VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Mercenaires du net : comment les « Infostratèges » blanchissent Eric (...)

Mercenaires du net : comment les « Infostratèges » blanchissent Eric Arnoux

mardi 14 février 2017, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 14 février 2017).

Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, avant le plus banal des rendez-vous, vous êtes « googlisé » par votre interlocuteur. Dès lors, il devient impossible de passer ses antécédents ombrageux sous silence. Sauf si vous disposez de suffisamment de moyens pour vous offrir le lifting de votre e-réputation en faisant appel aux services des nettoyeurs du Net. La société Infostratèges dirigée par Fabrice Molinaro et Didier Frochot est spécialiste dans le domaine et n’est pas regardante sur le pedigree de ses clients pourvu qu’ils payent le prix fort.

La menace

Mais passer le net au karcher n’est pas simple, les liens sont têtus et s’en débarrasser n’est pas chose aisée. Normalement pour obtenir qu’un site supprime un article et/ou un commentaire avec les occurrences afférentes, il faut se tourner vers la justice et porter plainte en diffamation.

La procédure est longue et vous n’êtes pas certain de gagner. En outre, dans le cas d’Eric Arnoux, s’adresser à un tribunal revient à, non seulement, perdre son procès à coup sûr, mais également à étaler devant les juges ses pratiques peu recommandables.

Grâce à Infostratèges et ses pratiques, elles-aussi, peu recommandables, le promoteur immobilier redevient le perdreau de l’année. Pour arriver à ses fins, Fabrice Molinaro envoie des mails menaçants :

« Nous sommes mandataires de M. Eric Arnoux. Conformément aux lois françaises sur la responsabilité éditoriale sur Internet nous intervenons auprès de vous en tant qu’hébergeur du site… »

Le tout accompagné des mentions « urgent » « retrait d’information » et signé « Pôle du droit de l’Internet ». En contactant ainsi de manière agressive avec une adresse mail qui se veut légitime, juridique@lesinfostratèges, le dirigeant de la société obtient souvent le résultat souhaité.

La presse en crise à peur des procès, les directeurs de publications de site ne souhaitent pas perdre un temps précieux dans de longues procédures, résultat : l’article incriminé est vite retiré, malgré les faits et les informations vérifiées qu’il contient.

La société Infostratèges est une entreprise commerciale, elle n’a aucun pouvoir juridique, elle n’a pour elle que son culot. Un telle audace qu’elle en oublie les principes les plus élémentaires de confidentialité… Elle laisse des traces un peu partout, permettant à des informaticiens en herbe de remonter jusqu’à elle. Pour des stratèges de l’information, c’est un comble, qui ne manque pas de faire sourire.

Noyer le poisson

Le plus souvent, cette menace bidon fonctionne, mais certains récalcitrants, qui connaissent bien la législation en la matière, ne se laissent pas avoir et maintiennent leurs écrits sur Eric Arnoux. Infostratèges passent alors à la phase deux de sa stratégie.

Fabrice Molinaro et son équipe créent alors une flopée de sites, de blogs et de faux profils pour noyer les articles critiques envers son client. Ainsi, si vous tapez « Eric Arnoux » dans un moteur de recherches, vous trouverez des dizaines d’occurrences renvoyant vers des sites où l’homme apparaît plus blanc que blanc.

Il faut passer à la page suivante pour trouver les premiers liens dénonçant les pratiques rocambolesques du personnage. Au passage, compte tenu de l’importance que prennent les nettoyeurs du Net, pour avoir un avis éclairé sur la personne que vous passez au crible, il est nécessaire de ne pas se contenter de la première page Google.

Désormais, une nouvelle inégalité se crée, entre ceux qui ont les moyens de se refaire une notoriété numérique et les autres. Dans le cas présent, c’est avec l’argent gagné avec ses escroqueries qu’Eric Arnoux s’offre une cure de jouvence, mais pour Infostratèges, l’argent n’a pas d’odeur. Selon que vous serez puissant ou misérable.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0