VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Hong Kong Résistance : « Maintenant ou jamais ! »

Hong Kong Résistance : « Maintenant ou jamais ! »

dimanche 1er septembre 2019, par Luniterre

Pour ce Week-end à Hong Kong le gouvernement fantoche de Carrie Lam a clairement tenté la carte du pourrissement, de la provocation et de la violence.

Tout d’abord en interdisant la manifestation proposée par l’organisation de masse FCDH qui avait précédemment fait ses preuves de pacifisme, le 18 Août, avec plus d’un million et demi de manifestants dans les rues, et sans heurts.

Ensuite ce pouvoir missionné par Pékin essentiellement en vue de la répression à fait arrêter les principales figures de proues de la contestation, et notamment les plus jeunes, certain ainsi de faire monter sérieusement la tension.

Manœuvre en partie déjouée par le biais d’un rassemblement à prétexte religieux, dans un stade, voulu par la génération des « anciens » pour permettre manifestement aux jeunes d e s’organiser et de se regrouper pour manifester ensuite…

Concernant l’arrestation des « leaders » du mouvement, « C’est tellement ridicule » expliquait une étudiante en médecine qui se félicitait par ailleurs du « calme » des manifestants. En fait, celui-ci a été tout relatif. Les forces de l’ordre, volontairement ou non, ont même laissé les manifestants s’approcher à quelques mètres seulement des bureaux du gouvernement et du Parlement. Des cocktails Molotov ont été lancés au pied du bâtiment, au-delà des barrières supposées le protéger.

Forces de l’ordre débordées

Les forces de l’ordre ont répliqué avec de nombreuses grenades lacrymogènes et pour la première fois des canons à eau teintée d’agent marqueur. Les forces de l’ordre sont également apparues débordées une heure plus tard quand, occupant deux voies express traversant le centre-ville, elles ont laissé les manifestants envahir l’auto-pont qui les domine.

Pour éviter d’être des proies trop faciles, les policiers n’ont eu d’autre choix que de se rabattre sous ce même auto-pont. Alors que la rumeur laissait entendre que les manifestants se dirigeraient vers le bureau de liaison de Pékin, – un lieu éminemment sensible -, les protestataires ont préféré narguer une nouvelle fois les forces de l’ordre en construisant une barricade a à peine cent mètres du quartier général de la police et en y mettant le feu.

« Ne vous approchez pas, c’est toxique », expliquaient les manifestants, prévenants. Opération réussie : à ce moment, la rue leur appartenait.

« Reprendre Hong Kong, la révolution de notre temps », scandaient-ils.

La tension est montée en fin d’après-midi, quand un petit groupe de radicaux a attaqué avec des pierres et des cocktail Molotov des policiers disposés autour du complexe abritant les institutions hongkongaises et notamment le Conseil législatif (LegCo), le « Parlement » local qui avait été mis à sac le 1er juillet.

– Liquide bleu –

Ils ont brièvement réussi à enfoncer les barrières protégeant le LegCo, avant d’être promptement repoussés par les forces de l’ordre à grand renfort de lacrymogènes, avec l’intervention des canons projetant notamment un liquide bleu.

Des médias locaux rapportent que ce colorant permet d’identifier ensuite les suspects.

La police, dont certains agents en civil s’étaient mêlés aux manifestants, a procédé à de nombreuses arrestations alors que se poursuivaient les affrontements.

  • l’Amour dans la Résistance-

Malgré la violence ambiante, entre deux barricades, dans la brume des gaz lacrymogènes, Abby et Nick se tiennent par la main, tissant leur histoire d’amour née dans les manifestations d’un long été hongkongais.

Comme de nombreux étudiants du territoire semi-autonome chinois, le jeune couple a passé ses vacances à battre le pavé, bravant les charges de police, les arrestations et les balles en caoutchouc.

Abby et Nick — qui préfèrent utiliser des noms d’emprunt — se sont rencontrés à la fac en juin, alors même que s’ébranlaient les premières manifestations contre l’exécutif pro-Pékin. Leur amour a fleuri à mesure que grossissait la contestation, devenue le plus grave défi au régime chinois depuis la rétrocession du territoire par la Grande-Bretagne en 1997.

« Nous avons été à beaucoup de manifestations depuis juin, pratiquement tous les weekends », témoigne Abby. « Ce n’était pas pour s’amuser. Mais c’est super de partager ça avec quelqu’un. C’est unique. »

Devenus des quasi-professionnels de l’agitation, les jeunes gens se rendent aux défilés ensemble. Dans les toilettes d’un centre commercial, ils enfilent leur panoplie de rebelles : vêtements noirs, masque à gaz et lunettes de plongée, pour se protéger des lacrymos.

– Briques et lunettes –

A l’approche de la police anti-émeute, ils se tiennent un peu en retrait, derrière les manifestants radicaux qui jettent des briques en direction des policiers.

« Si je vis assez vieux, ce sera une sacrée histoire à raconter à mes enfants et petits-enfants », commente Nick, un étudiant en lettres qui n’a rien d’une armoire à glace.

Lors d’une récente manif dans le district de Tsuen Wan, Nick tient un parapluie au dessus d’Abby pendant qu’elle lui ajuste son masque à gaz. Derniers moments de tendresse avant une pluie de lacrymos et une fuite éperdue, chacun de son côté dans le chaos.

Malgré les gaz, Nick retire ses lunettes en plastique pour tenter d’envoyer frénétiquement un message à sa copine à l’aide de son téléphone portable.

« J’étais inquiet », raconte-t-il plus tard à l’AFP. « Normalement, je ne vais pas avec elle à l’avant de la manifestation. Nous nous sommes perdus quand la police a tiré les premiers gaz. Je l’ai retrouvée une heure plus tard dans un centre commercial ».

« Je fais partie des gens qui réclament la démocratie. Si le projet de loi était adopté, je risquerais d’être extradé », redoute Nick.

« Notre mouvement a attiré l’attention du gouvernement chinois. C’est maintenant ou jamais pour Hong Kong », affirme-t-il, comme tant d’autres manifestants.

Le jeune couple se dit prêt à aller jusqu’au bout, alors même que le gouvernement du président Xi Jinping laisse planer la menace d’une intervention armée dans le territoire pour rétablir l’ordre.

« Si l’on me tue, tant que c’est pour le bien de Hong Kong, alors pas de problème », assure Abby.

Mais l’étrangeté de ces drôles de vacances 2019 n’échappe pas à Nick.

« Nous sommes épuisés. Se battre avec la police, recevoir des tirs de balles en caoutchouc… ça ne devrait pas se passer comme ça. »

  • Vers la fin du « pacifisme » ?-

« Les manifestations pacifistes ne fonctionnent pas », a dénoncé une manifestante de 22 ans se faisant appeler Stone. « Les radicaux doivent faire parler la colère pour obtenir quelque chose. »

« Nous ne nous rendrons pas », disait un graffiti sur un mur de la station de métro voisine d’Admiralty.

Les manifestants se sont ensuite déplacés en direction de l’Est.

Ils ont notamment incendié une énorme barricade constituée de sièges arrachés sur les gradins d’un terrain de sport, près du quartier général de la police, dans le secteur de Wanchai (centre). Les flammes ont été éteintes au bout d’une demi-heure.

La police a dû à nouveau faire usage des canons à eau pour reprendre le contrôle de la situation et repousser les manifestants vers le quartier de Causeway Bay où, en début de nuit, nombre d’entre eux, continuaient à jouer au chat et à la souris.

– Chez Carrie Lam –

Auparavant, un groupe avait défilé près de la résidence de la cheffe de l’exécutif locale Carrie Lam, ancienne résidence du gouverneur britannique perchée sur les premières pentes de Victoria Peak.

Mme Lam concentre l’ire des manifestants pour ne pas avoir formellement retiré son projet de loi controversé sur les extraditions qui avait été en juin l’élément déclencheur de la mobilisation.

« C’est maintenant ou jamais », explique également une comptable qui se fait appeler Wong. « J’ai deux enfants qui ne sont pas venus, mais leur grand-mère est là. Nous défendons le maintien du droit de manifester pour la prochaine génération. »

Ce samedi marque le cinquième anniversaire du refus par Pékin d’organiser des élections au suffrage universel à Hong Kong. Cette décision fut le déclencheur du « Mouvement des parapluies » de 2014, marqué par 79 jours d’occupation du coeur financier et politique de la ville.

Au final, cette mobilisation alors historique s’était achevée sans aucune concession de la part du gouvernement central chinois. Et les manifestants actuels sont déterminés à ne pas laisser leur mouvement mourir à petit feu, d’où la créativité de leurs modes d’action.

Chine Nouvelle, l’agence de presse officielle de Pékin, a publié sur Twitter samedi soir une vidéo de policiers chinois en armes effectuant « des exercices anti-émeutes à Shenzen », la grande ville chinoise voisine de Hong Kong.

Il s’agit de la plus récente initiative d’une campagne de propagande et d’intimidation du régime chinois visant les protestataires hongkongais afin de neutraliser le mouvement, que Pékin considère comme un défi à son pouvoir. Nouvelles actions attendues dimanche et lundi

Si ce samedi a été chaotique, il ne semble pas avoir modifié le rapport de forces entre des manifestants toujours populaires mais incapables jusqu’à présent de faire fléchir un gouvernement local, apparemment aux ordres de Pékin. Dimanche et lundi devraient être à nouveau des journées importantes. Non seulement en raison de l’appel à la grève générale de deux jours lancé à l’occasion de la réouverture lundi des établissements scolaires et universitaires, mais aussi parce que les manifestants avaient prévu de se rendre dimanche à l’aéroport.

L’occupation de l’aéroport les 12 et 13 août avait marqué un tournant dans le conflit. La direction de l’aéroport a annoncé ne pas exclure d’annuler certains vols.

Réaction du gouvernement au chaos de samedi : il serait irresponsable de relancer des réformes politiques dans ces conditions. C’est pourtant peut-être la seule chose qui pourrait à présent calmer le jeu. Mais il ne semble pas que ce soit le but du PCC pour l’instant, et Carrie Lam applique servilement la tactique souhaitée par Pékin, aussi incohérente soit-elle.

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/08/31/hong-kong-resistance-maintenant-ou-jamais/

INCLUANT LES DONNÉES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES >>>

les principaux articles et débats :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/08/24/hong-kong-resistance-populaire/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/08/21/la-gauche-francaise-satellisee-par-le-social-imperialisme-chinois/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/08/19/gilets-noirs-gilets-jaunes-hong-kong-france-contre-le-capital-un-seul-proletariat/

3 Messages de forum

  • Hong Kong Résistance : « Maintenant ou jamais ! » 1er septembre 02:32, par Dominique

    Autrement dit : Vive l’impérialisme US. L’Uniterre n’en démord pas… Comme quoi il a pas peur du ridicule.

    Il aurait pu donner la parole aux 20% de sans voix qui n’ont pas les moyens de se payer des beaux masques à gaz tout neufs et qui préfèrent malgré cela aller dans les manifs de soutien au gouvernement.

    Mais non , le ton est donné dès la première phrase : "le gouvernement fantoche". Pour mémoire, Hong-kong, n’en déplaise à Uniterre, n’est plus une colonie de l’empire de sa royale majesté, mais fait de nouveau partie de la Chine, ceci même si son statut est spécial. Les impérialistes des pays de l’OTAN me font bien rigoler. Sans l’URSS, ils n’auraient pas réussi à vaincre Hitler, ils leur a fallu 6 mois pour vaincre un nain militaire comme la Libye de Kadafy pour le résultat que l’on connait - un pays livré à des gangs mafieux esclavagistes, et maintenant ils s’époumonent contre la Chine. Bref, ils sont dans le déni devant un ordre mondial qui est en train de leur échapper et tout ce qu’ils savent faire est comme d’habitude préparer la prochaine guerre.

    Dans ce combat de titans entre puissances impérialistes, l’Uniterre a visiblement choisi son camp et ce n’est pas celui dans lequel il donne l’apparence d’appartenir. étonné ? même pas car je n’ai pas oublié son différend avec Nicolas Caseau de DGR.

    Répondre à ce message

    • Hong Kong Résistance : « Maintenant ou jamais ! » 1er septembre 08:06, par Luniterre

      Allo ! Allo ! Dominique ??? C’est bien le même "Dominique" en lutte "globale" contre la "société industrielle" ??? Trop marrant !!! Aujourd’hui te voilà donc défenseur du capitalisme chinois, l’un des plus gros pollueur mondiaux et quasiment le premier fournisseur mondial de la "société de consommation" !!!

      Ce que les coupures de presse occidentales nous rapportent, (>>>TML n’a pas de correspondant sur place !), c’est effectivement des nouvelles des étudiants en lutte, tout comme Mai 68 était également réduit, au départ et en son temps, à une émeute étudiante, et qui, de plus, était carrément bourgeoise, pour l’essentiel, question composition sociale !

      De plus, au 21e siècle, les tentatives de manipulations US sont effectivement grossièrement visibles. En Mai 68, selon certains, elles ont également probablement eut lieu aussi, dans le but de mettre un terme aux pourtant très modestes velléités "indépendantistes" de De Gaulle…

      Elles ont, en tous cas, été prouvées peu après, dans le cas des "gauchistes" et maoïstes portugais !

      La mauvaise foi actuellement exponentielle des "pro-chinois" n’a semble-t-il pas de limite et gagne donc même les cœurs prétendument libertaires… et même prétendument "verts", écolos, etc…

      Les rares qui avaient résisté, jusque là, aux sirènes US-"kurdes" du "Rojava" ???

      Et tu parles de "choisir un camp"…???

      Le mien est celui des travailleurs qui luttent contre le système, quelle que soit la forme de cette lutte, et même si cette lutte implique des "classes moyennes" en voie de prolétarisation, tout comme c’est le cas du mouvement GJ en France, avec toutes ses ambiguïtés, dérives et manipulations, qu’il faut effectivement combattre et dénoncer :

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/08/18/gilet-jaune-a-roanne-le-blues-dun-black-block-en-bleu-marine/

      En Mai 68, lutte que tu te complais pourtant à invoquer, un des slogans prémonitoires disait :

      "Les prochinois en Prochine !"

      Il répond parfaitement à ta rhétorique complètement ubuesque !!!

      Luniterre

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0