VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Arnaque : Catherine Fortier, victime d’Eric Arnoux, raconte son (...)

Arnaque : Catherine Fortier, victime d’Eric Arnoux, raconte son calvaire

mercredi 27 juin 2018, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 27 juin 2018).

Catherine Fortier est une femme courageuse, non seulement elle a réussi à rebondir professionnellement après qu’Éric Arnoux ait coulé son entreprise, mais elle a aussi brisé l’omerta en rendant public les pratiques honteuses du délinquant financier. Elle est la première et la seule victime à avoir osé…

« L’arnaqueur »

Dans une page de son blog intitulée « L’homme qui a planté mon entreprise », Catherine Fortier raconte son histoire somme toute banale, mais les plus grands arnaqueurs utilisent souvent des méthodes simples. Flanqué de son statut de gérant de plusieurs sociétés immobilière, Éric Arnoux a commandé pour plusieurs millions d’euros de travaux à la société de menuiserie, Zebranos SARL, dirigée par Catherine Fortier.

Au début, les factures, toutes financées par les banques, étaient réglées rubis sur l’ongle, puis petit à petit, le règlement se fait attendre, puis plus rien… « Entre négociations, intimidations, promesses, le charismatique Éric Arnoux, vous entraîne toujours plus loin dans l’exécution des travaux, mais sans jamais véritablement tout solder. Et quand arrive la facture finale, le "reste dû" est pharaonique. » écrit la dirigeante d’entreprise.

L’homme a plus d’un tour dans son sac, il ne paye pas ses dettes mais réussi tout de même à se faire rembourser la TVA sur des factures non-honorées ! Il faut oser… L’escroc va encore plus loin, quand rien ne va plus, il monte de nouvelles combines : « il vous propose de se "refaire" avec le projet suivant : l’acompte du nouveau chantier est censé solder le précédent. Le tout au nez et à la barbe de la nouvelle banque. » raconte Catherine Fortier.

Elle n’acceptera pas et entamera une longue procédure judiciaire, cinq années, rendue difficile par les changements de gérants et de domiciliation. Elle finit par gagner l’âpre bataille mais ne réussit pas à se faire rembourser et sa banque le Crédit Lyonnais lui réclame toujours 45 000 euros et lui envoie les huissiers chez elle ! La justice a beau avoir donné raison à sa société, le débiteur a organisé sa propre faillite pour échapper au paiement. 

Malgré les procédures judiciaires, Eric Arnoux continue de mener grand train avec l’argent de ses victimes…

Catherine Fortier, qui a récemment témoigné sur France 2, n’est pas la seule à avoir porté l’affaire en justice. Les plaintes se sont accumulées. Le Ministère public suisse a ouvert une enquête seulement à la fin 2016.En février 2017, la Tribune de Genève publiait une formidable enquête détaillant par le menu toutes les opérations frauduleuses réalisées par Éric Arnoux et donnait la parole à quelques victimes qui souhaitaient restées anonymes par peur de représailles.

Début avril 2017, Le Point reprenait le flambeau et faisait les comptes, l’arnaqueur avait soustrait aux banques, aux particuliers et aux entreprises, plus de 200 millions d’euros  ! Si cela ne rendra pas son entreprise à Catherine Fortier, cela doit la rassurer de savoir qu’elle n’était pas la seule à s’être fait berner ; des institutions aussi prestigieuses que la BNP Suisse et Luxembourg, la Société Générale, le CIC, la banque Safra ont-elles-aussi été arnaquées.

Puis le Quotidien, le principal journal du Luxembourg, publiait sa propre enquête : résultat, « Eric Arnoux défraye la chronique judiciaire en Suisse pour avoir floué de nombreux investisseurs, y compris au Luxembourg… ce français de 51 ans qui menait grand train, empruntait à tout va, mais ne remboursait pas ses créanciers. », avant d’évoquer le montant pharamineux de 300 millions d’euros !

Fin mars 2017, après des années de malversations, Éric Arnoux est enfin interpellé à l’aéroport de Genève, ses victimes soufflent un peu et espèrent revoir leur argent. Leur répit sera de courte durée, trois mois plus tard, fin juin 2017, le voilà remis en liberté provisoire. Comment cela est-il possible ?

Sachant que n’importe quel particulier peut rester incarcéré pour beaucoup moins que cela et qu’en prime l’homme est un flambeur et un amoureux invétéré du luxe, spécialiste de la Jet-set de Miami à Dubaï en passant par les Îles Vierges britanniques…

Grâce à son courage et sa ténacité, Catherine Fortier, a réussi à remonter une autre société et à refaire surface. Elle a créé une entreprise innovante d’ateliers de partage de menuiserie pour les professionnels comme pour les particuliers.

On ne peut que lui souhaiter de ne pas croiser d’autres Éric Arnoux sur sa route…

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0