VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > USA - Joe Biden veut bloquer la grève des cheminots

USA - Joe Biden veut bloquer la grève des cheminots

jeudi 22 septembre 2022, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 22 septembre 2022).

L’intervention de la Maison-Blanche pour bloquer la grève des cheminots et les enjeux politiques auxquels ils sont confrontés

https://www.wsws.org/fr/articles/20…

22 septembre 2022

Tom Hall

Article paru en anglais le 21 septembre 2022

L’intervention directe de la Maison-Blanche pour bloquer une grève de plus de 100.000 cheminots et, avec le soutien des syndicats, tenter d’imposer un contrat au rabais soulève des questions politiques cruciales pour les cheminots et l’ensemble de la classe ouvrière.

Dans l’interview de dimanche à l’émission « 60 Minutes », le président américain Joe Biden a souligné la détermination de l’establishment politique à bloquer une grève. S’exprimant sur l’impact potentiel d’une grève nationale des chemins de fer, Biden a déclaré : « Si, en fait, ils avaient fait grève, les chaînes d’approvisionnement de ce pays se seraient arrêtées net. Nous aurions assisté à une véritable crise économique ». Le secrétaire d’État au travail, Marty Walsh, s’est fait l’écho de ces propos en des termes encore plus apocalyptiques auprès de Politico à la fin de la semaine dernière, lorsqu’il a déclaré : « Bon sang, l’ampleur de ce qui se serait passé… Nous n’aurons pas à le vivre, Dieu merci ».

Un cheminot change de voie pour une locomotive dans la gare de triage de Selkirk, le mercredi 14 septembre 2022, à Selkirk, N.Y. [AP Photo/Hans Pennink] [AP Photo/Hans Pennink]

Qu’est-ce qui rend une grève ferroviaire nationale si redoutable pour Biden et l’establishment politique ? L’impact économique d’une grève, non pas dans la pénurie de marchandises, mais dans l’impact sur les bénéfices et la valeur des actions, aurait été majeur et immédiat, démontrant ainsi l’immense pouvoir social des cheminots. Cependant, ce qui effraie encore plus la classe dirigeante, c’est son potentiel à se transformer en une confrontation générale avec la classe ouvrière américaine dans son ensemble. Depuis la grande grève des chemins de fer de 1877, le premier grand mouvement de grève de l’histoire américaine, les cheminots ont toujours joué un rôle central et vital dans le développement de la lutte des classes.

La classe dirigeante sait qu’elle a créé un baril de poudre en sacrifiant plus d’un million de vies au profit de la pandémie de COVID-19 et en faisant reculer les conditions de vie et de travail des travailleurs au XIXe siècle. Ils sont déterminés à empêcher, ou du moins à retarder, une éruption sociale massive aussi longtemps que possible.

Au cours de la semaine dernière, l’ensemble de l’appareil d’État a démontré son hostilité à l’égard des travailleurs du rail. Avant l’accord annoncé par la Maison-Blanche, les républicains ont proposé une législation qui aurait mis en œuvre, par fiat du Congrès, les recommandations du Conseil présidentiel d’urgence (PEB) de Biden, universellement détesté par les cheminots.

Les démocrates ont opté pour une autre voie. Biden s’est assuré les services des syndicats ferroviaires pour bloquer la grève et a négocié un accord jeudi matin dernier. Il s’agit en réalité d’une injonction qui n’en a que le nom, mandatée par la Maison-Blanche mais appliquée par le biais du mécanisme de la bureaucratie syndicale. En effet, les responsables syndicaux ont admis par la suite qu’aucun contrat définitif n’existait. Les seuls engagements fermes pris par quiconque étaient ceux des syndicats de ne pas faire grève.

Un rôle crucial a été joué par le sénateur du Vermont Bernie Sanders, qui a voté avec de larges majorités bipartites pour interdire la dernière grève ferroviaire en 1991. Mercredi soir, Sanders a bloqué le projet de loi parrainé par les républicains au Sénat, ouvrant ainsi la voie à l’accord annoncé par Biden. Mais la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a admis le lendemain matin que les démocrates de la Chambre avaient un projet de loi prêt à être présenté au moment où une grève éclaterait.

Malgré l’atmosphère de guerre civile qui fait rage à Washington, les deux partis sont unis dans leur opposition à la classe ouvrière.

L’accord annoncé jeudi par la Maison-Blanche et les syndicats ne répond à aucune des revendications des cheminots. C’est l’aboutissement des mois d’intervention intensive du gouvernement sous les dispositions de la loi sur le travail dans les chemins de fer anti-ouvrière, y compris la nomination du PEB, qui est la base de l’accord de Biden avec les syndicats.

Depuis le début, les syndicats ont joué un rôle central dans ce processus. Ils ont demandé la création du PEB – et une période de réflexion de 60 jours – après que les travailleurs aient voté à 99 pour cent pour la grève. Les travailleurs ont répondu avec indignation aux recommandations du PEB qui s’est rangé du côté des compagnies sur tous les points, alors que les syndicats tentaient de saboter l’unité des travailleurs en signant des accords séparés, isolant d’autres métiers des conducteurs et des mécaniciens.

Le gouvernement Biden poursuit une politique corporatiste, basée sur une alliance de l’appareil syndical et de ses fonctionnaires bien payés avec le gouvernement et les grandes entreprises – contre les travailleurs. Les syndicats de toutes les industries ont travaillé pendant des décennies pour imposer des reculs en faveur des entreprises, alors que leurs propres actifs et les salaires des hauts fonctionnaires ont explosé. La politique de Biden depuis son entrée en fonction est de réprimer une classe ouvrière de plus en plus rétive en intensifiant considérablement les mesures déjà en place.

L’objectif de cette alliance est double. Tout d’abord, la Maison-Blanche espère utiliser les syndicats pour imposer la discipline du travail aux travailleurs aux États-Unis afin de lui permettre de faire la guerre à l’étranger. Le contexte dans lequel la question d’une grève des chemins de fer a été soulevée dans l’interview de « 60 Minutes » était significatif. Elle est apparue au milieu d’une discussion sur l’impact économique de la guerre par procuration des États-Unis contre la Russie en Ukraine, en particulier sur le prix du pétrole et du gaz.

Deuxièmement, Biden utilise les syndicats pour supprimer la croissance des salaires en appliquant des contrats bien inférieurs au taux d’inflation. En effet, les statistiques montrent que les salaires ont augmenté au cours de l’année dernière à un rythme beaucoup plus faible pour les travailleurs syndiqués que pour les travailleurs non syndiqués. Ils cherchent également à saper la « poussée des salaires » en augmentant les taux d’intérêt, ce qui déclencherait une hausse du chômage. Quelques jours seulement après l’annonce de l’accord de concessions sur les chemins de fer, la Réserve fédérale devrait annoncer une nouvelle hausse de taux de trois quarts de point de pourcentage.

Le problème pour Biden et la classe dirigeante, cependant, est que les syndicats et eux-mêmes sont méprisés et discrédités parmi les travailleurs. Biden peut déclarer une « victoire » en évitant une grève, mais, tout comme sa déclaration selon laquelle la pandémie est « terminée », cela s’avérera prématuré. Ce sont les travailleurs qui auront le dernier mot.

La Maison-Blanche espérait que l’annonce d’un accord sèmerait la confusion et la démoralisation parmi les travailleurs. En réalité, cela n’a fait que les mettre en colère et démontrer la nécessité d’organiser une rébellion de la base contre l’appareil syndical et l’ensemble du cadre corporatiste.

Tout au long de la lutte, les travailleurs ont lutté pour s’organiser et se battre indépendamment de la bureaucratie syndicale ferroviaire. Cela s’est exprimé avec force lors d’une réunion organisée par le Comité de base des cheminots à laquelle ont participé 500 travailleurs du rail la semaine dernière, et où a été votée une résolution déclarant que les syndicats et Washington n’avaient aucun droit de faire appliquer un contrat qui ne répondait pas à leurs demandes.

Depuis l’annonce de l’accord, le travail de ce comité s’est considérablement développé. Il a publié une nouvelle déclaration puissante qui appelle les travailleurs à s’organiser pour faire appliquer la résolution de la semaine dernière et annuler l’accord.

Le mouvement parmi les cheminots fait partie d’un mouvement beaucoup plus large pour le contrôle par la base aux États-Unis et dans le monde entier. Ce jeudi, Will Lehman, un ouvrier de l’automobile qui se présente au poste de président de l’UAW (United Auto Workers) sur une plateforme de la base visant à abolir la bureaucratie, participera à un débat de candidats au cours duquel il affrontera Ray Curry, président en exercice de l’UAW et proche allié de Biden.

Deux conclusions fondamentales découlent de cette expérience.

Premièrement, le rôle des syndicats dans l’application des exigences des entreprises et dans le sabotage de la lutte des travailleurs démontre l’urgente nécessité de développer un réseau de comités de la base qui établira le pouvoir des travailleurs dans les ateliers et qui leur permettra de contrecarrer les actions de l’appareil syndical et d’unifier leurs luttes avec les travailleurs des États-Unis et du monde entier.

Deuxièmement, l’implication de la Maison-Blanche et de l’ensemble de l’establishment politique dans la tentative d’imposer un contrat au rabais démontre le caractère de classe de l’État lui-même. Ce n’est pas d’un organe neutre, mais d’un instrument de la classe dominante.

La lutte des travailleurs du rail pour défendre leurs intérêts nécessite donc une lutte politique contre les démocrates et les républicains, les deux partis de la classe dominante. Ces deux partis défendent le système capitaliste qui est basé sur l’exploitation de la grande majorité de la population, la classe ouvrière, afin de satisfaire les intérêts de profit de l’oligarchie patronale et financière.

Une résurgence puissante de la lutte de classe, parmi les travailleurs du rail et chaque section de la classe ouvrière, aux États-Unis et dans le monde, doit être liée à la construction d’une direction révolutionnaire et socialiste au sein de la classe ouvrière.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0