VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Les espions britanniques ont incité au meurtre de masse des communistes (...)

Les espions britanniques ont incité au meurtre de masse des communistes indonésiens

vendredi 2 juin 2023, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 2 juin 2023).

Note de do : le vrai dirigeant de ce génocide des communistes indonésien était Kissinger.


Révélation du Guardian : comment les espions britanniques ont incité au meurtre de masse des communistes indonésiens

https://histoireetsociete.com/2021/…

20 octobre 2021

Danielle Bleitrach

Des documents récemment déclassifiés montrent le rôle choquant joué par la Grande-Bretagne dans les massacres de masse des communistes en Indonésie. The Guardian montre dans cet article comment les responsables britanniques ont secrètement déployé de la propagande sale dans les années 1960 pour exhorter les Indonésiens éminents à « éliminer » le « cancer communiste ». En fait, il s’agissait pour les services londoniens d’éliminer Sukarno soutenu par les communistes et qui empêchait la formation d’une fédération malaisienne manipulée par les Britanniques. Dans le rôle du traitre de la guerre froide et aujourd’hui, les anciennes puissances coloniales sont remarquables. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)

Des membres de l’aile jeunesse du Parti communiste indonésien (PKI) sont gardés par des soldats alors qu’ils sont emmenés par camion ouvert à la prison de Jakarta, en octobre 1965. Photographie : AP

Paul Lashmar, Nicholas Gilby and James Oliverdim 17 oct 2021 09.00 BST

Une campagne de propagande orchestrée par la Grande-Bretagne a joué un rôle crucial dans l’un des massacres les plus brutaux du 20e siècle d’après-guerre, telles sont les nouvelles révélations assorties de preuves indéniables.

Les responsables britanniques ont secrètement déployé de la propagande sale dans les années 1960 pour exhorter les Indonésiens éminents à « éliminer » le « cancer communiste ».

On estime qu’au moins 500 000 personnes – certaines estimations jusqu’à trois millions – liées au Parti communiste indonésien (PKI) ont été éliminées entre 1965 et 1966.

Des documents récemment déclassifiés du Foreign Office montrent que les propagandistes britanniques ont secrètement incité les anticommunistes, y compris les généraux de l’armée, à éliminer le PKI. La campagne de meurtres de masse apparemment spontanés, maintenant connue pour avoir été orchestrée par l’armée indonésienne, a ensuite été décrite par la CIA comme l’un des pires meurtres de masse du siècle.

Lorsque les massacres ont commencé en octobre 1965, les responsables britanniques ont appelé à « l’élimination du PKI et de toutes les organisations communistes ». La nation, ont-ils averti, serait en danger « tant que les dirigeants communistes sont en liberté et que leur base est autorisée à rester impunie ».

La Grande-Bretagne a lancé son offensive de propagande contre l’Indonésie en réponse à l’hostilité du président Sukarno à la formation de ses anciennes colonies dans la fédération malaise qui, à partir de 1963, a entraîné un conflit de basse intensité et des incursions armées de l’armée indonésienne de l’autre côté de la frontière. En 1965, des propagandistes spécialisés du département de recherche sur l’information (IRD) du Foreign Office ont été envoyés à Singapour pour produire de la propagande sale visant à saper le régime de Sukarno. Le PKI était un fervent partisan du président et du mouvement .

Le président Sukarno d’Indonésie avec le premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev, 1960. Photographie : Harvey Lippman/AP

Une petite équipe a produit un bulletin d’information prétendant être produit par des émigrés indonésiens et destiné à des personnes éminentes et influentes, y compris des généraux de l’armée. Elle a également fourni une station de radio de propagande sale émettant en Indonésie et dirigée par les Malaisiens.

À la mi-1965, l’opération battait son plein, mais une tentative de coup d’État par des officiers de gauche de l’armée et, secrètement, par des agents du PKI, au cours de laquelle sept généraux ont été assassinés, a fourni la chance d’avoir un impact réel sur les événements.

Le coup d’État a été rapidement écrasé par le futur président indonésien, le général Suharto, qui a ensuite entrepris la reprise progressive du pouvoir à Sukarno et l’élimination du PKI, alors le plus grand parti communiste du monde non communiste.

Les propagandistes ont appelé à ce que « le PKI et tout ce qu’il représente » soient « éliminés pour toujours », conseillant à ses lecteurs influents que « la procrastination et les mesures timides ne peuvent conduire qu’à… notre destruction ultime et complète ». Au cours des semaines suivantes, des massacres de membres présumés du PKI, ayant peu ou pas d’implication dans la tentative de coup d’État, et d’autres personnes de gauche ont eu lieu dans tout l’archipel.

Il ne fait guère de doute que les diplomates britanniques avaient conscience de ce qui se passait. Non seulement le GCHQ pouvait intercepter et lire les communications du gouvernement indonésien, mais sa station de surveillance Chai Keng à Singapour permettait aux Britanniques de suivre les progrès des unités de l’armée impliquées dans la suppression du PKI.

Selon le Dr Duncan Campbell, journaliste d’investigation et expert du GCHQ, ils disposaient d’une technologie permettant aux auditeurs de « localiser les positions des commandants et des unités militaires indonésiens qui envoyaient, relayaient et recevaient des ordres pour la rafles et le meurtre de ceux qui étaient censés être liés au PKI ».

Une lettre adressée à l’ambassadeur britannique à Djakarta par le « coordinateur de la guerre politique », un spécialiste de la propagande du Foreign Office appelé Norman Reddaway, arrivé à Singapour à la suite de la tentative de coup d’État, révèle que la politique était de « dissimuler le fait que les boucheries avaient lieu avec l’encouragement des généraux », dans l’espoir que les généraux « nous traiteront mieux que l’ancien gang ».

Tari Lang, alors adolescent en Indonésie dont le père et la mère, le défunt militant des droits de l’homme Carmel Budiardjo, ont été emprisonnés par l’armée, affirme que les documents sont « horribles » et que le gouvernement britannique porte une part de responsabilité dans ce qui s’est passé. « Je suis en colère que mon gouvernement, le gouvernement britannique, ait fait cela. Les Britanniques n’ont rien fait pour arrêter la violence une fois qu’elle a commencé. »

Reddaway considérait la chute de Sukarno comme l’une des plus grandes victoires de propagande de la Grande-Bretagne. Dans une lettre écrite des années plus tard, il a déclaré que « le discrédit de Sukarno a été rapidement couronné de succès. Son parti nous coûtait environ 250 000 000 £ par an. Il a été contré et aboli à un coût minime par les techniques de l’IRD en six mois.

Selon le professeur Scott Lucas, les documents déclassifiés « montrent à quel point l’IRD et la propagande sale ont continué d’être centrales » dans la politique étrangère britannique d’après-guerre et dans ses opérations à l’étranger. « C’était un moyen relativement peu coûteux pour la Grande-Bretagne de projeter son influence, même si cette influence ne peut pas être ouvertement admise. »

Indonésie 1965, la plus terrible des répressions anticommunistes

http://mai68.org/spip2/spip.php?article15397

Humanité.fr, 30 octobre 2015 :

En 1965, le Parti communiste indonésien (PKI) était le quatrième parti dans le pays, le premier à Java, et, en importance, le troisième Parti communiste au monde avec ses 3 millions d’adhérents, après le Parti communiste d’Union soviétique et le Parti communiste chinois.

En 1963, les États-Unis ont donc décidé d’éliminer Sukarno qui échappait de plus en plus à leur contrôle et se rapprochait du camp dit «  socialiste  ». Pour cela, il fallait absolument éliminer le Parti communiste qui était un des piliers les plus importants du régime de Sukarno, ainsi que toute la gauche indonésienne.

Les listes des personnes à exécuter ont été établies par les agents de la CIA et transmises à l’armée. Et les massacres ont continué régulièrement à s’étendre . Ce furent les pires après l’holocauste de la Seconde Guerre mondiale commis par les hitlériens. Le nombre des victimes se situe entre 500 000 et 3 millions de personnes assassinées.

Note de do : C’est Kissinger qui a dirigé ce génocide des communistes indonésiens.

Cliquez ici pour l’article et les commentaires

COMMENT L’INDONÉSIE FIT RETOUR AU MONDE LIBRE (PDF)

Recherches internationales, n° 76, 2 - 2006, pp. 159-178

MASSACRES EXQUIS OU COMMENT L’INDONÉSIE FIT RETOUR AU MONDE LIBRE (1965-1966)

PATRICE JORLAND

http://mai68.org/spip2/spip.php?article15395

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0