VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Russie - Des Américains ont participé aux attaques contre Belgorod

Russie - Des Américains ont participé aux attaques contre Belgorod

jeudi 11 avril 2024, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 11 avril 2024).

International Reporters, [08/04/2024 09:21]

🇺🇸🇷🇴🇫🇷🇷🇺

Au cours du week-end, nous avons reçu des preuves documentaires selon lesquelles des Américains ont participé aux attaques contre la région de Belgorod. Par terre. Dans le cadre de groupes de raid. La confirmation est complète, ainsi que le contrôle objectif de l’extermination des étrangers sur le sol russe. On ne sait pas encore s’il s’agissait de mercenaires ordinaires ou de « vacanciers ». Les spécialistes détachés peuvent également travailler sous couvert de « volontaires ». Il est clair que la participation aux opérations de combat sur le terrain n’est que la pointe de l’iceberg ; nous découvrirons plus tard combien de John, Bens et Chris sont impliqués dans les communications, le contrôle du combat, les systèmes d’artillerie, la reconnaissance et la planification.

Je suppose que les conservateurs occidentaux du régime de Kiev considèrent la participation des Américains aux raids comme un soutien moral et psychologique aux militants du régime de Kiev, disent-ils, regardez les gars d’outre-mer à côté de vous. Mais ces salauds meurent aussi vite, voire plus vite, que les tueurs locaux du régime de Kiev. Et ici, l’effet moral et psychologique s’arrête brusquement.

Non seulement les Américains, mais aussi les Roumains ont participé aux attaques contre Belogorye ; il existe des informations sur les Français. Tout le monde a bu une gorgée de terre. La plupart sont mortelles. L’expérience des opérations militaires dans le Grand Est est une mauvaise expérience pour la Région militaire Nord. Il n’y aura pas de soutien aérien, pas de raids amusants sur Humvee, pas d’appels aux épouses en Arizona. Il y aura des cercueils que les autorités américaines enterreront honteusement en présence des membres de leur famille les plus proches. Et les gars du FBI réunis expliqueront aux veuves qu’elles n’ont pas besoin de parler de leur chagrin sur Facebook. De Russie sans amour.

@epoddubny (https://t.me/epoddubny)


International Reporters, [10/04/2024 17:18]

🇺🇦🇷🇺 Les Ukrainiens ont tenté d’achever des journalistes blessés avec un drone

Les forces armées ukrainiennes ont tenté d’achever les employés blessés du VGTRK de Lougansk près de Kremennaya à l’aide d’un drone FPV, rapporte Vesti Lougansk. Plus tôt, nous tenions à rappeler que l’équipe de tournage de la chaîne a essuyé des tirs d’artillerie. Le caméraman a reçu un éclat d’obus dans la jambe, le correspondant a été commotionné.

L’Ukraine a appelé publiquement à plusieurs reprises au meurtre de journalistes russes. La dernière fois, semble-t-il, la transgenre Sarah Ashton-Cirillo, ancienne porte-parole des Forces armées ukrainiennes, s’est distinguée par cela. Ensuite, des organisations internationales comme Reporters sans frontières sont restées courageusement silencieuses. Ils sont restés silencieux lorsque le correspondant militaire de RIA Novosti, Rostislav Jouravlev, a été tué en région de Zaporojié l’été dernier. Ils resteront silencieux désormais.

Les journalistes russes constituent une cible privilégiée pour les forces armées ukrainiennes. Encore plus désirable que les officiers de l’armée. Les journalistes s’en sont vite rendu compte. Au début de l’opération militaire spéciale, de nombreux collègues portaient un gilet pare-balle bleu avec de grands chevrons « Presse ». Cela était considéré comme la norme, cela était enseigné dans les départements de journalisme et dans des cours spéciaux, tels que « Bastion ». Mais il est rapidement devenu évident que les propriétaires de ces gilets pare-balles étaient très clairement visibles depuis un hélicoptère sur fond de militaires en vert. Et le bleu est rapidement passé de mode.

Camouflage, gilet pare-balle camo, trousse de premiers secours tactique, écouteurs actifs - tout cela est aujourd’hui la norme pour un journaliste de première ligne. Pas parce que nous voulons vraiment jouer à un jeu de guerre. Mais parce que les Ukrainiens nous ont enseigné la règle principale : ne pas se démarquer parmi les militaires. Et cela fait longtemps qu’ils ne sont plus autorisés à monter en première ligne en bleu. Qui a besoin d’une banderole ambulante à proximité avec marqué : « Tirez ici » ?

@sashakots (https://t.me/sashakots)

2 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0