VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Les causes cachées et toxiques des théories du genre

Les causes cachées et toxiques des théories du genre

lundi 10 octobre 2022 (Date de rédaction antérieure : 10 octobre 2022).

Cliquer sur une image pour l’agrandir

Finalement, j’ai réussi à trouver une cause rationnelle qui a rendu possible l’apparition des théories du genre. Comme souvent avec la vérité, elle dérange tellement qu’il ne faut pas compter sur la classe politico-merdiatique pour nous la révéler. Pire, ces salauds en profitent pour nous vendre une fausse solution.

Cela faisait un certain temps que j’étais devenu très sceptique quand à ces théories du genre. Venir me dire que mon sexe n’est pas constaté à partir de la réalité biologique que j’ai dans le slip devant mais assigné à la naissance, pour ensuite me dire que malgré l’apparition des gamètes dans l’évolution il y a plus d’un milliard d’année, le genre précède le sexe, lequel, la dernière de leurs "nouveautés", est une convention, j’appelle cela du créationnisme.

Je suis d’une génération d’avant le sida pour qui Queer signifie simplement I Want to Fuck You. Queer comme dans I Want to Fuck You, c’est comme dans DO-IT de Jerry Rubin : l’action directe nous rapproche alors que les théories à la con nous divisent. J’ai aussi toujours eu des potes gays, lesbiennes et bisexuels ainsi que maintenant chez les jeunes des potes transsexuels. Je n’ai aucun problème à affirmer que chacun et chacune font ce qu’ils veulent de leurs corps, tant qu’ils sont informés et comprennent ce que cela implique, ainsi que de leurs sexes tant qu’il y a consentement mutuel. De même que je considère que des adultes auraient tords de ne pas profiter de la technologie moderne si pour eux c’est le seul moyen de se sentir bien et de pouvoir mener une vie sociale normale. C’est comme avec les douches, prendre des douches courtes ne suffira pas à sauver la planète mais peut ruiner la vie sociale.

Par contre il faut aussi noter que certains médecins fétichistes appliquent ces théories en prescrivant à des enfants de 12 ans des bloqueurs de puberté. De tels enfants ne comprendront ce qui leur est arrivé, ainsi que ce qui ne leur est pas arrivé, que trop tard. J’appelle donc de telles pratiques "médicales" de la pédophilie aggravée. Par contre avec ces thérapies, les pharmas s’enrichissent, ces médecins aussi car de tels gamins seront suivis médicalement toute leur vie, et avec les opérations chirurgicales, c’est une autre branche de l’industrie médicale qui s’enrichit. Cette nouvelle branche de la médecine a donc tout non seulement du créationnisme mais aussi du transhumanisme.

Il faut aussi noter que dans certains pays états anglo-saxons il suffit d’une simple déclaration administrative pour changer de sexe. Cela a permis à des violeurs multirécidivistes de se retrouver en prison dans le quartier des femmes et de continuer a y assouvir leur criminalité sexuelle. Il y a eu aussi de nombreux autres dérapages comme cette icône du mouvement gay qui avait combattu les flics homophobes lors des émeutes de Stonewall et avait rendu possible l’année d’après la première gay pride de l’histoire, hé bien il s’est fait dernièrement et à passé 70 ans, jeter à terre et violemment tabasser par des activistes trans.

Les LGB ont d’ailleurs commencé à réagir et à s’organiser au sein de la LGB Alliance pour lutter contre cette nouvelle homophobie et ce nouveau sectarisme qui a vu le jour au sein du mouvement LGBTQI+.

J’en était là de ma réflexion sur ce sujet quand je suis tombé là-dessus : Le grand désordre hormonal : ce qui nous empoisonne à notre insu, par Corinne Lalo, Le Cherche Midi.

7 décembre 2021

Corinne Lalo est journaliste grand reporter pour la télévision depuis une trentaine d’années, spécialisée dans le domaine de la santé. Elle a couvert de grandes affaires telles que le sang contaminé, le nuage de Tchernobyl, la vaccination contre l’hépatite B, la grippe H1N1 et le Mediator. Elle est coauteur avec Patrick Solal du « Livre noir du médicament » paru chez Plon et de « Se soigner sans médicaments de A à Z » aux éditions Le Cherche Midi.

Elle publie aujourd’hui sa dernière enquête, intitulée « Le grand désordre hormonal : ce qui nous empoisonne à notre insu » (Le Cherche Midi) ; un bilan alarmant sur une catastrophe sanitaire et environnementale de taille : les perturbateurs hormonaux, omniprésents, que nous consommons parfois volontairement (par exemple la pilule contraceptive) sans pour autant avoir toujours pleinement conscience des réactions en chaîne qu’ils peuvent produire, mais aussi, bien souvent, sans même le savoir…

Exemples précis et dessins à l’appui, Corinne Lalo nous décrit et nous explique les effets délétères des six principales familles de perturbateurs hormonaux – tous issus de la pétrochimie, que l’on retrouve dans : les pesticides, les plastifiants, les composés perfluorés, les produits pharmaceutiques, les parabènes et les composés polybromés.

De l’homosexualité chez l’ibis blanc aux grenouilles hermaphrodites, du scandale du Distilbène à celui du bisphénol, du cancer du sein à celui de la prostate, du micropénis à l’endométriose, en passant par l’obésité, le diabète, les troubles thyroïdiens ou encore l’autisme, ce livre de 553 pages – un pavé dans la marre, devrait faire beaucoup de vagues.

L’équilibre hormonal mis à mal

Les hormones sont des substances naturellement produites par le corps. Elles sont très variées et régissent différents mécanismes biologiques essentiels. De nombreuses glandes endocrines en sécrètent, par exemple : l’hypophyse, les surrénales, la thyroïde, les ovaires, les testicules ou le pancréas.

Pour être en bonne santé, une balance hormonale équilibrée est absolument indispensable. Cet équilibre diffère selon que l’on est une femme ou un homme. Ainsi, les femmes vont, notamment, avoir des niveaux d’œstrogènes plus élevés et des taux de testostérone plus bas que les hommes, et vice-versa. Ceci parce que, comme on dit, la nature et bien faite, et que leur rôle dans le processus de reproduction est différent.

Les perturbateurs endocriniens, bien qu’étrangers à notre signalisation hormonale, possèdent des effets hormonaux importants. Ils sont en effet capables d’imiter les hormones naturelles, ou se fixer sur les récepteurs hormonaux, provoquant des modifications de balisage. Ainsi, la balance hormonale s’en trouve déséquilibrée.

L’exposition à de tels poisons à des moments critiques du développement[2] aura des effets plus catastrophiques qu’à d’autres moments, indépendamment de la dose. C’est le cas du stade de la gonade indifférenciée, c’est-à-dire du moment de la mise en place de l’appareil génital chez l’être humain :

Les ovaires

Parmi les effets d’une exposition à ce stade critique, l’on retrouve des anomalies de la différenciation sexuelle, c’est à dire un ensemble d’anomalies génitales souvent irréversibles qui vont affecter l’aspect et/ou le fonctionnement de l’appareil reproducteur.

Chez l’homme cela va traduire par : l’hypospadias (anomalie de la position du méat urinaire), la cryptorchidie (défaut de la migration d’un testicule), un micropénis, une mauvaise qualité du sperme ou encore un taux de testostérone inférieur à la normale.

En effet, bon nombre de ces composés chimiques possèdent une action oestrogéno-mimétique qui vont engendrer chez l’homme, non seulement cette féminisation des caractères sexuels, mais aussi une baisse de la fertilité, le cancer du testicule voire de la prostate – un cancer hormonodépendant (c’est à dire que les œstrogènes jouent un rôle dans la prolifération des cellules cancéreuses) dont l’un des traitements possibles n’est autre que… le Distilbène ! L’objectif ici d’un tel traitement étant de saturer les récepteurs aux œstrogènes (nous aurons l’occasion d’en reparler).

Ces différentes pathologies du système reproducteur masculin sont regroupées sous le terme de « syndrome de dysgénésie testiculaire »[3] (testicular dysgenesis syndrome, TDS).

Les mecs

Une exposition à des perturbateurs hormonaux à un stade critique, tel que décrit plus haut, va également engendrer chez la femme des anomalies du développement génital, qui vont se traduire par des malformations telles qu’un utérus trop petit, un utérus bicorne bicervical avec vagin et col utérin perméables. L’on retrouve aussi une puberté précoce, qui se caractérise par l’apparition des caractères sexuels secondaires avant 8 ans (pilosité, règles…).

S’ajoute à cela un risque augmenté de développer certains cancers hormonodépendants (seins, ovaires, utérus), d’avoir des règles irrégulières, douloureuses (dysménorrhée), un syndrome prémenstruel, des ovaires polykystiques (SOPK), de l’endométriose et une baisse importante de la fertilité.

L’on peut aussi retrouver chez la femme un déséquilibre entre la testostérone et les œstrogènes ayant pour conséquences une masculinisation (hyperandrogénie).

L’auteur propose de regrouper ces différents symptômes sous le terme de « syndrome de dysgénésie ovarienne » qui, aujourd’hui, concerne uniquement l’insuffisance ovarienne précoce, avec un dessin qui permet d’avoir une vision d’ensemble :

Puberté

Il faudrait distinguer ici deux choses chez la femme exposée aux perturbateurs hormonaux : l’hyperandrogénie et l’hyperœstrogénie.

En effet, si l’hyperandrogénie, souvent causée par le syndrome des ovaires polykystiques, se caractérise notamment par une virilisation (pilosité, alopécie, règles peu fréquentes ou aménorrhée…) associée à des taux d’homones mâles élevés (androgènes), l’hyperœstrogénie, caractérisée au contraire par une hyperféminisation, va, elle, être responsable de la précocité pubertaire, de l’endométriose et des cancers hormonodépendants tels que le cancer du sein et ceux de l’appareil gynécologique.

Dans les deux cas, que les femmes soient en hyperandrogénie ou en hyperœstrogénie, il en résulte une baisse de la fertilité.

Des pesticides aux édulcorants artificiels, de nombreux produits chimiques sont également impliqués dans l’apparition de l’obésite et du diabète, dont de plus en plus de gens sont atteints.

Rats

Dans le cas du Distilbène (diéthylstilbestrol), le mécanisme est assez simple à comprendre : qui dit œstrogènes dit tissus adipeux, qui dit stockage des graisses, dit obésité et dit diabète… en effet, les produits chimiques aux propriétés oestrogéno-mimétiques favorisent l’augmentation des cellules graisseuses (dans lesquelles ils s’accumulent) et du poids, et l’on sait que le surpoids joue un rôle majeur dans l’apparition du diabète.

C’est d’ailleurs bien pour son action obésogène que le DES ou des produits similaires ont été donnés pendant des années aux animaux d’élevage : plus de viande, plus de profit !

Briser les chaînes de causalité

Thyroïde, asthme et allergie, autisme… beaucoup d’autres problèmes liés aux perturbateurs hormonaux sont présentés dans « Le grand désordre hormonal ».

Le livre est très bien construit et structuré. Les nombreux dessins explicatifs illustrent le propos et nous permettent de bien saisir des notions importantes, pas forcément faciles à appréhender. A la fin de chaque chapitre se trouve un résumé synthétisant les idées-phares, facilitant ainsi la mémorisation des informations (une pensée pour les victimes du DES souffrant de TDA/H).

Il se termine par des conseils pratico-pratiques de l’auteur pour identifier et ainsi échapper aux perturbateurs hormonaux qui nous entourent (micro-ondes, eau du robinet, ustensiles anti-adhésifs, plastiques, …) parce qu’il est temps de reprendre le contrôle de nos vies.

« Le grand désordre hormonal » ne cherche pas à se départir de la complexité intrinsèque au sujet qu’il aborde, bien au contraire, il parvient à être précis et pointu tout en restant accessible, c’est là sa grande force.

Sans doute l’aurez-vous compris : c’est un livre indispensable.

Disponible en librairie aux deux formats, papier et numérique : https://www.lisez.com/livre-grand-f…

Crédits

Illustrations de Laurent Lalo Notes

1 [en ligne] https://www.reseau-environnement-sa…

2 Le Pr Marianthi-Anna Kioumourtzoglou nous avait expliqué, lors de la conférence “Heritable impacts of diethylstilbestrol (DES)”, que les enfants dont la grand-mère a pris du DES pendant la grossesse sont 36 % fois plus susceptibles d’être porteur d’un TDAH et que, lorsque le DES a été pris au cours du premier trimestre de grossesse, le risque est encore plus important puisqu’il passe à 63 %. Ce qui suggère que le 1er trimestre est une fenêtre critique de vulnérabilité.

3 Le Dr Scott Kerlin, fils DES (diéthylstilbestrol) et fondateur du DES Sons International Network, nous a longuement informé sur ce syndrome lors de la conférence “Heritable impacts of diethylstilbestrol (DES)”

Le compte-rendu de la conférence “Heritable impacts of diethylstilbestrol (DES)” est téléchargeable au format PDF depuis la page /fr/mes-documents (adhérents).

Voir aussi : Corinne Lalo - Ces perturbateurs qui nous empoisonnent de Sud Radio ainsi que Le désordre hormonal - Corinne Lalo - Live du 3 juin 2022

Pour être complet par rapport à cet article, je dois aussi dire qu’un pote ma fait remarquer que certains de ces désordres peuvent être des mutations positives. Par exemple, certains autistes, bien qu’ayant des problèmes de sociabilisation peuvent être surdoués dans certains domaines comme la mémoire par exemple. Certaines personnes peuvent même sans être autistes, être surdouées dans un ou plusieurs domaines.

Ceci dit, ce que documente Corinne Lalo nous montre que nous sommes face à un scandale monstrueux : au lieu de débattre de ce scandale de santé publique universel causé par ces perturbateurs endocriniens et de comment le faire cesser, la classe politico-médiatique préfère faire un écran de fumée avec une polémique et des mesures absurdes basées sur une théorie pseudo-scientifique digne du pire des créationnismes fondamentalistes, ce qui abouti, en plus de ne rien faire contre ce scandale, à plus de Business as Usual et, comme d’habitude avec ces gens-là, par l’entretien de confusions, entre genre et sexe dans ce cas, à nous diviser encore plus.

Les problématiques posées par le résultat des recherches de Corinne Lalo dépassent largement le cadre des problèmes bien réels de développement des organes sexuels et d’une sexualité réellement libérée, conditions nécessaires à une bonne identification de soi, rencontrés par de plus en plus de gens pour toucher quasiment et potentiellement tous les aspect du développement et de la santé de chacun.

2 Messages de forum

  • Les causes cachées et toxiques des théories du genre 10 octobre 2022 12:08, par viriato

    N’importe quoi.

    Un développement "complet" sous le capitalisme sénile ? Et basé sur la séxualité ?

    Ce sont les theories de genre et du "couleur" propres du Parti Démocrate US qui voudrait remplacer la conscience de la lutte de classes marxiste par ces gadgets pour petits bourgeois qui n’ont autre horizon dans leur vie etriquée que le "plaisir".

    Un plaisir qu’ils cherchent comme des malades et qui ne retrouvent jamais. C’est la quete de l’âne devant la carotte que lui echappe à chaque fois.

    Il n’y a pas de "développement complet" sous le système d’aliénation et d’exploitation, des crises, des guerres.

    Il n’y a que des illusions marketing bonnes à vendre et reprises par la mince frange des oisifs qui croeint s’en contenter mais qui n’est qu’un chemin de frustration en frustration. A la place des relations humaines, des courts moments de "plaisir" jamais trouvés et obsesionnellement cherchés.

    La masse des travailleurs ne connait pas cela sauf le court instant de la rencontre avec son couple et n’a pas le temps ni l’envie de perdre son temps avec des théories fumeuses. C’est le cas de 99% des gens malgré toute la propagande sur "l’amour libre" et un tas d’autres trucs qui, où ne peuvent pas être mis en place (la liberté sous le capitalisme… et quoi encore ?) ou ne concernent qu’une toute petite minorité.

    Par contre, comme moyen idéologique pour détourner les masses de la lutte de classes, pour vendre ces élucubrations comme "de gauche", même "libertaires" il n’y a pas assez des magasins et des intellos à la gomme pour s’y atteler.

    Bref, tout cela fait partie de la guerrre idéologique contre les travailleurs et, non seulement ne tient pas la route, mais est truffé d’absurdités, de demi-vérités et surtout de contrebande idéologique bourgeoise.

    • Les causes cachées et toxiques des théories du genre 10 octobre 2022 19:44, par Dominique

      Corinne Lalo ne parle pas de théorie mais elle présente les résultats de nombreuses recherches scientifiques pratiques. Ces résultats concourent pour nous montrer que le capitalisme est en train de littéralement polluer l’être humain au niveau physiologique et biologique. Ce dont elle parle ici ne sont pas des théories pour bourgeois de salon de gauche ou de droite mais des conséquences pratiques de l’utilisation par différentes industries capitalistes de quantités de produits chimiques toxiques pour l’être humain et son développement.

      En bon gauchiste qu’il est viriato répond "n’importe quoi"… Qu’il relise cet article, consulte les 2 vidéos en lien et fasse ses propres recherches. Perso, cela ne m’intéresse pas d’être dans le déni des conséquences pratiques sur mon être biologique et ceux de mes enfants du techno-capitalisme et de son faux progrès matérialiste.

      Une vidéo qui explique entre autre ce qu’implique le déni généralisé des conséquences pratiques du techno-capitalisme tout en élargissant le débat à l’ensemble du vivant : Quelle fin absurde : La vie à la fin de l’empire

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0