VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Ukraine : guerre économique mondiale. De quel côté est la Résistance populaire (...)

Ukraine : guerre économique mondiale. De quel côté est la Résistance populaire ???

mardi 13 septembre 2022, par Luniterre

.

Depuis la victoire de Lyssytchansk pour les armées russes et alliées en Ukraine la ligne de front semblait pour l’essentiel stabilisée, avec des gains ou des reculs minimes, de part et d’autre, n’entrainant pas, en apparence, d’évolution stratégique majeure.

En réalité, le rapport de forces militaires était déjà en train de s’inverser, sur le terrain, et la lutte des armées russes et alliées s’y apparentait déjà beaucoup plus à une lutte de Résistance qu’à une offensive généralisée.

Ce qui reflète le fait que face à la mondialisation banco-centraliste, la lutte de la Russie, d’une manière générale et quasiment depuis le début de l’ère Poutine, en fait, s’apparentait déjà à une lutte de Résistance.

Peut-elle encore être gagnée ? Les leçons de l’histoire nous apprennent que les luttes de ce type se gagnent autant politiquement, et parfois même bien plus, que sur le terrain militaire.

Ce qui implique que les enjeux politiques réels qui déterminent cette lutte soient compréhensibles du plus grand nombre.

Pour l’instant, ce n’est pas le cas, et c’est la prétendue « cause ukrainienne » qui en arrive à nous être présentée comme une cause de « résistance populaire ». Alors que l’Ukraine n’est plus que le laboratoire international d’expérimentation des techniques de manipulations idéologiques mondialistes et des techniques militaires qui vont avec, sans lesquelles le régime de Kiev apparaîtrait comme la bouffonnerie grotesque qui est sa réalité essentielle et première.

Paradoxalement, en un sens, l’Ukraine est le lieu d’une sorte de « guerre mondiale en vase clos » entre la Russie et le reste du monde occidental, qui s’y donne rendez-vous sous de multiples formes, en vue d’y sauvegarder son hégémonie et d’écraser les velléités d’indépendance de la Russie par rapport au Nouvel Ordre Mondial banco-centraliste.

Intégrer l’Ukraine et le Bélarus dans ce Nouvel Ordre Mondial, ce sont deux étapes stratégiques nécessaire de l’encerclement géoéconomique et géostratégique de la Russie, pour les mondialistes. Empêcher l’une et l’autre ce sont donc deux étapes également incontournables d’une stratégie de Résistance russe. Obtenir l’alliance ou au moins la « neutralité » de ces pays est un gage de paix et de sécurité absolument nécessaire à la survie et au développement d’une économie russe indépendante. Après avoir pour l’instant complètement perdu du côté du Bélarus, il était donc vital, pour les mondialistes, de faire avancer leur agenda en Ukraine, et c’est pourquoi ils ne pouvaient pas renoncer au principe d’intégration de l’Ukraine dans l’Otan et poursuivaient cet objectif avec acharnement et méthode, ce qui ressortait clairement de l’entrevue Biden-Poutine à Genève, en Juin 2021.

Pendant les sept années qui ont suivi la bataille de Debaltsevo et les négociations de Minsk 2, les Occidentaux ont fait miroiter à la Russie qu’une application de ces Accords de Minsk était possible et qu’elle garantirait la paix en Ukraine.

Dans le même temps les gouvernements ukrainiens de Porochenko puis de Zelensky ont tout fait, sur le terrain, pour entraver leur mise en œuvre et la rendre en pratique complètement impossible.

Les événements de Janvier-Février 2022 ont définitivement révélé qu’il s’agissait d’un jeu de dupes et que l’Occident encourageait en sous-main Zelensky à faire à peu près exactement le contraire de ce que les occidentaux prêchaient en public et pour leurs propres paroisses…

En réalité l’« Opération Spéciale » qui se présentait donc, pour le public occidental, comme une offensive militaire d’envergure, constituait non seulement davantage une « contre-offensive » face au mondialisme en marche sur les terres d’Ukraine, mais bien plutôt déjà carrément une « Opération de Résistance », en pratique et sur le fond de sa signification géostratégique, géoéconomique et géopolitique.

Le Mondialisme banco-centraliste est un système intégré d’interdépendances multiples, dont les acteurs apparents, à l’instar de Zelenky, ne sont que des marionnettes reliées entre elles par un seul et même maillage de fils monétaires directement reliés aux cinq Banques Centrales qui contrôlent la majeur partie des flux monétaires et financiers de ce monde. Loin d’être une dépendance à une source de créativité économique, ce n’est qu’une dépendance à la dette publique et privée « mondialisée » par ces Banques Centrales, au titre de la garantie en dernier ressort.

La Russie ayant rompu les fils, elle est à la fois le vilain petit canard, malgré sa taille, et condamnée au rôle du cygne noir, qu’il faut donc exterminer pour rétablir la « normalité » mondialiste réduisant les peuples à l’état de mendicité banco-centralisée.

Le tour de force des mondialistes est d’avoir réussi à créer une situation aboutissant à une inversion des rôles entre l’apparence spectaculaire de la guerre en Ukraine et la réalité de ses fondamentaux.

L’approfondissement de la « crise énergétique » en Occident est possiblement une occasion de déchirer le voile et de remettre les priorités dans l’ordre, d’un point de vue populaire et prolétarien.

A condition que ceux qui se réclament de la Résistance face à ce système se donnent la peine d’une analyse lucide du maillage des fils monétaires banco-centralistes qui enserrent la planète dans leur dépendance à la dette, tant publique que privée, et tracent une perspective unitaire cohérente et claire pour s’en libérer.

Luniterre

*******************

SUR LE MÊME THÈME >>>

Le Pape, lucide sur l’Ukraine : « Aujourd’hui nous vivons une guerre mondiale, arrêtons s’il vous plaît », arrête enfin de se tortiller sur son trône pour se positionner sur le sujet brûlant !

https://mai68.org/spip2/spip.php?article12589

Le « Conseil de Défense Energétique », nouvelle arme de Macron le mondialiste en guerre mondiale contre les peuples

https://mai68.org/spip2/spip.php?article12522

http://cieldefrance.eklablog.com/le-conseil-de-defense-energetique-nouvelle-arme-de-macron-le-mondialis-a213067301

Le mystère dialectique de l’Etat profond à l’heure du réveil des consciences…

https://mai68.org/spip2/spip.php?article12544

Retour sur le "réveil de conscience" d’Amnesty International

http://interfrsituation.eklablog.com/retour-sur-le-reveil-de-conscience-d-amnesty-international-a212976703

Du village primitif au monopole banco-centraliste, cinq formes du capital et trois stades du capitalisme

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/du-village-primitif-au-monopole-241522

https://mai68.org/spip2/spip.php?article11589

*************

Le discours atypique, courageux, et même carrément "décalé" de Pierre De Gaulle sur la question ukrainienne !

https://mai68.org/spip2/spip.php?article12425

************************

********************

http://cieldefrance.eklablog.com/la-france-en-paix-dit-stop-otan-stop-guerre-a212801533

************************

****************

Discours de Pierre de Gaulle, petit-fils du Général De Gaulle à l’occasion de la Fête Nationale de la Fédération de Russie - TEXTE INTÉGRAL - VIDÉO -

http://cieldefrance.eklablog.com/discours-de-pierre-de-gaulle-petit-fils-du-general-de-gaulle-a-l-occas-a212801269

************************

***************

En réponse à une question pertinente du camarade Gilles >>>

http://mai68.org/spip2/spip.php?article12620#forum10607

Bonjour, camarade Gilles !

Ce FSB, Financial Stability Board, a plutôt le rôle d’une sorte de think tank du G20 que celui d’une autorité réelle. Le vrai rôle de coordination du banco-centralisme mondialisé reste nettement plutôt celui de la BRI, qui a carrément exclu la Banque Centrale Russe dès le début du conflit et relaye avec zèle toute info antirusse, depuis.

En Russie les rapports d’autorité se font dans le sens Gouvernement >>> Banque Centrale, ce qui permet à Poutine de gérer efficacement sa politique économique et de crédit, et ce qui est exactement le contraire du banco-centralisme ( Banque Centrale >>> Gouvernement), comme cela se produit en UE, dont la France macronienne, où la BdF (Banque de France) n’est plus que l’antenne locale de la BCE, qui édicte la politique monétaire, et autant dire, la politique tout court ("Quoi qu’il en coûte !"), pour la zone euro, dont évidemment la France.

La Russie est effectivement le R de BRICS, mais appartenir aux BRICS ne détermine pas en soi un mode de gestion particulier de l’économie, et encore moins, un mode de production.

Les BRICS n’ont jamais réellement constitué une sorte de front politique, "anti-impérialiste" où autre, mais tout au plus une sorte de syndicat des "utilisateurs malgré eux" du roi dollar.

Le principal acteur des BRICS, c’est la Chine. La Chine n’est en rien antimondialiste, vu que sa survie et sa croissance dépendent de son commerce extérieur. Elle essaye simplement de recentrer la mondialisation autour de ses propres besoins à travers son processus dit des Routes de la Soie.

La Russie a par contre un développement économique essentiellement endogène, surtout depuis 2014 et les multiples trains de sanctions. Pour la Russie le commerce extérieur est un plus appréciable, mais pas un élément fondamental de sa propre survie.

Ce qui fait que le rouble, même s’il circule peu à l’international, constitue désormais une quasi monnaie de réserve pour la Russie elle même et ses partenaires économiques. La Russie n’a donc nul besoin des institutions monétaires internationales telles que la BRI.

C’est pourquoi la Russie est la référence essentielle pour les nations qui veulent réellement rester indépendantes.

C’est juste une réalité factuelle, objective, indépendamment de tout critère idéologique. C’est ce que ne comprennent pas la presque totalité des pseudos-"marxistes", incapables de penser en dehors des références idéologiques de leurs divers groupuscules et micro-partis.

Un développement économique endogène est un prérequis non seulement pour l’indépendance nationale mais aussi pour la démocratie. C’est ce qu’avait compris De Gaulle, même s’il l’a payé de sa propre fin politique. Ce qui le grandit plutôt encore, en un sens, sans pour autant effacer ses zones d’ombre.

Quoi qu’il en soit, au delà des personnages qui les incarnent, ce sont les leçons de l’histoire qu’il est utile et désormais carrément urgent de tirer.

Dans le contexte actuel de mondialisation banco-centraliste le combat de la Russie est une lutte essentielle pour l’avenir du genre humain. Avec la survie de la Russie comme base continentale indépendante et économiquement autonome, l’enjeu est clairement la constitution d’un bloc de Résistance des nations indépendantes face au mondialisme banco-centraliste.

Sur cette base, c’est à chaque peuple de décider démocratiquement du type de régime économique et social selon lequel il veut gérer son pays, au lieu d’être obligé de s’aligner sans alternative possible sur le modèle banco-centraliste en train de s’imposer en Occident et en Chine, avec toutes les atteintes aux libertés irréversibles que cela implique.

La BRI, en tant que « Banque Centrale des Banques Centrales », est potentiellement le creuset où peut se forme le gouvernement mondial tel que préconisé par Attali. Pour l’instant, le fait que la Russie lui échappe est donc essentiellement une très bonne chose pour les peuples épris d’esprit d’indépendance, et on comprend bien pourquoi Attali est l’un des ennemis les plus acharnés de la Russie !

Luniterre

****************************

2 Messages de forum

  • Le Mondialisme banco-centraliste est un système intégré d’interdépendances multiples

    Oui, mais la Russie risque de perdre puisque seule la Russie est exclue du Comité de Stabilité financière qui dépend de la Banque des règlements internationaux, alors tous les autres BRICS y sont toujours :

    https://www.fsb.org/about/organisat…

    Pourquoi la Chine et les autres BRICS n’ont-ils pas dit : « Puisque la Russie n’y est plus, nous partons ! »

    Répondre à ce message

    • Bonjour, camarade Gilles !

      Ce FSB, Financial Stability Board, a plutôt le rôle d’une sorte de think tank du G20 que celui d’une autorité réelle. Le vrai rôle de coordination du banco-centralisme mondialisé reste nettement plutôt celui de la BRI, qui a carrément exclu la Banque Centrale Russe dès le début du conflit et relaye avec zèle toute info antirusse, depuis.

      En Russie les rapports d’autorité se font dans le sens Gouvernement >>> Banque Centrale, ce qui permet à Poutine de gérer efficacement sa politique économique et de crédit, et ce qui est exactement le contraire du banco-centralisme ( Banque Centrale >>> Gouvernement), comme cela se produit en UE, dont la France macronienne, où la BdF (Banque de France) n’est plus que l’antenne locale de la BCE, qui édicte la politique monétaire, et autant dire, la politique tout court ("Quoi qu’il en coûte !"), pour la zone euro, dont évidemment la France.

      La Russie est effectivement le R de BRICS, mais appartenir aux BRICS ne détermine pas en soi un mode de gestion particulier de l’économie, et encore moins, un mode de production.

      Les BRICS n’ont jamais réellement constitué une sorte de front politique, "anti-impérialiste" où autre, mais tout au plus une sorte de syndicat des "utilisateurs malgré eux" du roi dollar.

      Le principal acteur des BRICS, c’est la Chine. La Chine n’est en rien antimondialiste, vu que sa survie et sa croissance dépendent de son commerce extérieur. Elle essaye simplement de recentrer la mondialisation autour de ses propres besoins à travers son processus dit des Routes de la Soie.

      La Russie a par contre un développement économique essentiellement endogène, surtout depuis 2014 et les multiples trains de sanctions. Pour la Russie le commerce extérieur est un plus appréciable, mais pas un élément fondamental de sa propre survie.

      Ce qui fait que le rouble, même s’il circule peu à l’international, constitue désormais une quasi monnaie de réserve pour la Russie elle même et ses partenaires économiques. La Russie n’a donc nul besoin des institutions monétaires internationales telles que la BRI.

      C’est pourquoi la Russie est la référence essentielle pour les nations qui veulent réellement rester indépendantes.

      C’est juste une réalité factuelle, objective, indépendamment de tout critère idéologique. C’est ce que ne comprennent pas la presque totalité des pseudos-"marxistes", incapables de penser en dehors des références idéologiques de leurs divers groupuscules et micro-partis.

      Un développement économique endogène est un prérequis non seulement pour l’indépendance nationale mais aussi pour la démocratie. C’est ce qu’avait compris De Gaulle, même s’il l’a payé de sa propre fin politique. Ce qui le grandit plutôt encore, en un sens, sans pour autant effacer ses zones d’ombre.

      Quoi qu’il en soit, au delà des personnages qui les incarnent, ce sont les leçons de l’histoire qu’il est utile et désormais carrément urgent de tirer.

      Dans le contexte actuel de mondialisation banco-centraliste le combat de la Russie est une lutte essentielle pour l’avenir du genre humain. Avec la survie de la Russie comme base continentale indépendante et économiquement autonome, l’enjeu est clairement la constitution d’un bloc de Résistance des nations indépendantes face au mondialisme banco-centraliste.

      Sur cette base, c’est à chaque peuple de décider démocratiquement du type de régime économique et social selon lequel il veut gérer son pays, au lieu d’être obligé de s’aligner sans alternative possible sur le modèle banco-centraliste en train de s’imposer en Occident et en Chine, avec toutes les atteintes aux libertés irréversibles que cela implique.

      La BRI, en tant que « Banque Centrale des Banques Centrales », est potentiellement le creuset où peut se forme le gouvernement mondial tel que préconisé par Attali. Pour l’instant, le fait que la Russie lui échappe est donc essentiellement une très bonne chose pour les peuples épris d’esprit d’indépendance, et on comprend bien pourquoi Attali est l’un des ennemis les plus acharnés de la Russie !

      Luniterre

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0