" en question sont trois Irlandais installés à Vincennes : Stephen King, Mary Reid et Michael Plunkett.

Plus tard, il s’avéra que les preuves contre eux étaient fausses : les armes soit-disant "trouvées" dans leur appartement lors d’une perquisition menée par le capitaine Barril et le commandant Prouteau avaient en fait été amenées là par Barril et Prouteau eux-mêmes !

Cliquer ici pour l’article et les commentaires

Canada - 25 octobre 2014 - Le terrorisme commandité par l’État et le prétendu "loup solitaire" (vidéos 1’16 et 4’36)

http://mai68.org/spip/spip.php?article8090

La marionnette de l’État aux fils coupés

Extrait du film « Attentat à la Fête de la bière »
Sur un fait réel en Allemagne, à Munich le 26 septembre 1980.

Enregistré sur Arte le 10 octobre 2014 à 20h50

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Bonjour à toutes et à tous,

Quand nous dénonçons une magouille de l’État, comme pour le 11 septembre 2001 par exemple, "on" nous accuse d’être des partisans de la "théorie du complot". Au vu de ce qui vient de se passer au Canada et de la propagande que nous avons dû subir au sujet d’un terroriste soit-disant "tout à fait isolé", je propose d’accuser les journaputes et autres propagandistes au service de l’État d’être des partisans de la "théorie du loup solitaire".

Il faut toutefois noter le questionnement justifié du Figaro dans son article Le Canada découvre le péril islamiste du 23 octobre 2014 :

« Harper était-il la cible privilégiée de Zehaf-Bibeau ? La présence du chef du gouvernement canadien sur la colline fédérale d’Ottawa n’avait rien d’un secret d’État. Pourquoi dans ces conditions s’en est-il pris à une sentinelle désarmée, le caporal Nathan Cirillo, devant la tombe du Soldat inconnu, plutôt que de pénétrer discrètement dans le Parlement et bénéficier d’un effet de surprise maximum ? »

Combien Hitler a-t-il "subi" d’attentats auxquels il a systématiquement réchappé "par miracle" ?

L’intérêt du pouvoir à commanditer un tel spectacle de terrorisme est double ou triple :

1°) Justifier la guerre, en prétendant qu’elle a lieu contre Daech, alors que son but réel est que l’impérialisme américano-sioniste prenne le pouvoir en Irak et en Syrie. Daech n’est qu’une excuse montée de toutes pièces :

http://mai68.org/spip/spip.php?article7772

2°) Paralyser la lutte de classe par la peur du terrorisme. S’ils tombent dans le piège, les gens vont penser que seul l’État, le pouvoir, peut les protéger du terrorisme. Ce qui justifie le pouvoir et son État ! auxquels la population va donc éviter de mettre des bâtons dans les roues. C’est-à-dire que le prolétariat va par conséquent éviter de se mettre en grève ou de lutter d’une quelconque façon contre la bourgeoisie.

3°) Justifier la suppression des libertés publiques, justifier une présence policière voire militaire accrue, justifier maintes et maintes brimades en fouillant dans les sacs des passants, ou en jetant à terre la moindre personne qu’elles n’aiment pas, comme le SDF de la vidéo ci-dessous :

Les musulmans sont méchants !

Le spectacle canadien du terrorisme
est exploité internationalement par la propagande.
Voici un exemple français.

Enregistré sur Fr3 le 23 octobre 2014 vers 19h30

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Notez bien qu’à la fin du "reportage" ci-dessus, "on" oublie carrément de faire la différence entre "islamique" et "islamiste". Écoutez bien, on nous dit qu’il s’agit de terrorisme islamique, la journaliste dit bien "islamique", et pas "islamiste" ! c’est-à-dire que la propagandiste du pouvoir nous dit carrément : « Les musulmans sont méchants » !

Et après on nous dira que le racisme est interdit par la loi. Le racisme est interdit quand on est raciste envers les juifs ; mais, le racisme envers les arabo-musulmans est un racisme d’État entretenu par tout le spectacle de terrorisme "islamiste" commandité par le pouvoir.

Je pourrais analyser ici tout ce que l’on pourrait tirer comme vérité à partir de la propagande visible dans la seconde vidéo de cette page ; mais, je suis fatigué, et je vous laisse le soin de le faire vous même en utilisant la recette suivante :

Comment trouver la vérité à partir du mensonge ?

Le plus important, et le plus difficile, pour déjouer un spectacle que l’on a reconnu, c’est encore de penser à se poser ce genre de questions :

« Imaginons que ce spectacle ne soit pas un spectacle, comment est-ce que je réagirais ? Si la population prend ce spectacle pour la réalité, que pensera-t-elle consciemment ? que pensera-t-elle inconsciemment ? et finalement, comment réagira-t-elle ? »

Les réponses à ces questions sont généralement assez faciles à trouver. Elles indiquent le but poursuivi par le pouvoir avec la mise en scène de ce spectacle particulier. Une fois connu ce but, le mensonge se démonte tout seul. Il reste seulement à comparer la réaction qu’aura la population si elle tombe dans le piège à celle qu’elle aura si elle n’y tombe pas.

Bien à vous,
do
25 octobre 2014
http://mai68.org

« Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux. »
La société du spectacle, Guy Debord 1967.

Cliquer ici pour l’article et les commentaires

Terrorisme d’État sous faux drapeau, esquisse d’une bibliographie :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1053

(La manipulation du terrorisme par l’État)

2 Messages de forum

  • Personnellement je fais une autre analyse, mais si la conclusion est à peu près la même : ce sont les Etats qui créent, financent et encadrent le terrorisme.

    La guerre tweetée de Syrie a-t-elle aussi détruit le journalisme ? (par Ramzy Baroud) nous apprend :

    En effet, l’intervention des USA en Irak a toujours été liée à une sorte de menace mondiale imaginaire qui, sans surprise, n’a jamais été prouvée. L’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, était si avide de prendre part à la conquête de l’Irak en 2003 qu’il a fait fabriquer — en 45 minutes — des renseignements prétendant que l’Irak, sous Saddam Hussein, était en mesure de déployer des armes de destructions massive.

    Les USA firent mieux : il a récemment été révélé que les USA avaient embauché une firme basée à Londres, la Bell Pottinger, pour créer des fausses vidéos d’Al-Qaïda et fabriquer des reportages ayant l’air de provenir de médias arabes légitimes.

    Ces vidéos de propagandes étaient « personnellement approuvées » par le commandant de la coalition dirigée par les USA, en Irak, le général David Petraeus, ainsi que le site d’information Salon, et d’autres, l’ont rapporté.

    Nous ne connaissons toujours pas le contenu de plusieurs de ces vidéos, ni à quel point ce matériel, qui a couté 540 millions de dollars aux contribuables US, a influencé les événements sur le terrain ainsi que notre compréhension de ceux-ci.

    Étant donné ce haut coût financier et le fait que la firme a directement travaillé depuis le « Camp de la victoire » à Bagdad, « au coude à coude » avec d’importants responsables US, on ne peut que spéculer sur l’importance de la manipulation d’innocents spectateurs et lecteurs, durant toutes ces années.

    Pire, si l’on associe ça au fait que la raison même de la guerre était un mensonge, que Donald Rumsfeld, alors secrétaire à la Défense, n’avait aucune intention d’informer les reporters sur ce qui se passait réellement sur le terrain, et que d’innombrables journalistes acceptèrent d’être « embarqués » avec les forces US et britanniques, l’ampleur de la distorsion de la couverture médiatique s’aggrave encore. On se demande alors si quoi que ce soit de vrai nous a été rapporté d’Irak.

    Mais là encore, nous savons que des centaines de milliers de personnes sont mortes lors de cette aventure militaire catastrophique, que l’Irak ne va pas mieux, et que des milliers de personnes se feront encore tuer, puisque c’est ce qui arrive lorsque des pays sont envahis, déstabilisés, recousus à la va-vite, pour ensuite être abandonnés à leur propre sort.

    La violence chaotique et le sectarisme en Irak sont la conséquence directe de l’invasion et de l’occupation US, qui furent construites sur des mensonges officiels et des compte-rendus médiatiques malhonnêtes.

    Dan un tel contexte, la découverte du passeport du terroriste n’a rien d’étonnant, surtout qu’Al Qaida vient de revendiquer cet attentat. Au contraire, cela leur assure une couverture médiatique maximale, et assure du même coup aux Etats de pouvoir continuer à imposer des politiques de plus en plus sécuritaires.

    • Salut,

      Apparemment, ce n’est pas al-Qaïda, mais l’EI qui aurait revendiqué cet attentat. Tu me diras que ces deux organisations appartiennent autant l’une que l’autre aux services secrets occidentaux, mais bon, officiellement, ce n’est pas al-Qaïda qui aurait fait le coup, mais l’État Islamique.

      A+
      do
      23 décembre 2016
      http://mai68.org

      A Berlin, les empreintes dans le camion confortent la piste Amri

      (http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN14B1CG?sp=true

      Jeudi 22 décembre 2016 21h41

      Par Paul Carrel et Joseph Nasr

      BERLIN (Reuters) - Les empreintes du Tunisien Anis Amri, soupçonné d’être l’auteur de l’attentat au camion-bélier lundi soir sur un marché de Noël à Berlin, ont été retrouvées à l’intérieur du véhicule tandis que plusieurs perquisitions étaient menées jeudi en Allemagne.

      Ces perquisition n’ont donné lieu à aucune arrestation, a fait savoir le parquet fédéral, contrairement à ce qui avait été indiqué par la presse dans un premier temps.

      "Nous pouvons annoncer aujourd’hui que nous disposons de nouveaux éléments permettant de penser que le suspect recherché est très vraisemblablement l’auteur de l’attentat", a déclaré à la presse le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière.

      "Dans la cabine du chauffeur, des empreintes digitales ont été retrouvées, et d’autres éléments également étayent notre thèse", a ajouté le ministre.

      Une porte-parole du bureau du procureur fédéral a déclaré à la presse : "En l’état actuel de l’enquête, nous supposons qu’Anis Amri conduisait le camion."

      La chancelière Angela Merkel a dit espérer sa prochaine arrestation.

      La police suit la piste Amri depuis mercredi après avoir retrouvé une pièce d’identité du suspect sous le siège du chauffeur du camion, un Polonais qui a été retrouvé mort dans la cabine du véhicule.

      Une récompense de 100.000 euros est offerte pour toute information susceptible de mener à l’arrestation d’Anis Amri, qui est en situation irrégulière.

      En France, le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête pour assassinat terroriste et tentative d’assassinat terroriste car il y a une Française parmi les blessés. Un avis de recherche a été diffusé à l’ensemble des services de sécurité.

      "Nous sommes dans une coopération totale avec les services de sécurité et de renseignements allemands pour faire en sorte de participer, si cela est possible, à l’identification et à l’arrestation la plus rapide de celui qui est présumé avoir commis cet attentat", a dit le ministre français de l’Intérieur Bruno Le Roux à la presse lors d’un déplacement en Seine-Saint-Denis.

      RADICALISÉ ?

      D’après les autorités, Anis Amri est arrivé en Allemagne en juillet 2015 et a vu sa demande d’asile rejetée en juin 2016, mais il n’a pu être expulsé car il n’avait pas présenté de papiers d’identité valides.

      En Tunisie, ses frères d’Anis Amri, Walid et Abdelkader, ont dit craindre que le jeune homme, qui a eu 24 ans jeudi, ne se soit radicalisé en présence d’islamistes lors d’un séjour en prison en Italie.

      Protégé par des plots de béton, le marché de Noël visé par l’attentat a rouvert jeudi. Des bougies, des fleurs et des drapeaux, près des boutiques en bois, rappelaient le drame qui s’est produit lundi soir, au coeur de Berlin.

      Selon le journal Bild, qui cite un agent des services antiterroristes, il ne fait aucun doute que le jeune Tunisien était à la recherche de complices et d’armes en vue de commettre un attentat.

      Une enquête avait été ouverte en mars dernier sur la base d’informations selon lesquelles il cherchait à organiser un braquage pour financer l’achat d’armes automatiques. Mais elle avait été classée sans suite quelques mois plus tard faute d’élément probant.

      Mi-2016, les services de sécurité tunisiens avaient pourtant intercepté des échanges entre Anis Amri et deux djihadistes de l’Etat islamique et en avaient informé les autorités allemandes.

      L’EI a revendiqué l’attaque au camion-bélier de Berlin.

      Selon Bild, Anis Amri s’était aussi proposé comme kamikaze sur des sites de messagerie instantanée utilisés par les djihadistes.

      L’Allemagne avait été jusqu’ici épargnée par les attentats massifs qui ont touché la France, l’Espagne et le Royaume-Uni ces dernières années. Aucun attentat n’avait fait autant de victimes en Allemagne depuis une explosion en septembre 1980 à la fête de la bière à Munich 1980 qui avait fait 13 morts et plus de 200 blessés, y compris le suspect, membre d’un groupe néo-nazi.

      (Avec Michelle Martin, Michael Nienaber, Thorsten Severin et Victoria Bryan à Berlin ; Pierre Sérisier, Tangi Salaün, Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service français)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0