VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Viandes et patates divisent par deux le risque de cancer du poumon (20 juin (...)

Viandes et patates divisent par deux le risque de cancer du poumon (20 juin 2010)

lundi 23 mai 2016 (Date de rédaction antérieure : 20 juillet 2010).

http://www.regimesmaigrir.com/actua…

20/06/2010

Viandes et patates font bon ménage selon une nouvelle étude. Les personnes qui présentent un taux élevé d’une vitamine trouvable dans les viandes, pommes de terre, poissons et grains entiers divisent par deux leur risque de cancer de poumon, qu’elles fument ou non.

Cette découverte, résultat de la plus grande étude au monde sur le lien entre l’alimentation et le cancer, suggère que le risque de cancer du poumon pourrait être affecté de façon significative par la nourriture que nous consommons.

La cigarette se montre responsable de 8 cas de cancer du poumon sur 10, devenant ainsi la première cause de décès suite à un cancer dans le monde. Beaucoup de décès se produisent chez les personnes qui ont arrêté de fumer mais dont le risque de cancer de poumon reste élevé (dû à de nombreuses années de tabagisme). Si ce risque pouvait être réduit par les changements d’alimentations, des milliers de vie pourraient être sauvées. L’un de ces changements d’alimentation pourrait consister à manger davantage de viandes et de patates. Voici pourquoi les viandes et pommes de terre réduisent de moitié le risque de cancer du poumon.

Des chercheurs du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) ont identifié 900 personnes atteintes de cancer du poumon parmi 500 000 volontaires européens participant à une étude sur les liens entre alimentation et cancer (la plus vaste au monde sur le sujet). Un risque moindre a été observé parmi les personnes qui présentaient un taux élevé de l’acide aminé méthionine, trouvable dans les viandes, pommes de terre et autres aliments similaires.

Paul Brennan, chercheur doctorant du CIRC, déclare que "pour le moment nous ne savons pas s’il s’agit d’un effet causal [de la réduction du risque de cancer du poumon]. Il s’agit d’un effet très prononcé, plutôt évident et nous avons essayé d’éliminer tous les biais possibles mais il pourrait s’agir d’un repère pour une cause sous-jacente probablement d’origine alimentaire. Nous observons cet effet dans tous les pays. Il se répète dans tous les pays d’Europe".

Paul Brennan a rejeté les avis suggérant de prendre des suppléments pour augmenter le taux de la vitamine en question. "Nous avons eu de nombreuses mauvaises expériences dans le passé avec de tels suppléments. Il y a 20 ans, le beta-carotène a été prescrit aux patients atteints d’un cancer du poumon, et cela a augmenté, et non diminué, le nombre de décès. Je doute que des essais cliniques avec des suppléments puissent être concluants". Et puis pourquoi prendre des suppléments si vous pouvez aller directement à la source ? Consommez viandes et pommes de terre, ces aliments réduisent de moitié le risque de cancer du poumon.

Une étude précédente a suggéré que les carences en vitamines B peuvent accroître le risque de dommages aux molécules d’ADN et les mutations des gènes qui s’ensuivent. De faibles taux de vitamines B se retrouvent couramment dans les populations occidentales. Les vitamines B (et en particulier B6), ainsi que la méthionine, se trouvent notamment dans les viandes et pommes de terre, et divisent par deux le risque de cancer du poumon.

Les auteurs comptent mener davantage d’études sur les populations en Asie pour confirmer le lien entre le cancer du poumon et l’alimentation. Ils examineront également les influences génétiques sur le taux de vitamine B6 dans le sang, ce qui pourrait indiquer si le lien entre les vitamines et le cancer est causal ou non (si les vitamines ont un effet direct sur le cancer).

Dans la communauté des chercheurs, l’importance de l’alimentation sur le risque de cancer du poumon a toujours été mise en hypothèse. Cette étude montre les preuves les plus convaincantes du lien entre l’alimentation et le cancer du poumon à ce jour.

8 Messages de forum

  • LES VÉGÉTARIENS SONT BÊTES À MANGER DU FOIN !

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1137

  • La viande brûlée est cancérigène

    http://fumed.forumactif.net/cancero…

    Quand vous cuisez votre viande au barbecue, il faut bien nettoyer votre grille avant de poser votre viande dessus pour la cuire ; cela peut se faire en commençant avec une brosse métallique si votre grille est bien dégueulasse avec de la viande brûlée ou carbonisée accrochée au métal.

    Il faut à tout prix éviter de laisser votre viande brûler sur le barbecue en la retournant souvent ou en envoyant un peu d’eau sur les flammes qui se forment.

    Si une partie de la viande est brûlée ou carbonisée, il faut enlever cette partie avant de la servir.

  • La charcuterie industrielle augmente légèrement le cancer colorectal

    http://www.futura-sciences.com/fr/n…

    Cela provient de la façon industrielle de fabriquer la charcuterie.

    L’effet cancérigène de la charcuterie semble provenir de la transformation de l’hème. Cette molécule naturellement présente dans les muscles est liée aux atomes de fer, et donne la couleur rouge à la viande. Les réactions produites lors de la fabrication de la charcuterie peuvent modifier la molécule d’hème vers une forme appelée nitrosylée. Cette nouvelle molécule peut à son tour permettre la formation d’agents cancérigènes, comme les peroxydes. Il est donc logique que plus la viande est riche en hème, en nitrites et plus elle est oxydée, plus les agents cancérigènes peuvent apparaître et agir sur la muqueuse colorectale.

    Ces résultats démontrent que le processus de fabrication de la charcuterie est directement impliqué dans la génération des cancers colorectaux. S’ils sont pris en compte, ces résultats peuvent donc mener les industriels à modifier ce processus, notamment en évitant au maximum l’oxydation ou l’ajout de nitrites. Un confinement sous atmosphère dépourvu d’oxygène ou l’ajout d’antioxydants naturels dans la viande seraient des solutions.

  • Cancer du poumon : la méthionine et la vitamine B6 réduiraient les risques

    http://www.leparisien.fr/laparisien…

    Les patients ayant des niveaux élevés de vitamine B6 et de méthionine auraient moins de risques de développer un cancer du poumon, selon l’étude EPIC menée par des chercheurs du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), publiée dans la revue JAMA mercredi. Selon les chercheurs, la méthionine et la vitamine B6 pourraient ainsi réduire de plus de la moitié les risques de cancer du poumon, chez les fumeurs et les non fumeurs.

    Des chercheurs du CIRC et de l’Imperial College de Londres ont comparé près de 900 patients ayant développé un cancer du poumon et 1770 personnes sans cancer. Résultat, les scientifiques ont découvert des taux de vitamine B6 et de méthionine significativement plus faibles chez les patients qui ont développé un cancer du poumon.

    En outre, l’étude révèle qu’une consommation élevée de vitamine B9 réduirait également les risques de cancer du poumon. A noter, les résultats sont identiques pour les fumeurs, les non fumeurs et les anciens fumeurs.

    « On a toujours pensé que l’alimentation pouvait jouer un rôle important dans le risque de cancer du poumon, en plus du tabagisme. Cette étude donne la meilleure preuve à ce jour d’un lien entre alimentation et cancer du poumon », indique le Dr Paolo Vineis, coordinateur de l’étude EPIC à l’Imperial College.

    La vitamine B6 est présente dans le poisson, la viande, les pommes de terre et les grains entiers, alors que la méthionine est abondante dans la noix, les céréales, le poisson et certaines viandes. Les fruits et les légumes verts regorgent, quant à eux, de vitamine B9.

    L’étude EPIC a été menée auprès de 520000 volontaires européens suivis pendant 5 ans en moyenne, dont 385000 ont donné un échantillon de sang. La plupart des informations ont été recueillies par questionnaires. Pour ces données, les chercheurs ont comparé près de 900 patients ayant développé un cancer du poumon à plus de 1770 personnes « saines ».



  • Le cancer s’est mis à augmenter notablement en France avec la nucléarisation du pays pendant les années Giscard.
    Il se disait à l’époque que c’était la famille à sa femme qui possédait les entreprises qui vendaient les centrales nucléaires à la France.

    En 1970, il y avait une personne sur cinq, en France, qui mourait du cancer. Puis, cela est passé à une sur quatre et à une sur trois. Entre temps, il y a eu la nucléarisation du pays, puis le vieillissement des centrales nucléaires, qui ont donc dégagé de plus en plus de radioactivité dans l’air et dans l’eau de refroidissement.

    Un seul microgramme de plutonium qui rentre dans tes poumons pendant que tu respires, et tu es SÛR de mourir du cancer des poumons. Mais ton médecin ne te demandera jamais si tu as eu l’occasion de respirer du plutonium, ni même si tu as eu l’occasion de respirer du benzène (c’est une des molécules les plus cancérigènes, et les véhicules au diésel, devenus à la mode depuis une vingtaine d’années, en rejettent un maximum !) ; ton médecin te demanderas si tu fumes ; et si tu ne fumes pas, il te dira que tu es un fumeur passif. La cigarette sert de bouc-émissaire, dans cette histoire. Cela évite d’accuser les vrais coupables !

    Donc, pour prévenir le cancer, il FAUT dénucléariser et dédieséler la France.

    Sinon, pour prévenir (un peu) le cancer, il y a l’ail, le piment, le poivre…

  • Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent dans le monde avec 1,6 million de nouveaux cas estimés en 2008, représentant 1/8 de tous les nouveaux cancers. C’est aussi la cause la plus fréquente de décès par cancer dans le monde, avec près d’un cinquième de tous les décès par cancer.

  • La méthionine et la vitamine B6 divisent par deux le risque de cancer du poumon

    http://www.guerir.org/magazine/meth…

    Les chercheurs du Centre International de Recherche contre le Cancer (CIRC), émanation de l’OMS, ont pu démontrer que les niveaux élevés de méthionine et de vitamine B6 dans le sang sont associés à une diminution par deux du risque de cancer du poumon, y compris chez les fumeurs, qui en sont les premières victimes.

    Les chercheurs du CIRC ont repris près de 3 000 échantillons de sang recueillis entre 1992 et 2000 pour vérifier les liens entre le risque de cancer du poumon et les niveaux de 6 facteurs dans le sang : vitamine B2, vitamine B6, vitamine B9, vitamine B12, méthionine, et homocystéine.

    Dans le Journal of the American Medical Association du 16 juin 2010, ils concluent que les niveaux élevés de méthionine dans le sang sont associés à une diminution par deux du risque de cancer du poumon, et même un peu plus pour la vitamine B6. Une diminution du risque de 30% a également été observée chez les fumeurs qui bénéficiaient d’un niveau élevé de vitamine B9 (folate). Quand le niveau de vitamine B6 et celui de méthionine étaient simultanément élevés, la diminution du risque atteignait 60%

    Ce bénéfice est particulièrement remarquable pour les fumeurs, premières victimes du cancer du poumon. Un homme fumeur a 20 fois plus de risque d’être atteint par ce cancer qu’un non fumeur. Or l’étude montre que la diminution du risque leur profite également.

    La méthionine est un acide aminé essentiel au fonctionnement de notre corps. La vitamine B6 est également essentielle, c’est-à-dire que le corps ne sait pas la fabriquer.

    Les deux substances sont présentes dans l’alimentation. On les trouve aussi en compléments alimentaires.

    On trouve de la méthionine dans le poisson et les céréales, le riz, les germes de blé, les pâtes, mais également dans les fruits secs oléagineux comme les amandes, noisettes, noix de cajou, de pécan, pignons, arachides, et les graines de tournesol, sésame, citrouille. On en trouve aussi un peu dans le soja, les légumineuses.

    On trouve de la vitamine B6 dans les viandes et les abats, les poissons (bonite, saumon, morue), poulpe, les légumineuses, les pistaches, les noisettes, le lin, les céréales et les champignons shiitaké.


    Note du posteur : Dans l’article en haut de cette page, il est dit :

    « Paul Brennan a rejeté les avis suggérant de prendre des suppléments pour augmenter le taux de la vitamine en question. "Nous avons eu de nombreuses mauvaises expériences dans le passé avec de tels suppléments. Il y a 20 ans, le beta-carotène a été prescrit aux patients atteints d’un cancer du poumon, et cela a augmenté, et non diminué, le nombre de décès. Je doute que des essais cliniques avec des suppléments puissent être concluants". Et puis pourquoi prendre des suppléments si vous pouvez aller directement à la source ? Consommez viandes et pommes de terre, ces aliments réduisent de moitié le risque de cancer du poumon. »
  • Le pouvoir veut nous faire cesser de manger de la viande. Aussi, l’article tout en haut de cette page a été supprimé presque partout sur internet, sauf sur mai68.org.

    Cette information scientifique avait été livrée aussi sur FR3 il y a environ un ou deux mois. Mais, alors que les infos de FR3 sont répétées deux ou trois fois dans les éditions suivantes, celle-ci n’a pas été répétée. Je le sais, parce que j’ai guetté afin de l’enregistrer.

    Comme on dit :

    La vérité est dans l’instant !

    Donc, dans l’instant où cette info est apparue, c’est-à-dire avant que la censure n’ait eu le temps de faire son office, les journalistes nous l’ont livrée. Mais, comme elle détruit la propagande du pouvoir destinée à nous faire manger de moins en moins de viande, elle n’a pas été répétée ensuite ; et on l’a faite disparaître du web.

    Voici un exemple de propagande du pouvoir pour nous faire manger de moins en moins de viande :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article1380

    (Lisez l’article dont le lien est juste ci-dessus : regardez tout d’abord la courte vidéo de propagande anti-viande qu’il contient. Vous aurez ensuite le plaisir de voir comment on détruit une telle propagande.)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0