VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Le mythe de la contagion

Le mythe de la contagion

jeudi 31 août 2023 (Date de rédaction antérieure : 31 août 2023).

Le mythe de la contagion - Pourquoi les virus ne sont pas la cause de nos maladies, de Thomas S Cowan et Sally Fallon Morell nous montre que les virus sont en fait des exosomes, soit un des moyens que notre corps utilise pour se débarrasser des toxines. Ce que l’on appelle virus n’est donc pas une cause de maladie mais un symptôme de maladie. Et combattre ce symptôme revient à combattre le système immunitaire.

J’étais très sceptique avant de me lancer dans sa lecture (les virus n’existent pas) mais maintenant et en ces temps de déploiement de la 5G, je considère ce livre comme un manuel de survie.

Sur la 5G, ma pratique et mon expérience de l’électronique m’ont appris qu’il est totalement illusoire de faire confiance aux fabricants sur l’innocuité de leurs produits. Par exemple, ils n’ont reconnu les dangers des ondes électromagnétiques émises par les bobines des tubes cathodiques que du bout des lèvres et qu’en tant qu’argument de vente quand il s’est agit de lancer les écrans plats. Et l’on sait que les fréquences utilisées par les radars, les fours à micro-ondes et la 4G sont bien plus nocives et que celles de la 5G (longueur d’onde millimétrique) le sont encore plus.

Pour convaincre les sceptiques de le lire, plutôt que de leur faire peur en leur disant que les virus n’existent pas, il est beaucoup plus productif de leur dire que les virus sont en fait des symptômes de maladie, les exosomes qui évacuent les toxines de nos cellules, et non des causes de maladie.

Ce livre contient 3 parties. Dans la première, les auteurs exposent la théorie du germe, ils font son historique et ils présentent une critique. Ils montrent notamment que depuis le début de l’électrification, les grandes épidémies correspondent toutes à différentes étapes de l’électrification de la Terre. Dans celles du passé, ils montrent qu’elles sont liées entre autres à différentes perturbations électro-magnétiques causées par le soleil ou des comètes. Ils introduisent aussi les exosomes, ces composants des défenses de notre corps, et ils montrent que pour avoir un bon système immunitaire, il faut une bonne alimentation et une eau de qualité.

Dans la deuxième partie, ils parlent des rôles de l’eau (la majorité de notre corps est composé d’eau), de la nourriture, des toxines et de la peur, dans notre système immunitaire et nos réponses à la maladie.

Dans la troisième partie, ils présentent et mettent en contexte les choix qui ont été faits pendant la pandémie de covid ainsi que par rapport aux vaccins. Ils montrent que le parcours de cette pandémie correspond au développement de la 5G. Ce qui leur fait se demander, alors que l’électrification de la terre n’a fait que se développer et causer des épidémies à chaque étape, alors que la 5G est une catastrophe pour le système immunitaire, si la 5G n’est pas l’étape de trop dans cette électrification.

Suit des annexes sur l’eau, la bio-géométrie et l’atténuation des CEM ainsi que sur l’alimentation.

Sur l’eau, je dirais qu’un filtre Brita qui filtre les produits chimiques comme le chlore, une partie des métaux lourds comme le plomb et une partie des résidus médicamenteux présents dans l’eau du robinet est un must pour ceux, nombreux, qui n’ont pas les moyens de se payer les dispositifs décrits dans l’annexe sur l’eau. Les auteurs vont plus loin car en plus de filtrer l’eau, il la ré-oxygène et la redynamise avec des vortex qui sont censés lui redonner une partie des propriétés des eaux naturelles de source.

Quand au chapitre sur l’alimentation, je ne résiste pas à le copier ici, les véganes vont adorer.

PDF - 2 Mo
Le mythe de la contagion

9. La nourriture

À la fin des années 1890, alors que la théorie des germes gagnait en importance, une nouvelle invention est apparue : la presse à rouleaux en acier inoxydable. Cet engin rutilant a permis aux fabricants d’extraire l’huile de graines dures comme le maïs, le coton et le soja. Les presses primitives en pierre ne fonctionnaient que pour les graines huileuses comme le sésame, le lin et le colza et pour les fruits huileux comme les olives, les noix de coco et les fruits de palmier. Une presse traditionnelle en pierre extrait les huiles lentement et sans chaleur, de sorte que le produit final est naturel et tend à être sain.

L’huile de graines de coton - un déchet de l’industrie du coton - a été la première fabrication de la nouvelle presse mécanisée. Comme toutes les huiles de graines industrielles, l’huile de coton suinte de la graine écrasée sous la forme d’une substance sombre et malodorante, qu’aucune personne saine d’esprit ne consommerait. Le traitement à haute température, qui fait appel à des produits chimiques alcalins, à la désodorisation, au blanchiment et à l’hydrogénation (un processus qui transforme une huile liquide en un solide), transforme cette substance sombre en un produit adapté à son utilisation initiale : les bougies. La société Proctor &Gamble, située à Cincinnati, a perfectionné le processus de raffinage de ce produit industriel. Mais avec l’électrification, l’industrie des bougies a décliné. Qu’allaient-ils faire de l’infrastructure de traitement coûteuse dans laquelle ils avaient investi ? Donner le pétrole aux gens, bien sûr.

Le résultat a été un changement profond dans l’approvisionnement alimentaire, quelque chose que le monde n’avait jamais vu. Il a fallu une quarantaine d’années pour que les huiles de graines industrielles - en tant que graisses dures partiellement hydrogénées et en tant qu’huiles de cuisson liquides - remplacent les graisses animales pour la cuisine et la pâtisserie ; les huiles industrielles bon marché provenant de graines de coton, de maïs et de soja ont rendu possible l’industrie des aliments transformés - si bon marché et si rentable que l’industrie avait beaucoup d’argent pour les campagnes de marketing et beaucoup de poids pour influencer la recherche universitaire et la politique gouvernementale. Pendant des années, des organismes de santé, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ont recommandé un régime alimentaire contenant des huiles végétales transformées par l’industrie au lieu de graisses animales naturelles. Aucun changement alimentaire n’a jamais été aussi néfaste pour la santé que l’avènement des huiles de graines industrielles, généralement appelées "huiles végétales" ; chargées de produits chimiques, intrinsèquement rances et dépourvues des nombreux nutriments essentiels que l’humanité tire exclusivement des graisses animales comme le beurre, le saindoux, la graisse de volaille et le suif, elles constituent une recette pour une mauvaise santé. Les maladies chroniques telles que les maladies cardiaques et le cancer, les problèmes rénaux, la maladie d’Alzheimer et les troubles immunitaires ont augmenté parallèlement à l’augmentation de la consommation d’huiles végétales. En outre, le type de molécules de graisse contenues dans l’huile végétale (acide linoléique oméga-6) peut rendre notre corps plus sensible aux effets des rayonnements électromagnétiques. Notre corps compte des milliards de cellules, et chaque cellule est entourée d’une membrane composée d’une double couche de molécules de graisse, appelée couche lipidique. Ces molécules sont pour la plupart saturées car, après tout, ce sont des graisses animales. L’autre composant principal de la membrane cellulaire est le cholestérol. Ensemble, les graisses saturées et le cholestérol assurent l’imperméabilité de la membrane cellulaire, permettant ainsi une chimie discrète et un potentiel électrique différent à l’intérieur et à l’extérieur de la cellule. Cette remarquable membrane est dotée de canaux et de récepteurs afin que seuls certains composés puissent entrer et sortir.

À l’intérieur de la cellule se trouvent les mitochondries, qui contribuent à créer de l’énergie. Elles sont comme de minuscules moteurs électriques à l’intérieur de nos cellules. Elles ont également une membrane composée d’une double couche de molécules de graisse, dont la plupart doivent être saturées, afin que les mitochondries puissent produire efficacement de l’énergie pour nos cellules et notre corps.

Comme nous l’avons expliqué au chapitre 8 (sur l’eau), les structures de vos tissus servent à créer des enceintes microscopiques où l’eau se structure contre des milliards de surfaces hydrophiles. Les zones d’eau structurée ont une charge négative. À l’intérieur de la cellule, l’eau structurée remplit les espaces, créant ce qui équivaut à un réseau de fils fins pour transporter le courant électrique à travers la cellule et vers d’autres cellules. Une bonne santé dépend de la protection et de l’intégrité de cette structure gélifiée, protégée des poisons, des CEM (champs électro-magnétiques) et même des émotions négatives. L’objectif est de maintenir nos propres courants internes aussi protégés que possible contre les interférences de la 5G et des autres CEM extérieurs. Les graisses saturées servent en quelque sorte d’isolant dans les cellules et les tissus. En revanche, les molécules de graisse contenues dans les huiles végétales, appelées acides gras polyinsaturés, n’offrent pas la stabilité dont ces structures ont besoin. Lorsqu’ils sont intégrés aux membranes de nos cellules et de nos tissus, ceux-ci deviennent "souples" et "perméables" ; ils ne peuvent plus fournir les barrières efficaces dont nos cellules ont besoin pour fonctionner correctement.

Il est particulièrement important, à l’ère d’Internet, de disposer d’une quantité suffisante de graisses saturées dans nos membranes cellulaires, car la 5G et d’autres CEM augmentent la perméabilité de la membrane cellulaire (1), ce qui peut entraîner une sorte de famine dans tous nos tissus, avec toutes sortes de conséquences fâcheuses, de la fatigue au cancer. La moitié au moins des molécules de graisse de la membrane cellulaire doit être saturée pour que nos cellules fonctionnent de manière optimale. La molécule de graisse contenue dans nos surfactants pulmonaires doit être saturée à 100 % pour que les poumons fonctionnent correctement (2). Si notre alimentation est pauvre en graisses saturées, l’organisme introduit des acides gras polyinsaturés ou partiellement hydrogénés dans les surfactants pulmonaires, ce qui rend la respiration difficile.

Les maladies chroniques des voies respiratoires inférieures comprennent la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), l’emphysème et la bronchite. Les poumons ne peuvent tout simplement pas fonctionner correctement chez les personnes qui consomment beaucoup d’huiles de graines industrielles.

Les graisses animales saturées fournissent également du cholestérol, qui est nécessaire dans les membranes cellulaires pour garantir l’étanchéité des cellules afin qu’elles puissent avoir un potentiel électrique différent à l’intérieur et à l’extérieur de la cellule. Un autre composé important que nous obtenons uniquement à partir des graisses animales est l’acide arachidonique, qui est nécessaire à l’étanchéité des jonctions entre les cellules.

Une fonction clé des graisses animales saturées est de servir de support à un trio de nutriments liposolubles : les vitamines A, D et K2. Les niveaux de ces vitamines étaient beaucoup plus élevés dans le régime alimentaire de nos ancêtres et des peuples non industrialisés, pour trois raisons. Premièrement, la plupart des graisses consommées par nos ancêtres étaient des graisses animales - beurre, saindoux, graisse de volaille et suif - et deuxièmement, ils mangeaient l’animal entier - non seulement les muscles, mais aussi les organes, la moelle, la peau et le sang. Les vitamines liposolubles sont concentrées dans ces organes, en particulier le foie. Même pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains mangeaient généralement du foie une fois par semaine, ce qui leur donnait une dose constante de vitamine A. Troisièmement, les animaux étaient élevés dans des pâturages à la lumière du soleil, ce qui permet d’optimiser les quantités de ces nutriments essentiels dans notre alimentation. Le jaune d’œuf d’un poulet élevé en plein air, à l’ancienne, contient plusieurs fois plus de vitamine D que le jaune d’œuf d’un poulet élevé en claustration - le modèle industriel "moderne" (4). Rien ne peut se produire dans le corps sans les vitamines A, D et K2 - de la croissance à la formation des hormones, à la production d’énergie et à la reproduction - cet ensemble de nutriments travaille ensemble pour nous protéger contre les toxines et renforcer notre immunité. La vitamine A est particulièrement importante pour le bon fonctionnement des poumons (5). Les meilleures sources sont l’huile de foie de morue, les abats provenant d’animaux sains (foie, saucisses de foie, etc.) et la viande.

Les meilleures sources sont l’huile de foie de morue, les abats d’animaux sains (foie, saucisses de foie, scrapple, pâté et terrines), les jaunes d’œufs de poules élevées en pâturage, le beurre et la crème de vaches nourries à l’herbe, les œufs de poisson, les crustacés, les poissons gras, le saindoux de porcs élevés en plein air, la graisse de volaille et le foie de volaille d’oiseaux élevés au soleil sur de l’herbe verte - tous ces aliments que les responsables de la santé publique conventionnels nous découragent de manger ou que les pratiques agricoles industrielles modernes rendent difficiles à obtenir. Les pratiques alimentaires modernes nous privent non seulement de ces nutriments, mais aussi de minéraux, car les vitamines liposolubles jouent un rôle clé dans l’assimilation des minéraux. Les smoothies à base de légumes biologiques contiennent des minéraux, mais ceux-ci sont en grande partie gaspillés sans les vitamines liposolubles.

La production industrielle d’huile de graines remplit nos estomacs mais affame nos cellules ; il en va de même pour la production industrielle de céréales. Un triomphe de la transformation industrielle est la méthode Chorleywood, qui permet de transformer en deux heures des grains de blé en miches de pain dans leur sac en plastique, ainsi que le processus d’extrusion à haute température et à haute pression, qui permet de produire des céréales sèches pour le petit déjeuner comme les Cheerios et les Wheaties à partir de blé, d’avoine et de maïs. Les cultures traditionnelles non industrialisées du monde entier ne traitaient pas les céréales de cette manière ; elles les soumettaient plutôt à un long et lent processus de fermentation, comme le trempage de l’avoine pendant une nuit ou même plusieurs nuits avant de les cuire pour en faire un porridge aigre (6). Le pain de levain naturellement levé est un processus de fermentation qui prend plusieurs jours. En Afrique, dans certaines régions du Moyen-Orient et dans l’Europe médiévale, la fermentation lente des céréales était la première étape de la création de boissons nourrissantes, comme la bière de sorgho et la petite bière, des boissons à faible teneur en alcool et à forte teneur en nutriments, notamment en vitamines B. La petite bière était une boisson courante, même pour les enfants, à l’époque coloniale - Benjamin Franklin la consommait au petit déjeuner et George Washington avait une recette de petite bière à base de son et de mélasse (7). Une telle boisson aurait nourri la flore intestinale en fournissant de l’eau structurée autour des bulles pétillantes et des vitamines B à profusion.

Les céréales qui n’ont pas été trempées, germées ou fermentées sont difficiles à digérer pour l’homme et contiennent de nombreux "anti-nutriments", des composés comme l’acide phytique, les lectines et les inhibiteurs d’enzymes, qui bloquent la digestion et peuvent même entraîner des carences en minéraux. Les produits céréaliers modernes - y compris les produits "santé" à la mode comme les muffins au son d’avoine et les granolas - remplissent le ventre mais ne nourrissent pas. Parfois, ils sont même toxiques. Le processus d’extrusion utilisé pour fabriquer les céréales du petit-déjeuner crée des neurotoxines (8) ; le gluten contenu dans le blé devient toxique s’il n’est pas préparé correctement. Une préparation soignée transforme les céréales en véritables aliments, augmentant les vitamines B et libérant les minéraux pour une assimilation facile. L’industrie alimentaire "résout" le problème de la transformation moderne des céréales en ajoutant des vitamines synthétiques. De toute façon, les carences manifestes sont rares en Amérique, non pas à cause des vitamines synthétiques ajoutées aux céréales, mais parce que la plupart des Américains mangent beaucoup de viande. Un symptôme intéressant chez certains patients atteints de Covid-19 est celui des "orteils de Covid" - des orteils rouges et enflammés, semblables aux orteils de la pellagre (qui est causée par une carence en niacine).

Les scientifiques ont observé une diminution par trois du NAD (une forme de niacine) dans les cellules des patients atteints de Covid, une affection imputée au coronavirus. Cependant, l’exposition aux technologies sans fil et aux micro-ondes peut également appauvrir les formes cellulaires de niacine (9). La défense évidente consiste à limiter l’exposition aux CEM et à consommer des quantités importantes de vitamines B, en particulier de niacine.

Une bonne préparation des céréales et une consommation suffisante de produits animaux garantiront des niveaux adéquats de vitamines B. D’autres produits évidents de la révolution industrielle sont la farine blanche et le sucre raffinés (et son jumeau diabolique moderne, le sirop de maïs à haute teneur en fructose [HFCS]). Les édulcorants raffinés et la farine blanche sont la quintessence des "aliments de substitution du commerce moderne". L’organisme a un tel besoin de graisses saturées pour maintenir les membranes et les surfaces des tissus qu’il dispose d’un plan de secours au cas où notre alimentation n’en contiendrait pas des quantités suffisantes : il fabrique des graisses saturées à partir de glucides, en particulier de glucides raffinés (10). Malheureusement, ce plan de secours ne fournit pas les nutriments liposolubles que nous obtenons à partir des graisses animales, ni les vitamines B sous leur forme naturelle que nous obtenons à partir de céréales complètes correctement préparées. Au lieu de cela, la consommation de glucides raffinés constitue une voie rapide vers les maladies chroniques dont souffrent les Occidentaux - diabète, maladies cardiaques, problèmes rénaux, hypertension artérielle et cancer. La grande majorité des victimes du Covid-19 souffrent d’une ou de plusieurs de ces affections préexistantes.

Les régimes à base d’huiles végétales ou même d’huile d’olive conduisent souvent à des fringales de glucides raffinés ; un retour aux graisses animales est le premier pas vers la résolution du besoin de glucides raffinés. L’adoption de régimes "à base de plantes" (qu’ils soient végétaliens, végétariens ou simplement pauvres en produits animaux) est une autre tendance qui contribue à la famine nutritionnelle. Bien que certaines personnes fassent état d’une amélioration de leur état de santé lorsqu’elles adoptent un régime à base de plantes, des carences apparaissent avec le temps. La décision d’éviter les produits animaux s’accompagne souvent de la résolution de "manger mieux" en général et d’éviter les aliments transformés. L’élimination des sources d’huiles végétales, de farine blanche et d’édulcorants raffinés de l’alimentation ne constitue qu’une partie du processus de rétablissement de la santé ; l’autre partie nécessite la consommation d’aliments riches en nutriments. Bien que les aliments végétaux aient un rôle certain à jouer.

Le végétarisme à long terme, et plus particulièrement le végétalisme, entraîne souvent des carences en protéines complètes, en vitamines liposolubles A, D et K2, en vitamine B12 et en quatre minéraux essentiels : zinc, soufre, fer et calcium. D’autre part, les aliments d’origine végétale tels que les haricots, les noix et les céréales ont tendance à être riches en cuivre, et un rapport cuivre/zinc élevé peut rendre une personne sensible à l’électromagnétisme (11).

Le manque de fer, bien sûr, entraîne l’anémie et la fatigue ; le soufre soutient les mécanismes de transport de l’oxygène dans le sang. La supplémentation en zinc et en soufre semble aider les patients atteints de Covid-19. Les meilleures sources sont les aliments d’origine animale comme la viande rouge, le foie et le jaune d’œuf. La vitamine A contenue dans les graisses animales et le foie permet au fer d’aller dans les globules rouges où il est nécessaire et à tous les minéraux d’être utilisés efficacement. L’organisme a du mal à utiliser le fer ajouté aux aliments transformés, comme les céréales pour petit-déjeuner et la farine blanche, et il se retrouve donc dans les tissus mous, où il n’a pas sa place - c’est ce qu’on appelle le fer toxique - plutôt que dans la circulation sanguine, où le fer contenu dans les globules rouges transporte l’oxygène vers les tissus.

Covid-19 et la carence en zinc ont de nombreux symptômes en commun : toux, nausées, fièvre, douleurs, crampes abdominales, diarrhée, perte du goût et de l’odorat, perte d’appétit, fatigue et apathie, inflammation et diminution de l’immunité. Les aliments riches en zinc et même les pastilles au zinc offrent une réelle protection contre cette maladie.

Un des effets de la 5G semble être la stimulation des canaux calciques dans la membrane cellulaire. Cela fait pénétrer le calcium dans les cellules, ce qui a pour effet d’empoisonner la cellule, tout en diminuant le calcium ionisable dans le sang. Le calcium ionisé dans le sang est utilisé dans les voies de coagulation pour aider à la coagulation et prévenir les saignements incontrôlés. Pendant la pandémie de 1918, de nombreux médecins ont remarqué que leurs patients mouraient d’hémorragie et non de pneumonie. Certains médecins ont signalé que l’administration de calcium-lactate par voie intraveineuse empêchait les gens de mourir. Peu après, Royal Lee, de la société Standard Process a formulé un produit contre la grippe appelé Congaplex, qui contenait du lactate de calcium - la même forme de calcium facilement disponible que dans le lait cru. En outre, le lait cru entier provenant de vaches en pâturage contient des composés qui renforcent le système immunitaire et nous aident à gérer le stress et les CEM (12).

La plus grande tragédie de la théorie des germes a été son application au lait, l’aliment parfait de la nature. Aujourd’hui, la plupart du lait est soumis à la pasteurisation ; en fait, la plupart du lait est ultra-pasteurisé, un processus qui chauffe le lait à 230 degrés Fahrenheit, bien au-dessus du point d’ébullition, apparemment pour débarrasser le lait des germes nocifs, mais en fait pour prolonger la durée de conservation. Malheureusement, la pasteurisation réduit considérablement la teneur en vitamines - une étude de l’industrie laitière a montré que la pasteurisation entraînait une baisse de la teneur en vitamines B, notamment B2, B6 et B12 - et ces études portaient sur du lait simplement pasteurisé, c’est-à-dire chauffé à 170 degrés (13). Il est probable que l’ultra-pasteurisation entraîne la destruction de jusqu’à 100 % des vitamines du lait. Les minéraux restent, mais les enzymes dont le corps a besoin pour les assimiler sont détruites. La pasteurisation détruit la bêta-lactoglobuline, qui est nécessaire à l’absorption intestinale des vitamines A et D (14). La pasteurisation, au nom de la théorie des germes, a entraîné la destruction de la plupart des bienfaits du lait, un aliment de choix pour les enfants en pleine croissance dans la culture occidentale. La pasteurisation rend également les protéines du lait allergènes ; de nombreuses personnes allergiques au lait se tournent vers des "laits" à base d’amandes, de pois, d’avoine ou de soja, dont la valeur nutritionnelle est douteuse. Le lait cru et entier (surtout celui provenant d’animaux nourris à l’herbe) est un aliment complet et facile à digérer. Il contient tous les nutriments dont les bébés et les enfants ont besoin pour leur croissance ; il les protège de l’asthme et des maladies respiratoires (15) ; il assure un apport abondant en calcium, facilement assimilable, pour des dents et des os solides. Pour les personnes âgées, le lait cru est tout aussi nourrissant ; il protège les os et nourrit les tissus, même lorsque les feux de la digestion se sont éteints.

Le lait cru est une excellente source de glutathion, un composé que notre corps utilise pour se désintoxiquer. Seul le glutathion provenant de protéines de lactosérum fraîches et dénaturées est efficace, c’est-à-dire du lait cru, et non du lait pasteurisé ou des poudres de lactosérum. Alexey V. Polonikov, de l’Université médicale d’État de Kursk, affirme que "la carence en glutathion est exactement l’explication la plus plausible des manifestations graves et de la mort des patients infectés par le virus Covid-19" (16). Le lait cru peut être d’une aide précieuse pour nous protéger de cette maladie.

Une autre source importante de nutriments absents de l’alimentation moderne : le bouillon d’os riche en gélatine, fabriqué à partir des os et des parties cartilagineuses de l’animal, qui nourrit le cartilage de notre propre corps - et notre corps contient plus de cartilage que de muscle. Le bouillon d’os est riche en glycine, un élément essentiel du collagène qui aide à maintenir une eau structurée à l’intérieur et à l’extérieur des cellules. La glycine aide à créer un collagène solide dans les certitudes des surfactants pulmonaires et dans tout le corps, et elle favorise la détoxification. Les pieds, têtes, os et peaux d’animaux ne se perdaient pas dans la cuisine de votre grand-mère. Ils étaient jetés dans une marmite et mijotés à l’arrière du fourneau pour obtenir un riche bouillon - essentiellement du collagène fondu. Ce bouillon constituait ensuite la base de soupes, de ragoûts, de sauces et de pâtés nourrissants ou pouvait être consommé sous forme de tasse de bouillon pour une énergie optimale et une bonne digestion - un bien meilleur choix que le café ! Malheureusement, l’industrie alimentaire a trouvé un moyen d’imiter le bouillon fait maison - la sauce à base de bouillon que votre grand-mère servait est imitée sous la forme d’une sorte de bouillie faite d’eau, d’un épaississant, de colorants et d’arômes artificiels, en particulier le glutamate monosodique (MSG), une neurotoxine. Le glutamate monosodique est présent dans de nombreuses soupes et ragoûts en conserve ou déshydratés, des sauces en bouteille, des "bouillons" dans des récipients aseptiques, des sauces à salade, des mélanges d’assaisonnement, des aliments à base de soja (qui sont intrinsèquement amers) et même des huiles végétales.

Rarement étiqueté, le MSG est une neurotoxine, et non un nutriment, et une autre source de famine pour ceux qui consomment principalement des aliments transformés.

Les aliments et boissons fermentés constituent un autre élément important des régimes traditionnels riches en nutriments. Les aliments fermentés crus fournissent des bactéries bénéfiques au tractus intestinal, de préférence sur une base quotidienne. Ces bactéries facilitent la digestion, libèrent les minéraux, décomposent les anti-nutriments, fournissent des vitamines (en particulier les vitamines B) et nous protègent contre les toxines. En fait, une étude récente établit un lien entre la consommation de légumes fermentés et une faible mortalité due au Covid-19 (17). Les condiments fermentés comme les cornichons crus et la choucroute, les sauces fermentées comme le ketchup et les boissons fermentées comme le kéfir et le kombucha sont des éléments essentiels d’un régime qui nourrit et protège véritablement. Malheureusement, l’alimentation moderne remplace les condiments fermentés crus par des versions en conserve, fabrique du ketchup traité thermiquement et chargé d’additifs, et promeut des boissons gazeuses vraiment toxiques et fortement sucrées au lieu de boissons fermentées artisanales.

C’est le bactériologiste et lauréat du prix Nobel Ilya Mechnikov, contemporain de Louis Pasteur, qui a fait connaître au public les bienfaits des bactéries productrices d’acide lactique dans les aliments fermentés, en particulier les produits laitiers fermentés comme le yaourt. C’est à Mechnikov que l’on doit la découverte des macrophages, qui se sont révélés être le principal mécanisme de défense de notre système immunitaire inné. Il a proposé la théorie selon laquelle les globules blancs pouvaient engloutir et détruire les toxines et les bactéries, ce qui a suscité le scepticisme de Pasteur et d’autres. À l’époque, la plupart des bactériologistes - qui supposent toujours que les processus naturels sont nuisibles - pensaient que les globules blancs ingéraient les agents pathogènes et les propageaient ensuite dans le corps.

Contrairement à Pasteur, qui pensait que toutes les bactéries étaient mauvaises, Mechnikov attribuait la bonne santé et la longévité des paysans bulgares à leur consommation quotidienne de yaourt (fermenté) et aux bactéries productrices d’acide lactique qu’il contenait.

Mechnikov, personnage haut en couleur et passionné, a tenté à deux reprises de se suicider - la première fois par une overdose d’opium et la seconde en s’injectant le spirochète de la fièvre récurrente (semblable à la malaria) (18). Il a conclu que c’était son habitude de manger du yaourt bulgare qui le protégeait des toxines du spirochète et lui permettait de survivre. Il a également fait des expériences sur lui-même et sur d’autres personnes en buvant des bactéries du choléra pendant l’épidémie de choléra de 1892 en France. Lui et un volontaire n’ont pas été malades, mais un autre volontaire a failli mourir. Il a alors découvert que certains microbes entravaient la croissance du choléra, tandis que d’autres stimulaient la production de toxines du choléra. Il en a conclu que la culture appropriée de la flore intestinale pouvait protéger contre des maladies mortelles comme le choléra (19). Nous obtenons ces bactéries protectrices quotidiennement en mangeant des aliments lacto-fermentés.

Un composant important des aliments fermentés est la vitamine C. Les traitements efficaces des cas de Covid-19 comprennent de fortes doses de vitamine C (orale ou IV). La meilleure source alimentaire est constituée par les légumes fermentés comme la choucroute, qui est beaucoup plus riche en vitamine C que le chou frais. La technologie de transformation des aliments qui a accompagné la révolution industrielle nous a permis de détruire à peu près tous les ingrédients courants que nous mettons dans notre bouche, même le sel. Le sel est un nutriment essentiel pour la santé, et notamment pour maintenir la différence de potentiel électrique dans nos tissus, qui peut nous protéger contre les CEM. Mais les procédés modernes éliminent tout le magnésium et les oligo-éléments du sel et ajoutent un composé d’aluminium qui empêche l’agglutination, de sorte que le sel coule quand il pleut. La solution est d’utiliser du sel non raffiné sur vos aliments et dans vos préparations culinaires, un sel qui contient une grande quantité d’oligo-éléments et nous fournit une source quotidienne de magnésium. Une cuillère et demie à café de sel non raffiné (le besoin minimum d’un adulte en sodium et en chlorure) fournit en fait environ deux fois le besoin minimum d’un adulte en magnésium.

Prenez maintenant votre régime d’aliments transformés - votre dîner congelé, votre soupe en boîte, votre repas à emporter et vos restes - et passez-les au micro-ondes. Il ne restera pas grand-chose de nourrissant dans ces aliments (20).

L’impression créée dans de nombreux livres et dans les médias est qu’une alimentation "saine" est sèche et peu satisfaisante - contenant des poitrines de poulet sans peau, de la viande maigre, des jus de légumes et des céréales complètes grossières - ne pourrait être plus éloignée de la vérité. Une alimentation saine n’exige aucun sacrifice en termes de goût et de satisfaction, mais seulement du soin dans l’achat et la préparation de nos aliments. Des produits laitiers riches et sains, y compris du beurre en abondance, des viandes grasses, du lard et de la charcuterie naturels, des œufs (surtout les jaunes), du pain artisanal au levain, du véritable bouillon d’os, des sauces satisfaisantes, des édulcorants naturels, du sel non raffiné en abondance, des condiments intéressants et des boissons fermentées rafraîchissantes : voilà le type d’alimentation qui nourrit et protège vraiment, et qui est de plus en plus disponible dans le commerce. Si votre régime alimentaire est composé principalement d’aliments transformés, vous pouvez être sûr que votre corps est en mode d’attente, surtout si vous réchauffez vos aliments dans un four à micro-ondes.

Bonne lecture !

Réponse de do : Je ne crois pas du tout à cette théorie très dangereuse qui invite les gens qui ont le SIDA à baiser avec n’importe qui sans capote anglaise. J’ai des ami-e-s qui ont eu le SIDA et je sais très bien qu’ils ont contaminé d’autres personnes. Tous sont morts maintenant. La contagion n’est pas un mythe : si la contagion n’existait pas, il n’y aurait pas eu le scandale du sang contaminé :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affai…

Environ 70% des hémophiles sont morts du SIDA parce qu’on leur a injecté des produits sanguins infectés au rétrovirus du SIDA.

Mes deux premiers amis qui sont morts du SIDA étaient des frères, tous deux hémophiles, qui ont ensuite contaminé d’autres personnes sans le savoir.

Les petites aiguilles des drogués à l’héroïne ont elles aussi servi à contaminer beaucoup de monde.

17 Messages de forum

  • Le mythe de la contagion 31 août 2023 01:29

    Exosomes ;

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Exoso…)

    Extrait : « Les virus, comme les VIH utilisent aussi les exosomes à des fins de transport et de camouflage. Ces derniers participent également à la croissance des tumeurs7 et pourraient contribuer à la genèse de la maladie d’Alzheimer8. »

    • Le mythe de la contagion 31 août 2023 04:49, par Dominique

      Lien correct : https://en.wikipedia.org/wiki/Exoso…)

      Le paragraphe complet :

      Rôles

      Les exosomes servent de véhicules de transport et d’expulsion de composants cellulaires. Les exosomes assurent les mêmes fonctions que leur cellule parentale. En outre, ils servent à la communication cellulaire en transférant des ARN messagers et des microARN5 et peuvent par exemple jouer un rôle dans l’immunité cellulaire, comme pour le relargage de CMH II6. Les virus, comme les VIH utilisent aussi les exosomes à des fins de transport et de camouflage. Ces derniers participent également à la croissance des tumeurs7 et pourraient contribuer à la genèse de la maladie d’Alzheimer8.

      Donc dans la première partie, wikipedia donne raison à ce livre. Un livre qui souligne que les méthodes utilisées pour prouver la théorie du germe étaient frauduleuses et qui montrent pourquoi. Un livre qui souligne aussi que nombre d’études sont frauduleuses. N’étant pas spécialistes de ces questions, lire ces études serait une perte de temps pour moi, mais jusqu’à preuve du contraire, je sais par expérience professionnelle confirmées par de nombreuses études indépendantes que l’on ne peut pas faire confiance aux fabricants de la 5G et je me fiche complètement de savoir ce que wikipedia en pense, ce grand foutoir où même les services secrets français ont été pris en flagrant délit de manipulation d’articles et où sévissent des groupes d’individus qui verrouillent le contenu de nombreux articles. Par exemple dans l’article "Pays", le mot frontière ne figure même pas et comme par hasard et contrairement à toutes les autres entités étatiques, l’entité israélienne n’a jamais fixé ses frontières. Où les articles sur le nucléaire qui ont été totalement réécris pour ne former plus qu’une seule et même pub pour cette industrie en mettant de côté toutes les références critiques des anciens articles. Etc., etc, la liste des articles frelatés de wikipedia est tellement longue que je connais même des instituteurs qui s’en rendent compte, qui disent que c’est n’importe quoi et qui interdisent à leurs élèves de l’utiliser.

      De toutes façons, cela ne change rien au fait que toutes les épidémies récentes correspondent aux étapes de l’électrification de la planète et ce livre apporte une pierre intéressante au puzzle en faisant le lien avec les exosomes et le système immunitaire, un lien que la première partie de ce paragraphe confirme.

    • Le mythe de la contagion 31 août 2023 04:58, par Dominique

      En plus tu as été bien rapide pour le lire ce bouquin alors que je viens d’en terminer sa lecture.

      • Le mythe de la contagion 31 août 2023 11:54, par do

        Salut Dominique,

        Il me suffit de savoir que ce livre prétend que la contamination n’existe pas !

        Si la contagion n’existait pas, il n’y aurait pas eu le scandale du sang contaminé :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Affai…

        Environ 70% des hémophiles sont morts du SIDA parce qu’on leur a injecté des produits sanguins infectés au rétrovirus du SIDA.

        Mes deux premiers amis qui sont morts du SIDA étaient des frères, tous deux hémophiles, qui ont ensuite contaminé d’autres personnes sans le savoir.

        Les petites aiguilles des drogués à l’héroïne ont elles aussi servi à contaminer beaucoup de monde.

        Bien à toi,
        do
        http://mai68.org/spip2

        • Le mythe de la contagion 31 août 2023 19:02

          Ils sont morts parce qu’un toxique était dans le sang. Mais pas un rétrovirus qui n’existe pas. La seule cause des maladies est l’agent toxique (chimique, électromagnétique, stress → psychosomatique).
          Vous pouvez ne pas être d’accord mais cela fait trois ans que je cherche la preuve irréfutable non seulement de l’existence d’un quelconque "virus" (pas une construction numérique), mais même d’une contamination par une bactérie. Et les sources sont inexistantes. Par contre pour les toxiques, depuis le XVIIIe siècle, elles sont innombrables.

          • Le mythe de la contagion 1er septembre 2023 01:27, par do

            Comment fait-on pour croire que le virus du SIDA n’existe pas ?

            Tu crois donc que Montagnier, découvreur du VIH est un menteur ? Et les tous les scientifiques qui ont confirmé sa découverte, tous des menteurs ?

            Un poison dans le sang, dis-tu ? À la rigueur, ça pourrait fonctionner comme ça aussi avec les petites aiguilles des drogués à l’héroïne. Quoique pas vraiment, car au bout d’un moment le poison se diluerait et ne ferait plus d’effet.

            Mais surtout, le SIDA s’attrape aussi en faisant l’amour. Et là, ça ne fonctionne plus du tout !

            Donc non, ce n’est pas un simple poison dont on pourrait d’ailleurs se demander ce qu’il faisait là, soudainement, massivement, dans tous les produits sanguins de la France entière.

            C’est forcément un truc qui a la possibilité de se multiplier ou d’être multiplié. Les scientifiques ont découvert précisément ce que c’est : un rétrovirus qu’il ont nommé VIH

            Bien à toi,
            do
            http://mai68.org

  • Le mythe de la contagion 31 août 2023 02:04, par do

    Les exosomes existent et les virus aussi !

    • Le mythe de la contagion 31 août 2023 05:54, par Dominique

      Salut do,

      N’étant pas spécialiste en médecine, je me fiche de savoir si les virus existent ou si ce sont des exosomes.

      Cependant, dans un contexte où de nombreuses sources affirment, preuves à l’appui, que les pharmas sont les plus grands corrupteurs d’aujourd’hui, ce livre présente un ensemble de faits documentés et donc têtus que les vaccins et la théorie des germes qui la soutient ont toujours été très controversés et que Pasteur et d’autres étaient des fraudeurs. Avec les virus, les auteurs montrent que ces fraudes dans les méthodes ont continué et que par exemple quand des virologues disent qu’ils ont purifié un virus, c’est du bluff car leurs méthodes même ne résistent pas à leur propres postulats de départ. Avec le covid, on a été servis, il y a eu plus d’un million d’études et certains chercheurs dont les meilleurs sur ce sujet comme John Ioannidis disent que 98 à 99 % d’entre elles se sont révélées frauduleuses sur un ou plusieurs points de leurs méthodes.

      Ils montrent aussi, sources à l’appui, que les grandes épidémies de l’ère industrielle correspondent toutes à des étapes de l’électrification avec tous les champs EM supplémentaires que cela implique à chaque fois. Pas juste une, toutes. Ils montrent aussi et cela est de mon domaine, je ne peux que le confirmer, que plus la fréquence augmente, plus les effets biologiques sont délétères car plus ils se déplacent vers le plus petit, donc vers les briques de base de fonctionnement biologique du corps. On le voit bien avec les rayons X qui sont encore de plus haute fréquence que la 5G et où les effets se situent au niveau des molécules et des atomes, ce qui ne les a jamais empêché de tuer toute personne exposées à de trop fortes doses instantanées ou à des doses trop répétées.

      Je viens de terminer la lecture de ce livre, donc après la rédaction de l’article. Dans ses conclusions, il y a une part de mysticisme que je ne partage pas. Par contre ses recommandations sur la qualité de l’eau et de la nourriture me semblent à la fois pleines de bon sens et étayées par le contenu du reste du livre où ce mysticisme est absent. De même les recommandations de n’utiliser que des réseaux câblés à la maison au lieu des réseaux de téléphonie mobile et wifi. Ou d’aller se ressourcer dans la nature.

      Par contre leurs amulettes, ils peuvent se les garder et à la place, il existe différents revêtements dont même des peintures conductrices qui permettent de transformer une pièce en cage de Faraday afin de couper les ondes extérieures et donc de s’en protéger. Par contre, il ne faut pas utiliser d’appareils comme des téléphones mobiles à l’intérieur d’une cage de Faraday même imparfaite comme une voiture, car alors ils se mettent à pleine puissance pour trouver les antennes du réseau et leurs ondes ricochent à l’intérieur.

  • Le mythe de la contagion 31 août 2023 05:12, par anon

    Les occultés de la biologie : Microzymas, phages,…

  • Le mythe de la contagion 31 août 2023 14:22, par do

    Note bien, Dominique, que je ne suis pas mécontent que tu aies fait cet article, car cela m’a permis de dire ce que je pensais à ce sujet.

    Amicalement,
    do
    http://mai68.org/spip2

    • Le mythe de la contagion 31 août 2023 16:44, par Dominique

      Salut do,

      J’ai écris cet article à chaud, mon coté impulsif parfois, et je ne vois tes messages sur le SIDA que maintenant. Je suis désolé pour tes amis.

      Après réflexion, tu as raison sur la contagion et il n’y a sans doute même pas besoin du scandale du sang contaminé ou des drogués pour le prouver, bien que tu ais raison de souligner que cela prouve que la contagion existe. Il suffit de regarder que pendant au moins les 10, voir les 20, premières années de l’épidémie de SIDA, la majorité des victimes de cette maladie étaient des LGB. Or je vois très mal autant un virus qu’une onde EM cibler des orientations sexuelles spécifiques. Ce qui suffit pour prouver que la contagion existe.

      Après sur les rôles respectifs des virus et des exosomes, je laisse ce débat aux spécialistes.

      Je me suis aussi dit qu’au moins 2 ou 3 fois dans le texte, les auteurs transforment des exemples en comparaisons qui donnent raison. Un tel procédé n’a jamais rien prouvé, ce n’est ni une méthode scientifique, ni même de la logique.

      Par contre, sur les ondes EM et particulièrement celles de la 4G et de la 5G qui sont, en raison de leurs longueurs d’ondes, particulièrement énergétiques sur la matière, je n’ai pas changé d’avis : au mieux, elles ne nous aident pas à être en bonne santé. Les rayons X posent problème au vivant autant avec les doses instantanées fortes qu’avec les doses faibles cumulées. On retrouve le même problème avec le 4 et 5 G.

      Si tu mets un chat vivant dans un four à micro-ondes (ils sont sur la même bande de fréquence que la 4G) et que tu le fais cuire, sa mort devrait être très rapide, horrible et due à une très forte dose instantanée. Par contre avec l’hypersensibilité électromagnétique, j’avais lu en bouquin là-dessus en Suède qui présentait les travaux des meilleurs chercheurs, c’est un sujet très complexe car il concerne autant les champs EM que les substances chimiques dégagées par les appareils quand ils chauffent, substances qui peuvent être transportée par les champs EM.

      Ce qu’ils considéraient comme sur à l’époque (environ 2000) est que les patients ne développaient de maladie qu’après de très longues périodes d’exposition, qui se chiffrent en années, à ces perturbations EM et chimiques, et que les champs EM servaient de déclencheurs aux crises même en l’absence d’agents chimiques, lesquelles crises pouvaient durer de quelques heures à plusieurs semaines.

      Ils comparaient cela aux phénomènes d’allergies. Tant qu’on est en-dessous d’une certaine dose cumulée, tout va bien. Quand on la dépasse, l’allergie se déclenche. Par contre les symptômes sont si variés qu’ils ne savaient pas si c’était des allergies provoquées par les effets cumulés des champs EM, par ceux des agents chimiques, ou par un cumul de ces deux cumulations.

      Ceci me fait penser que les auteurs n’ont pas tord de mettre en corrélation les grandes épidémies et les étapes de l’électrification, ceci car leur temporalité est la même et que l’hypersensibilité EM montre que les champs EM peuvent servir de déclencheurs de maladies bien réelles dont on ne connaît pas les causes. Cela pose la question de savoir s’il peut en être de même avec les maladies dont en connaît les causes, une question qui relance le débat entre une médecine moderne qui attends que tu sois malade pour te soigner et certaines médecines traditionnelles qui te soignent pour que tu restes en bonne santé.

      Tout de bon, Dominique

  • Le mythe de la contagion 31 août 2023 18:58, par Luniterre

    Il y a là dedans un critère simple et suffisant pour juger de la qualité de l’ensemble :

    Quelqu’un qui affirme qu’un « vortex » permet de « redynamiser l’eau », c’est-à-dire de la « restructurer » selon la pseudo-« théorie de la mémoire de l’eau » n’est pas seulement un obscurantiste victime de telle ou telle croyance, mais bien carrément, à ce niveau, un charlatan et un escroc, parmi tant d’autres, exploitant la bêtise et la crédulité humaine. Un parasite de plus, en plus de ceux déjà systémiques au sommet de cette pyramide de m… !

    Mais dans la mesure où les « croyants » qui se font rouler en achetant des embouts de robinet à 400 euros et plus ne portent pas plainte, complètement abrutis qu’ils sont par tout ce verbiage débile, il n’y a donc pas « escroquerie » au sens légal du terme, et ce trafic est donc particulièrement rentable et avec peu de risques !

    En effet l’expérience montre que les victimes, même lorsqu’elles réalisent leur propre « erreur » ont carrément honte d’exposer leur crédulité publiquement et renoncent donc à toute action judiciaire, rendue d’autant plus aléatoire, il est vrai, en raison du « flou » pseudo-« scientifique » entretenu par certains ayant les grades universitaire pour ce faire… Et qui, généralement, arrondissent ainsi leurs fins de mois, en plus du fric déjà potentiellement ainsi gaspillé par l’Etat français au titre de pseudos-« recherches », « études », « conférences », etc…

    Luniterre

    • Le mythe de la contagion 1er septembre 2023 04:17, par Dominique

      Luniterre, sur les vortex ett le mercantilisme des auteurs à la fin du livre, je suis d’accord.

      Par contre ils ne parlent pas une seule fois de mémoire de l’eau dans le texte, mais abondamment d’un quatrième état de l’eau, du gel, que l’on retrouve dans les cellules, et si on s’intéresse à une des sources citées, on trouve quelqu’un qui a une formation d’ingénieur biomédical, Gerald Pollack. Il utilise une autre terminologie, de l’eau EZ pour zone d’exclusion, il présente ses recherches, ses expériences et celles d’autres scientifiques.

      Dans l’article Water de wikipedia en anglais : "The details of the chemical nature of liquid water are not well understood ; some theories suggest that its unusual behaviour is due to the existence of two liquid states.[53][80][81][82]"

      "Les détails de la nature chimique de l’eau liquide ne sont pas bien compris ; certaines théories suggèrent que son comportement inhabituel est du à l’existence des 2 états liquides."

      Une des références est "On the existence of two states in liquid water : impact on biological and nanoscopic systems" International Journal of Nanotechnology. C’est donc un champ de recherche qui est ouvert. Gerald Pollack montre que des biologistes ont trouvé des phénomènes intéressants dans ce champ de recherche bien avant les nanotechniciens. Et qu’ils continuent à en trouver. Pollack présente aussi bien ce qu’ils savent que ce qu’ils ne comprennent pas encore.

      Toutes ces certitudes et incertitudes basées sur des expériences reproductibles impliquent ente autre, qu’en tant que scientifique, même si l’eau n’est pas ma spécialité, que je me garderais bien, en raison des incertitudes, d’avoir des certitudes définitives sur l’eau. Surtout que l’histoire des sciences comporte quand même pas mal de scientifiques qui se sont fait excommunier de leurs vivants alors que plus tard, il s’est avéré qu’ils avaient raison. Par exemple dans cette conférence de plus de 2 heures de Pollack, il parle pendant 2 minutes de la mémoire de l’eau, alors si je suis ton raisonnement, je devrais aussi jeter tout le reste y compris les expériences reproductibles qui n’ont rien à voir avec cette mémoire mais tout à voir avec ce 4e état de l’eau que les scientifiques commencent à peine à comprendre : https://www.youtube.com/watch?v=Lsb…

      • Le mythe de la contagion 1er septembre 2023 13:27, par Luniterre

        "Mémoire de l’eau" et "vortex" sont deux "concepts" en réalité nécessairement associés, et qui sont sensés nous parler de la "restructuration" de l’eau, par des procédés qui ne reposent que sur la crédulité de leurs adeptes. Pour que le "vortex" ait un effet "restructurant" il faut bien évidemment que l’eau conserve la "mémoire" du mouvement induit par le vortex…!

        Tout au plus, un vortex peut peut-être "réoxygéner" l’eau, mais tu obtiendra éventuellement le même effet en touillant l’eau dans ton verre avec une cuillère ou autre chose, et surtout, en la buvant très, très vite après, vu la vitesse avec laquelle la "structure de l’eau" évolue !!!

        Qiand j’étais enfant on pouvait encore boire directement à la fontaine, en mettant quasiment la tête sous le jet d’eau. L’eau n’avait donc pas le temps de se "déstructurer" avant de pénétrer notre organisme.

        Autres temps, autres mœurs !

        Luniterre

        PS : encore une fois, je n’ai pas la prétention de comprendre tous les secrets de la physique/chimie de l’eau, mais il n’en reste pas moins que le principe de la "mémoire de l’eau", tel que présenté par les défenseurs actuels de l’homéopathie, dont certains "universitaires", est un défi au simple bon sens et en contradiction grossière avec la plupart des formes de vie sur Terre !

        C’est donc bien d’un combat contre l’obscurantisme, qu’il s’agit, et en plus, contre le principe d’exploitation et d’escroquerie dont il est le support "idéologique".

        *************************

        • Le mythe de la contagion 4 septembre 2023 01:22, par Dominique

          Luniterre, on a compris, tu te répètes. Relis mon dernier message, il parle d’un quatrième état de l’eau qui est confirmé par des (au pluriel) expériences reproductibles et reproduites, un état qui intéresse même les nano-techniciens.

          • Le mythe de la contagion 4 septembre 2023 11:24, par Luniterre

            Malheureusement, dans la lutte contre l’obscurantisme, le constat est donc tout simplement que l’on ne se répète jamais assez !!!

            Luniterre

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0