VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > L’enfer du permafrost arctique

L’enfer du permafrost arctique

dimanche 1er septembre 2019, par Dominique

Par DGR source : https://dgrnewsservice.org/civiliza…

Note de l’éditeur : les chiffres de cet article ont été confirmés par différentes sources, notamment Grist, the Telegraph et Inside Climate News. Cependant, les sources datent d’environ une semaine et les zones touchées sont probablement plus grandes.

Les températures sans précédent de cet été ont fait fondre et ont asséché de vastes régions de pergélisol arctique, lesquelles ont commencé à s’enflammer et à se transformer en feux incontrôlables. La Russie a été obligée de déclarer l’état d’urgence, car les incendies actifs se sont étendus à plus de 12 000 km carrés, soit à peu près la taille de la Belgique, ce qui porte le total des terres touchées à plus de 42 000 km carrés cette saison. Ces incendies sont bien pires que les incendies de forêt classiques car le sol en combustion contient beaucoup plus de CO2 et les incendies vont durer beaucoup plus longtemps.

Il y a dix ans, l’expression « fonte du pergélisol » aurait semblé être une contradiction, sans parler de « feu de pergélisol ». La définition du pergélisol est qu’il n’est pas censé fondre, du moins pas sur des échelles de temps humaines. Maintenant, le carbone emprisonné sous le pergélisol fondu se transforme en une autre boucle de rétroaction, un système climatique qui s’aggrave une fois déclenché ; plus nous rencontrons de vagues de chaleur, plus nous aurons de feux de pergélisol, plus ces feux contribuent à créer plus de vagues de chaleur, et ainsi de suite dans un cercle vicieux.

Ces incendies ne se limitent pas à la Russie. L’Alaska a également connu plus de 3750 milles carrés de feux sauvages en juillet. Même le Groenland, terre de glace, a connu d’importants incendies et a perdu plus de 197 milliards de tonnes de glace en juillet. Ces événements, parmi beaucoup d’autres, ont fait de 2019 l’année de l’effondrement climatique la plus extrême de l’histoire de l’humanité. Les scientifiques ont été obligés de réviser leurs modèles car les niveaux de fonte du pergélisol avaient déjà atteint des niveaux qui n’étaient pas prévus avant 2090. De nombreux « alarmistes » de la science du climat semblent avoir été trop conservateurs dans leurs estimations, un thème de plus en plus commun.

Pour certaines personnes, l’instinct est de se retirer de ces événements horribles, de lever les bras en l’air et de déclarer que la situation est sans espoir et qu’il est inutile de prendre des mesures. Leur réponse basée sur la peur est compréhensible mais pas acceptable ; cela rend ces gens complices de la destruction nihiliste de la vie sur Terre. Nous avons l’obligation morale d’agir contre l’infrastructure industrielle à l’origine de cette catastrophe. Cette lutte contre les forces de la mort en vaut la peine, quelles que soient nos conséquences personnelles, car la vie vaut intrinsèquement la peine d’être défendue. Plus tôt nous démantèlerons la civilisation industrielle, plus d’espèces survivront et plus vite la Terre se rétablira.

21 Messages de forum

  • L’enfer du permafrost arctique 1er septembre 12:27

    C’est pour ça qu’il faut immédiatement, avant le 21 septembre 2019, planter 980 milliards d’arbres, produire les hydrocarbures par des réacteurs Steinfeld qui utilisent le CO2 et émettent de l’O2, capturer le CO2 et l’injecter dans des serres hyperproductives qui le transforment en tiges, construire 1 milliard de km de buttes de permaculture sur terre, créer 800 000 très grandes oasis sovkhozes dans les 15 000 000 de km de déserts chauds-arides, produire massivement de l’hydrogène liquide par des hydroliennes gigantesques posées sur les grands fleuves et les courants marins, remplacer le pétrole + Charbon + gaz + nucléaire par l’hydrogène pas dans les bagnoles qui ne polluent pas tant que ça mais dans les centrales électriques et les usines, …

    Ou alors il faut dresser les moineaux, les colibris et les hirondelles pour qu’ils aillent pisser sur les braises incandescentes du RC et créer des jardins bio sur les toits de Lausanne, Paris, New Delhi …

    Répondre à ce message

    • L’enfer du permafrost arctique 2 septembre 12:15, par Dominique

      Le problème de ta vision bourgeoise de l’écologie est qu’elle consiste à développer encore davantage le mode de vie industriel qui extermine le vivant, ce qui en pratique reviendrait à accélérer le rythme de cette solution finale par extermination de la vie qu’est la société industrielle.

      Même tes plantations massives d’arbres ne sont pas une solution. Des études ont montré que de telles plantations de monoculture d’arbres OGM ne sont pas adaptées pour recréer une biodiversité perdue et qu’elle ne sont pas non plus adaptées pour diminuer le carbone atmosphérique. La seule bonne solution est d’arrêter d’exterminer la nature en la transformant en infrastructures et produits industriels.

      Et comme capitalisme sous toutes ses formes et société industrielle de consommation, d’exploitation et de destruction de masse ne font qu’un, la seule bonne solution consiste à les stopper tous les deux et en parallèle de développer des alternatives durables basées sur le local.

      Aussi, plus nous attendons pour agir et plus il sera difficile de trouver des coins de planète encore viables. Le fait que des incendies de forêts gigantesques se déclarent au Groenland devrait nous alerter mais malheureusement il est plus facile d’opiner avec les médias quand ils nous disent que c’est de la faute à Maduro, Bolsonaro ou Trump que de reconnaître que nous sommes tous piégés dans une fausse dualité politique où gauche et droite défendent le même mode de vie mortifère, ce qui fait de nous des collabos en impuissance.

      Vive la résistance !
      Vive la vie !

      Répondre à ce message

      • Ah Dominique ! Tu es donc pour interdire l’huile d’olive en Suisse ? Ou alors tu proposes de planter des oliviers dans des serres à La Sarraz ? Ou même ajouter des étages aux immeubles de Lausanne pour y foutre des poulaillers ?
        Remarque, ça peut marcher, je viens d’apprendre qu’à Yakoutsk ils ont construit un immeuble dans lequel ils font pousser des tomates, en janvier, alors que le soleil se couche à 15h30 et que la T° extérieure est à moins 45°. Vu que je suis égalitaire, je pense qu’ils devraient faire 1000 ou 2000 immeubles de ce type histoire de planter des dattiers et des cocotiers.

        Ta manière de croire que ton interlocuteur est pour la monoculture OGM alors qu’il n’a rien dit de précis est un tantinet crapuleuse. Je crois que ce mec là ne veut pas jeter la dioxine dans le lac de Neuchâtel, il préfère sûrement le lac Léman ! Alors c’est rigolo, ta manière de débattre, mais je te signale que tes copains jeunes suisses pour sôver la planète disent beaucoup de sottises et que ça ne tombe pas forcément dans l’oreille d’un sourd. Malgré la paix du travail, la formule magique, la répugnante taxe au sac poubelle, le parti de l’écologie libérale et autres votation contre l’amputation des cornes des vaches il n’y a pas que des abrutis crédules en Helvétie ! ABE salut !

        Répondre à ce message

  • L’enfer du permafrost arctique 2 septembre 20:40, par Jean Desbois

    Durant les mois d’été, l’Arctique est traditionnellement en proie à des incendies. Mais après un mois de juin exceptionnellement chaud et sec, ceux de cette année sont, en nombre autant qu’en ampleur, «  inhabituels et sans précédent  » a déclaré Mark Parrington, chercheur à Service de surveillance de l’atmosphère Copernicus. Une déclaration qui fait suite à la publication par l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) d’images satellites révélant des panaches de fumée visibles depuis l’espace.

    Depuis le mois de juin, 100 feux de forêt se sont déclarés dans la région. En Russie, au Groenland et en Alaska. Et entre le 1er juin et le 21 juillet, ils auraient déjà été responsables de l’émission de 100 mégatonnes de CO2 dans l’atmosphère. L’équivalent des émissions d’un pays comme la Belgique pour une année entière  !

    Et l’inquiétude va grandissante car plusieurs incendies ont été signalés plus au nord que d’habitude. Certains ont enflammé les sols tourbeux. Des sols qui, contrairement aux forêts, peuvent brûler pendant des jours, voire des mois.

    https://www.futura-sciences.com/pla…

    https://www.notre-planete.info/actu…

    https://www.futura-sciences.com/pla…

    Qui détruit la nature détruit l’humanité.
    La révolution sera ligneuse ou elle ne sera pas…

    Vive les arbres
    ( Agroforesterie )
    http://www.agroforesterie.fr/defini…

    Si les premiers projets de recherche en France consistaient surtout à réaliser des alignements d’arbres monospécifiques au milieu des cultures, l’agroforesterie telle qu’elle est reconnue et développée aujourd’hui intègre pleinement les haies et actualise les savoirs-faire paysans. Son efficacité repose sur une grande diversité d’essences, de techniques, de types d’aménagement ou de tailles des arbres pour concilier production de biomasse et protection de l’environnement.

    Plantations pluri-spécifiques / valorisation de l’existant en bordures et plein champ / régénération naturelle / restauration d’arbres têtards, introduction de bandes de taillis linéaires

    Complémentaires à la gestion de l’arbre, les techniques de conservation des sols (techniques culturales simplifiées, couverts végétaux, semis directs..) miment le fonctionnement des écosystèmes naturels (prairie, forêt) et recréent de l’humus dans les sols. Objectifs des agriculteurs : réduction des intrants, limitation de l’érosion, diversité des débouchés.

    PNG - 679.1 ko

    Répondre à ce message

  • Merci Jean ! Par contre ce qui m’inquiète et m’énerve c’est ce qui se passe au niveau de la grande muraille verte du Sahel. Il ne plantent que des acacias plus buissons qu’arbres, faute de moyens ils sont obligés de planter cet arbre qui supporte de longs stress hydriques. Le projet initial c’était 7850 km X 50 km et ils ont réduit la largeur à 17 km. Partout où il y a 12 islamistes avec 8 AK47 et 25 grenades, ils suspendent le projet. Les écolos, de de RUGY aux ZADistes méprisent ouvertement ce projet qui me parait pourtant d’une urgence très actuelle (ne dépendre que du Brésil est une faute !). Des universitaires suisses viennent de proposer la plantation de 1200 milliards d’arbres, mais principalement en Australie et au Canada. C’est comme si l’Afrique était de nouveau mise "en dehors" comme disait ce pauvre Sarkozy !

    Répondre à ce message

  • L’enfer du permafrost arctique 2 septembre 23:30, par Dominique

    Less plantations massives d’arbres dans une société industrielle, ça donne ça en pratique : https://www.partage-le.com/2015/06/…

    Les arbres forestiers génétiquement modifiés ou transgéniques n’attirent pas les mêmes préoccupations immédiates que les récoltes vivrières transgéniques en matière de santé publique. Mais ils constituent en réalité une menace encore bien plus grande parce qu’ils ont un impact direct sur les forêts naturelles qui sont vitales pour la survie de notre planète, selon le Docteur Mae-Wan Ho et le Professeur Joe Cummins

    Forêts Artificielles – Les dangers des arbres génétiquement modifiés est un documentaire qui s’intéresse et enquête sur les arbres génétiquement modifiés, et les problèmes et dangers qu’ils font naître.

    A l’aide d’interviews avec plusieurs éminents scientifiques et activistes (voir la liste ci-après), il présente l’impact de ces arbres sur les communautés humaines, écologiques, sur les écosystèmes et l’environnement en général.

    Ce documentaire pose les questions essentielles et dérangeantes sur les risques et les problèmes inhérents et associés à ces technologies et procédés, et nous fournit des informations afin que l’on puisse nous-mêmes y répondre.

    Plus d’informations sur le site web officiel du film : http://syntheticforests.info/

    Je n’ai pas le temps de copier l’article. Pour le lire et voir le documentaire :
    https://www.partage-le.com/2015/06/…

    Quand à l’huile d’olive en Suisse ou ailleurs, je ne suis pas pour l’interdire. Je suis pour démanteler la société industrielle de consommation, de destruction et d’exploitation de masse avant qu’elle n’ait achevé son programme de solution finale par extermination de la vie et de la remplacer par des alternatives durables et non mortifère. Si vous connaissez une solution durable qui ne soit pas basé sur le local, exprimez-vous. Le problème de base est que dès que nous avons affaire à une société de type impériale, même en la camouflant sous le vocable globalisée, le contrôle des ressources et de leur utilisation échappe à la communauté, ce qui implique qu’une telle société ne sera jamais ni démocratique, ni durable. Ce problème est encore renforcé par le fait têtu que les technologies industrielles, de par leurs infrastructures globalisées et la hiérarchie du productivisme échappent de façon systémique au contrôle de la communauté.

    Après je sais qu’un tel programme n’est pas porteur pour reprendre l’expression d’un politicien local, mais si vous connaissez une solution dans le cadre de la société actuelle, je suis preneur car elle sera plus facile à faire accepter par cette société composée majoritairement de zombies décervelés car dopés à la dualité simpliste, raciste et guerrière d’un progrès mortifère et mercantile (Saint Saint-Exupéry parlait de robots mais eux sont programmés pour ne pas faire de mal à l’être humain.).

    Répondre à ce message

    • Coucou Dominique ! Société industrielle ? C’est quoi ce concept ? Tu n’as jamais entendu parler de l’abolition de la propriété privée des grands moyens de production, de la fin du marché au profit de la planification, de l’autogestion, du partage du travail qui réduira donc le temps de travail à 200 heures par AN, de l’abolition de la concurrence …etc.

      Et puis évite d’insulter les gens en les accusant de vouloir planter des arbres OGM en monoculture, cette vision de l’afforestation est celle du capitalisme en crise aigüe 2019. 8 ou 12 millions de grands sovkhozes sur terre seraient à même de mettre en œuvre tout à fait autre chose que des agriculteurs cupides qui se livrent une guerre commerciale impitoyable. Par exemple : bosser comme Geoff LAWTON en Jordanie ou Sepp HOLZER en Autriche … Et d’ailleurs, des assemblées nationales contrôlées par des centaines ou milliers de SOVIETS (conseils) locaux, voteraient sûrement des lois contre les pratiques que tu décris et que l’opposition débile des écologistes petits bourgeois ne parvient pas à éradiquer.

      Répondre à ce message

      • L’enfer du permafrost arctique 6 septembre 02:22, par Dominique

        Je n’insultes personne. Ce n’est pas moi qui dit planter des millions d’arbres sans préciser qui et comment les plantes et contrôle ces plantations. Et sans donner de liens. Ce qui dans notre société industrielle et capitaliste prête plus qu’à confusion.

        Quand à la société industrielle, c’est celle dans laquelle nous vivons et qui, dès le début de la révolution industrielle, nous a été imposée par les bourgeois. De même que son idéologie, le productivisme. Ce qui implique qu’une gauche qui est productiviste est une gauche qui a fait sienne le productivisme, cette idéologie de droite destinée à remplacer l’esclavagisme.

        Ls société industrielle, c’est aussi la forme de société qui nique la planète. Il y a 2 sortes de technologies, les technologies démocratiques qui peuvent être contrôlée et mise en oeuvre à l’échelle d’une communauté. Ce sont aussi les seule qui peuvent éventuellement être durable. Par exemple, un moulin à vent ou une roue à aube peut être entièrement réalisée avec des matériaux locaux et facilement recyclables et la force mécanique peut être utilisée directement pour faire tourner un moulin réalisé lui aussi avec de tels matériaux.

        À l’inverse, une technologie autoritaire est une technologie qui ne peut ni être contrôlée, ni être déployée à l’échelle d’une communauté car elle nécessite une infrastructure globale. Toutes les technologies industrielles sont autoritaires, par exemple une éolienne industrielle ou les plantes et animaux OGM. Elles ne seront jamais durables entre autre parce que leurs infrastructures globalisées est la première cause de destruction du vivant.

        De plus, le productivisme industrielle implique une grande spécialisation du travail, laquelle implique une hiérarchie féroce et sans merci qui va des enfants esclaves dans les champs ou les mines aux actionnaires dans leur tour d’ivoire. Une autre bonne raison de vouloir démanteler cette forme de société.

        Industrie et Capital ne font qu’un depuis le début de la révolution industrielle, laquelle a été financée par les bourses dès son premier jour. Les bourses ont été créées pour ça. Il est donc impossible d’être à la fois anti-capitaliste et productiviste, de la même façon qu’il est impossible d’être anti-capitaliste et de ne pas être anti-impérialiste et contre l’état. Dire je suis productiviste revient à dire que j’ai besoin du Capital, quelque soit sa forme, pour construire la société industrielle.

        Enfin, la société industrielle de consommation, d’exploitation et de destruction de masse est condamnée. Elle est condamnée en raison de l’épuisement des ressources naturelles non renouvelables, elle est condamnée en raison du réchauffement climatique, elle est condamnée et nous avec en raison de l’extermination de la vie qu’elle provoque de façon systémique depuis son premier jour. La révolution industrielle n’est pas une révolution mais une véritable solution finale appliquée au vivant. Plus de 60 % de ce programme d’extermination a déjà été réalisé et le reste suit son cours à un rythme qui accélère avec chaque nouvelle technologie industrielle (comme le montre autant l’histoire de la société industrielle que les données scientifiques actuelles.

        Sur tout ça, voir entre autre http://partage-le.com

        Vive la résistance !
        Vive le vivant !

        Répondre à ce message

        • @Dominique / Je ne propose pas de planter des millions d’arbres / J’hésite entre 980 MILLIARDS et 1200 / 980 est le chiffre proposé par des scientifiques américains (clip sur le site "Real Engeeniering") et 1200 fut proposé par des scientifiques de ton pays (vu sur le JT de la TSR rediffusé par TV5 en France). Mais de toute manière, tu es de mauvaise foi car tu penses à priori que l’industrie est satanique et que tous ceux qui ne pensent pas comme toi veulent jeter de la dioxine et des déchets radioactifs dans le lac de Neuchâtel ! Mais tu te trompes, en ce qui me concerne je préfère les jeter sur le glacier du Grimself pour que ça bousille ensuite le Léman et le nord de la Méditerranée via le Rhône, c’est évident ! Non ?

          Répondre à ce message

        • Croire à l’épuisement des ressources est stupide / Les réacteurs Steinfeld produiront 1000 fois plus de pétrole que la planète si on en construit beaucoup et si on les utilise longtemps / La transformation du plomb en or a été réalisée dans un dispositif expérimental de physique des particules / Les nouveaux matériaux, nano-carbones, nylons synthétiques imputrescibles, fibres de verres modifiées … vont remplacer tranquillement l’acier, la fonte et même le bois (dans l’industrie du meuble) / Les usines EcoloBlue modifiées, simplifiées et améliorées feront jaillir des milliards de tonnes d’eau partout sur terre / Le charbon - pétrole - gaz - nucléaire seront remplacés dans les usines électrique et les grandes unités de production par de l’hydrogène et de l’oxygène liquides produits proprement …etc.

          La psychose "fin du monde" des écolos est ridicule / L’apocalypse de saint Jean l’évangéliste est moins connasse car elle fut écrite au second degré !

          Répondre à ce message

          • L’enfer du permafrost arctique 6 septembre 23:20, par Luniterre

            Récent sur la question :

            https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/09/06/greta-thunberg-egerie-sans-avenir-steinfeld-ma-tuer/

            ( une revue de presse, + des vidéos explicatives >>> malheureusement, aucune en français !!! )

            Luniterre

            Répondre à ce message

            • L’enfer du permafrost arctique 9 septembre 21:34, par Dominique

              Je cite l’article du lien :

              L’autre grand intérêt de ce carburant c’est qu’en brûlant il n’émet que le Co2 capturé lors de sa fabrication, donnant ainsi un bilan carbone nul sur l’ensemble du cycle de production-consommation !

              Ceci est évidemment faux car pour produire une tel réacteur, il faut en une série de technologies industrielles globalisées dont le bilan carbone n’est pas pris en compte et dont la seule mise en oeuvre suffit pour niquer le vivant.

              De plus la distribution de cette énergie n’est pas prise en compte, elle aussi nécessite des technologies industrielles globalisées qui niquent le vivant. Enfin l’utilisation de cette énergie n’est pas non plus prise en compte. Or l’histoire de la catastrophe industrielle nous montre que les nouvelles sources d’énergie, tout comme les économies de ressources et d’énergie, n’ont jamais servis à économiser quoi que ce soit ou à remplacer quoi-que-ce soit mais toujours uniquement à développer plus de cette société industrielle de consommation, de destruction et d’exploitation de masse ainsi qu’à alimenter le toujours plus de gadgets à l’obsolescence programmée produits par cette forme de société mortifère et suprématiste.

              Suprématiste car les scientistes ne nous ont jamais expliqué comment, avec 3 siècles de société industrielle capitaliste, ils allaient faire pour remplacer la vie que la terre a mis plusieurs milliards d’années d’évolution à créer, vie que leur folie furieuse technologique basée sur le profit et la guerre est en train de finir d’exterminer. S’il y avait une solution dans le cadre de ce mode de vie mortifère et guerrier imposé par une minuscule élite et maintenant ovationné par la majorité des gens, je serais le premier à l’applaudir car elle serait plus facile à faire accepter. Malheureusement plus je me renseigne sur l’écologie politique et sir l’histoire de la catastrophe industrielle, plus je me rend compte qu’il n’y en a pas. Ce ne sont pas des articles qui ignore totalement une bonne partie des nuisances des technologies qui me feront changer d’avis. De tels articles sont soit totalement naïfs, soit juste des pubs destinées, comme toujours, à nous faire consommer plus, ce qui est aussi le meilleur moyen pour être bien sur d’accélérer encore une fois et de finir l’extermination finale du vivant causée par le mode de vie industriel.

              Répondre à ce message

              • L’enfer du permafrost arctique 10 septembre 00:53

                Dominique, ce que tu dis est tout simplement faux. En France le charbon n’est quasiment plus utilisé pour produire de l’électricité et la part des centrales thermiques au mazout a beaucoup diminué. D’autre part les réacteurs Steinfeld suppriment l’extraction et le raffinage ce qui minimise leur nuisance.

                En ne militant pas pour des solutions scientifiques - techniques - industrielles comme, par exemple, l’alternative hydrogène (c’est le nom d’un site internet) les écolos favorisent d’ailleurs le nucléaire car leurs niaiseries douces renouvelables ont un bilan carbone/extraction bien pire que celui des réacteurs Steinfeld (NB : pour remplacer la centrale de Fessenheim il faudrait 7000 très grandes éoliennes + acheter de l’électricité boche à la lignite lorsqu’il n’y a pas assez ou trop de vent !!!).

                Tu vas sûrement me dire qu’en vivant dans des abris sous roche, en s’éclairant avec des torches et en grattant le sol avec les ongles pour récolter des racines comestibles on peut se passer totalement d’électricité. Alors bravo, ça c’est vrai.

                Répondre à ce message

              • L’enfer du permafrost arctique 10 septembre 17:45, par Luniterre

                Un point pour Dominique ???

                "L’autre grand intérêt de ce carburant c’est qu’en brûlant il n’émet que le Co2 capturé lors de sa fabrication, donnant ainsi un bilan carbone nul sur l’ensemble du cycle de production-consommation !"

                Ceci est évidemment faux car pour produire une tel réacteur, il faut en une série de technologies industrielles globalisées dont le bilan carbone n’est pas pris en compte et dont la seule mise en oeuvre suffit pour niquer le vivant."

                Effectivement, ta remarque est pertinente, jusqu’à un certain point… Mais la phrase précise >>> "sur l’ensemble du cycle productiion-consommation", sous-entendu >>> du carburant lui-même, et cela n’infère rien de la production du dispositif lui-même !

                La phrase est peut-être ambiguë, mais la question technique ne l’est pas : reste effectivement à comparer avec d’autres technologies, qui posent évidemment toutes cette même problématique, dont les panneaux solaires, qui restent une option complémentaire valable.

                En réponse à une question d’un lecteur, la question thermodynamique est évoquée ici >>>

                https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/09/09/recherches-de-steinfeld-un-reacteur-qui-fait-reagir/

                Note que l’usage de l’énergie solaire ne pose autrement pas de problème écologique réel, et donc, une fois le cycle amorcé, le carburant "neutre" par lui-même, question carbone, peut servir aussi aux industries de fabrication des divers composants du réacteur Steinfeld, tout comme à d’autres productions socialement utiles, d’ailleurs.

                Sans être vraiment versé dans la technologie, j’ai aussi un passé lointain d’ouvrier de l’industrie automobile et métallurgique et je reste persuadé que l’orientation de la recherche vers cette technologie ou d’autres similaires est possible, si la volonté politique s’en trouve !

                Luniterre

                PS >>> sinon, c’est l’option retour en arrière, quelque part entre le néolithique et le XVIIe siècle >>> tu ne nous a toujours pas précisé où tu souhaites vraiment placer le curseur de la machine à remonter le temps…!

                Répondre à ce message

                • L’enfer du permafrost arctique 10 septembre 18:55

                  Lors d’un débat précédent Dominique a dit qu’il n’était pas pour l’interdiction de l’huile d’olive à Lausanne, donc il a répondu ! Il serait dégueulasse dans ce cas d’être contre l’huile d’olive à Yakoutsk, Fairbanks, Stockholm.

                  J’en profite pour redire que la nature n’aurait produit qu’entre 70 et 110 millions d’oliviers. Grâce à nos ancêtres et à nous le nombre d’oliviers sur terre est égal à env. 770 millions dont 306 millions en Espagne. Dette écologique et règle verte oblige : la nature nous doit 660 millions d’oliviers.

                  Le kakapo est une sorte de perroquet obèse qui ne sait pas voler. Il avait donc tendance à disparaître, plus à cause de ses prédateurs naturels que des méchants humains. Pour le conserver les zoologues néo zélandais ont totalement modifié une île par expulsion des prédateurs indésirables et création d’une végétation protectrice. Moralité : pour sauver la bio diversité il faut modifier la nature.

                  La nature n’avait laissé survivre que 30 pins wollemy dans un vallon en Australie. Après sa découverte cet arbre a été produit à 5000 exemplaires pour éviter sa privatisation et une spéculation sur sa rareté. Maintenant il existe sur les 5 continents et coûte 90 euros dans les jardineries françaises.

                  Merci aux écolos d’essayer de nous crétiniser en affirmant péremptoirement que les sciences, les techniques et les industries ne sont pas productives de solutions. Mais avec moi ça ne marche pas !

                  Répondre à ce message

                  • L’enfer du permafrost arctique 10 septembre 21:09, par Qui êtes-vous

                    Il avait donc tendance à disparaître, plus à cause de ses prédateurs naturels que des méchants humains

                    En raison de la colonisation polynésienne et européenne et de l’introduction de prédateurs tels que le chat, le rat, le furet, et l’hermine, le kakapo a pratiquement disparu.

                    100% naturels "et totalement locaux" les prédateurs indigènes du kakapo…
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Strig…

                    Et le Dodo, l’Ibis de La Réunion, le Dronte de Rodrigues encore des prédateurs locaux…
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dodo_…)

                    Répondre à ce message

                    • L’enfer du permafrost arctique 11 septembre 00:37

                      Merci de parler de nos amis les chats qui n’existaient que dans le "croissant fertile" et que nous avons grandement favorisés, presque partout sur terre. Ces sympathiques compagnons nous aident à nous défendre contre les mignons ratounets qui se croient autorisés à nous bouffer nos récoltes de graines. Et en plus, au moyen âge, ils transportaient bénévolement des puces qui nous ont foutu une épidémie mondiale de peste noire aboutissant à 25 ou 30 % de morts humaines. Remettre en question l’introduction des chats partout c’est trop méchant !

                      Répondre à ce message

                      • L’enfer du permafrost arctique 11 septembre 17:15, par Qui êtes-vous

                        Les chats de nos jours mangent plus souvent des aliments élaborés par l’industrie et le commerce que des souris.
                        On trouve des rayons entiers en supermarché " un bon bizness…"

                        Ils sont même "difficiles" sur la qualité des pâtées ou
                        croquettes, ont-ils la même exigence sur la qualité des souris ?

                        Pour les rats… il y a fort a parier qu’ils en aient peur ?

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Nourr…
                        Pour la France seule (qui occupe en Europe la première place pour le nombre d’animaux de compagnie), le marché de l’alimentation s’est élevé à 2,3 milliards d’euros pour l’ensemble des animaux de compagnie. Les chiens ont représenté 48,6 % du total des dépenses, et les chats, forts d’une population en France de 9,94 millions d’individus (légèrement supérieure à la population de chiens, de 8,51 millions), 35,3 % de ce total.

                        Répondre à ce message

                        • L’enfer du permafrost arctique 11 septembre 19:02

                          Ce que tu dis est vrai en ville. Par contre je connais un chat qui disparaît régulièrement plusieurs jours et ne rentre que pour se reposer, mais il vit au bord du village et n’est pas séquestré… Sa propriétaire le nourrit quand même avec des bons produits parce qu’elle a peur qu’il devienne un féroce chasseur capable de bousiller des écureuils ! Dans les fermes, les chats sont peu nourris pour les maintenir aptes à la dératisation, c’est un "savoir".

                          Répondre à ce message

                  • L’enfer du permafrost arctique 10 septembre 21:25, par Qui êtes-vous

                    Le pin de Wollemi ou arbre de Wollemi (Wollemia nobilis) appartient à la famille des Araucariacées. Il n’a été identifié qu’en 1994 dans des gorges gréseuses à 150 km au nord de Sydney en Australie. Cette population relictuelle comprend moins d’une centaine de sujets.
                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Wolle…

                    Savez vous planter le pin de wollemi ?
                    https://www.youtube.com/watch?v=vPI…

                    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0