VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Ukraine - L’Algérie refuse de remplacer le gaz russe par le sien

Ukraine - L’Algérie refuse de remplacer le gaz russe par le sien

lundi 2 mai 2022, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 2 mai 2022).

L’Algérie va-t-elle augmenter ses livraisons de gaz à l’Europe ?

https://www.france-irak-actualite.c…

Publié par Gilles Munier sur sont site le 1er Mai 2022 à 08:15am

Écrit par Vladimir Odintsov (revue de presse : Arrêt sur info – 26/4/22)

Version originale : NEO (New Eastern Outlook)

Traduction : Arrêt sur info

Selon les estimations de l’UE, l’Algérie est le cinquième fournisseur de gaz de l’UE, avec environ 45 milliards de m3, soit 12 % des besoins en gaz naturel des pays de l’UE, mais cette part a diminué depuis 2016 (où elle atteignait 55 milliards de m3 par an). La part de l’Algérie est loin derrière celle de la Russie, qui occupe le premier rang (135,75 milliards de m3 en 2020, selon Gazprom). Outre le GNL (il existe quelques hubs dans l’ARDP), le gaz de l’Algérie vers l’UE passe par deux branches. L’une passe sous la mer Méditerranée vers l’Italie, tandis que l’autre traverse le Maroc voisin.

Les États-Unis ont décidé d’ « aider » l’Europe à se débarrasser du « fardeau insupportable » que représente le prix prétendument élevé du gaz russe et à trouver des « sources alternatives d’approvisionnement en gaz » pour son partenaire géopolitique. Et c’est là que Washington s’est souvenu d’informations antérieures sur un gisement de 5 000 milliards de mètres cubes de gaz prétendument exploré en Algérie. Une délégation américaine s’est donc rendue en Algérie à la fin du mois de mars pour demander l’ouverture de la vanne et la reprise de l’approvisionnement en gaz par le tuyau marocain. La secrétaire d’État adjointe américaine Wendy Sherman a rencontré le président algérien Abdelmajid Tebboune et a tenté de convaincre les autorités algériennes de compenser l’arrivée du gaz russe en Europe par la réouverture du gazoduc Maghreb-Europe (MGE) reliant l’Algérie à l’Espagne via le Maroc, dont la capacité de production est de 13,5 milliards de m3 de gaz par an. L’Algérie a également reçu la visite du secrétaire adjoint américain à la défense pour les affaires africaines, Chidi Blyden, qui a rencontré le général algérien Qais Junaidi et a discuté des questions de sécurité régionale, tout en essayant de faire pression sur l’Algérie sur la « question du gaz ».

Cependant, les Américains sont repartis bredouilles, car l’Algérie a lié l’augmentation des fournitures de gaz au règlement du conflit frontalier avec le Maroc et les territoires contestés, qui, dans les circonstances actuelles, n’a pas de solution. Comme on le sait, l’Algérie a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec son voisin occidental le 24 août 2021 et, par conséquent, le gazoduc Maghreb-Europe (MGE), qui a été lancé en 1996, a cessé de fonctionner le 31 octobre 2021, lorsque l’accord correspondant a expiré.

Mais malgré tous les avantages matériels que l’Algérie pourrait tirer d’une Europe cherchant à réduire sa dépendance à l’égard du gaz russe, son refus de compenser les approvisionnements en gaz russe est également motivé par des raisons politiques. Ce pays d’Afrique du Nord a décidé de ne pas trahir son allié depuis l’époque soviétique et de ne pas le poignarder dans le dos. C’est d’ailleurs par solidarité avec la Russie que l’Algérie s’est abstenue de voter sur une résolution américaine au Conseil de sécurité de l’ONU condamnant l’opération spéciale militaire de dénazification de l’Ukraine menée par Moscou, qui a été présentée lors d’une session spéciale de l’Assemblée générale de l’ONU le 2 mars 2022.

Le refus de l’Algérie a été un véritable camouflet pour les États-Unis, qui espéraient ainsi frapper la Russie. Cela a incité Washington à jeter le masque de l’amitié et à commencer à faire du chantage à l’Algérie, avec l’implication de l’Espagne pour soutenir la position du Maroc sur la question du Sahara occidental. Cependant, malgré les tentatives espagnoles et américaines de faire pression sur l’Algérie à propos du Sahara Occidental, la position de l’ONU les a rapidement ramenés sur terre : selon le journal espagnol El Mundo, l’ONU a rejeté l’initiative du gouvernement espagnol de soutenir le plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara Occidental.

Dans une apparente réaction à cette action insidieuse de l’Espagne, Tawfiq Hakkar, directeur général de la compagnie nationale algérienne de pétrole et de gaz Sonatrach, a déclaré à Algérie Presse Service (APS) que les autorités de l’ARDP n’excluaient pas une révision du prix du gaz exporté vers l’Espagne. Il a notamment relevé que les prix des hydrocarbures ont explosé depuis le début de la crise en Ukraine. Dans ces conditions, l’Algérie a décidé de maintenir les tarifs contractuels, mais tous les partenaires ne seront pas concernés. « Un recalcul des prix avec notre client espagnol n’est pas exclu », a déclaré le patron de la Sonatrach algérienne. Il a toutefois noté qu’il était possible pour l’Algérie d’augmenter ses exportations d’hydrocarbures vers l’Europe, mais que les volumes disponibles ne constitueraient pas et ne pourraient pas constituer une alternative au gaz en provenance de Russie. « L’Algérie dispose actuellement de quelques milliards (de mètres cubes supplémentaires) qui ne peuvent pas remplacer le gaz russe », a ajouté M. Hakkar.

Dans ce contexte, l’italien Eni a néanmoins réussi récemment à signer un accord avec Sonatrach sur la possibilité d’augmenter les fournitures de gaz de 9 milliards de m3/an en 2023-2024. La part actuelle des importations de gaz russe en Italie est supérieure à 40 % (29 milliards de m3/an) ; l’Algérie fournit environ 21 milliards de m3/an.

Toutefois, les déclarations des responsables de l’ARDP concernant une éventuelle augmentation des exportations de gaz vers l’Europe ont suscité des craintes parmi les producteurs algériens. Les experts locaux estiment que l’État nord-africain n’est pas en mesure d’assurer des approvisionnements supplémentaires à moyen terme ; les champs gaziers algériens risquent de s’épuiser si les autorités s’aventurent à conclure de nouveaux accords avec les pays de l’UE. À cet égard, l’économiste algérien Mustafa Makediş a exclu la possibilité d’augmenter à moyen terme les livraisons de gaz à des États de l’UE comme l’Allemagne et l’Autriche, en raison du manque de ressources naturelles. Dans le même temps, les analystes estiment que l’Europe sait que les capacités de l’État nord-africain sont limitées. L’ancien directeur général de la société publique d’hydrocarbures Sonatrach a déclaré sous couvert d’anonymat que l’État nord-africain pourrait exporter au mieux 20 à 30 milliards de m3 de gaz vers l’Italie, environ 12 milliards de m3 vers le Portugal et l’Espagne, et des quantités encore plus faibles vers la France, la Turquie, la Grèce et d’autres pays.

Pour sa part, l’expert économique algérien Hussein Boukara a déclaré que l’ARDP ne pouvait pas remplacer l’énergie provenant de la Russie, au motif que la production nationale était insuffisante pour couvrir la totalité de l’approvisionnement. « Les gazoducs russes qui fournissent du gaz à l’Europe ont une grande capacité de débit. En outre, les taux de production dans les champs russes sont beaucoup plus élevés qu’en Algérie », a déclaré l’analyste.

La situation est similaire dans le secteur pétrolier. L’Algérie n’a même pas pu atteindre le seuil de production de l’OPEP de 980 000 barils. L’ancien ministre de l’énergie Abdelmajid Attar a également mis en garde contre un déclin des capacités du pays à produire et à exporter des combustibles fossiles. Dans ces conditions, l’objectif actuel de l’ARDP est d’honorer les engagements existants et non d’en prendre de nouveaux.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0