VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Un livre révèle que le massacre de la place Tian’anmen ainsi que d’autres sont (...)

Un livre révèle que le massacre de la place Tian’anmen ainsi que d’autres sont un spectacle mis en scène par les USA

samedi 18 novembre 2023, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 18 novembre 2023).

Note de do : C’est une étude des massacres de Tien-an-men par la Chine, des Ouïghours toujours par la Chine, du génocide au Kosovo par Milosevic, des attaques avec des armes chimiques contre son propre peuple par Bachar el-Assad, des atrocités commises par la Corée du Nord pour justifier la guerre des USA. Cette étude dénonce que chacun de ces événements n’est qu’un spectacle monté de toutes pièces par la CIA… qui peut croire qu’il n’en va pas essentiellement de même pour la présentation occidentale de l’assaut palestinien du 7 octobre 2023 ?


Un nouveau livre révèle que le massacre de la place Tian’anmen ainsi que d’autres ont été fabriqués par les États-Unis

https://www.legrandsoir.info/un-nou…

19 août 2023

Al Mayadeen

Traduction SLT

Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com

Blog contre le racisme, le (néo)colonialisme et l’impérialisme

Un nouveau livre révèle que de nombreuses atrocités que les États-Unis prétendaient avoir été commises par leurs ennemis n’ont jamais eu lieu.

Pendant des décennies, les médias occidentaux ont raconté la même histoire sur la Chine comme étant cette "dictature" brutale dont le peuple est tué aux mains du régime communiste criminel, donnant le massacre de la place Tiananmen comme un excellent exemple de la brutalité du gouvernement chinois, où des dizaines d’étudiants auraient été tués par l’Armée populaire de libération. Cependant, un nouveau livre est apparu prouvant que ces affirmations sont fausses et n’ont aucun fondement, sauf pour les aspirations de Washington à ternir l’image du Parti communiste chinois.

Atrocity Fabrication and Its Consequences : How Fake News Shapes World Order, un nouveau livre de A. B. Abrams, souligne qu’il n’y a jamais eu de meurtres sur la célèbre place Tian’anmen en 1989 comme cela avait été répandu par la propagande occidentale pendant des décennies, et il a été révélé que toute l’affaire n’était qu’une simple tentative de montrer la Chine comme le méchant dans l’arène géopolitique. Le livre souligne qu’aucun meurtre, et encore moins un massacre tel que proclamé, n’a eu lieu sur la place Tian’anmen .

Comment les États-Unis ont-ils réussi à manipuler le récit dominant et ont-ils fait croire à des millions de personnes que la Chine avait initié un meurtre de masse de son propre peuple - de jeunes étudiants - en les écrasant avec des chars et en les abattant avec des mitrailleuses ? La réponse est simple : la manipulation de la perception publique par la presse. Cela a pu se faire en utilisant des médias hors contexte et en fournissant une version incomplète de la vérité.

Par exemple, le document le plus tristement célèbre des médias "documentant" le crime d’exister est une vidéo montrant un char marchant sur une personne présumée avoir été un étudiant, et juste au moment où le char se rapproche suffisamment du jeune homme et s’arrête, la vidéo est coupée, avec un texte accompagnant la vidéo faisant allusion ou proclamant que le char a continué à courir sur le manifestant. Toutefois, cela ne saurait être plus faux. En réalité, d’autres manifestants se sont précipités sur les lieux et l’ont accompagné à partir de là alors que le char se tenait sur place en attendant qu’il se conforme et se dégage de son chemin.

Le livre soutient que tous les actes commis par les États-Unis visaient à "justifier les guerres de conquête et d’exploitation" et à générer des profits de plusieurs milliards de dollars pour le célèbre complexe militaro-industriel, comme le rapporte CovertAction Magazine.

Abrams a souligné que les manifestations de la place Tian’anmen n’ont pas eu lieu initialement comme une poussée pour l’occidentalisation ou la chute du gouvernement chinois. Au lieu de cela, leur objectif principal était de renforcer les principes de la révolution communiste chinoise de 1949 et d’aborder la question des fonctionnaires corrompus qui s’étaient écartés des principes maoïstes.

Ce mouvement comprenait non seulement des étudiants, mais aussi un nombre important de travailleurs, qui ont fait preuve d’une position anti-CCP plus forte. Leur objectif collectif visait l’établissement d’une démocratie socialiste dans le cadre du mouvement.

Le livre citait un câble de l’ambassade des États-Unis à Pékin que WikiLeaks a publié en 2016. La fuite comprenait des rapports sur le témoignage d’un diplomate chilien et de sa femme qui étaient présents lorsque l’APL s’est rendu sur la place Tian’anmen pour disperser les manifestants. Les deux hommes sont entrés et sortis de la place à plusieurs reprises sans harcèlement et n’ont observé aucun tir massif d’armes dans la foule. Ils n’ont jamais vu d’usage de la force mortelle, pour commencer.

En outre, le livre cite l’ancien chef du Bureau à Beijing du Washington Post Jay Mathews qui, en 1998, a admis que "tous les témoignages vérifiés disent que les étudiants qui sont restés sur la place lorsque les troupes sont arrivées ont été autorisés à partir pacifiquement."

Il a également cité le correspondant de Reuters Graham Earnshaw, qui a passé la nuit du 3 au 4 juin au centre de la place Tiananmen et a rapporté que la plupart des étudiants ont quitté la place paisiblement, les autres étant persuadés de faire de même.

Comme d’habitude, la principale source utilisée par les médias occidentaux pour affirmer qu’un massacre a eu lieu était un étudiant anonyme de l’université de Qinghua qui a fait des déclarations à la presse de Hong Kong, qui l’a ensuite fait aux médias britanniques.

Pourtant, le correspondant de la BBC à Pékin, James Miles, a déclaré qu’il n’y avait pas eu de massacre. "Les reportages occidentaux avaient donné une fausse impression et les manifestants qui étaient encore sur la place lorsque l’armée est arrivée ont été autorisés à partir après les négociations."

Le récit a également été complètement disproportionné, les auteurs étant décrits comme les victimes d’un crime qui n’a jamais été commis en premier lieu. Le livre a souligné que ceux qui sont morts à Pékin pendant les événements ont perdu la vie dans les batailles de rue entre l’APL et les insurgés loin de la place. Des rapports du Département d’État étatsunien ont souligné que les officiers non armés de l’APL ont été attaqués avec des bombes à essence, brûlant vifs beaucoup d’entre.

Les Ouïghours, un autre crime commis par la Chine

Le canular construit autour de la place Tiananmen était un plan pour les campagnes médiatiques étasuniennes visant à montrer le gouvernement chinois sous un mauvais jour, alors que Washington accusait Pékin d’avoir perpétré un génocide contre le peuple ouïghour dans la province du Xinjiang.

Le livre soulignait que les allégations concernant le prétendut génocide ouïghour ne reposaient que sur des groupes extrémistes radicaux financés par les États-Unis contre la Chine. À savoir, ils ont été financés par le National Endowment for Democracy affilié à la CIA, qui a été chargé de mener à bien ce que la tristement célèbre agence d’espionnage avait fait seule en secret pendant des décennies.

Parmi les allégations de Pékin ayant pratiqué un génocide contre les Ouïghours, la population ouïghoure du Xinjiang a connu une augmentation de 25% entre 2010 et 2018 au lieu de la population connaissant une contraction. Même les installations que l’Occident prétendait avoir été des "camps de concentration" dans lesquels les Ouïghours étaient tués en masse et "endoctrinés" semblaient avoir été un parc logistique, un centre de détention régulier et des écoles élémentaires et intermédiaires.

Le Xinjiang a l’air bien, sûr et sécurisé, et toutes les personnes à qui j’ai parlé semblaient heureuses, a déclaré l’ancien policier Jerry Grey, qui a passé beaucoup de temps à voyager au Xinjiang.

« Les Ouïghours en Chine ont connu une croissance plus rapide que la majorité des Chinois Han, en partie parce qu’ils n’étaient pas soumis à la politique de l’enfant unique, ils ont construit 20 000 mosquées […] Les enfants Ouïghours peuvent entrer dans les meilleures universités plus facilement que les Chinois Han, et que des aliments halal soient préparés pour eux dans des cantines et qu’ils aient une aire de prière sur le campus », a déclaré Daniel Dumbrill, homme d’affaires canadien et analyste politique chinois.

« Dépeindre un adversaire comme commettant des crimes particulièrement graves, surtout lorsque l’on a l’intention d’engager une action militaire ou d’autres mesures hostiles contre l’adversaire, a constamment fourni un moyen efficace de faire bouger l’opinion publique et internationale et de justifier les actions [impériales étatsuniennes] », a déclaré Abrams dans son livre.

Yougoslavie

Le livre a également mis en lumière la propagande étasunienne axée dans les années 1990 sur le dirigeant serbe Slobodan Milosevic, un socialiste qui a cherché à maintenir la Yougoslavie unie, l’accusant de génocide au Kosovo et ailleurs.

Milosevic, un socialiste, visait à maintenir l’unité de la Yougoslavie et à empêcher sa fragmentation. Cet effort était motivé par son désir de contrecarrer l’expansion potentielle de l’influence des pays occidentaux et l’établissement de bases militaires étasuniennes dans une zone stratégique vitale.

Les cas les plus graves de nettoyage ethnique pendant la guerre ont été exécutés par les Croates dans le cadre de l’opération Storm, un plan conçu par la CIA.

L’administration Clinton a également apporté son soutien à l’Armée de libération du Kosovo (UCK), qui cherchait à établir un État albanais ethniquement homogène. Cette entreprise visait les Serbes et d’autres groupes minoritaires.

Le financement du trafic de drogue a joué un rôle important dans le maintien de l’UCK, ce qui a conduit le département d’État à l’étiqueter "organisation terroriste". Le Conseil de l’Atlantique Nord de l’OTAN a identifié l’UCK comme le principal instigateur de la violence au Kosovo.

Le récit du génocide et les Serbes qui dirigent des camps de concentration se sont une fois de plus fortement appuyés sur le témoignage d’un individu qui a ouvertement admis ne pas avoir été témoin de meurtres - le journaliste propagandiste Roy Gutman. Ce récit a finalement été discrédité lorsqu’un journaliste britannique a visité un camp de la mort présumé, découvrant que les détenus avaient volontairement cherché refuge du conflit à proximité dans les villages environnants.

La Yougoslavie a été un État très prospère qui a uni de nombreuses nations baltes contemporaines sous la bannière du communisme, et il a rencontré sa disparition lorsque les États-Unis et l’OTAN ont mené une guerre contre elle, tuant des centaines de civils dans la fameuse campagne de bombardement qu’il a lancée sur le pays pour y "semer la démocratie".

Syrie

Le même homme qui fut l’une des principales raisons de l’effondrement de la Yougoslavie a presque pu faire de même avec la Syrie. Gutman a joué un rôle majeur dans une autre guerre similaire lancée plus d’une décennie plus tard contre le président syrien Bachar Al-Assad.

L’effort de propagande poussé par Gutman était similaire à celui qu’il a vendu plus tôt, y compris le meurtre de masse de personnes aux mains du gouvernement sans aucune preuve à l’appui de ces affirmations.

Les médias et les régimes occidentaux ont faussement accusé Al-Assad de mener des attaques avec des armes chimiques contre son propre peuple alors que les attaques étaient probablement menées par des terroristes soutenus par les États-Unis.

En novembre, le site Grayzone a publié une série de fuites qui révèlent comment les hauts responsables de l’OIAC ont censuré cette découverte explosive dans la ville syrienne de Douma.

Dans son enquête, le site Web a déclaré que "dans les premiers jours de l’enquête de l’OIAC sur une attaque chimique présumée à Douma, en Syrie, les toxicologues experts ont exclu le chlore gazeux comme cause de mort pour plus de 40 civils signalés sur les lieux."

La guerre de Corée : une autre atrocité

La guerre de Corée, une guerre colportée par les États-Unis qui a fini par diviser un peuple en deux, a été présentée au public comme une "intervention humanitaire" visant à sauver la population locale des forces communistes. Pour établir ce récit, le Pentagone a parrainé un film de propagande, intitulé Le crime de Corée narré par Humphrey Bogart. Ce film attribue à tort les atrocités commises par le gouvernement sud-coréen, avec le soutien des États-Unis, à la République populaire démocratique de Corée.

Ce récit a gagné du terrain dans les médias étasuniens et a considérablement renforcé la perception de la guerre comme "moralement justifiée". Une chronique influente du magazine Time intitulée "Barbarity" a renforcé cette perspective en décrivant un massacre communiste à Taejon, dont les enquêtes ultérieures ont révélé qu’il avait été perpétré par des troupes sud-coréennes alliées aux États-Unis.

Charles E. Potter, président du sous-comité du Sénat sur les atrocités coréennes et nommé par le sénateur Joseph McCarthy, connu pour le maccarthysme, qui était responsable de la persécution de toute personne même soupçonnée d’être affiliée à une organisation de gauche ou détenue par une gauche. L’ONU a souligné les actes inhumains commis par les adversaires étasuniens. Il a raconté des incidents horribles, tels qu’une infirmière "chinoise rouge" utilisant des ciseaux de jardin pour couper les orteils d’un GI sans anesthésie et des prisonniers de guerre étasuniens soumis à la torture avec des lances de bambou et confinés dans de petites cages en fer jusqu’à la mort, avec des asticots infestant leurs orbites oculaires.

Cependant, les récits présentés par Potter contredisent les témoignages des prisonniers de guerre étasuniens et britanniques, qui ont indiqué que leur traitement par les ravisseurs était généralement décent, bien qu’ils aient dû assister à des conférences sur le communisme.

Pendant ce temps, les camps de prisonniers de guerre gérés par les États-Unis ont soumis la RPDC et les prisonniers chinois à une brutalité sévère. Ces détenus ont été massacrés pour avoir chanté des chansons révolutionnaires et soumis à une violente coercition pour renoncer au rapatriement dans leur patrie. Cette stratégie visait à marquer des points de propagande de la guerre froide en dépeignant la défection vers l’Occident comme un désir né de la supériorité perçue de son système politico-économique.

La campagne de propagande contre la RPDC s’est étendue au XXIe siècle, avec des histoires de plus en plus extravagantes pour dépeindre le pays sous un jour négatif. Beaucoup de ces histoires ont été propagées par des transfuges de la RPDC, dont certains ont été influencés ou encouragés par la Corée du Sud et peut-être la CIA.

Shin Dong-hyuk, un transfuge, a collaboré avec le correspondant du Washington Post Blaine Harden pour écrire un livre très réussi Escape From Camp 14 : One Man’s Remarkable Odyssey de la Corée du Nord à la liberté en Occident. Cependant, ce récit s’est avéré plus tard être une invention.

Yeonmi Park, un autre transfuge, qui facture des frais de parole de 12500 $ aux médias occidentaux, a même fait l’affirmation ridicule que la mère de son ami a été exécutée pour avoir regardé un film d’Hollywood.

Lee Soon-ok, une autre transfuge, a témoigné devant un comité de la Chambre en 2004 qu’elle avait vu des chrétiens être torturés et brûlés vifs dans les prisons politiques de la RPDC. Cependant, le chef de l’Association des transfuges nord-coréens, Chang In-suk, a contredit cela, affirmant que Lee n’a jamais été un prisonnier politique.

Abrams a noté que les rapports fabriqués sur les exécutions d’État de la RPDC de personnalités éminentes coïncidaient souvent avec la réapparition surprenante de ces personnes prétendument décédées devant la caméra.

Dans un rapport de CNN de mai 2015, il a été allégué que le dirigeant de la RPDC Kim Jong Un avait ordonné l’empoisonnement et le meurtre de sa tante, Kim Kyong Hui. Cependant, Mme Kim a comparu en public en janvier 2020, soulignant l’inexactitude de la demande.

Abrams a suggéré que ces faux témoignages de transfuges et la couverture médiatique biaisée ont été adoptés en Occident en raison de la "satisfaction personnelle" qu’ils ont fournie, affirmant apparemment la notion de supériorité occidentale sur l’État le moins occidentalisé. En outre, ils ont souvent servi de justifications à des politiques hostiles, y compris des sanctions économiques, contre la RPDC.

Le livre parle de la diabolisation des gouvernements russe et vietnamien, ainsi que celle de la Libye et de l’Irak dans une tentative de valider la guerre du Golfe, tout en réexaminant également de nombreux cas de propagande étasunienne visant à subvertir ses ennemis tout en donnant une impulsion à lui-même et à ses croyances dans le but de défendre le système unipolaire qu’il a essayé si fort de maintenir - en vain. Le récit des innombrables crimes commis par les États-Unis n’étonne pas autant que ce dernier l’a fait depuis des décennies, et continue de le faire, exploitant son emprise sur les médias pour se donner le dessus moral sur ses ennemis géopolitiques.

7 Messages de forum

  • Si le massacre de la place Tian’anmen est un mensonge, le massacre des Gilets-Jaunes lui, est bien réel :

    L’Observatoire national des street-medics et secouristes volontaires a fait paraître ce jour un rapport d’enquête sur les victimes de violences prises en charge par les secours “inofficiels” durant les manifestations Gilets jaunes et Retraites, entre fin 2018 et début 2020. Ce rapport s’appuie sur le recensement, au fil de ces événements, effectué par la coordination de 87 groupes de street-medics partout en France. Il produit une estimation statistique établissant à près de 30 000 le nombre de personnes blessées par le maintien de l’ordre durant cette période. Une estimation dont la base scientifique est transmise et expliquée par le rapport.

    La force de ce dernier est en effet de mettre en lumière les biais du chiffrage produit par le ministère de l’Intérieur. Si ce dernier recense 2495 victimes pour le seul mouvement des Gilets jaunes, il ne s’appuie que sur les chiffres des personnes blessées ayant pu être prises en charge par les sapeurs-pompiers lors des manifestations. Or, comme on a pu le constater lorsqu’on a fréquenté ces terrains, la plupart des personnes blessées en manifestation ne sont pas prises en charge par les secours, et ce pour plusieurs raisons : elles peuvent considérer leur traumatisme insuffisant à une prise en charge ou se contenter de celle, plus rapide, effectuée par les street-médics ; elles peuvent aussi avoir été empêchées d’atteindre les secours par les forces de l’ordre, ou ces derniers eux-mêmes avoir été empêchés d’accéder aux lieux. De manière générale, les secours officiels interviennent sur des cas de blessures graves, ou sur des personnes inanimées.

    Le rapport met aussi en évidence une typologie des traumatismes causés par ces violences. Il montre d’abord que “92,9% de ces blessures ont été causées par les armes, manoeuvres et actions des forces de l’ordre“, contre seulement 6% attribués à des causes externes ou au comportement des manifestant·es. “Deux tiers des atteintes (66,7%) sont des blessures traumatiques, principalement aux membres et à la tête, provoqués par des frappes de tonfa et de matraque, des lanceurs (LBD et flashball) et grenades cinétiques.” Le tiers restant correspond à des troubles non-traumatiques, principalement liés l’exposition aux gaz lacrymogènes. “Il est relevé par ailleurs, alors que la frappe de la tête est normalement proscrite, un nombre élevé de blessures traumatiques à la tête, plus d’une blessure sur six (18,1%).” Pour l’Observatoire, “il s’agit d’un taux particulièrement inquiétant au vu des risques pour la santé et la sévérité des blessures associées à cette zone.”

    Dans l’ensemble, les street-medics relèvent que près de 10% seulement des victimes recensées ont nécessité une prise en charge professionnelle ou médicale d’urgence, et s’appuient notamment sur ce chiffre pour produire leur nouvelle estimation statistique. “Ces résultats, qui interrogent quant au respect des principes de proportionnalité et de nécessité constituant la base légale de l’usage de la force, soulèvent l’enjeu des risques et sur-risques élevés causés par les stratégies de maintien de l’ordre à la sécurité des manifestants, tant par leur violence directe que leur entrave de l’accès aux soins, et appellent à une profonde prise de conscience de ses conséquences sur l’exercice des droits des manifestants et à l’essentiel contrôle démocratique que doit exercer la société civile sur l’emploi de la force publique réalisée en son nom.”

    Le rapport revient aussi longuement sur une étude plus générale des armements utilisés par les forces de l’ordre, et sur les effets des gaz lacrymogène sur la population exposée. On y apprend ainsi que, selon une méta-analyse produite en 2017, l’immense majorité (71%) des personnes blessé·es par des tirs d’armes cinétiques ou de grenades de désencerclement en contexte de maintien de l’ordre, l’ont été gravement, avec un taux effrayant (15%) de personnes en conservant un handicap (dont la moitié ayant été énucléées).

    En France, lors du mouvement des Gilets jaunes, 30 personnes ont été éborgnées, 5 personnes ont eu la main arrachée, et une personne, Zineb Redouane, est décédée après avoir été heurtée par une grenade lacrymogène à Marseille. Pour le cas de ces armes irritantes, qui peuvent aussi éborgner lorsqu’elles sont notamment tirées tendues sur une cible, le rapport compile la littérature scientifique autour des effets indésirables : “ces agents sont généralement présentés par les fabricants et autorités comme des moyens sans danger de neutralisation ou de dispersion de la foule aux effets limités tels que larmoiement, désorientation et douleurs transitoires. Cependant, les principales méta-analyses et synthèses épistémologiques disponibles dans la littérature sont beaucoup plus critiques sur les effets potentiels sur la santé de ces agents chimiques. Elles montrent que, au delà des effets immédiats et transitoires reconnus, les agents CS et OC peuvent occasionner des blessures modérées et sévères chez près d’un quart des personnes exposées.” Pour l’Observatoire des street-médics, plus de 310 000 personnes ont été affectées par les gaz lacrymogènes.

    “Les effets observés comprennent un large éventail de symptômes tant sur l’organisme, pouvant être aigus, persistants ou chroniques. Parmi les effets les plus sévères, il est rapporté au contact de l’œil une action irritante pouvant provoquer inflammations, érosions et diverses blessures et maladies dégénératives ; au contact de la peau en grande quantité, des brûlures cutanées, cloques, réactions allergiques et autres maladies de peau ; à l’inhalation, des toux, suffocations, oppressions thoraciques, mais aussi plus rarement œdème pulmonaire, apnée et arrêt respiratoire, ainsi que des difficultés respiratoires pouvant persister plusieurs semaines après
    l’exposition et un risque accru de développer des infections et maladies respiratoires chroniques ; à l’ingestion, une irritation du tractus gastro-intestinal pouvant provoquer nausées, vomissements, diarrhées et hématémèse ; et plus généralement une action sur les neurones sensoriels périphériques associée à des effets chroniques variés.“

    Dans le premier numéro de notre revue Replica, nous avons longuement interrogé six blessé·es, mutilé·es ou traumatisé·es à vie par leur expérience du maintien de l’ordre.

    L’intégralité du rapport et ses nombreux détails, est accessible en cliquant sur le lien suivant : https://obs-medics.org/wp-content/u…

    Par "LA MULE"

    Le 4 AVRIL 2022

    Source de l’article : https://www.lamule.media/2022/04/04…

    PNG - 1.4 Mo
  • Le livre : Atrocity Fabrication and Its Consequences : How Fake News Shapes World Order
    https://drive.google.com/drive/fold…

    • @anon, merci, et voici la traduction FR de ce livre pour ceux que l’anglais rebute. Bien sûr, il s’agit d’une traduction Google Translate, avec des coquilles, etc. Mais, on peut comprendre l’essentiel en général.

      Pour cette traduction, si vous voulez vous y mettre, il vaut mieux utiliser un fichier Word, moins lourd que le pdf, sinon la traduction risque d’échouer. Une fois obtenu le fichier en Word, on peut ensuite le convertir en pdf.

      J’ai posté cette traduction FR sous Word + pdf sur le site anonyme gofile.io, à l’adresse suivante :
      https://gofile.io/d/FDnr9U

      Pour télécharger, une fois sur la page en lien, cliquer, tout à droite, sur les trois points + l’icône en forme de flèche orientée vers le bas, puis sur Download, et choisir un dossier où enregistrer le fichier. Refaire cette manip pour l’autre fichier.

      Je conseille gofile.io car il est anonyme, et ne demande aucun enregistrement comme Google. Toutefois, les fichiers qu’on y installe n’y resteront pas éternellement, ils seront effacés au bout d’un certain temps (peut-être une semaine ?) automatiquement.

  • Question spectacle , effectivement :

    « …qui peut croire qu’il n’en va pas essentiellement de même pour la présentation occidentale de l’assaut palestinien du 7 octobre 2023 ? »

    Mais, question de religion ou non, pour que ce genre de spectacle soit « consommable » il faut d’abord faire couler le sang…

    Question « mise en scène » du spectacle une des « meilleures » vidéos israélienne est celle-ci, qui, de façon révélatrice, est en fait essentiellement une compilation des vidéos d’agit-prop du Hamas lors de son « offensive » du 7 octobre :

    https://youtu.be/qN6GUrPKvi4

    Mais comme elle vient également d’être mise en « accès restreint » par Youtube, la voici donc en copie MP4 :

    MPEG4 - 34 Mo

    Encore un petit boulot pour le camarade Do, s’il en trouve le temps, et comme d’hab, avec mes remerciements !

    Ce qui est « choquant » dans cette vidéo, c’est qu’à moins d’être un abruti complet (…mais il y en a beaucoup !), on voit tout de suite le côté grandguignolesque de cette « attaque », ce qui, malheureusement, n’enlève rien à son côté sanguinolent… !

    Luniterre

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0