VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Soudan - 11 avril 2019 - Une "révolution" menée par l’Occident

Soudan - 11 avril 2019 - Une "révolution" menée par l’Occident

jeudi 11 avril 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 11 avril 2019).

« Un peu plus tôt, plusieurs sources gouvernementales à Khartoum avaient déclaré que Béchir avait été contraint à la démission et que des consultations étaient en cours pour former un Conseil de transition. »

Note de do :

"Conseil de transition", comme en Libye, où un CNT (Conseil National de Transition) avait été monté de toutes pièces par l’occident pour démettre Kadhafi.

Il y a d’autres raisons de penser que cette "révolution" a été fomentée par l’Occident.

Au début, Omar el-Béchir, islamiste, était dans le camp de la France, puisque celle-ci le soutenait militairement contre une guérilla indépendantiste au sud, menée par des animistes et des chrétiens. C’est marrant de constater que la France soutenait un islamiste contre des chrétiens. Mais c’était une histoire de pétrole. Car il y avait du pétrole au sud du soudan.

Carlos avait été livré par Omar el-béchir à la France alors qu’il se faisait opérer pour perdre de la graisse (liposuccion). Carlos, qui est pro-palestinien, pensait que Béchir ne le livrerait jamais à la France puisque celui-ci était islamiste. Mais voilà, celui qui commande, c’est celui qui finance. Or la France finançait Béchir.

Ce qui est notable, d’ailleurs, c’est qu’à la même époque le soudan finançait le GIA algérien, qui était un groupe terroriste extrêmement dangereux. Ce qui fait qu’en réalité c’était la France qui commanditait le GIA en sous-main.

Puis Béchir changea de camp. Il devint chinois. Ce fut alors le drame. L’occident finança au Darfour une longue guerre contre Béchir qui fit des centaines de miliers de victimes. Puis, comme il n’était pas question que les Chinois s’approprient le pétrole du sud-Soudan, l’Occident finança la guérilla indépendantiste dont j’ai déjà rappelé qu’elle était animiste et chrétienne. Si bien que le Sud-Soudan obtint son indépendance.

Béchir avait donc perdu la manne du pétrole du Sud-Soudan. Il a eu de plus en plus de mal à nourrir sa population qui finit par se révolter. Et c’est cette révolte que l’occident manipule à fond pour s’accaparer le Soudan tout entier.

Soudan : l’armée impose un mois de couvre-feu nocturne après la destitution de Bachir

https://assawra.blogspot.com/2019/0…

11 avril 2019

Assawra

L’armée soudanaise a imposé jeudi 11 avril 2019 un mois de couvre-feu nocturne dans l’ensemble du pays, quelques heures après avoir renversé le président Omar el-Bachir.

"J’annonce un couvre-feu pour un mois, de 22H00 (20H00 GMT) à 04H00 (02H00 GMT)", a déclaré le ministre de la Défense Awad Ahmed Benawf, alors qu’une immense foule de Soudanais était rassemblée dans le centre de la capitale soudanaise.

Le Caire "confiant dans la capacité du peuple et de son armée" à gérer l’après-Béchir

L’Egypte a exprimé sa "confiance dans la capacité du peuple frère soudanais et de son armée nationale loyale" à gérer l’après-Omar el-Béchir, le président renversé jeudi par l’armée après une contestation populaire inédite.

Le Caire a également exprimé son "soutien total aux choix du peuple soudanais", appelant "la communauté internationale à (les) soutenir (…) dans cette phase historique cruciale", a indiqué un communiqué du ministère égyptien des Affaires étrangères.

L’Alliance pour la liberté et le changement rejette le "coup d’État militaire"

L’Alliance pour la liberté et le changement a rejeté jeudi le coup d’Etat de l’armée qui a destitué le président Omar el-Béchir, remplacé par un "conseil militaire de transition", et promis de poursuivre les manifestations.

"Le régime a mené un coup d’État militaire en présentant encore les mêmes visages (…) contre lesquels notre peuple s’est élevé", a indiqué dans un communiqué l’Alliance pour la liberté et le changement. "Nous appelons notre peuple à continuer son sit-in devant le quartier général de l’armée (à Khartoum) et à travers le pays", a-t-elle ajouté.

Béchir destitué par l’armée

Le président Omar el-Bachir, qui dirigeait le Soudan d’une main de fer depuis 30 ans, a été renversé jeudi par un coup d’Etat de l’armée après un soulèvement populaire, et remplacé par un "conseil militaire de transition" pour deux ans.

"J’annonce, en tant que ministre de la Défense, la chute du régime et le placement en détention dans un lieu sûr de son chef" (Omar el-Bachir, ndlr), a déclaré dans une annonce à la télévision d’Etat Awad Ahmed Benawf, après une attente de plusieurs heures.

Libération de tous les prisonniers politiques, selon le média d’Etat

Le puissant service de renseignement au Soudan (NISS) a annoncé jeudi la libération de tous les prisonniers politiques du pays, selon l’agence officielle Suna.

Cette annonce intervient alors qu’une immense foule réclamant le départ du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis trois décennies, est réunie à Khartoum, dans l’attente d’une annonce "importante" de l’armée.

Une foule immense dans le centre de Khartoum avant l’annonce "importante" de l’armée

Une foule immense a envahi jeudi le centre de la capitale soudanaise Khartoum, où l’armée a promis à l’aube une annonce "importante" après des mois de manifestations réclamant le départ du président Omar el-Béchir, selon un photographe de l’AFP.

Les habitants descendus dans la rue se prennent dans les bras, brandissent des drapeaux soudanais et échangent des friandises, d’après la même source.

L’Alliance pour la liberté et le changement appelle à ne pas attaquer les biens publics

l’Alliance pour la liberté et le changement au Soudan a appelé jeudi à Khartoum la foule de manifestants, convaincue d’avoir obtenu le départ du président Omar el-Béchir, à ne pas s’attaquer aux biens publics et privés.

"Nous appelons notre peuple à se contrôler et à ne pas attaquer quiconque ou les biens gouvernementaux et privés", a déclaré dans un communiqué l’Alliance pour la liberté et le changement. "Quiconque fera ça sera puni par la loi. Notre révolution est pacifique, pacifique, pacifique", a-t-elle ajouté.

Raid de l’armée dans les locaux d’un groupe lié au parti de Béchir, rapportent des témoins

Des soldats soudanais ont mené jeudi un raid à Khartoum dans les locaux d’un groupe lié au Parti du Congrès National (NCP) du président Omar el-Béchir, contesté par la rue depuis des mois, ont rapporté des témoins. Le groupe visé s’appelle le Mouvement islamique, la branche idéologique du NCP, ont indiqué les témoins à l’AFP.

Le président soudanais Omar el-Béchir en résidence surveillée, selon la chaîne al-Hadath

Le président soudanais Omar el-Béchir a été placé jeudi en résidence surveillée, tout comme plusieurs chefs des Frères musulmans, a rapporté la chaîne de télévision al-Hadath.

Cette chaîne basée à Dubaï a précisé que l’information lui venait d’al-Sadeeq Sadiq al-Mahdi, fils du dirigeant de l’opposition soudanaise Sadiq al-Mahdi.

Un peu plus tôt, plusieurs sources gouvernementales à Khartoum avaient déclaré que Béchir avait été contraint à la démission et que des consultations étaient en cours pour former un Conseil de transition.

1 Message

  • Brève, source page Facebook du PCS et Redglobe.de, traduction MlN pour « Solidarité internationale PCF – vivelepcf ». 11 avril 2019
    source :
    http://solidarite-internationale-pc…

    Le Parti communiste soudanais a condamné, jeudi 11 avril 2019, le coup d’Etat perpétré par l’état-major de l’armée. Le Parti, qui est l’une des forces dirigeantes du mouvement de protestation depuis des mois, a appelé à poursuivre les manifestations jusqu’à la satisfaction des revendications populaires. Il s’est élevé contre les consignes de la nouvelle junte militaire qui a établi l’état d’urgence et le couvre-feu de nuit.

    Le ministre de la défense, Aouad Mohamed Ahmed Ibn Aouf, a pris la parole, ce 11 avril, pour annoncer qu’un conseil militaire a pris le contrôle du pays. Le président Omar Al-Bachir a été placé en détention.

    Le bureau politique du Parti communiste soudanais a déclaré [Facebook] que « cette déclaration correspond à un putsch militaire ». « Nous nous opposons aux putschs militaires et nous incitons les auteurs de ce coup d’Etat à transférer le pouvoir aux forces de la liberté et du changement. Nous appelons le peuple à poursuivre les manifestations dans toutes les villes du Soudan jusqu’à la satisfaction de ses revendications ».

    De son côté, le syndicat « Sudanese Professional Association » exige que le pouvoir soit remis à un gouvernement de transition civil. Les médias confirment le large rejet populaire du « Conseil militaire » constitué majoritairement de membres du Parti national du Congrès au pouvoir.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0