VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > la course au profit est une drogue à accoutumance et accrochage

la course au profit est une drogue à accoutumance et accrochage

lundi 1er avril 2024, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 1er avril 2024).

JJPR, 31 mars 2024 : https://jj-pat-rey.com/INTERNET-TRI…

LES RÉALITÉS SOUS L’APPARENCE DE LA FORCE



   Dans ce monde-ci où nous vivons présentement, il y a un paquet d’illuminés qui jouent à se faire peur avec des arguments ringards qu’ils assènent aux autres comme vérité première et démonstration de force ; ce faisant, ils font cela au jour le jour, quittes à jouer avec le feu (et nos vies) ; et ; ainsi c’est à se demander qui est le plus fou d’entre eux ?!
 
   Nous avons aussi des vieillards qui s’accrochent au Pouvoir, représentant un véritable péril pour la démocratie (entre autres) ; celle-ci déjà bien corrompue en temps ordinaire par différents acteurs qui flirtent souvent avec les mauvais instincts et des conflits d’intérêt divers, et ceux-là qui ont tendance pour la plupart à cultiver le rapport de force en leur faveur.
   D’évidence, on critique à ce propos nombre de pays en dehors du camp occidental, mais avec Trump et Biden aux USA, on est bien servi ! Là-bas, « l’empire » est bien las et la lucidité a du mal à remonter la pente savonneuse, semble-t-il… Quand on y pense vraiment, la vision de l’Amérique étasunienne est même devenue schizophrène : le Pouvoir en place fournit l’approvisionnement en masse (armes, munitions, etc.) à Israël pour faire une guerre horrible qui frappe sans distinction, et d’un autre côté il appelle à des considérations humanitaires (acheminement d’aides et trêve)… Pour le moins, il faudrait choisir !

   Alors quand certains plaisants n’arrêtent pas d’affirmer qu’il y a menace de déstabilisation et d’influences  délétères (bien sûr contraires à leurs intérêts) particulièrement sur Internet et les dits « réseaux sociaux » en premier lieu, on rigole, vous parlez de réinventer la poudre ou bien de décrire l’air qu’on respire ! …
   Moi, je crois plutôt qu’en maints endroits du globe, il y a des protagonistes qui ont peur d’un échec cinglant, par exemple d’une déroute électorale, et qu’ils anticipent ainsi les explications à donner, incapables de se remettre en question et de corriger des erreurs qui les enfoncent dans un discrédit profond.

   D’autre part, nous avons ceux qui nous rebattent les oreilles avec le péril climatique, nous rabâchent de changer nos habitudes de consommation, d’être conscients de la dégradation de l’environnement, de la disparition de la biodiversité, etc. etc. et donc de participer à enrayer ces phénomènes…
   Mais en fait, ces gens, ils cherchent tout bonnement à nous culpabiliser outre mesure ; alors que les principaux responsables de ces dégâts presque irréversibles, ce sont ceux qui nous exploitent et profitent du système de prédation, mis en place par la ploutocratie du système capitaliste. Tant qu’on n’arrêtera pas le productivisme à tout crin et la course au profit qui caractérisent ce système dominant, car imposé avec force depuis trois siècles au moins par les classes bourgeoises qui ont poussé leurs élites au pouvoir, on ne sortira pas d’un problème devenu majeur pour l’avenir de l’humanité : nous courons vers notre (auto) destruction, encore plus sûrement qu’avec les guerres et autres dérèglements de la raison.
   Incidemment d’ailleurs, je considère à titre personnel, que la course au profit est une addiction, au même titre que celle entraînée par l’usage de l’alcool ou de la cocaïne !
   J’ajoute que la grande bourgeoisie qui s’enrichit du travail des autres, se révèle être au fil du temps, la première plaie de la Civilisation, à laquelle bien peu ont réussi à remédier (surtout sans usage de la dictature) !

   Intéressons-nous au dit Occident maintenant (brièvement).
   Il apparaît clairement que le « G7 » est complètement à côté de la plaque avec ses sanctions économiques dont il abreuve les autres et fait la réclame, vantant à tort leur efficacité…
   Tout ce qu’ils ont réussi à faire par la force des choses, c’est de favoriser la constitution d’un autre bloc rival, véritable pendant économique qui est appelé à devenir un concurrent redoutable et contre-occidental déclaré qui plus est. Il est à noter que ce bloc, maintenant désigné par l’acronyme de BRICS, détient la majeure partie des matières premières et ressources minérales…
   Quelle peut être l’issue ? Vers quel monde, va-t-on à votre avis ? Doit-on solutionner les conflits potentiels en projetant des expéditions militaires, comme « au bon vieux temps » ?
   À vrai dire, les bourgeoisies (occidentales) et leurs dirigeants sont déjà sur la défensive, elles ont beau faire aboyer leurs clabauds qui s’en donnent à cœur-joie (sans risques, pensent-ils), vous pouvez être sûrs que les peuples paieront encore l’addition des frais réels…

   Ce qui m’amène à m’intéresser à la politique hexagonale maintenant, celle de notre chère vieille France où certains confondent les institutions de la Cinquième République avec une monarchie de droit divin, sait-on jamais !
   On en voit même un, au-dessus des autres, qui semble se prendre pour un nouveau Charlemagne ou Charles de Gaulle… On aura tout vu dans les prétentions de grandeur, et pourtant après un Sarkozy, il fallait le faire ! Nous ne sommes pas rendus au bout des catastrophes, j’envisage ; peut-être celui-là est-il envieux de quelques autocrates qui se maintiennent au Pouvoir sur de longues durées et laissent des traces indélébiles… (?)
   Maintenant, il se prend pour un « chef de guerre », il veut nous faire peur sans doute. Avec l’histoire du covid et l’affolement général qui s’en est suivi, il a vu que cela marchait et qu’il pouvait en faire à son aise avec les institutions ou presque… Ainsi « l’état d’urgence », les droits fondamentaux, il a jonglé avec ! Voilà ce que c’est de remettre son destin entre les mains de gens qui ont quelque chose à prouver
   Et alors, c’est plus facile de s’en prendre aux faibles : par exemple aux personnes âgées, sans emploi, que de mettre au pas des agriculteurs excédés par leur paupérisation.
   Remarquez donc le courage et la volonté de ce gouvernement de choisir une route sinueuse… Selon les vents et le relief, il va tout droit servir la soupe aux puissants (par la fortune). Ce qu’il a pu donner d’une main, il se dépêche de le reprendre par l’autre ; ainsi en est-il de sa « guerre aux pauvres » ; et là, il faut le dire, il est constant en actions.

   Ce Monsieur : Président de la République, après tout, ne lui faisons pas trop d’honneur en ressentiments, il n’est que le résultat d’un choix par défaut de la part d’une majorité de Français qui ont fait basculer le vote en sa faveur, pris qu’ils étaient en otage pour la « démocratie », enfoncés dans le dilemme du « moindre mal » qui s’avère souvent une pilule empoisonnée… La désunion des uns fait la force des autres et les intérêts « boutiquiers » des partis reconnaissent rarement un intérêt supérieur : celui du collectif, de la collectivité nationale, bien que la plupart de ces acteurs s’en réclament et s’en nourrissent. Le choix majoritaire des votants a donc conduit à ce gouvernement erratique de la France, alimenté par des prétentions ridicules.

   Les prochaines élections européennes seront au moins une occasion de clarifier la situation, de voir les réelles influences sur l’échiquier politique. Quand on gouverne, légalement, mais avec une base électorale véritablement étriquée, il ne faut pas s’attendre à des miracles de conversion ! Et la « guerre aux pauvres » pourrait bien mener à une déroute spectaculaire de ce bloc bourgeois auquel appartient, ce gouvernement actuel de la France, qui nous assassine avec ses « réformes » néolibérales (inspirées par la Commission Européenne qui n’en veut pas d’extravagance sociale). De toute façon, la bourgeoisie est incapable d’enflammer le cœur des peuples, tout juste sait-elle faire et convaincre des domestiques !
   Pour nous, gens du peuple, j’ai dans l’idée que la dite « réforme » aux forceps concernant la retraite et son souvenir encore vif, vont jouer les trouble-fêtes… Il y en a certainement qui s’imaginent que nous avons la mémoire courte… Les scénarios les plus pessimistes de l’establishment pourraient bien être dépassés…
   Et nos services secrets peuvent toujours surveiller tout et tout le monde, sans respect de notre vie privée, pour des résultats incertains (...) je ne suis pas sûr qu’ils soient très efficaces contre ça, et il ne s’agira pas de prétexter des menées criminelles venant de l’extérieur qui ne plairaient pas aux pouvoirs établis en quête de consécration.

   Cela dit, il n’est pas très dur de deviner que les néolibéraux veulent nous enfermer à nouveau, dans le même piège qu’aux USA, c’est à dire choisir entre les extrémistes ultra-conservateurs et eux, les soi-disant « modernistes » : moi ou le chaos en somme, sous de fausses apparences, bien sûr !
   Cela se voit, se comprend aisément en termes d’électoralisme. Ainsi, certains veulent apparaître plus « forts » (comme le crapaud veut devenir buffle) ! On montre les « muscles » (en faisant plutôt sourire la communauté internationale). Soudain, on « découvre » des problèmes, comme le trafic endémique de drogue, le trop faible format de nos armées ou les lacunes dans nos capacités industrielles, on veut mettre la pression sur les boucs émissaires de nos insuffisances, les dites « feignasses » : malades chroniques, exclus, paumés, pauvres et même les retraités (mais surtout pas les riches et leurs capitaux). Enfin, bref ! Répétons-le : comme souvent les pouvoirs vicieux l’ont fait en France, ces gens cyniques se montrent bien forts sur les faibles et bien faibles devant les puissants. C’est le propre des néolibéraux, ma foi ! Ils sont tantôt le balai et tantôt la serpillère… (Remarquez que les deux vont bien ensemble) !


Jean-Jacques REY
jj-pat-rey.com/INTERNET-TRIBUNE-LIBRE/index.html


http://jj-pat-rey.com/INTERNET-TRIBUNE-LIBRE/index.html

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0