VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Une histoire de la Libye depuis le triste assassinat de Kadhafi

Une histoire de la Libye depuis le triste assassinat de Kadhafi

mercredi 30 mai 2018, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 30 mai 2018).

Le chaos en Libye depuis la chute de Kadhafi

https://assawra.blogspot.com/2018/0…

29 mai 2018

Assawra

Immeubles détruits le long de la promenade du bord de mer à Benghazi en Libye, le 15 février 2018 (afp)

La Libye, où des autorités rivales, à Tripoli et dans l’Est, se disputent le pouvoir, a sombré dans le chaos après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

En février 2011, dans le sillage du Printemps arabe, une contestation violemment réprimée débute à Benghazi (est), avant de s’étendre. En mars, une coalition emmenée par Washington, Paris et Londres, lance une offensive après un feu vert de l’ONU.

Le 20 octobre, Kadhafi, en fuite depuis août et la prise de son QG à Tripoli par les rebelles, est tué dans le dernier assaut contre sa région d’origine, Syrte, à l’est de Tripoli.

Le 23 octobre, le Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion, proclame la "libération totale" du pays.

En août 2012, le CNT remet ses pouvoirs au Congrès général national (CGN, Parlement) élu un mois plus tôt.

Le 11 septembre 2012, quatre Américains, dont l’ambassadeur Christopher Stevens, sont tués dans une attaque contre leur consulat à Benghazi. Un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda est accusé d’être derrière l’attaque.

Le 23 avril 2013, un attentat à la voiture piégée vise l’ambassade de France à Tripoli, blessant deux gardes français. La plupart des ambassades étrangères ferment.

Le 16 mai 2014, le général dissident Khalifa Haftar, proche de l’Egypte et des Emirats arabes unis, lance une opération contre les groupes jihadistes à Benghazi. Plusieurs officiers de la région orientale rallient sa force paramilitaire, autoproclamée "Armée nationale libyenne".

Le 25 juin, après de nouvelles élections, le CGN est remplacé par un Parlement dominé par les anti-islamistes.

Fin août, après des semaines de combats meurtriers, Fajr Libya, coalition hétéroclite de milices dont certaines islamistes, s’empare de Tripoli, et réinstalle le CGN. Un gouvernement est mis en place.

Le gouvernement d’Abdallah al-Theni et le Parlement élu en juin s’exilent dans l’Est. Le pays se retrouve avec deux gouvernements et deux Parlements.

En décembre 2014, le groupe Etat islamique (EI), tirant profit de l’absence d’Etat, s’implante en Libye où il revendique son premier attentat.

En juin 2015, il s’empare de Syrte, à 450 km à l’est de Tripoli. Il en sera chassé fin 2016.

En décembre 2015, après des mois de négociations, des représentants de la société civile et des députés signent à Skhirat (Maroc), un accord parrainé par l’ONU, mais les deux Parlements rivaux émettent des réserves. Le Conseil de sécurité de l’ONU l’entérine. Un "gouvernement d’union nationale" (GNA) est proclamé.

En mars 2016, son chef Fayez al-Sarraj arrive à Tripoli. Dans l’Est, le cabinet parallèle, soutenu par le général Haftar, et le Parlement, élu en 2014, lui restent opposés.

En juillet 2017, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar s’engagent sur un processus de sortie de crise lors d’une rencontre près de Paris sous les auspices d’Emmanuel Macron, sans résultats concrets sur le terrain. En décembre, l’ONU estime que l’accord de Skhirat "demeure le seul cadre viable pour mettre fin à la crise politique". Khalifa Haftar affirme que l’accord a expiré, et avec lui le mandat du GNA. Il dit cependant appuyer la tenue d’élections en 2018, tout en menaçant implicitement de prendre le pouvoir si ce processus n’aboutit pas.

Le 13 janvier 2018, au moins 20 personnes sont tuées lors de combats entre forces de sécurité et un groupe armé qui lance une attaque contre l’aéroport international de Mitiga, près de Tripoli. Les assaillants cherchaient à libérer des jihadistes détenus sur le site de l’aéroport.

Le 23 janvier, un double attentat à la voiture piégée fait près de 40 morts à Benghazi.

Le 2 mai, deux kamikazes de l’EI attaquent le siège de la Commission électorale à Tripoli, tuant 14 personnes.

Le 7 mai, le maréchal Haftar, après une hospitalisation d’au moins deux semaines à Paris, annonce une opération militaire pour "libérer" Derna, seule ville de l’Est libyen qui échappe à son contrôle et sous la coupe de groupes jihadistes.

Kadhafi - L’impérialisme américano-franco-sioniste est fier d’avoir rétabli l’esclavage en Libye :

Libye - Marché aux esclaves

Enregistré lors du 20 heures de France 2 le 15 novembre 2017

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

http://mai68.org/spip2/spip.php?article953

Libye - 31 mars 2011 - Vive la guerre sioniste des Sarko et BHL (vidéo 1’51’’)

http://mai68.org/spip/spip.php?article2513

Cliquer sur l’image pour voir cette vidéo ironique.

Enregistré sur France 2 mon oeil le 26 mars 2011

Où l’on voit Sarko se faire enfin applaudir… sous les vivas des Benghazistes !

Franchement, puisque les Benghazistes applaudissent Sarko, ne comptez pas sur moi pour applaudir les Benghazistes.

Où l’on se moque de Guéant nous dévoilant qu’il s’agit d’une croisade.

Et : que le sioniste BHL soit son ministre de la guerre prouve bien que la politique extérieure de la fRANCE (petit "f" et grand "RANCE") ne se décide pas à l’Élisée mais à Tel Aviv.

Cliquer ici pour les commentaires

Libye - 13 novembre 2011 - Kadhafi n’était pas un dictateur !

http://mai68.org/spip/spip.php?article3423

Salut à toutes et à tous,

Contrairement à ce que prétend la propagande occidentale, qui a réussi à influencer beaucoup de groupes qui se disent "révolutionnaires", comme par exemple la Ligue Communiste (*), qui ne connaît visiblement rien au sujet, Kadhafi n’était pas un dictateur.

(*) Pardon, maintenant on ne dit plus "Ligue communiste", mais "NPA", le mot "communiste" étant devenu visiblement trop lourd à porter pour ces révolutionnaires de salon.

Plusieurs fois, Kadhafi a dit dès le début de la guerre que s’il suffisait d’organiser des élections à l’occidentale pour arrêter cette guerre, il voulait bien s’y soumettre ; mais, jamais l’OTAN n’a accepté. Et un sondage assez récent en Libye donnait 70% de voix à Saïf al-islam s’il avait le droit de se présenter à des élections.

Par ailleurs, si la raison majeure de l’intervention US contre la Libye est effectivement le pétrole, c’est surtout, pour l’impérialisme américain, une intervention contre la Chine. Kadhafi commençait à vendre son pétrole à la Chine. Et la Chine est en train de conquérir à sa façon, d’une façon non guerrière, l’Afrique. Et ça déplaît aux USA.

Si Sarko a si facilement accepté de servir de société écran à l’impérialisme américain dans cette guerre, si l’armée française a servi d’armée supplétive des Américains, c’est parce qu’en 2011 devait sortir une monnaie unique africaine. Et c’en aurait été fini du Franc CFA fabriqué à Chamalières.

C’est par le Franc CFA que l’impérialisme français tient encore ses colonies d’Afrique de l’ouest. C’est Kadhafi qui allait financer la majeure partie de la monnaie africaine indépendante. Et l’argent de la Libye coincé dictatorialement dans les banques occidentales depuis le début de la guerre devait notamment servir à ça ! C’est expliqué en particulier dans la vidéo des trois raisons pour tuer Kadhafi.

NON, Kadhafi n’était pas un dictateur ! S’il était bien le chef de l’armée libyenne, il n’était pas le chef de l’État, puisqu’il n’y avait pas en Libye d’État tel qu’on l’entend en Occident. En fait, la jamahiriah arabe libyenne et socialiste était ce que les étudiants des années 1970 appelaient une coordination (comme il s’en construisait systématiquement dès qu’il y avait grève) et les Libyens se gouvernaient eux-mêmes.

Il se trouve que, la révolution de 1969 ayant donné une réputation énorme à Kadhafi, ses avis étaient souvent repris par la jamahiriya, d’où son surnom « Le guide » qui, ici, ne signifie surtout pas « führer ».

Mais, les conseils du "guide" n’étaient pas toujours adoptés par la jamahiriya ; et, les nouvelles générations arrivant, sachant mal ce qu’elles devaient à Kadhafi puisqu’elles n’avaient pas vu comment c’était avant la révolution de 1969, ayant appris à penser par elles-mêmes dans les écoles gratuites de Libye, plus le temps passait et plus souvent la jamahiriya décidait de faire autrement que ce que Kadhafi avait conseillé.

Bien à vous,
do
http://mai68.org

Ce serait bien que vous trouviez le temps de cliquer sur quelques uns (choisissez en au moins un !) des liens que je vous mets ci-dessous :

QU’EST-CE QU’UNE COORDINATION ? :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1081

Les trois raisons de tuer Kadhafi (vidéo :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3194

Kadhafi ou le paradoxe libyen (vidéo Arte) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2561

La Libye de Kadhafi expliquée à ceux qui ont été hypnotisés par la propagande du pouvoir :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2451

Libye - Kadhafi - octobre 2011 - Les larmes de Lizzie Phelan (vidéo 11’55) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3353

Révolutions en Tunisie et en Égypte, mais guerre américano-sioniste en Libye :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2376

Guerre américano-sioniste en Libye et en Syrie, mais vraies tentatives de révolution en Tunisie et en Égypte :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2842

Syrie, Libye - Comment la CIA provoque des ’révolutions’ dans les pays qu’elle veut soumettre :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2532

Voici un article qui explique comment envahir un pays en donnant l’impression que c’est à sa demande :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2461

Voici comment l’OTAN a protégé les civils de Syrte :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3313

L’oeuvre civilisatrice du sioniste BHL et du Sarkonazi (vidéo 1’24) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3428

Les Frères musulmans sont une carte entre les mains de la CIA :

http://mai68.org/spip/spip.php?article2240

Les revolutions colorées expliquées par un agent de l’imperialisme, John Perkins (vidéo 20’) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article910

KADHAFI EST DEVENU UN HÉROS AFRICAIN (vidéo 5’27) :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3152

Le testament de Mouammar Kadhafi :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3380

1 Message

  • A la question de savoir si Kadhafi était un dictateur, un ami libyen refoulé par la Suisse m’a déclaré que Kadhafi était un dictateur mais qu’il était un bon dictateur qui travaillait pour le bien commun. Et il a enchaîné sur les innombrables avancées sociales de la Libye de Kadhafi, avancées réduites en cendres et toujours inconnues dans nos régimes mélanges d’oligarchies républicaines et de dictature de la majorité minoritaire.

    Parler de la Libye (ou de Cuba) est un bon test pour voir le degré de compréhension politique d’un interlocuteur. Si la plupart sont d’accord que l’occupation de la Palestine par les sionistes doit cesser, beaucoup sont persuadés que le blocus de Cuba par les USA est terminé et que Cuba va s’ouvrir (mot magique, comme si Cuba était une pute qui ouvrait ses cuisses à tous les mécréants). Quand à la Libye, la plupart non simplement tellement aucune idée de ce qui s’y passait du temps de Kadhafi qu’ils sont totalement réfractaire à toute information, même quand celle-ci leur est donnée par un réfugié - On entend alors des "Le pauvre, il a eu un parcours difficile…" et d’autres inepties du même genre.

    Oui, il était pauvre. Il l’est encore plus maintenant qu’il a dû fuir son pays dans l’espoir d’avoir un futur. Sous Kadhafi, il avait une famille qui l’aimait, un toit, un avenir brillant en vue car tout pauvre qu’il était, il faisait des études de pilote d’avion quand l’occident a détruit son pays et les espoirs de tous ses habitants. Maintenant, il est un "migrant", ces réfugiés sans statut dont aucun des pays qui ont soutenu et voulu la destruction de la Libye ne veut.

    En France vous avez BHL, en Suisse nous avons Jean Ziegler, ce grand pourfendeur de portes ouvertes qui est venu en direct à la télé un sombre dimanche matin pour expliquer aux téléconsommateurs béats que Kadhafi était fou. L’affaire était alors pliée car même la gauche donnait ainsi sa bénédiction à la destruction de la Libye, destruction qui fit au moins 150’000 morts pour liquider un seul mec sans le juger.

    Personnellement, je m’en fiche des quelques rares diplomates qui crèvent dans des attentats car ils font partie intégrante du système qui fait tous les autres morts.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0