VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Netanyahu a renvoyé son ministre de la Défense en juillet parce qu’il (...)

Netanyahu a renvoyé son ministre de la Défense en juillet parce qu’il alertait sur une attaque du Hamas

lundi 27 novembre 2023, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 27 novembre 2023).

Note du posteur :

Les informations sont désormais disponibles sur le fait que le Premier ministre israélien savait dés mars 2023 qu’une attaque d’ampleur du Hamas était en préparation.

Thierry Meyssan pose la question d’une complicité voire "d’une attaque sous fausse bannière".

Personnellement j’opterais pour "un laissez-faire" et une alliance objective de différents protagonistes (faucons américains, extrême-droite sioniste voir éléments pro-russes de l’appareil d’état israélien). Chacun avait ses raisons pour qu’advienne une attaque de grande ampleur de la résistance palestinienne sur les kibboutzim longeant la bande de Gaza dont beaucoup des colons étaient proches du mouvement "Gush Shalom", la Paix maintenant.

L’objectif de cette guerre finale contre les palestiniens étant d’empêcher qu’Israël n’implose sous le poids de ses propres contradictions.


Netanyahu a renvoyé son ministre de la Défense en juillet parce qu’il alertait sur une attaque du Hamas

https://www.voltairenet.org/article…

26 novembre 2023

Réseau Voltaire

Selon la presse israélienne, la crise gouvernementale israélienne de juillet s’explique par les annonces des FDI selon qui le Hamas s’apprêtait à lancer, depuis Gaza, « une tempête parfaite » contre Israël.

Le général Amit Saar, chef du département de Recherche du Renseignement militaire des FDI, avait écrit le 19 mars et le 16 juillet au Premier ministre, pour le mettre en garde contre une attaque du Hamas en préparation. Il avait expliqué que le Hamas, le Hezbollah et l’Iran interprétaient le débat intérieur sur la réforme des lois fondamentales comme un signe de faiblesse interne d’Israël.

Le général Yoav Gallant, ministre de la Défense, avait alors demandé à Benjamin Netanyahu, de suspendre ces réformes et de se concentrer sur la menace du Hamas. Le Premier ministre l’avait immédiatement révoqué. Cependant, au vu des réactions suscitées par ce limogeage, il l’avait finalement rétabli dans ses fonctions ministérielles.

Cet épisode n’est pas contestable. Il est aujourd’hui attesté par la publication des lettres d’Amir Saar. Il récuse la version officielle selon laquelle les alertes envoyées au gouvernement n’avaient pas atteint le Premier ministre et que, de toute manière, celui-ci était trop occupé par la Cisjordanie pour s’inquiéter de Gaza.

La question d’une attaque sous fausse bannière est posée.

1 Message

  • Même si l’on avait pas cette trace, qui semble tout à fait significative, la simple logique des faits, tels qu’ils sont depuis le 7 octobre, et dans le contexte national israélien aussi bien que dans le contexte géopolitique global, invite à se poser la question :

    Netanyahu a renvoyé son ministre de la Défense en juillet parce qu’il alertait sur une attaque du Hamas

    Selon la presse israélienne, la crise gouvernementale israélienne de juillet s’explique par les annonces des FDI selon qui le Hamas s’apprêtait à lancer, depuis Gaza, « une tempête parfaite » contre Israël.

    Le général Amit Saar, chef du département de Recherche du Renseignement militaire des FDI, avait écrit le 19 mars et le 16 juillet au Premier ministre, pour le mettre en garde contre une attaque du Hamas en préparation. Il avait expliqué que le Hamas, le Hezbollah et l’Iran interprétaient le débat intérieur sur la réforme des lois fondamentales comme un signe de faiblesse interne d’Israël.

    Le général Yoav Gallant, ministre de la Défense, avait alors demandé à Benjamin Netanyahu, de suspendre ces réformes et de se concentrer sur la menace du Hamas. Le Premier ministre l’avait immédiatement révoqué. Cependant, au vu des réactions suscitées par ce limogeage, il l’avait finalement rétabli dans ses fonctions ministérielles.

    Cet épisode n’est pas contestable. Il est aujourd’hui attesté par la publication des lettres d’Amir Saar. Il récuse la version officielle selon laquelle les alertes envoyées au gouvernement n’avaient pas atteint le Premier ministre et que, de toute manière, celui-ci était trop occupé par la Cisjordanie pour s’inquiéter de Gaza.

    La question d’une attaque sous fausse bannière est posée.

    https://www.voltairenet.org/article220069.html

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0