VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Ghosn, l’antithèse du Gilet Jaune !

Ghosn, l’antithèse du Gilet Jaune !

mardi 20 novembre 2018, par Luniterre (Date de rédaction antérieure : 20 novembre 2018).

Arrêter Carlos Ghosn, c’est carrément souligner ce qui est l’extrémité opposée de la vie sociale du Gilet Jaune…

Un cas typiquement révélateur de la distorsion sociale actuelle et du conflit radical qu’elle engendre.

Une sorte de leçon sur la nature anti-sociale du système. Un thème qui peut faciliter la compréhension d’une alternative nécessaire, et donc à développer pour le 24/11, et l’éventuelle manif à Paris.

Projet de texte à débattre…

PROJET DE TEXTE UNITAIRE A DÉBATTRE POUR LE 24/11 :

__L’augmentation des taxes sur les carburants, c’est la goutte de trop qui a fait déborder le vase de la colère populaire.

__A travers tous les reculs sociaux subis ces dernières années dans tous les domaines, à commencer par celui des retraites, à travers toutes les hausses de prix imposées sur tous les éléments vitaux, alimentation, gaz, électricité, en plus du carburant, c’est bien la valeur du travail qui se trouve dépréciée pour toutes les catégories populaires, alors que les bénéfices financiers qu’elle génère ont explosé de manière exponentielle, malgré la crise, et creusé des inégalités énormes et carrément scandaleuses.

__Non contents de leurs privilèges exorbitants, les « têtes  » du système se bourrent les poches au dépend du fisc tout en donnant des leçons de « civisme  » aux simples citoyens, ce qu’illustre l’affaire Carlos Ghosn.

__Toutes les revendications exprimées par le mouvement des Gilets Jaunes se trouvent donc socialement justifiées et sont soutenues par l’immense majorité de la population.

__Totalement déconsidéré et délégitimé par son attitude arrogante et méprisante, le gouvernement Macron-Philippe devra tôt ou tard céder du terrain sur toutes ces questions.

__Pourtant, l’histoire des grandes luttes sociales du passé nous lègue une précieuse leçon  : les victoires strictement quantitatives dans ces domaines sont des victoires sans durabilité si elles n’ouvrent pas la perspective d’une alternative au système. Il faut donc justement se rappeler que nous serons à nouveau dépouillés de nos maigres acquis tout neufs si nous n’allons pas dans une autre logique que celle, précisément, du système actuel.

__Au delà des revendications immédiates justifiées, c’est bien le rejet total du système actuel qu’exprime le mouvement des Gilets Jaunes.

__Ce rejet ne saurait se satisfaire d’un simple tour de passe-passe gouvernemental ou d’une dissolution de l’Assemblé Nationale ramenant au pouvoir les résidus des anciens partis politiques déjà rejetés en 2017  !

__Ce que nous voulons conquérir réellement c’est la valeur sociale intégrale de notre travail.

__Les ouvriers de chez Renault, tout comme leurs camarades japonais et toutes les autres catégories de travailleurs ne s’échinent pas pour produire « l’argent de poche  » des Carlos Ghosn et consorts, mais des voiture qui devraient d’abord et avant tout correspondre également aux besoins des travailleurs, comme le démontre la présente crise fiscale et écologique.

__Hors ce n’est pas le cas et les travailleurs ont besoins de véhicules économiques, écologiques, pratiques et solides, et non de voitures transformées en objets de consommation régulièrement jetables pour assurer les profits des actionnaires et des PDG prévaricateurs.

__Ils ont aussi besoin de transports en commun sûrs, économiques et écologiques pour pouvoir se passer de leur voiture partout où c’est possible

__Ce qui compte, dans le projet d’une alternative au système actuel, c’est donc bien d’abord la définition des besoins sociaux réels. Et cela, dans tous les domaines, tant en production de biens qu’en termes de services.

__C’est en fonction de ces besoins sociaux essentiels, définis démocratiquement, que doivent s’organiser les services, la production et le partage du travail, et non en fonction du bénéfice financier.

__Le travail partagé entre tous permettra à la fois de répondre aux besoins de tous et d’éliminer du même coup le fléau du chômage et du capitalisme.

__Ce n’est que sur cette base que peut s’établir la véritable valeur sociale du travail, dont les travailleurs sont actuellement dépouillés par le système en place.

__Cette valeur sociale du travail enfin établie sera la nouvelle valeur d’échange entre travailleurs permettant de refonder un nouveau système économique à la fois véritablement social et écologique.

**************************

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/11/20/ghosn-lantithese-du-gilet-jaune/

**********************************

3 Messages de forum

  • Ghosn, l’antithèse du Gilet Jaune ! 20 novembre 22:11, par Dominique

    Si je partage la volonté d’abolition du système actuel ce n’est pas pour le remplacer par un clone où, comme aujourd’hui le travail sera obligatoire et servira à fabriquer des voitures "écologiques". Tu vois l’Uniterre, je n’aime pas quand tu renverse le sens des mots et entre sauver les industries qui fabriquent ces poubelles ou sauver le vivant, écologie signifie pour moi sauver le vivant, enfin ce qu’il en reste.

    De plus, je ne veux ni de ton travail obligatoire, ni de ton système économique forcément staliniste version 2.0 si le travail est "partagé par tous" donc obligatoire, ni de tes industries qui niquent la planète. De plus, tu te gardes bien de nous dire comment il serait possible de développer un système égalitaire de gouvernance et de pouvoir dans une société industrielle. Il t’a sans doute échapper qu’une société industrielle nécessite une grande hiérarchisation du travail, hiérarchisation qui conduit forcément vers des structures de pouvoir verticales et donc vers le totalitarisme.

    Cela me fait gerber de voir des communistes, des syndicats et des verts tenter de récupérer ce mouvement, comme ils l’ont fait chaque fois qu’un mouvement citoyen de grande ampleur c’est manifesté, par exemple en Mai 68 où les slogans du début "Non à la guerre" et "Non à la société de consommation" ont vite été mis au placard et remplacés, sous l’impulsion d’opportunistes de la politique par de simples revendications sectorielles comme des augmentations de salaire.

    Au point où nous en sommes, ce n’est pas d’une révolution dont nous avons besoin mais d’une rébellion générale. Ce système est pourri jusque dans ses mythes ! Les seules choses que nous pouvons en espérez est plus de misère, plus de guerres et plus de destructions ! Foutons-le en l’air une bonne fois pour toutes pendant qu’il reste encore quelque chose à sauver du vivant !

    Bloquons les centrales ! Bloquons les raffineries et les pipelines ! Bloquons internet ! Bloquons tout !

    Vive la vie ! Vive l’anarchie !

    Répondre à ce message

  • Comment se fait-il que ce type qui était la coqueluche de tout le Japon et le microcosme de l’automobile, tombe pour ça maintenant ? Il n’a pas dû faire ce qu’il fallait, payer sa part à la mafia japonaise. Un peu comme DSK…

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0