VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Palestine - Catherine Colonna placée à la tête d’un comité d’évaluation de (...)

Palestine - Catherine Colonna placée à la tête d’un comité d’évaluation de l’UNRWA

mercredi 7 février 2024, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 7 février 2024).

https://assawra.blogspot.com/2024/0…

7 février 2024

Assawra

Plusieurs questions se posent, qui risquent de limiter les marges de manœuvre de Catherine Colonna dans cette mission et la crédibilité de son action : comment le comité enquêtera a-t-il à Gaza, l’enclave plongée sous les bombes israéliennes ?

L’ancienne ministre des affaires étrangères française préside un groupe chargé de déterminer si l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens fait le nécessaire pour « assurer sa neutralité », après qu’Israël a accusé douze de ses employés d’avoir participé aux attaques du Hamas, le 7 octobre 2023.

Il s’agit d’une reconversion expresse pour Catherine Colonna. Moins d’un mois après avoir quitté le gouvernement français, l’ex-ministre des affaires étrangères d’Emmanuel Macron a été nommée à la tête d’un comité indépendant chargé d’évaluer le fonctionnement de l’UNRWA, l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, plongée dans la tourmente après qu’Israël a accusé douze employés d’avoir participé aux attaques du Hamas sur son territoire, le 7 octobre.

La mission du groupe mis sur pied, lundi 5 février, par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est, selon l’organisation, de « déterminer si l’agence fait tout ce qui est en son pouvoir pour assurer sa neutralité et répondre aux accusations de graves abus, le cas échéant ». Mme Colonna et les membres du comité travailleront en collaboration avec trois centres de recherche, les instituts Raoul-Wallenberg, en Suède, Chr. Michelsen, en Norvège, et l’Institut danois pour les droits humains. D’ici à la fin mars, ils devront remettre à Antonio Guterres un rapport intermédiaire puis, d’ici à fin avril, un rapport final censé faire des recommandations afin d’« améliorer » et de « renforcer » les mécanismes en place.

La création de ce comité indépendant est une mesure prise par Antonio Guterres pour tenter de rassurer les bailleurs de fonds et favoriser la remise à flot de l’agence, après que plus de quinze pays donateurs, dont les Etats-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni, ont suspendu du jour au lendemain leurs financements, fin janvier, alors que l’UNRWA fait face à d’immenses besoins dans la bande de Gaza, sous le feu des forces israéliennes depuis quatre mois. Ces défections en cascade ont fait suite aux accusations israéliennes d’« implication supposée » dans les massacres du Hamas le 7 octobre, selon les termes de l’organisation, d’une fraction de ses employés sur quelque 30 000 dans les pays de la région où elle est déployée. La France assure ne pas avoir suspendu ses financements, tout en affirmant n’avoir prévu aucun versement au premier trimestre de cette année.

Enième outil de contrôle

Depuis que ces allégations ont été dévoilées, le 26 janvier, par l’agence onusienne, Antonio Guterres l’assure de son soutien sans faille. Il a convoqué, fin janvier, une réunion des donateurs afin de favoriser une reprise des financements. L’urgence, pour lui, est que l’aide reparte, en premier lieu pour les civils de la bande de Gaza, affamés et sous les bombes. Faute de quoi, l’UNRWA redoute, d’ici à fin février ou début mars, de devoir cesser ses activités dans le territoire palestinien, où deux millions de personnes dépendent de son assistance.

Plusieurs questions se posent, qui risquent de limiter les marges de manœuvre de Catherine Colonna dans cette mission et la crédibilité de son action : comment le comité enquêtera-t-il à Gaza, l’enclave plongée sous les bombes israéliennes ? Quel poids auront ses conclusions, dans la bataille très politique qui se joue autour de l’UNRWA ? Plusieurs ministres israéliens répètent vouloir la disparition de cet organisme. Le comité indépendant annoncé apparaît comme un énième outil de contrôle de l’UNRWA. Les cadres de l’agence chargée des réfugiés palestiniens qui sont passés par d’autres entités de l’ONU sont unanimes : elle fait déjà l’objet d’une surveillance sans comparaison (y compris des audits) avec celle de mise pour les autres agences. Cela est dû au positionnement pro-israélien de divers importants donateurs, comme les Etats-Unis, et par le contexte très politisé du conflit israélo-palestinien dans lequel évolue l’UNRWA.

Militantisme interdit

Le militantisme est interdit par contrat aux employés de l’ONU. Si ce comité va scruter leur profil, celui-ci n’a rien de très secret : les listes du personnel à Gaza sont partagées depuis des années avec les autorités israéliennes, qui ont pu les passer au crible. En Jordanie aussi, les noms des employés sont connus des services de sécurité, et le pouvoir hachémite a un droit de regard sur les recrues. Au Liban, un tel partage de données n’existe pas, mais une forme d’autocontrôle s’exerce entre employés, en raison des rivalités entre les factions (Fatah, Hamas, autre) dont des salariés peuvent être des sympathisants.

L’agence onusienne s’est séparée de ses agents mis en cause par les autorités israéliennes, sans être en mesure de vérifier à ce stade les accusations formulées à leur encontre. Cette mesure préventive crée du remous au sein de l’UNRWA. Acte nécessaire pour protéger l’agence aux yeux des uns, concession aux pressions israéliennes sans qu’aucune preuve solide des accusations n’ait été avancée, selon les autres. S’il cherche à restaurer la réputation de l’UNRWA, qu’il dirige, le Suisse Philippe Lazzarini a, à de maintes reprises, réfuté les accusations israéliennes de collusion avec le Hamas.

Le nouveau comité n’est néanmoins pas chargé d’enquêter directement sur les accusations contre les douze employés de l’UNRWA, tâche dont est saisi en parallèle le Bureau des services de contrôle interne de l’ONU. Les résultats préliminaires de ces investigations sont attendus d’ici à quatre semaines.

Par Philippe Ricard et Laure Stephan
Le Monde du 07 février 2024

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0