VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > De Michel Bühler à Pauline Julien : une certaine chanson à l’honneur

De Michel Bühler à Pauline Julien : une certaine chanson à l’honneur

dimanche 6 janvier 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 6 janvier 2019).

Si les partis politiques traditionnels se sont effondrés ces dernières années, les citoyens eux sont plus que jamais politisés (cela ne veut pas dire encartés) . Et parmi les citoyens, des artistes. La chanson disparaît lentement et sûrement des plateaux télévision, qu’elle soit engagée ou superficielle. Mais sur le terrain, elle continue d’exister, on ne sait pas trop comment. Nous vivons une époque où ce sont les one-men show et le buzz qui semblent être l’alpha et l’omega du milieu artistico-médiatique.

Michel Bühler et Pauline Julien étaient des figures de proue dans les années 70 d’une chanson un peu trop vite qualifiée de contestataire. Vision réductrice sur des artistes doués dans l’interprétation, l’écriture des textes comme des musiques, parfois génialement arrangés et qui remplissaient les salles.

En janvier, le public parisien aura l’occasion de redécouvrir le répertoire de ces artistes. Bertrand Ferrier, chanteur-écrivain-journaliste interprète Michel Bühler à l’Atelier du Verbe le 18 janvier, suivi une semaine plus tard par Jann Halexander le 25 janvier qui chantera Pauline Julien.

1 Message

  • La chanson disparaît lentement et sûrement des plateaux télévision, qu’elle soit engagée ou superficielle. Mais sur le terrain, elle continue d’exister, on ne sait pas trop comment.

    Réponse :
    …dans leur immense majorité les artisans musiciens, les faiseurs de chansons issu du peuple sont des précaires ; aux chômages, aux RSA ou font un autre travail pour vivre et survivre, comme un prolétaire « ordinaire »…

    Extrait :
    Du l’art pour les lardons / le népotisme en chanson FRANÇAISE
    http://mai68.org/spip2/spip.php?art…

    Le cri que pousse les Gilets Jaunes depuis 1 mois et demi, l’immense majorité des artisans/ouvriers/musiciens de l’hexagone le vivent en silence depuis…pour ma part depuis le début des années 90.

    Ironie du sort quand dans les petits lieux (principalement les bars, bistrots, etc.) qui effectivement ne sont pas conçues pour cela, se voient sanctionné pour nuisance sonore (phénomène apparu sournoisement vers 1995).
    Mais on fait ( joue / travail…) comme on peut lorsque les salles
    (de musiques amplifiées) vous refusent par manque de " célébrité / ringardise".
    En fait, c’est du commerce et donc l’argent va à l’argent.

    https://www.service-public.fr/parti…

    On ne parle pas de tapage nocturne pour les bruits d’activités occasionnés la nuit, mais d’activités anormales. Sauf s’il s’agit de bruits générés sur la voie publique par la clientèle d’un bar ou d’un restaurant et perçus à l’intérieur des habitations.

    Et voila le phénomène principal des méchants musiciens et musiciennes qui font de la musique, pardon du bruit :
    Très souvent la clientèle un peu « chaude » du bar lorsqu’il est sur le point de fermer et qui discute dans la rue ou vroum, vroum en voiture, etc.
    Ouh là là mais quelle catastrophe…des gens heureux…

    Le crypto-hygiénisme en fRance c’est en autre, la loi du silence.
    La fRance ou tout devient interdit depuis plus de 20 ans.

    Ton voisin, le musicien

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0