VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Les séparatistes du Donbass s’offrent un nouveau visage

Les séparatistes du Donbass s’offrent un nouveau visage

mercredi 14 novembre 2018, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 14 novembre 2018).

https://www.letemps.ch/monde/separa…

Stéphane Siohan, Kiev
Publié lundi 12 novembre 2018 à 22:12 _Modifié lundi 12 novembre 2018 à 22:12

Lors d’une élection courue d’avance, Denis Pouchiline est devenu le nouveau chef des séparatistes de Donetsk, une personnalité que Moscou aimerait pousser en avant dans l’optique de pourparlers avec Kiev en 2019

Il n’y aura donc pas eu de suspense pour savoir qui va désormais diriger la République populaire auto-proclamée de Donetsk, dans les territoires de l’est ukrainien sous contrôle russe : le grand favori Denis Pouchiline a été élu dès le 1er tour avec 57,3% des suffrages. Ce pro-russe choisi par le Kremlin sera donc la figure de proue des grandes manoeuvres que Moscou pourrait engager bientôt, alors que Kiev rentre à son tour dans un cycle électoral crucial.

Pouchiline et « Novorossia »

Agé de 37 ans, Denis Pouchiline est un « historique » du microcosme séparatiste, sorti de terre au printemps 2014, présentant un étrange profil de second couteau, mal aiguisé. Originaire de Makiivka, dans la banlieue de Donetsk, il devient au début des années 2000 un expert en pyramides financières, qui pullulent alors en ex-URSS. Puis, en plein « Printemps russe » de 2014, ce politicien débutant et quasi inconnu est bombardé gouverneur adjoint de Donetsk.

A l’époque, ce sont des Russes, appelés Strelkov et Borodaï, ou des tribuns populaires qui tiennent le haut du pavé. Pouchiline s’impose en mai 2014, après la naissance de la République de Donetsk (RPD), comme président du Conseil suprême. Il travaille alors à la création d’un Etat de « Novorossia ». Malgré sa garde rapprochée d’une vingtaine de Tchétchènes armés, il se veut déjà la face « civilisée » de l’insurrection séparatiste.

En juin 2014, Pouchiline échappe à un attentat qui tue deux de ses collaborateurs. Il se met alors quelques temps au frais à Moscou, ce qui laisse la voie libre à un autre personnage : Alexandre Zakhartchenko, un combattant, qui devient en novembre 2014 « chef d’Etat » de la République de Donetsk. Sauf que l’espérance de vie des pro-russes est courte. Le 31 juillet dernier, Zakhartchenko est tué lors d’un attentat à la bombe dans un café de Donetsk.

Un candidat qui porte le costume-cravate

En quelques jours, Pouchiline sort du bois, place ses hommes et neutralise ses adversaires, notamment l’influent paramilitaire Alexander Khodakovskii. Le célèbre écrivain russe Zakhar Prilepine, qui manipulait la kalashnikov dans le Donbass, est écarté. Le 29 octobre, une bombe explose lors du congrès du Parti communiste, tuant les velléités de candidatures d’un certain Igor Khakimzyanov.

Denis Pouchiline porte mieux le costume-cravate que le treillis. De plus, ces trois dernières années, outre Zakhartchenko, une grande partie des leaders séparatistes ayant commis des crimes de guerre, notamment sur des prisonniers ukrainiens, ont été liquidés.

Agé de 37 ans, Denis Pouchiline est un « historique » du microcosme séparatiste, sorti de terre au printemps 2014, présentant un étrange profil de second couteau, mal aiguisé. Alexander Ermochenko/Reuters

Dans la république voisine de Louhansk, où avait eu lieu un « coup d’Etat » il y a un an, Leonid Pasetchnik, a également été élu dès le premier tour avec 70% des voix.

« Des élections Potemkine »

« On n’a pas laissé de figures importantes se présenter, on a juste accepté des candidats techniques », estime Oleksiy Matsouka, rédacteur en chef des Nouvelles du Donbass, un média opérant dans la zone contrôlée par Kiev. Selon lui et plusieurs autres sources, Denis Pouchiline est le candidat choisi par Vladislav Sourkov, conseiller personnel de Vladimir Poutine pour l’Ukraine et cerveau des projets séparatistes en Crimée et dans le Donbass en 2014

« Moscou a besoin de ces élections et veut montrer que Pouchiline et Pasetchnik seront les représentants officiels de ces territoires aux discussions de Minsk, qu’ils pourront construire des ponts avec l’Ukraine, analyse Oleksiy Matsouka. La Russie veut que Kiev négocie directement avec Donetsk et Luhansk sans passer par Moscou. C’est pour cela que les Russes veulent créer cette image que les gens dans le territoires occupés choisissent leurs dirigeants. »

Le tableau s’apparente cependant à des élections Potemkine, dans ces républiques peu démocratiques, à l’avenir économique encalminé et aux populations désillusionnées. Depuis trois ans, la majorité de la presse internationale est interdite de séjour. Dimanche, les rares journalistes accrédités ont été baladés dans un bus, avec interdiction de sortir du convoi, vers des bureaux de vote modèles.

Lors de ce scrutin non reconnu par la communauté internationale, des hommes en armes se tenaient dans les bureaux de vote. Chaque participant au vote recevait aussi un ticket de loterie ou pouvait acheter, du pain, des légumes ou de l’huile à prix cassés dans des épiceries installées par les autorités à la sortie des isoloirs.

1 Message

  • Bonsoir,

    Malheureusement, camarade, je ne peux que confirmer, en substance, ce que dit cet article, à une ou deux erreurs de dates près, mais qui ne changent rien au fond du problème.

    Les luttes de clans sur place, au Donbass, sont le reflet de celles qui se produisent en Russie, et la tendance dominante, ces dernières années, était plutôt à la conciliation avec l’Ukraine, en fait.

    Zakhartchenko était peut-être le dernier véritable défenseur du Donbass, mais il n’était déjà plus qu’un faire-valoir et une marionnette, même si indocile, du reste, entre les mains de Pouchiline.

    Le tout s’était déjà joué avec l’éviction de Pourguine, en Septembre 2015, et non en 2014, comme avancé par le Temps :

    https://tribunemlreypa.wordpress.co…

    Avec son passé de MMM…. il y a de fortes chances pour que les "modérés" en Russie fassent de Pouchiline simplement un de leurs pions, ce qu’il était déjà, probablement.

    Rien de bon, hélas, sinon la leçon à en tirer, une fois de plus, que la bourgeoisie et la petite bourgeoisie nationales, sans la pression suffisante d’un parti prolétarien, ne vont même pas jusqu’au bout de leur lutte d’indépendance, dès que la situation leur permet de retrouver une certaine aisance, loin des luttes populaires !

    Concernant le triste sort des nationalistes plus "radicaux" au Donbass, voir ceci :

    https://tribunemlreypa.wordpress.co…

    et aussi >>> https://tribunemlreypa.wordpress.co…

    Ces articles montrent que ces nationalistes n’étaient pas sans appuis en Russie, mais manifestement insuffisants, en face de ceux de Pouchiline, déjà.

    Pourguine a survécu, et même continué quelques temps son combat solitaire, mais je ne sais pas où il en est, aujourd’hui.

    Quant à Alexandrov, je n’ai même jamais réussi à savoir s’il avait réussi à survivre en "cavale", ce que je lui souhaite sincèrement et humainement, malgré le fossé qui me sépare de lui, idéologiquement. Je pense que c’était un type lucide et honnête, contrairement à ce que ses ennemis ont voulu faire de lui, une sorte de bouc émissaire.

    "Le premier qui dit la vérité…", tu connais la chanson…

    A la suite de ce triste épisode, il y a eu également cette analyse, sur SOLYDAIRINFO :

    https://solydairinfo.wordpress.com/…

    Il y a un passage, là dedans, qui montre qu’il n’y a rien de bon à attendre, non plus, du KPRF de Ziouganov, un héritier de Gorbatchev qui attend son heure pour savoir de quel côté pencher, US ou Chine, en fonction des circonstances… A l’époque, en 2015, c’était plutôt US, aujourd’hui, plutôt chinois, il me semble !

    Je ne sais si j’étais encore trop optimiste, à l’époque, mais je me suis un peu détaché, il est vrai, de cette cause, qui semblait déjà mal tourner. Evidemment, je voudrais encore me tromper, mais je crois bien que les pronostics les plus sombres étaient les plus justes.

    Quoi qu’il en soit, la plupart de ces articles ont déjà été publiés sur VLR, et tu peux les republier, si tu les retrouves dans les archives du site, et éventuellement, mettre des commentaires de ton cru, selon ton habitude, généralement plutôt bonne, dans le genre.

    Sinon, les reprendre directement sur TML et Solydairinfo reste possible, avec une remise en page idoine.

    Une relativement bonne "nouvelle", malgré tout, c’est que la Brigade Prizrak semble toujours exister, avec sa présentation d’origine, écrite par Mozgovoï lui-même, qui ne mâchait pas ses mots…

    "Le premier qui dit la vérité…", tu connais la chanson…!

    Bon courage à toi,

    Amicalement,

    Luniterre

    RETROUVÉ EN PLUS, ce qui est peut-être le dernier acte de résistance de Zakhartchenko en 2015, suite à la prise de pouvoir réelle par Pouchiline :

    https://solydairinfo.wordpress.com/…

    Également repris sur TML :

    https://tribunemlreypa.wordpress.co…

    L’article reprend, à la fin, la traduction de la vidéo d’Alexandrov, mais le sujet premier est un "incident" très révélateur concernant le problème du gaz.

    ***************************

    http://mozgovoy.info/o-sayte.html

    О нас :
    A notre sujet :

    « Мы воюем не за ЛНР. Мы воюем за Новороссию, в составе которой должны находиться не только две области, но весь Юго-восток. »
    Nous ne combattons pas pour la LNR (NDLR : République populaire de Lougansk). Nous combattons pour la Nouvelle Russie, au sein de laquelle doivent se trouver non seulement les deux régions, (NDLR : Donetsk et Lougansk) mais tout le Sud-est. (NDLR : L’Ukraine russophone)

    « Нас изначально никогда не устраивало то, что кому-то захотелось из двух областей сделать две республики. »
    Initialement, nous ne nous sommes jamais accommodés de ceux qui ont voulu, de deux régions, faire deux Républiques.

    « И что теперь, что дальше ? »
    Et où en est on maintenant, et que faire ensuite ?

    « Два правительства, пускай будут два президента, появится потом ещё одна область-республика — и ещё одно правительство, и так далее, и так далее… »
    Deux gouvernements, ce sera deux présidents, apparaitra ensuite encore une région-république, et encore un autre gouvernement, et ainsi de suite…

    « Это всё как раз-таки и называется „разделяй и властвуй“. »
    C’est tout à fait ce qu’on appelle « diviser pour régner »

    « Борьба когда начиналась, такой категории, как Новороссия, не существовало. »
    Quand la lutte a commencé, une telle catégorie, comme la Nouvelle Russie, cela n’existait pas.

    « Это понятие возникло в ходе сражений и постепенно всё больше и больше разрастается, и приобретает всё больше смыслов. »
    Ce concept a surgi dans le feu de l’action et, progressivement, il grandit toujours de plus en plus, il gagne de plus en plus d’esprits.

    « Сейчас Новороссия — это не просто территория, это прежде всего идея. Свобода и совесть — это и будет Новороссия. »
    Actuellement, la Nouvelle Russie, ce n’est pas simplement un territoire, c’est d’abord et avant tout, une idée. La liberté et la conscience, c’est, et ce sera, la Nouvelle Russie.

    « У нас хватает людей разных убеждений. Я думаю, будет сформировано совсем новое общество, с абсолютно новым мышлением. »
    Nous avons suffisamment de gens de différentes convictions. Je pense qu’il se formera une société complétement différente, avec une mentalité absolument nouvelle.

    « Хочу, чтобы, во-первых, это мышление появилось, во-вторых, чтобы оно отличалось от того, что на сегодняшний день есть. Новое, продуктивное. Хочется создать что-то глубоко человечное ».
    Je veux, en premier, que cette mentalité apparaisse, et en deux, qu’elle se démarque de ce qu’il y a au jour d’aujourd’hui. Nouvelle, constructive. On veut créer quelque chose de profondément humain. »

    Алексей Мозговой

    **********************

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0