VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Libye - 23 mars 2011 - Des bombes à l’uranium appauvri pleuvent sur la (...)

Libye - 23 mars 2011 - Des bombes à l’uranium appauvri pleuvent sur la population (vidéos)

vendredi 7 octobre 2011

Des bombes à l’uranium appauvri pleuvent sur la population libyenne

Falco Accame (président de l’Anavafaf [i])

Il sera opportun qu’en Libye dans les zones touchées par plus de cent missiles de croisière Tomahawk, on adopte des mesures de protection de l’uranium appauvri.

De fait, dans les empennages des missiles Tomahawk, se trouvent des barres d’uranium appauvri de 300 kilos. Si l’on pense qu’un projectile anti-char construit avec du métal d’uranium appauvri en contient environ 30 gr. seulement, on peut imaginer la quantité de poussières d’uranium qui se répand dans l’atmosphère dans les zones d’impact…

Là-dessus le silence est total.

Dans l’attaque de missiles contre la Yougoslavie on n’utilisa que 15 missiles de croisière qui firent des cratères de 6 m2.

Les Libyens ne possèdent pas de mesures de protection appropriées. C’est donc un geste humanitaire que l’on doit à la population libyenne qui est à proximité des zones frappées d’envoyer du matériel de protection. L’Italie connaît les graves conséquences produites sur les personnes des zones exposées sans mesure de protection. A présent, les cas de malades (des autres campagnes, NdT) sont plus de 1000.

L’Italie a encore à solder une dette morale envers les populations libyennes : nous ne devons pas oublier qu’en 1930 les avions d’Italo Balbo détruisirent, en employant de l’ypérite, d’entières tribus libyennes sans armes. La page peut-être la plus noire de notre colonialisme.

Edition de mercredi 23 mars 2011 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/il-manife…

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

[i]Association Nationale d’Assistance aux Victimes Enrôlées dans les Forces Armées et à leurs Familles http://www.anavafaf.com/collaborare.html


L’URANIUM APPAUVRI OU LA GUERRE ATOMIQUE CAMOUFLÉE

Il faut à tout prix lire et faire lire cet article dont le lien est ci-dessous. Il est basé sur une émission de Canal + plus passée le jeudi 24 février 2000 à 22h10. Il prouve qu’en réalité, les munitions dites "à l’uranium appauvri" sont faites avec des déchets nucléaires, ce qui est infiniment plus nocif.

En Irak, les enfants jouaient et jouent encore avec ce genre de munitions, suçant par exemple des balles en uranium ! Les conséquences sont terribles.

Voici le lien vers cet article :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2490

En voici un court extrait à relier avec la vidéo juste ci-dessous :

« Quand un obus en uranium touche un char d’assaut, il explose seulement après l’avoir pénétré, et, dans le char, tout ce qui peut brûler brûle et tout ce qui peut exploser explose. Et la poussière radioactive provenant des obus en uranium se répand un peu partout. Ainsi, de vastes zones sont contaminées. »

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de 19 secondes.

Enregistré sur iTele le 23 mars 2011 à 06h05.

« Quand un obus en uranium touche un char d’assaut, il explose seulement après l’avoir pénétré, et, dans le char, tout ce qui peut brûler brûle et tout ce qui peut exploser explose. Et la poussière radioactive provenant des obus en uranium se répand un peu partout. Ainsi, de vastes zones sont contaminées. »

Et depuis, les habitants de Benghazi sont fiers de monter sur les chars ainsi détruits et de se promèner en famille au beau milieu de la radioactivité due à l’uranium appauvrie dont on sait quelles conséquences elle a eues au Kosovo et en Irak (syndrome de la guerre du Golfe). C’est cela que la coalition appelle "protéger les civils" !

Voyez plutôt :

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo de 25 secondes.

Enregistré sur FR3 le 21 mars 2011.

J’ai enlevé le son, pour supprimer une odieuse propagande de guerre qui évite bien sûr de dénoncer ce que je suis en train de dénoncer.

6 Messages de forum

  • http://www.ilmanifesto.it/il-manife…

    * BREVE | di Falco Accame
    ALLARME RAID AEREI
    Sulle popolazioni della Libia piovono bombe all’uranio impoverito

    Sarà opportuno che in Libia nelle zone colpite da oltre cento missili da crociera Tomawak, si adottino misure di protezione da uranio impoverito. Infatti negli impennaggi dei missili Tomawak si trovano barre di uranio impoverito da 300 kg. Se pensiamo che un proiettile anticarro costruito con metallo di uranio impoverito ne contiene solo circa 30 gr., si può immaginare la quantità di polveri di uranio che si diffonde nelle zone di impatto… Di questo si è completamente taciuto. Nell’attacco missilistico sull’ex Jugoslavia vennero impiegati solo 15 missili da crociera che causarono crateri di 6 mq. I libici non possiedono idonee misure di protezione. È quindi un doveroso gesto umanitario verso la popolazione libica in prossimità delle zone colpite, quello di inviare materiale per la protezione. L’Italia sa delle gravi conseguenze prodotte alle persone delle aree esposte senza misure di protezione. Ora i casi di ammalati sono oltre mille. L’Italia ha ancora da saldare un debito morale con le popolazioni libiche : non dobbiamo dimenticare che nel 1930 gli aerei di Italo Balbo distrussero, con l’uso dell’iprite, intere tribù libiche inermi. Forse la pagina più nera del nostro colonialismo.

    *(Pres. Anavafaf)

  • L’URANIUM APPAUVRI OU LA GUERRE ATOMIQUE CAMOUFLÉE

    Après Hiroshima et Nagasaki, nous avons espéré que la leçon avait été comprise et qu’il n’y aurait plus de guerre atomique. Mais depuis 20 ans, les américains, c’est-à-dire leurs chefs, toujours en guerre, n’hésitent pas à utiliser massivement des munitions radioactives. Pour atténuer le choc, ils veulent faire croire qu’il s’agit de munitions à l’uranium appauvri, mais elles sont à base de déchets nucléaires !

    Une émission de canal plus l’a prouvé le jeudi 24 février 2000 à 22h10 :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article2490

  • « C’est donc un geste humanitaire que l’on doit à la population libyenne qui est à proximité des zones frappées d’envoyer du matériel de protection. »

    À condition que cela ne serve pas à faire passer une opération militaire pour une opération "humanitaire" comme l’impérialisme en a pris l’habitude depuis déjà bien longtemps :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article2364

    Ce qu’il faut c’est stopper net ces bombardements !

  • RESOLUTION 1996/ 16 SUR L’ARRET DE L’UTILISATION DE L’URANIUM APPAUVRI – UA

    L’utilisation militaire de l’UA viole la législation internationale humanitaire actuelle, incluant le principe qu’il n’y a pas de droit illimité au choix des moyens et méthodes de guerre (Art. 22 Convention VI de La Haye (HCIV) ; Art. 35 du Protocole Additionnel de Genève (GP1) ; l’interdiction de causer d’inutiles souffrances et des blessures superflues (Art. 23 §le HCIV ; Art. 35 §2 GP1), la guerre aveugle (Art. 51 §4c et 5b GP1) aussi bien que l’utilisation de poison ou d’armes empoisonnées.

    Le déploiement et l’utilisation de l’UA violent les principes de protection des droits internationaux humains et environnementaux. Ils contredisent le droit à la vie établi par la résolution 1996/16 du sous-comité à l’ONU des Droits Humains.

    http://mai68.org/spip/spip.php?article2490#forum3522

  • Quelques précisions sur les armes à uranium appauvri :

    C’est un pdf trouvé sur le site internet http://www.unidir.org

    Ce PDF cite en particulier les fameux missiles de croisière Tomahawk.

    http://www.unidir.org/pdf/articles/pdf-art2762.pdf

    Et en voici une sauvegarde :

    http://mai68.org/spip/IMG/pdf/Uranium-Appauvri_unidir_pdf-art2762.pdf

  • L’uranium appauvri et le secret militaire

    http://www.lariposte.com/l-uranium-…

    30 avril 2001

    Les vétérans de la guerre du Golfe, comme ceux de Bosnie et du Kosovo, ont commencé une marche macabre devant les offices des médecins. D’étranges symptômes sont apparus au sein des contingents : fatigue chronique, perte de mémoire, capacité respiratoire réduite, leucémies, troubles de la vue, et bien d’autres. Plusieurs hypothèses ont étés émises pour expliquer ces phénomènes que l’on a surnommés syndrome du Golfe et syndrome des Balkans. Mais les raisons invoquées, telles que les armes chimiques, les différentes pilules "magiques" ou les vaccins expérimentaux, n’ont pas fourni un écran de fumée suffisamment épais pour cacher la réalité des véritables petites guerres atomiques qui se sont déroulées dans le Golfe et dans les Balkans.

    Les missiles Tomahawk, les missiles Phalanx, les munitions du char Leclerc, de l’hélicoptère Apache et du désormais célèbre avion A-10, dit "tueur de chars", sont composés pour la plupart d’uranium appauvri. Sans le savoir, des milliers de soldats ont été en contact avec l’uranium appauvri et ont été contaminés sur le terrain des opérations.

    Jusqu’à ce que ce soit trop flagrant, l’OTAN a menti délibérément et tenté de maintenir le secret-défense sur l’utilisation de matières radioactives. On sait que l’armée ne réserve que du mépris pour ces soldats qu’elle n’a pas hésité à exposer volontairement aux radiations, lors des premiers tests sur les bombes atomiques. On sait à fortiori que l’OTAN est parfaitement consciente des conséquences de ses actes. Un an avant la guerre du Golfe, un groupe de recherche lié à l’armée américaine écrivait : "Les dangers de l’uranium pour la santé ont été étudiés de manière extensive. L’exposition des soldats à des aérosols d’uranium appauvri pourrait être significative, et avoir des effets radiologiques et toxiques. Ces impacts sur la santé pourraient être impossibles à quantifier de manière fiable". La conclusion du document est édifiante : "Des efforts de relations publiques sont conseillés, étant donnée la perception (négative) de la radioactivité par le public. Les activités de combat et de manœuvre présentent un risque de réaction d’opposition internationale."

    Bien entendu, l’hypocrisie et le tripotage nucléaire ne sauraient être étrangers à la France. Dès 1987, des obus américains ont été testés à grande échelle à Gramat, dans le Lot. Une filiale de la COGEMA a acheté 1000 tonnes d’uranium aux USA pour fabriquer des munitions. Notre décidément très socialiste ministre de la défense, Alain Richard, a confirmé en 1998 devant l’assemblée nationale la commande de 60 000 obus composés d’uranium. En fin de compte, les membres de l’OTAN, et en premier lieu la France, débarrassent les américains de leurs déchets nucléaires en les recyclant sous formes d’armes.

    Le lamentable bilan de milliers de vétérans contaminés, certains mourrant dans une grande souffrance, d’autres engendrant des enfants difformes, nous permet seulement de commencer à mesurer les conséquences de l’emploi massif d’uranium. Car le pire est à venir : déjà d’Irak nous parviennent, à travers l’embargo, quelques informations sur le nombre incalculable d’enfants victimes des radiations. Par ailleurs l’environnement y est contaminé pour très longtemps.

    Lors de son intervention en Serbie, l’OTAN avoue avoir tiré 31000 obus d’avion A-10 à l’uranium - à quoi il faut ajouter les perforateurs des bombes et des missiles. Les années à venir nous en révèleront les conséquences humanitaires et écologiques.

    Malheureusement, le secret militaire, même s’il est de plus en plus difficile à justifier, empêche de faire toute la lumière sur les terrains touchés. Il est pourtant urgent de pouvoir faire des analyses scientifiques sur les lieux de contamination. Mais seul le contrôle démocratique de l’ex-Yougoslavie par la population pourrait mettre un terme à la guerre et remédier sérieusement à ce nouveau problème de la radioactivité— si possible avant que l’OTAN ne nous entraîne un peu plus vers le chaos.

    Hubert Prévaud CGT Toulouse
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0