VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Évacuation de la raffinerie de Grandpuits, où les gendarmes délèguent leur (...)

Évacuation de la raffinerie de Grandpuits, où les gendarmes délèguent leur pouvoir au chef syndical (vidéo-preuve 46’’)

dimanche 22 mai 2016

Voici comment s’est terminé
le mouvement pour sauver les retraites.

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de 46’’
Enregistrée sur La 5, le vendredi 22 octobre 2010.

Évacuation de Grandpuits, le vendredi 22 octobre 2010,

Où l’on voit le chef syndical derrière les lignes de gendarmerie. Les gendarmes ne s’en prennent pas du tout à lui. La ligne de gendarmes est placée entre le bureaucrate de la CGT et les salariés de base de Grandpuits.

Les gendarmes s’en prennent à la base des salariés qui criaient "résistance !" il y a un instant, et les repoussent sans ménagement ; mais, ils laissent tranquille le délégué de la CGT qui est pourtant dans leur dos.

Le bureaucrate syndical va-t-il en profiter pour attaquer les gendarmes par derrière afin de soulager ses camarades ouvriers qui subissent l’assaut des gendarmes ? NON !

Et, fort curieusement, on constate que ce n’est pas le chef des gendarmes qui donne l’ordre aux ouvriers de reculer et de laisser passer les gendarmes, mais le chef syndical des salariés de Grandpuits ! Regardez à nouveau la vidéo, c’est criant de vérité : on dirait que le chef du syndicat n’est pas le chef du syndicat, mais le chef des gendarmes !

Ceci tend à donner raison au texte intitulé "CGT=CRS" :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3

Dans la vidéo suivante, regardez quel commentaire fit de ces événements le présentateur de "C’est dans l’air" :

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de 7’’
Enregistrée sur La 5, le vendredi 22 octobre 2010.

Le présentateur de "C’est dans l’air" trouve que ça ressemble à du théâtre. Et il a raison. Cela confirme le paragraphe suivant :

L’historien Jacques Marseille rapporte qu’en juin 1936, Alfred Lambert-Ribot, délégué général de l’UIMM, rencontra grâce à Léon Blum les représentants des syndicats. De ces rencontres découla un « modèle où l’État, le patronat de la grande entreprise industrielle et le syndicalisme alors ouvrier s’entendirent pour "fluidifier" au mieux le dialogue social tout en jouant, pour la galerie, le spectacle de l’accord arraché ».

Pour la galerie, en effet…

L’article d’où est extrait ce paragraphe s’intitule « UIMM - Les syndicats sont au service de ceux qui les financent ! ». vous pouvez le lire au lien ci-dessous :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1621

Néanmoins, s’il s’agit d’une pièce de théâtre que jouent les gendarmes et la bureaucratie syndicale ; ce n’est pas du tout du théâtre pour la base ouvrière qui, non seulement criait "résistance !", mais a effectivement tenté de résister jusqu’au moment où elle a malheureusement finit par obéir au délégué CGT, et par laisser passer les gendarmes. Rappelons qu’il y eut tout de même trois blessés parmi les salariés ! Et ça, ce n’était pas du théâtre !

4 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0