VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > La France est un paradis fiscal parfait grâce au Qatar

La France est un paradis fiscal parfait grâce au Qatar

samedi 11 novembre 2017, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 15 décembre 2011).

15 décembre 2011

Depuis l’arrivée au "pouvoir" du Sarkonazi, la France est un pays totalement à la botte de l’impérialisme américano-sioniste. Le Qatar étant une société écran de cet impérialisme, il est tout à fait logique qu’il soit devenu une niche fiscale en France.

Salut à toutes et à tous,

En Libye, 5000 soldats du Qatar ont combattu au service des Amerloques et des Israéliens contre la jamahiriya arabe libyenne et socialiste :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3430

Al-Jazeera n’est pas une voix indépendante de l’Amérique :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2378

(La célèbre chaîne de télévision arabe al-Jazeera fut créée le 1er novembre 1996 par le cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, émir du Qatar. Al-Jazeera est basée à Doha, la capitale du Qatar. C’est également le Qatar qui a hébergé le CentCom, le commandement opérationnel américain, qui a supervisé l’invasion de l’Irak en mars 2003. Sachez aussi qu’il existe un bureau commercial israélien à Doha.)

Déjà, le Qatar avait joué un grand rôle dans la première guerre américaine contre l’Irak (Première guerre du Golfe, "Tempête du désert", en 1990-91) en permettant dès 1990 le déploiement de l’armée américaine sur son territoire.

Le Qatar est donc clairement une société écran de l’impérialisme américano-sioniste. Depuis l’arrivée au "pouvoir" du Sarkonazi, la France est un pays totalement à la botte de cet impérialisme. Le Qatar étant une société écran du même impérialisme, il est parfaitement "normal" qu’il soit devenu une niche fiscale en France.

Bien à vous,
do
http://mai68.org

Le Sénat exonère d’impôt les murs de l’émir

http://www.liberation.fr/politiques…

Par RENAUD LECADRE le 20 février 2009 à 6h51

En pleine crise financière, une nouvelle niche fiscale. En faveur de l’émirat du Qatar… Hier, le Sénat a définitivement ratifié la convention franco-qatarie, signée en janvier 2008 entre Nicolas Sarkozy et l’émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani, lors d’un périple présidentiel à Doha. Sous prétexte de toilettage d’un ancien traité fiscal, elle exonère d’impôt sur les plus-values tous les investissements immobiliers réalisés dans l’Hexagone par « l’Etat du Qatar ou ses entités publiques », y compris la famille de l’émir.

Accords. Cette nouvelle convention tombe à pic, les Qataris multipliant ces derniers temps les investissements à Paris. Après le rachat de l’hôtel d’Evreux, place Vendôme, par l’émir, de l’hôtel Lambert, île Saint-Louis, par son frère (1), du centre de conférences Kléber par le fonds souverain du Qatar (QIA), il était temps de soulager fiscalement ces éminences. La nouvelle convention est exorbitante du droit commun. Dans les années 90, la France avait signé toute une série d’accords avec les pays du Golfe, sur ce noble objectif : « Eviter les doubles impositions et prévenir l’évasion fiscale. » La convention-type doit être conforme au modèle établi par l’OCDE. En conséquence, les hiérarques pétroliers, notamment saoudiens, sont soumis à l’impôt français sur les plus-values immobilières de leurs nombreuses villégiatures hexagonales.

Mais le Qatar a demandé la même dérogation que le Koweït, obtenue en 1994 quand Nicolas Sarkozy était ministre du Budget. A sa décharge, la renégociation de la convention franco-qatari a été initiée sous Jacques Chirac, lequel s’était rendu à neuf reprises au Qatar durant son mandat présidentiel.

Infirmières bulgares. Pourquoi un tel régime de faveur ? Lors de sa ratification à l’Assemblée nationale, en octobre, Marie-Louise Fort, rapporteure de la commission des finances, évoquait sans barguigner la libération des infirmières bulgares retenues en Libye : « Le Qatar a joué un rôle discret mais sans doute décisif. » En clair, l’émir a payé la rançon - pardon, a financé une fondation pour les enfants libyens présidée par le fils Khadafi. Au Sénat, le rapporteur Adrien Gouteyron va droit au but : « 80% des équipements de l’armée qatari sont d’origine française. » Et de rappeler les contrats signés par EDF, Suez, Total et Areva lors de la visite de Sarkozy à Doha.

Son rapport résume noir sur blanc : « L’Etat du Qatar ou les entités qu’il contrôle seront exonérés de plus-values immobilières. » Ce régime de faveur, bien qu’aligné sur celui du Koweït, est « non conforme au modèle OCDE ». Pas de quoi susciter la moindre polémique parlementaire, le texte étant adopté par la procédure simplifiée : sans débat public, après un « bref échange » en commission.

(1) Joyau architectural du XVIIe siècle, vendu en 2007 par le baron Guy de Rothschild au prince Hamad Al-Thani. Sa restauration fait polémique car le frère de l’émir veut y inclure ascenseurs et parking.

À travers le Qatar, la France peut en fait servir de paradis fiscal pour tout le monde, même pour les ennemis de l’impérialisme américano-sioniste.

Pour un ami de cet impérialisme ou pour quelqu’un qui s’en fout, il suffit de fabriquer une société bidon au Qatar, et d’investir en France au travers de cette société. Et la France sera pour lui un paradis fiscal ; même s’il est Français.

Et, s’il est un ennemi de l’impérialisme américano-sioniste, comme il risque d’avoir des difficultés pour établir une société écran directement au Qatar, il lui suffira de prendre un intermédiaire de plus en fabriquant tout d’abord une société bidon aux îles marquises ou aux Caïmans (il y a quelques années, ça coûtait 5000 Euros. Pas cher pour les riches !) ; puis, cette société bidon établie aux Caïmans pourra fonder sans difficulté une société écran au Qatar qui pourra enfin investir en France et faire plein de fric sans payer d’impôts, ou camoufler en France son fric gagné ailleurs.

La France est un paradis fiscal parfait. Il suffit de connaître le truc.

2 Messages de forum

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0