VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > La Justice suisse a-t-elle oublié les victimes d’Éric Arnoux ?

La Justice suisse a-t-elle oublié les victimes d’Éric Arnoux ?

jeudi 28 février 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 28 février 2019).

Malgré les très nombreuses charges pesant sur lui incluant notamment des accusations d’escroquerie et de banqueroute frauduleuse, Eric Arnoux est libre. Il continue de dépenser l’argent de ses créanciers et mène grand train, faisant courir le risque de ne rien pouvoir leur rembourser.

En avril 2017 une enquête pour « instigation à agression » aurait été ouverte contre le promoteur. Un ancien collaborateur d’Eric Arnoux qui a été auditionné par la police, a affirmé lors de son audition que son employeur lui avait demandé : « de trouver le moyen d’intimider, d’effrayer, de menacer, voire d’agresser plusieurs personnes. Mise sur écoute, cambriolage, saccage de locaux, passage à tabac : cet homme devait, selon ses dires, trouver un tiers qui soit disposé à passer à l’action. » 

Une seule personne a osé publiquement et courageusement dénoncer les méthodes d’Éric Arnoux, il s’agit de Catherine Fortier. Cette dirigeante d’une entreprise de menuiserie qui construisait des chalets haut de gamme a été déclarée en faillite à cause des factures impayées du promoteur. Sur son blog, elle écrit : « Entre négociations, intimidations, promesses, le charismatique EA, vous entraîne toujours plus loin dans l’exécution des travaux, mais sans jamais véritablement tout solder. Et quand arrive la facture finale, le "reste dû" est pharaonique. »

Aujourd’hui, Catherine Fortier a réussi, par son courage et sa ténacité, à rebondir et à créer une autre société, mais le Crédit Lyonnais lui réclame toujours 45 000 euros au titre de sa caution personnelle. Dans cette affaire, Éric Arnoux, a été condamné par la justice, mais il n’a pas remboursé la victime.

Récemment, le promoteur a accordé un entretien à la télévision suisse. Détendu, affable et souriant, il ne prend pas la peine de se justifier : il clame son innocence et n’a pas un mot de compassion pour les personnes qu’il a spoliées.

« Des erreurs inévitablement j’ai dû en faire parce que moi-même j’ai perdu ma fortune totale dans ce dossier. Je suis le plus gros créancier de toutes mes entreprises. Il faut savoir que j’ai plus perdu à titre personnel que toutes les banques réunies, les créanciers réunis et les entreprises réunies. Je me suis appauvri, mais extrêmement appauvri. Je me suis énormément enrichi jusqu’en 2009-2010, et je me suis appauvri les dix dernières années. »

Sauf que l’appauvrissement d’Éric Arnoux reste à prouver. Ces dix dernières années, malgré le fait qu’il soit criblé de dettes, il a vécu dans l’opulence. Son standing ne correspond en aucune manière à celui d’un homme ruiné. Dans cette interview, il n’explique pas non plus comment il arrive à vivre aujourd’hui dans un des plus beaux immeubles de Londres.

Curieusement, alors que les poursuites engagées contre lui par le ministère public suisse devrait l’empêcher d’avoir accès aux banques, il a créé une nouvelle société au Royaume Uni.

Si les banques qui étaient de loin ses plus gros créanciers ont eu les moyens de limiter leurs pertes, comme Safra Sarasin qui a racheté sa villa de Cologny, le quartier huppé de Genève, les petits artisans, comme Catherine Fortier, n’ont toujours pas été dédommagés.

Les créanciers de l’homme d’affaire peuvent ainsi s’interroger sur les raisons poussant la justice suisse à traîner à ce point ? Plus de deux ans après l’ouverture de l’enquête, Eric Arnoux est toujours libre comme l’air, il peut voyager comme il l’entend. Non seulement, il dilapide leur argent, ne les rembourse pas mais présente aussi le danger de faire d’autres victimes. Ces craintes ne semblent pas être partagées par la Justice. En effet, malgré le temps écoulé depuis son arrestation, la date de son procès demeure inconnue »

Le mystère planant sur l’incroyable bienveillance du procureur général genevois envers Eric Arnoux n’est donc toujours pas percé.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0