VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Comment et pourquoi Israël a créé le Hamas

Comment et pourquoi Israël a créé le Hamas

mardi 28 novembre 2023, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 28 novembre 2023).

Si vous êtes curieux, lisez cet excellent article qui vous détaille comment et pourquoi Israël a créé le Hamas.

Quelques citations :

« Quiconque veut contrecarrer la création d’un État palestinien doit soutenir le renforcement du Hamas et transférer de l’argent au Hamas. » – Benjamin Netanyahou ( 2019 )

« Dans la dimension visible, le Hamas est un ennemi, dans la dimension cachée, il est un allié. » – Général de division de Tsahal Gershon Hacohen ( 2019 )

« Israël a fondé le Hamas. C’était un projet du Shin Bet. – Charles Freeman, diplomate et ambassadeur américain ( 2006 )

Note de do : depuis, les choses ont beaucoup évoluées :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article16921

Meyssan :

« Le Hamas se définissait jusqu’il y a peu comme la « Branche palestinienne de la Confrérie des Frères musulmans », ainsi qu’indiqué sur tous ses documents. À ce titre, il a combattu contre les laïques du Fatah de Yasser Arafat et du FPLP de George Habache, puis contre ceux de la République arabe syrienne du président Bachar el-Assad. Tous, à ses yeux, n’étaient que des « ennemis de Dieu ». Le Hamas était financé par Israël et, en Syrie, ses combattants étaient encadrés par des officiers du Mossad et de l’Otan.

« Cependant, après l’échec de la Confrérie en Égypte et leur défaite en Syrie, le Hamas s’est divisé entre une partie fidèle aux Frères musulmans, conduite par Khaled Mechaal et poursuivant toujours l’instauration d’un Califat mondial, et une autre qui s’est recentrée sur la libération de la Palestine. Cette seconde tendance, à l’initiative de l’Iran, a renoué avec la Syrie jusqu’à ce que son leader, Khalil Hayya, soit reçu, à Damas, par le président Bachar el-Assad. Elle a également renoué avec le Hezbollah libanais, jusqu’à participer, à Beyrouth, à des réunions avec lui et les autres composantes de la Résistance palestinienne. »

Notes de do :

1°) Les remarques de Thierry Meyssan sont probablement incomplètes. Il faudrait parler aussi des dissensions entre la (ou les ) fraction armée du Hamas et la (ou les) fraction politique. Mais il dit l’essentiel : le Hamas a évolué depuis sa création par Israël, et une bonne partie s’est retournée contre son créateur.

2°) L’article est en anglais mais une traduction Google en français est disponible dans un encadré sous l’article.

Why Israel Created Hamas

https://swprs.org/why-israel-create…

Octobre 2023

Swiss Policy Research

Version ODT : http://mai68.org/spip2/IMG/odt/Hama…

Insider insights into the creation of Hamas – and other designated terrorist groups.

∗∗∗

“Anyone who wants to thwart the establishment of a Palestinian state has to support bolstering Hamas and transferring money to Hamas.” – Benjamin Netanyahu (2019)

“In the visible dimension Hamas is an enemy, in the hidden dimension it is an ally.”
– IDF Major General Gershon Hacohen (2019)

“Israel started Hamas. It was a project of Shin Bet.”
– Charles Freeman, US diplomat and ambassador (2006)

∗∗∗

Why Israel helped create Hamas

Since the founding of Hamas in 1987, Israeli, American and Palestinian officials have repeatedly acknowledged that Israel did indeed help create and fund the Islamist group.

The point made by many of these officials is not that Israel “allowed” the rise of Hamas or that Hamas emerged in response to Israeli “occupation” of Palestine. Rather, their point was and is that Israel’s intelligence agencies actively helped create and finance the Hamas group.

As the officials cited below make clear, the overall goal of supporting Hamas has been to thwart the creation of a Palestinian state and avert the implementation of a two-state solution to the Palestine question. From Israel’s perspective, a two-state solution would reduce Israel’s territory to the internationally recognized pre-1967 borders, prohibit any future territorial expansion, and prevent the recognition of Jerusalem as Israel’s capital city.

More specifically, supporting the Islamist Hamas group has served several Israeli objectives at once: first, it undermined Yasser Arafat’s secular nationalist PLO; second, it helped prevent the implementation of the 1993 Oslo Accords; third, it undermined the Palestinian National Authority and isolated Gaza from the Westbank; fourth, it impeded Western support for the Palestinian cause; and fifth, it justified Israeli (counter-)attacks on Palestinian territory.

In other words, by secretly supporting a group that does not recognize the existence of the state of Israel and does not accept a two-state solution, Israel does not have to accept the existence of a Palestinian state and does not have to support a two-state solution, either.

It is sometimes argued that while Israel initially supported the creation of Hamas, the Islamist group got out of control and Israeli officials came to regret their support (the “blowback theory”).

While this is certainly true for some Israeli officials and for the Israeli population affected by Hamas rockets and terrorist attacks, it is not true for Israeli grand strategists, as the quotes below make clear: for them, Hamas has continued to serve its intended purpose even after the Oslo Accords in 1993 and after Israel’s withdrawal from the Gaza Strip in 2005.

For the grand strategists, the presence of Hamas in the remaining Palestinian territories might provide, one day, the necessary pretext for a “final solution” to the Palestinian question.

“A creature of Israel”

The following sections provide a chronological overview of insider statements on the creation of Hamas made since 1981 by Israeli, American and Palestinian officials.

These officials include a former Israeli military governor of the Gaza Strip, an Israeli military intelligence chief, two Israeli intelligence whistleblowers, a retired IDF Major General, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and other Israeli politicians, as well as former American government and intelligence officials, late PLO leader Yasser Arafat, and an early Hamas leader.

Yitzhak Segev, Gaza military governor (1981/1986)

Already in 1986, one year before the official founding of Hamas, New York Times Jerusalem bureau chief, David K. Shipler, revealed how Israel supported the Islamic movement in the Gaza Strip that would give rise to the Hamas group. Referring to Israel’s military governor of the Gaza Strip, Brigadier General Yitzhak Segev, Shipler noted in his book, “Arab and Jew”:

Politically speaking, Islamic fundamentalists were sometimes regarded as useful to Israel because they had their conflicts with the secular supporters of the PLO. Violence between the groups erupted occasionally on West Bank university campuses, and the Israeli military governor of the Gaza Strip, Brigadier General Yitzhak Segev, once told me how he had financed the Islamic movement as a counterweight to the PLO and the Communists. “The Israeli Government gave me a budget and the military government gives to the mosques,” he said.

During the May 2021 Israel-Palestine crisis, Shipler reiterated these statements in a letter to the New York Times and emphasized the active role played by Israeli authorities:

Nicholas Kristof is right when he mentions that Israel once allowed the rise of Hamas as a counterweight to the Palestine Liberation Organization. But Israel did much more than “allow.”

In 1981, Brig. Gen. Yitzhak Segev, Israel’s military governor of Gaza, told me that he was giving money to the Muslim Brotherhood, the precursor of Hamas, on the instruction of the Israeli authorities. The funding was intended to tilt power away from both Communist and Palestinian nationalist movements in Gaza, which Israel considered more threatening than the fundamentalists.

Judging by a distressed phone call I got later from the army spokesman, General Segev’s superiors were not happy with his disclosure of a practice that did not look very clever, even at the time. They thought incorrectly — but apparently wished — that he had made his comments off the record.”

Sources: Arab and Jew (Shipler 1986) and Letter to the Editor (Shipler 2021)

Israeli intelligence whistleblowers (1992/1994)

In 1992, Israeli military intelligence whistleblower, Ari Ben-Menashe, revealed how Israeli intelligence agencies were using “Palestinian terrorists” to sabotage the Palestinian cause:

“The slush fund helped finance the intelligence community’s “black” operations around the world. These included funding Israeli-controlled “Palestinian terrorists” who would commit crimes in the name of the Palestinian revolution, but were actually pulling them off, usually unwittingly, as part of the Israeli propaganda machine.”

In his 1994 book, The Other Side of Deception, former Mossad case officer and whistleblower Victor Ostrovsky revealed how the Mossad secretly supported Hamas:

Supporting the radical elements of Muslim fundamentalism sat well with the Mossad’s general plan for the region. An Arab world run by fundamentalists would not be a party to any negotiations with the West, thus leaving Israel again as the only democratic, rational country in the region. And if the Mossad could arrange for the Hamas (Palestinian fundamentalists) to take over the Palestinian streets from the PLO, then the picture would be complete.

Sources: Profits of War (Ben-Menashe 1992) and The Other Side of Deception (Ostrovsky, 1994)

Guela Amir, mother of alleged Rabin assassin Yigal Amir (1997)

In March 1997, John F. Kennedy Jr. published an article by Guela Amir, mother of Yigal Amir, the alleged assassin of Israeli prime minister Yitzhak Rabin. Guela Amir recalled the Hamas terrorist attacks in the wake of the 1993 Oslo Accords signed by Rabin and provided some evidence that her son was part of an Israeli intelligence plot to remove Rabin and prevent the recognition of a Palestinian state. John F. Kennedy Jr. died two years later in a mysterious plane crash.

“In September 1993, the Rabin government signed the Oslo accords with the Palestine Liberation Organization (PLO). The accords, and the series of terror bombings [by Hamas] that followed their implementation, brought thousands of previously apolitical Israelis into the streets and onto the barricades in embittered protest. These neophyte activists poured into the pre-existing right-wing groups and placed themselves at the disposal of experienced organizers such as [Shin Bet informant] Avishai Raviv. One of these new activists was my son Yigal.”

Source: A Mother’s Defense (George Magazine, 1997)

US government and intelligence officials (UPI, 2001)

In a February 2001 article, American news agency UPI revealed how “Israel gave major aid to Hamas”, quoting several current and former US government and intelligence officials:

Israel and Hamas may currently be locked in deadly combat [the Second Intifada], but, according to several current and former U.S. intelligence officials, beginning in the late 1970s, Tel Aviv gave direct and indirect financial aid to Hamas over a period of years.

Israel “aided Hamas directly — the Israelis wanted to use it as a counterbalance to the PLO,” said Tony Cordesman, Middle East analyst for the Center for Strategic Studies. ()

Israel’s support for Hamas “was a direct attempt to divide and dilute support for a strong, secular PLO by using a competing religious alternative,” said a former senior CIA official. ()

Funds for the movement came from the oil-producing states and directly and indirectly from Israel, according to U.S. intelligence officials. The PLO was secular and leftist and promoted Palestinian nationalism. Hamas wanted set up a transnational state under the rule of Islam, much like Khomeini’s Iran. ()

“The thinking on the part of some of the right-wing Israeli establishment was that Hamas and the other groups, if they gained control, would refuse to have anything to do with the pace process and would torpedo any agreements put in place,” said a U.S. government official. “Israel would still be the only democracy in the region for the United States to deal with,” he said. ()

Former State Department counter-terrorism official Larry Johnson told UPI: “The Israelis are their own worst enemies when it comes to fighting terrorism. They are like a guy who sets fire to his hair and then tries to put it out by hitting it with a hammer. They do more to incite and sustain terrorism than curb it.”

Source: “Israel gave major aid to Hamas” (UPI, 2001)

PLO leader Yasser Arafat (2001)

In December 2001, during the Second Intifida, PLO leader Yasser Arafat gave interviews to two leading Italian newspapers and discussed the genesis and operation of Hamas.

In an interview with L’Espresso, Arafat stated:

“Hamas was constituted with the support of Israel. The aim was to create an organization antagonistic to the PLO. They received financing and training from Israel. They have continued to benefit from permits and authorizations, while we have been limited, even to build a tomato factory. Rabin himself defined it as a fatal error. Some collaborationists of Israel are involved in these [terror] attacks,” he said. “We have proof, and we are placing it at the disposal of the Italian government.”

In an interview with Corriere della Sera, Arafat stated:

“We are doing everything to stop the violence. But Hamas is a creature of Israel which at the time of Prime Minister [Yitzhak] Shamir [the late 1980s, when Hamas arose], gave them money and more than 700 institutions, among them schools, universities and mosques. Even [former Israeli Prime Minister Yitzhak] Rabin ended up admitting it, when I charged him with it, in the presence of [Egpytian President Hosni] Mubarak.”

Source: Israeli Roots of Hamas Are Being Exposed (EIR, 2002)

Charles Freeman, American diplomat and ambassador (2006)

In his 2006 book, Devil’s Game: How the United States Helped Unleash Fundamentalist Islam, American investigative journalist Robert Dreyfuss explored “Israel’s Islamists” and quoted American diplomat and former US ambassador to Saudi Arabia, Charles Freeman:

“Israel started Hamas,” says Charles Freeman, the veteran U.S. diplomat and former U.S. ambassador to Saudi Arabia. “It was a project of Shin Bet [the Israeli domestic intelligence agency], which had a feeling that they could use it to hem in the PLO.”

Source: Devil’s Game (Robert Dreyfuss, chapter 8, page 191, 2006)

Amos Yadlin, Israeli military intelligence chief (2007)

In June 2007, during the Battle of Gaza between Hamas and Fatah, the US Ambassador to Israel quoted Israeli Defense Intelligence Chief, Amos Yadlin, in a memo later published by Wikileaks:

“Although not necessarily reflecting a GOI [government of Israel] consensus view, Yadlin said Israel would be “happy” if Hamas took over Gaza because the IDF could then deal with Gaza as a hostile state.”

Source: Wikileaks (published in 2014)

Former Israeli and Hamas officials in Gaza (WSJ, 2009)

In January 2009, during the first Gaza War, the Wallstreet Journal reviewed “How Israel Helped to Spawn Hamas” and quoted several Israeli officials who had worked in Gaza:

“Hamas, to my great regret, is Israel’s creation,” says Avner Cohen, a Tunisian-born Jew who worked in Gaza for more than two decades. Responsible for religious affairs in the region until 1994, Mr. Cohen watched the Islamist movement take shape, muscle aside secular Palestinian rivals and then morph into what is today Hamas, a militant group that is sworn to Israel’s destruction.

Instead of trying to curb Gaza’s Islamists from the outset, says Mr. Cohen, Israel for years tolerated and, in some cases, encouraged them as a counterweight to the secular nationalists of the Palestine Liberation Organization and its dominant faction, Yasser Arafat’s Fatah. Israel cooperated with a crippled, half-blind cleric named Sheikh Ahmed Yassin, even as he was laying the foundations for what would become Hamas. ()

“When I look back at the chain of events I think we made a mistake,” says David Hacham, who worked in Gaza in the late 1980s and early ’90s as an Arab-affairs expert in the Israeli military. “But at the time nobody thought about the possible results.” ()

A leader of Birzeit’s Islamist faction at the time was Mahmoud Musleh, now a pro-Hamas member of a Palestinian legislature elected in 2006. He recalls how usually aggressive Israeli security forces stood back and let conflagration develop. He denies any collusion between his own camp and the Israelis, but says “they hoped we would become an alternative to the PLO.”

Source: How Israel Helped to Spawn Hamas (WSJ, 2009)

Avi Primor, former Israeli Ambassador to the EU (2014)

In an August 2014 interview on Israeli television channel i24News, former Israeli Ambassador to Germany and the EU, Avi Primor, emphasized that Hamas had been created by Israel:

“It was the Israeli government, it was us who created Hamas, in order to create a counterweight to [Yasser Arafat’s] Fatah at the time. And we thought it would be a religious organization that would quarrel with Fatah, we couldn’t foresee what would become of it, but it’s our creation, these are the facts.”

Sources: i24News (2014) and CanalBlog (2015)

Bezalel Smotrich, Israeli finance minister (2015)

In an October 2015 interview with Knesset TV, Bezalel Smotrich, leader of Israel’s Religious Zionist Party and future Israeli Finance Minister, described Hamas as an “asset” to Israel:

“The [Palestinian Authority] is a burden and Hamas is an asset. On the same international field, in this game of delegitimization, and think about it for a moment, the [PA] is a burden and Hamas is an asset. It’s a terrorist organization.

No one will recognize it. No one will give it status at the [International Criminal Court]. No one will let it put forth a resolution at the UN security council. Then would we need an American veto? Or would we not need an American veto? ()

Given that the main game, the central court, where we play now, is the international delegitimization, there [PA leader Mahmoud Abbas] is beating us in significant spaces. And Hamas, at this point and in my opinion, will be an asset. I don’t think I have to worry about [Hamas].”

Sources: KnessetTV (2015) and AntiWar (2023)

Major General Gershon Hacohen (2019)

In a May 2019 interview with Israeli news website Ynet, retired Israeli Major General Gershon Hacohen, a conservative associate of Benjamin Netanyahu, made the following statement:

“The truth must be told, Netanyahu’s strategy is to prevent the two-state option, and that is why he made Hamas his closest partner. In the visible dimension Hamas is an enemy, in the hidden dimension it is an ally.”

In August 2021, former Israeli politician Haim Ramon, referring to Hacohen’s statement, added that the Bennet government “adopted the concept of separating the West Bank and the Gaza Strip in order to weaken the Palestinian Authority and strengthen Hamas.”

Sources: Haaretz (2023) and Walla News (2021)

Benjamin Netanyahu, Israeli Prime Minister (2019/2020)

In October 2023, Israeli newspaper Haaretz discussed a March 2019 Likud party meeting during which Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu explained his strategy of allowing Qatar to keep funding Hamas in Gaza in order to isolate Gaza from the West Bank:

“Anyone who wants to thwart the establishment of a Palestinian state has to support bolstering Hamas and transferring money to Hamas.” () “This is part of our strategy – to isolate the Palestinians in Gaza from the Palestinians in the West Bank.”

In February 2020, former Israeli Defense Minister Avigdor Liberman revealed how Prime Minister Netanyahu secretely asked Qatar to keep funding Hamas:

Mossad chief Yossi Cohen and the top officer of the Israel Defense Forces in charge of Gaza, Herzi Halevi, visited Qatar earlier this month on the instructions of Prime Minister Benjamin Netanyahu to plead with its leaders to continue their periodical payments to Hamas, Yisrael Beytenu party chief Avigdor Liberman claimed Saturday night.

“Both Egypt and Qatar are angry with Hamas and planned to cut ties with them. Suddenly Netanyahu appears as the defender of Hamas, as though it was an environmental organization. This is a policy of submission to terror,” he said, adding that Israel was paying Hamas “protection money” to maintain the calm. ()

With Israel’s approval, Qatar since 2018 has periodically provided millions of dollars in cash to Hamas to pay for fuel for the Strip’s power plant, allow the group to pay its civil servants and provide aid to tens of thousands of impoverished families.

Sources: Another Concept Implodes (Haaretz 2023) and Times of Israel (2020)

Yossi Beilin, former Israeli foreign minister (2023)

In October 2023, after an unprecedented Hamas attack on Israel, former Israeli Foreign Minister and architect of the 1993 Oslo Accords, Yossi Beilin, told German public broadcaster ZDF in an interview:

“It was Netanyahu who strengthened Hamas. Not supported, of course. But between the PLO and Hamas, he has always favored Hamas because they do not want a two-state solution. Hamas does not want a partition of the country, they want the the whole country. That’s why it was easier to deal with them than with the “National Movement”, which calls for a partition of the country and a two-state solution.”

Source: ZDF Television (2023)

What about other designated terrorist groups?

Hamas is not the only designated terrorist group secretly created or supported by intelligence services. In fact, since World War II most high-profile “Palestinian”, “Islamist” and “Communist” terrorist groups have to some extent been controlled by Western or Israeli intelligence services.

One of the most notorious “Palestinian” terrorists of the Cold War era was Abu Nidal. Yet in 1992, British-Jewish investigative journalist and Middle East expert, Patrick Abram Seale, revealed in his book “Abu Nidal: A Gun for Hire” that Abu Nidal was in fact a Mossad asset who repeatedly sabotaged the Palestinian cause by committing senseless acts of terrorism without ever targeting Israel.

Another “top terrorist” of the Cold War era was Carlos “The Jackal” Ramirez. Yet in 1981, American-Jewish investigative journalist Seymour Hersh revealed that Carlos Ramirez was being protected by American and British intelligence services and was partying in London. In addition, in 1999 a senior French intelligence operative tasked with capturing Ramirez stated that for years, Ramirez had been protected by the Israeli Mossad, which had prevented his arrest several times.

In 1986, ABC News Nightline revealed that other leading Cold War terrorist groups, including the Italian “Red Brigades”, the Palestinian “Black September”, and even the Irish IRA, were secretly trained and equipped in Libya by “former” CIA operatives and US Army Special Forces. Italian investigative journalists later found that the leadership of the “Red Brigades” had secret contacts to Italian military intelligence SISMI and to a CIA front organization disguised as a “language school”.

Also in 1986, German authorities admitted that a bombing attributed to the German “Red Army Faction” terrorist group had in fact been carried out by German domestic intelligence and the GSG 9 police tactical unit. The operation was overseen by Minister President Ernst Albrecht, the father of Ursula von der Leyen, who in 2019 became President of the European Commission.

In 1992, Israeli military intelligence whistleblower Ari Ben-Menashe revealed how the Mossad had secretly used the “Palestinian Liberation Front” and other such groups to “commit crimes in the name of the Palestinian revolution”, as this was “the best kind of anti-Palestinian propaganda”.

Beginning in the 1980s, the CIA built up the infamous “Al Qaeda” network of Islamist militants, including Saudi businessman Osama bin Laden, to fight the Soviets in Afghanistan (Operation Cyclone). In the 1990s, this same group of Islamists was deployed to Bosnia and Kosovo in Yugoslavia to fight the Orthodox Christian Serbs and to Chechnya in the Caucasus to fight the Russians.

In 2001, the US government blamed 9/11 and the anthrax letters on “Al Qaeda” terrorists, but the mostly Saudi men turned out to be incompetent patsies controlled by US and Israeli intelligence services, which together pulled off 9/11 and the anthrax letters as simulated false flag attacks to initiate a bogus “global war on terror” and the disastrous invasions of Afghanistan and Iraq.

Many other “terrorist attacks” attributed to Al Qaeda turned out to be simulated events, including the “London bombings” in 2005 and the notorious “Boston Marathon bombing” in 2013. That same year, Canadian RCMP and CSIS intelligence officers posing as Al Qaeda operatives tried to pull off a staged terrorist attack on Canada Day festivities, but the plot was exposed and had to be aborted.

Ten years after 9/11, in the wake of the engineered “Arab Spring”, actual Al Qaeda militants were sent to Libya to help overthrow Muammar Gaddafi and to Syria to help overthrow Bashar al Assad, the last two Arab leaders not yet aligned with the United States and NATO.

In 2013, former Al Qaeda operative Sheik Nabil Naiim stated that Al Qaeda was indeed led by agents of the CIA. Already in 2007, the US Pentagon had to admit that the supposed Al Qaeda leader in Iraq, Abdullah al-Baghdadi, was in fact a non-existent phantom whose voice was played by an actor.

In Syria, Al Qaeda militants perpetrated several false-flag chemical attacks to trigger a direct NATO intervention. One such attack was even staged by the BBC and a British military contractor. Nevertheless, the planned regime change failed because the Russians intervened first.

In response, Western intelligence services created and deployed an even more aggressive terrorist group, ISIS, which was secretly supplied via NATO member Turkey and, in return, secretly exported stolen Syrian and Iraqi oil to world markets via the Turkish Ceyhan terminal.

ISIS simultaneously attacked Syrian government forces and provided the necessary pretext for NATO airstrikes in Syria by claiming responsibility for several simulated “terrorist attacks” in American and European cities, such as the poorly simulated “Brussels bombings” in March 2016.

When ISIS, too, was being defeated by the Syrians and Russians, the US finally switched to Kurdish SDF forces and managed to at least occupy eastern Syria and most Syrian oil fields.

∗∗∗

In conclusion, most of the history of modern terrorism, not just since 2001, but really since World War II, has been a deception manufactured by Western and Israeli intelligence services.

∗∗∗

You have been reading:
Why Israel Created Hamas
An analysis by Swiss Policy Research

∗∗∗

Videos

Read more


Traduction Google :

Pourquoi Israël a créé le Hamas

Publié : octobre 2023

Aperçus privilégiés de la création du Hamas – et d'autres groupes terroristes désignés.

∗∗∗

« Quiconque veut contrecarrer la création d'un État palestinien doit soutenir le renforcement du Hamas et transférer de l'argent au Hamas. » – Benjamin Netanyahou ( 2019 )

« Dans la dimension visible, le Hamas est un ennemi, dans la dimension cachée, il est un allié. »
– Général de division de Tsahal Gershon Hacohen ( 2019 )

« Israël a fondé le Hamas. C'était un projet du Shin Bet.
– Charles Freeman, diplomate et ambassadeur américain ( 2006 )

∗∗∗

Pourquoi Israël a aidé à créer le Hamas

Depuis la création du Hamas en 1987, les responsables israéliens, américains et palestiniens ont reconnu à plusieurs reprises qu'Israël avait effectivement contribué à la création et au financement du groupe islamiste.

L'argument avancé par nombre de ces responsables n'est pas qu'Israël « a permis » la montée du Hamas ou que le Hamas a émergé en réponse à « l'occupation » israélienne de la Palestine. Leur point de vue était plutôt que les agences de renseignement israéliens ont contribué activement à la création et au financement du groupe Hamas.

Comme l'indiquent clairement les responsables des cités ci-dessous, l'objectif général du soutien au Hamas a été de contrecarrer la création d'un État palestinien et d'empêcher la mise en œuvre d'une solution à deux États à la question palestinienne. . Du point de vue d'Israël, une solution à deux États réduirait le territoire israélien aux frontières internationales reconnues d'avant 1967, interdirait toute expansion territoriale future et empêcherait la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Plus spécifiquement, le soutien au groupe islamiste Hamas a servi plusieurs objectifs israéliens à la fois : premièrement, cela a miné l'OLP nationaliste laïque de Yasser Arafat ; deuxièmement, cela a contribué à empêcher la mise en œuvre des accords d'Oslo de 1993 ; troisièmement, elle a fragilisé l'Autorité nationale palestinienne et isolé Gaza de la Cisjordanie ; quatrièmement, cela a empêché le soutien occidental à la cause palestinienne ; et cinquièmement, cela justifiait les (contre-)attaques israéliennes sur le territoire palestinien.

En d'autres termes, en soutenant secrètement un groupe qui ne reconnaît pas l'existence de l'État d'Israël et n'accepte pas la solution à deux États, Israël n'est pas obligé d'accepter l'existence d' un État palestinien et n'est pas obligé de soutenir une solution à deux États. -solution étatique non plus.

On avance parfois que même si Israël a initialement soutenu la création du Hamas, le groupe islamiste est devenu incontrôlable et les responsables israéliens en sont venus à regretter leur soutien (la « théorie du retour de flamme » ) .

Si cela est certainement vrai pour certains responsables israéliens et pour la population israélienne touchée par les roquettes et les attaques terroristes du Hamas, cela n'est pas vrai pour les grands stratèges israéliens, comme le montrer clairement les citations ci-dessous : pour eux, le Hamas a continué à atteindre son objectif même après les accords d'Oslo en 1993 et ​​​​après le retrait d'Israël de la bande de Gaza en 2005.

Pour les grandes stratégies, la présence du Hamas dans les territoires palestiniens restants pourrait fournir, un jour, le prétexte nécessaire à une « solution finale » à la question palestinienne.

« Une créature d'Israël »

Les sections suivantes donnent un aperçu chronologique des déclarations internes sur la création du Hamas faite depuis 1981 par des responsables israéliens, américains et palestiniens.

Ces responsables comprennent un ancien gouverneur militaire israélien de la bande de Gaza, un chef des renseignements militaires israéliens, deux lanceurs d'alerte des renseignements israéliens, un général de division à la retraite de Tsahal, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et d'autres. hommes politiques israéliens, ainsi que d'anciens responsables du gouvernement américain et des services de renseignement, le défunt dirigeant de l'OLP, Yasser Arafat, et l'un des premiers dirigeants du Hamas.

Yitzhak Segev, gouverneur militaire de Gaza (1981/1986)

Déjà en 1986, un avant la fondation officielle du Hamas, le chef du bureau du New York Times à Jérusalem, David K. Shipler , révélait comment Israël soutenait le mouvement islamique dans la bande de Gaza qui donnerait naissance au groupe Hamas. Faisant référence au gouverneur militaire israélien de la bande de Gaza, le général de brigade Yitzhak Segev , Shipler a noté dans son livre « Arabe et juif » :

Politiquement parlant, les fondamentalistes islamiques étaient parfois considérés comme utiles à Israël parce qu'ils étaient en conflit avec les partisans laïcs de l'OLP. Des violences entre les groupes ont éclaté occasionnellement sur les campus universitaires de Cisjordanie, et le gouverneur militaire israélien de la bande de Gaza, le général de brigade Yitzhak Segev , m'a raconté un jour comment il avait financé le mouvement islamique comme contrepoids à l 'OLP et aux communistes. « Le gouvernement israélien m'a donné un budget et le gouvernement militaire en donne aux mosquées », at-il déclaré.

Lors de la crise israélo-palestinienne de mai 2021 , Shipler a réitéré ces déclarations dans une lettre au New York Times et a souligné le rôle actif joué par les autorités israéliennes :

Nicholas Kristof a raison lorsqu'il mentionne qu'Israël a autrefois permis la montée du Hamas comme contrepoids à l'Organisation de libération de la Palestine. Mais Israël a fait bien plus que « permettre ».

En 1981, le brigadier. Le général Yitzhak Segev, gouverneur militaire israélien de Gaza, m'a dit qu'il a donné de l'argent aux frères musulmans, précurseur du Hamas, sur instruction des autorités israéliennes. Le financement visait à détourner le pouvoir des mouvements communistes et nationalistes palestiniens à Gaza, qu'Israël considérait comme plus menaçants que les fondamentalistes.

À en juger par un appel téléphonique affligé que j'ai reçu plus tard du porte-parole de l'armée, les supérieurs du général Segev n'étaient pas satisfaits de sa révélation d'une pratique qui ne semblait pas très intelligente, même à l'époque. Ils pensaient à tort – mais aurait apparemment souhaité – qu'il avait fait ses commentaires de manière officieuse.

Sources : Arabes et juifs (Shipler 1986) et Lettre à l'éditeur (Shipler 2021)

Lanceurs d'alerte des services de renseignement israéliens (1992/1994)

En 1992, Ari Ben-Menashe , lanceur d'alerte du renseignement militaire israélien , a révélé un commentaire sur les agences de renseignement israéliens utilisaient des « terroristes palestiniens » pour saboter la cause palestinienne :

« La caisse noire a contribué à financer les opérations « noires » de la communauté du renseignement à travers le monde. Il s'agissait notamment de financer des « terroristes palestiniens » contrôlés par Israël qui commettaient des crimes au nom de la révolution palestinienne, mais qui les commettaient en réalité, généralement à leur insu, dans le cadre de la machine de propagande israélienne.

Dans son livre de 1994, The Other Side of Deception, Victor Ostrovsky , ancien responsable du dossier et lanceur d'alerte du Mossad, a révélé un commentaire le Mossad soutenait secrètement le Hamas :

Soutenir les éléments radicaux du fondamentalisme musulman cadrait bien avec le plan général du Mossad pour la région. Un monde arabe dirigé par des fondamentalistes ne participerait à aucune négociation avec l'Occident, laissant ainsi Israël redevenir le seul pays démocratique et rationnel de la région. Et si le Mossad pouvait faire en sorte que le Hamas (intégristes palestiniens) prenne le contrôle des rues palestiniennes face à l'OLP, alors le tableau serait complet.

Sources : Profits of War (Ben-Menashe 1992) et The Other Side of Deception (Ostrovsky, 1994)

Guela Amir, mère de l'assassin présomptif de Rabin, Yigal Amir (1997)

En mars 1997, John F. Kennedy Jr. a publié un article de Guela Amir , mère de Yigal Amir, l'assassin présumé du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin. Guela Amir a rappelé les attaques terroristes du Hamas à la suite des accords d'Oslo signés par Rabin en 1993 et ​​​​a fourni des preuves que son fils faisait partie d'un complot des services de renseignement israéliens visant à éliminer Rabin et à empêcher la reconnaissance d'un État palestinien. John F. Kennedy Jr. est décédé deux ans plus tard dans un mystérieux accident d'avion.

« En septembre 1993, le gouvernement Rabin a signé les accords d'Oslo avec l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Les accords et la série d'attentats terroristes [du Hamas] qui ont suivi leur mise en œuvre ont amené des milliers d'Israéliens plutôt apolitiques dans les rues et sur les barricades dans une protestation américaine. Ces militants néophytes ont afflué dans les groupes de droite préexistants et se sont mis à la disposition d'organisateurs expérimentés comme [informateur du Shin Bet] Avishai Raviv. L'un de ces nouveaux militants était mon fils Yigal.

Source : La défense d'une mère (George Magazine, 1997)

Gouvernement américain et responsables du renseignement (UPI, 2001)

Dans un article de février 2001, l'agence de presse américaine UPI a révélé un commentaire « Israël a apporté une aide majeure au Hamas », citant plusieurs responsables du gouvernement et des services de renseignement américains, actuels et anciens :

Israël et le Hamas sont peut-être actuellement engagés dans un combat meurtrier [la Deuxième Intifada], mais, selon plusieurs responsables actuels et anciens du renseignement américain, à partir de la fin des années 1970, Tel Aviv a apporté une aide financière directe et indirecte au Hamas sur une période de plusieurs années.

Israël « a aidé le Hamas directement – ​​​​les Israéliens voulaient l'utiliser comme contrepoids à l'OLP », a déclaré Tony Cordesman , analyste du Moyen-Orient au Centre d'études stratégiques. ()

Le soutien d'Israël au Hamas « était une tentative directe de diviser et de diluer le soutien à une OLP forte et laïque en utilisant une alternative religieuse concurrente », a déclaré un ancien haut responsable de la CIA . ()

Les fonds pour le mouvement provenaient des États producteurs de pétrole et directement et indirectement d'Israël, selon les responsables du renseignement américain . L'OLP était laïque et de gauche et promouvait le nationalisme palestinien. Le Hamas voulait créer un État transnational sous la domination de l'Islam, à l'instar de l'Iran de Khomeini. ()

« L'idée de certains membres de l'establishment de droite israélien était que le Hamas et les autres groupes, s'ils prenaient le contrôle, refusaient d'avoir quoi que ce soit à voir avec le processus de rythme et torpilleraient tout accord mis. en place », a déclaré un responsable du gouvernement américain . « Israël serait toujours la seule démocratie de la région avec laquelle les États-Unis pourraient avoir affaire », at-il déclaré. ()

L'ancien responsable antiterroriste du Département d'État, Larry Johnson, a déclaré à l'UPI : « Les Israéliens sont leurs pires ennemis lorsqu'il s'agit de lutter contre le terrorisme. Ils sont comme un gars qui met le feu à ses cheveux et essaie ensuite de les éteindre en les frappant avec un marteau. Ils font plus pour inciter et entretenir le terrorisme que pour le freiner. »

Source : « Israël a apporté une aide majeure au Hamas » (UPI, 2001)

Yasser Arafat, chef de l'OLP (2001)

En décembre 2001, pendant la Deuxième Intifida , le chef de l'OLP, Yasser Arafat, a accordé des interviews à deux grands journaux italiens et a discuté de la genèse et du fonctionnement du Hamas.

Dans une interview accordée à L'Espresso , Arafat a déclaré :

« Le Hamas a été constitué avec le soutien d'Israël. L'objectif était de créer une organisation antagoniste à l'OLP. Ils ont reçu un financement et une formation d'Israël. Ils ont continué à bénéficier de permis et d'autorisations, alors que nous avons été limités, même à construire une usine de tomates. Rabin lui-même l'a défini comme une erreur fatale. Certains collaborateurs d'Israël sont impliqués dans ces attaques [terroristes] », at-il déclaré. "Nous en avons la preuve et nous la mettons à la disposition du gouvernement italien."

Dans une interview au Corriere della Sera , Arafat a déclaré :

« Nous faisons tout pour mettre fin à la violence. Mais le Hamas est une créature d'Israël qui, à l'époque du Premier ministre [Yitzhak] Shamir [à la fin des années 1980, lorsque le Hamas est apparu], lui a donné de l'argent et plus de 700 institutions, parmi lesquelles des écoles, des universités et des mosquées. Même [l'ancien Premier ministre israélien Yitzhak] Rabin a fini par l'admettre, lorsque je l'en ai accusé, en présence du [président égyptien Hosni] Moubarak. »

Source : Les racines israéliennes du Hamas sont révélées (EIR, 2002)

Charles Freeman, diplomate et ambassadeur américain (2006)

Dans son livre de 2006, Devil's Game : How the United States Helped Unleash Fundamentalist Islam, le journaliste d'investigation américain Robert Dreyfuss a exploré les « islamistes d'Israël » et a cité le diplomate américain et ancien ambassadeur des États-Unis en Arabie. Saoudite, Charles Freeman :

« Israël a fondé le Hamas », déclare Charles Freeman, ancien diplomate américain et ancien ambassadeur américain en Arabie saoudite. « C'était un projet du Shin Bet [l'agence de renseignement intérieure israélienne], qui avait le sentiment qu'il pouvait l'utiliser pour encercler l'OLP. »

Source : Le Jeu du Diable (Robert Dreyfuss, chapitre 8, page 191, 2006)

Amos Yadlin, chef du renseignement militaire israélien (2007)

En juin 2007, lors de la bataille de Gaza entre le Hamas et le Fatah, l'ambassadeur américain en Israël à la cité le chef du renseignement de défense israélien, Amos Yadlin , dans une note publiée plus tard par Wikileaks :

« Même s'il ne reflète pas essentiellement un consensus du gouvernement israélien, Yadlin a déclaré qu'Israël serait « heureux » si le Hamas prenait le contrôle de Gaza, car l'armée israélienne pourrait alors traiter Gaza comme un État hostile.

Source : Wikileaks (publié en 2014)

Anciens responsables israéliens et du Hamas à Gaza (WSJ, 2009)

En janvier 2009, lors de la première guerre de Gaza , le Wallstreet Journal a examiné « Comment Israël a contribué à engendrer le Hamas » et une cité plusieurs responsables israéliens qui avaient travaillé à Gaza :

« Le Hamas, à mon grand regret, est une création d'Israël », déclare Avner Cohen , un juif né en Tunisie qui a travaillé à Gaza pendant plus de deux décennies. Responsable des affaires religieuses dans la région jusqu'en 1994, M. Cohen a vu le mouvement islamiste prendre forme, écarter ses rivaux palestiniens laïques, puis se transformer en ce qui est aujourd'hui le Hamas, un groupe militant qui a juré de détruire Israël.

Au lieu d'essayer de freiner les islamistes de Gaza dès le début, dit M. Cohen, Israël les a tolérés pendant des années et, dans certains cas, les a encouragés comme contrepoids aux nationalistes laïcs de l'Organisation de libération de la Palestine et à sa faction dominante, le Fatah de Yasser Arafat. Israël a coopéré avec un religieux infirme et à moitié aveugle nommé Cheikh Ahmed Yassin, alors même qu'il jetait les bases de ce qui allait devenir le Hamas. ()

« Quand je regarde la chaîne des événements, je pense que nous avons commis une erreur », déclare David Hacham , qui a travaillé à Gaza à la fin des années 1980 et au début des années 1990 en tant qu'expert des affaires arabes au sein. de l'armée israélienne. "Mais à l'époque, personne ne pensait aux résultats possibles." ()

L'un des dirigeants de la faction islamiste de Birzeit à l'époque était Mahmoud Musleh, aujourd'hui membre pro-Hamas d'une législature palestinienne élue en 2006. Il se souvient de la manière dont les forces de sécurité israéliennes, habituellement agressives , restaient en retrait et laissaient la conflagration se développer. Il nie toute collusion entre son propre camp et les Israéliens, mais affirme qu'« ils espéraient que nous deviendrions une alternative à l'OLP ».

Source : Comment Israël a contribué à engendrer le Hamas (WSJ, 2009)

Avi Primor, ancien ambassadeur d'Israël auprès de l'UE (2014)

Dans une interview accordée en août 2014 à la chaîne de télévision israélienne i24News, l'ancien ambassadeur israélien en Allemagne et auprès de l'UE, Avi Primor , a souligné que le Hamas avait été créé par Israël :

« C'est le gouvernement israélien, c'est nous qui avons créé le Hamas, afin de créer un contrepoids au Fatah [de Yasser Arafat] de l'époque. Et nous pensions que ce serait une organisation religieuse qui se disputerait avec le Fatah, nous ne pouvions pas prévoir ce qu'elle adviendrait, mais c'est notre création, ce sont les faits.»

Sources : i24News (2014) et CanalBlog (2015)

Bezalel Smotrich, ministre israélien des Finances (2015)

Dans une interview accordée à la télévision de la Knesset en octobre 2015, Bezalel Smotrich , chef du Parti sioniste religieux israélien et futur ministre israélien des Finances, a décrit le Hamas comme un « atout » pour Israël :

« L’[Autorité palestinienne] est un fardeau et le Hamas est un atout. Sur le même terrain international, dans ce jeu de délégitimation, et réfléchissez-y un instant, l’[AP] est un fardeau et le Hamas est un atout. C'est une organisation terroriste.

Personne ne le reconnaîtra. Personne ne lui accordera de statut auprès de la [Cour pénale internationale]. Personne ne le laissera présenter une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU. Aurions-nous alors besoin d’un veto américain ? Ou n’aurions-nous pas besoin d’un veto américain ? ()

Étant donné que le jeu principal, le tribunal central, où nous jouons actuellement, est la délégitimation internationale, là [le leader de l’AP Mahmoud Abbas] nous bat dans des domaines significatifs. Et le Hamas, à ce stade et à mon avis, sera un atout. Je ne pense pas devoir m'inquiéter pour [le Hamas].»

Sources : KnessetTV (2015) et AntiWar (2023)

Général de division Gershon Hacohen (2019)

Dans une interview accordée en mai 2019 au site d'information israélien Ynet, le général de division israélien à la retraite Gershon Hacohen , associé conservateur de Benjamin Netanyahu, a fait la déclaration suivante :

«Il faut dire la vérité : la stratégie de Netanyahu est d'empêcher l'option à deux États, et c'est pourquoi il a fait du Hamas son partenaire le plus proche. Dans la dimension visible, le Hamas est un ennemi, dans la dimension cachée, il est un allié. »

En août 2021, l'ancien homme politique israélien Haim Ramon , se référant à la déclaration de Hacohen, a ajouté que le gouvernement Bennet « a adopté le concept de séparation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza afin d'affaiblir l'Autorité palestinienne et de renforcer le Hamas ».

Sources : Haaretz (2023) et Walla News (2021)

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien (2019/2020)

En octobre 2023, le journal israélien Haaretz a évoqué une réunion du parti Likoud en mars 2019 au cours de laquelle le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a expliqué sa stratégie consistant à permettre au Qatar de continuer à financer le Hamas à Gaza afin d'isoler Gaza de la Cisjordanie :

« Quiconque veut contrecarrer la création d’un État palestinien doit soutenir le renforcement du Hamas et transférer de l’argent au Hamas. » () « Cela fait partie de notre stratégie – isoler les Palestiniens de Gaza des Palestiniens de Cisjordanie. »

En février 2020, l'ancien ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a révélé un commentaire que le Premier ministre Netanyahu avait secrètement demandé au Qatar de continuer à financer le Hamas :

Le chef du Mossad, Yossi Cohen, et l'officier supérieur des Forces de défense israéliennes en charge de Gaza, Herzi Halevi, se sont rendus au Qatar au début du mois sur instructions du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour plaider auprès de ses dirigeants de poursuivre leurs paiements périodiques au Hamas, parti Yisrael Beytenu. a affirmé le chef Avigdor Liberman samedi soir.

« L'Égypte et le Qatar sont tous deux en colère contre le Hamas et envisagent de rompre leurs liens avec eux. Netanyahou apparaît soudainement comme le défenseur du Hamas, comme s'il s'agissait d'une organisation environnementale. Il s'agit d'une politique de soumission au terrorisme », a-t-il déclaré, ajoutant qu'Israël versait « de l'argent pour la protection » du Hamas pour maintenir le calme. ()

Avec l'accord d'Israël, le Qatar fournit depuis 2018 périodiquement des millions de dollars en espèces au Hamas pour payer le carburant de la centrale électrique de la bande de Gaza, permettant au groupe de payer ses fonctionnaires et apporter une aide à des dizaines de milliers de familles pauvres.

Sources : Another Concept Imploses (Haaretz 2023) et Times of Israel (2020)

Yossi Beilin, ancien ministre israélien des Affaires étrangères (2023)

En octobre 2023, après une attaque sans précédent du Hamas contre Israël, l'ancien ministre israélien des Affaires étrangères et architecte des accords d'Oslo de 1993, Yossi Beilin, a déclaré dans uneinterview à la chaîne publique allemande ZDF :

« C'est Netanyahu qui a renforcé le Hamas. Non pris en charge, bien sûr. Mais entre l'OLP et le Hamas, il a toujours favorisé le Hamas car ils ne veulent pas d'une solution à deux États. Le Hamas ne veut pas une partition du pays, il veut le pays tout entier. C'est pourquoi il était plus facile de traiter avec eux qu'avec le "Mouvement national", qui réclame une partition du pays et une solution à deux Etats.»

Source : Télévision ZDF (2023)

Qu'en est-il des autres groupes terroristes désignés ?

Le Hamas n'est pas le seul groupe terroriste désigné secrètement créé ou soutenu par les services de renseignement. En fait, depuis la Seconde Guerre mondiale, les groupes terroristes « palestiniens », « islamistes » et « communistes » les plus médiatisés ont été, dans une certaine mesure, contrôlés par les services de renseignement occidentaux ou israéliens.

L'un des terroristes « palestiniens » les plus notoires de la guerre froide était Abou Nidal . Pourtant, en 1992, le journaliste d'investigation juif britannique et expert du Moyen-Orient, Patrick Abram Seale, a révélé dans son livre « Abu Nidal : A Gun for Hire » qu'Abu Nidal était en fait un agent du Mossad qui a saboté à plusieurs reprises la cause palestinienne en commettant des actes insensés. du terrorisme sans jamais viser Israël.

Un autre « grand terroriste » de l'époque de la guerre froide était Carlos « Le Chacal » Ramirez . Pourtant, en 1981, le journaliste d'investigation juif américain Seymour Hersh révélait que Carlos Ramirez était protégé par les services de renseignement américains et britanniques et qu'il faisait la fête à Londres. En outre, en 1999, un haut responsable des services de renseignement français de capturer Ramirez a chargé déclaré que Ramirez avait été protégé pendant des années par le Mossad israélien, qui avait empêché son arrestation à plusieurs reprises.

En 1986, ABC News Nightline a révélé que d'autres groupes terroristes majeurs de la guerre froide, notamment les « Brigades rouges » italiennes, le« Septembre noir » palestinien et même l' IRA irlandaise , avaient été secrètement entraînés et équipés en Libye par des « anciens » agents de la CIA et des Forces spéciales de l'armée américaine. Des journalistes d'investigation italiens ont découvert plus tard que les dirigeants des « Brigades rouges » avaient des contacts secrets avec le renseignement militaire italien SISMI et avec une organisation écran de la CIA déguisée en « école de langues ».

Toujours en 1986, les autorités allemandes ont admis qu'un attentat à la bombe attribué au groupe terroriste « Faction Armée rouge » avait en fait été perpétré par les renseignements intérieurs allemands et l'unité tactique de la police GSG 9. L'opération a été supervisée par le ministre-président Ernst Albrecht, père d'Ursula von der Leyen, devenu en 2019 présidente de la Commission européenne.

En 1992, Ari Ben-Menashe, lanceur d'alerte des renseignements militaires israéliens, a révélé un commentaire selon lequel le Mossad avait secrètement utilisé le « Front de libération palestinien » et d'autres groupes similaires pour « commettre des crimes au nom de la révolution palestinienne » , car il s'agissait de « la meilleure forme de lutte anti-palestinienne ». -Propagande palestinienne ».

À partir des années 1980, la CIA a créé le tristement célèbre réseau de militants islamistes « Al-Qaïda », dont l'homme d'affaires saoudien Oussama ben Laden, pourcombattre les Soviétiques en Afghanistan (Opération Cyclone). Dans les années 1990, ce même groupe d'islamistes a été déployé en Bosnie et au Kosovo en Yougoslavie pour combattre les Serbes chrétiens orthodoxes et en Tchétchénie dans le Caucase pour combattre les Russes.

En 2001, le gouvernement américain a imputé le 11 septembre et les lettres à l'anthrax aux terroristes d'Al-Qaida, mais les hommes, pour la plupart saoudiens, se sont révélés être des bougres incompétents contrôlés par les services de renseignement américains et israéliens, qui ont réussi ensemble le 11 septembre et les lettres à l'anthrax. des lettres comme des simulations d'attaques sous faux drapeau pour lancer une fausse « guerre mondiale contre le terrorisme » et les invasions désastreuses de l'Afghanistan et de l'Irak.

De nombreuses autres « attaques terroristes » attribuées à Al-Qaïda se sont révélées être des événements simulés, notamment les « attentats à la bombe de Londres » en 2005 et le fameux « attentat du marathon de Boston » en 2013. La même année, des agents du renseignement de la GRC et du SCRS canadiens se faisant passer pour Al-Qaïda. Des agents ont tenté d'organiser une attaque terroriste lors des festivités de la fête du Canada, mais le complot a été révélé et a dû être avorté .

Dix ans après le 11 septembre, à la suite du « Printemps arabe », de véritables militants d'Al-Qaïda ont été envoyés en Libye pour aider à renverser Mouammar Kadhafi et en Syrie pour aider à renverser Bachar al Assad, les deux derniers dirigeants arabes non encore alignées sur les États-Unis et l'OTAN.

En 2013, l'ancien membre d'Al-Qaïda, le cheik Nabil Naiim, a déclaré qu'Al-Qaïda était effectivement dirigé par des agents de la CIA. En 2007 déjà, le Pentagone américain avait dû admettre que le prétendu chef d'Al-Qaïda en Irak, Abdullah al-Baghdadi, était en réalité un fantôme inexistant dont la voix était interprétée par un acteur .

En Syrie, les militants d'Al-Qaïda ont perpétré plusieursattaques chimiques sous fausse bannière pour déclencher une intervention directe de l’OTAN. Une de ces attaques a même été organisée par la BBC et un sous-traitant militaire britannique. Néanmoins, le changement de régime prévu a échoué parce que les Russes sont intervenus les premiers.

En réponse, les services de renseignement occidentaux ont créé et déployé un groupe terroriste encore plus agressif, ISIS , qui s'approvisionnait secrètement via la Turquie, membre de l'OTAN, et, en retour, exportait secrètement du pétrole syrien et irakien volé vers les marchés mondiaux via le terminal turc de Ceyhan.

L'EI a simultanément attaqué les forces gouvernementales syriennes et a fourni le prétexte nécessaire aux frappes aériennes de l'OTAN en Syrie en revendiquant la responsabilité de plusieurs « attaques terroristes » simulées dans des villes américaines et européennes, comme les « attentats à la bombe ». de Bruxelles » mal simulés en mars 2016 .

Lorsque l'EI a également été vaincu par les Syriens et les Russes, les États-Unis se sont finalement tournés vers les forces kurdes des FDS et ont réussi à occuper au moins l'est de la Syrie et la plupart des champs de pétrole syriens. .

∗∗∗

En conclusion , la majeure partie de l'histoire du terrorisme moderne, non seulement depuis 2001, mais en réalité depuis la Seconde Guerre mondiale, a été une tromperie fabriquée par les services de renseignement occidentaux et israéliens.

∗∗∗

Vous avez lu :
Pourquoi Israël a créé le Hamas
Une analyse de Swiss Policy Research

∗∗∗

Vidéos

En savoir plus


Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0