VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Comment faire du fric grâce à la crise climatique ?

Comment faire du fric grâce à la crise climatique ?

vendredi 4 octobre 2019, par do (Date de rédaction antérieure : 4 octobre 2019).

Question officielle entendue à France-info le 4 octobre 2019 vers15h20 : « Comment investir de façon à respecter le climat ? » Zut, je me souviens plus exactement de la question-publicité qu’ils ont posé.

4 Messages de forum

  • Grace au RC la limite taïga / toundra va se déplacer vers le nord. Donc on pourra planter des centaines de milliards d’arbres en Sibérie, au Canada, en Alaska, Norvège et Finlande. En absorbant le CO2 ces nouveaux arbres vont faire baisser les températures, ce qui les détruira. Mais on pourra utiliser le bois mort pour faire des buttes de permaculture et y planter des buissons…

    Répondre à ce message

    • Juste pour ton info, la teneur en carbone de l’atmosphère s’est mise à augmenter avec l’invention de l’agriculture il y a environ 10’000 ans. Elle a augmenté autant en 10’000 ans que depuis le début de la révolution industrielle il y a 200 ou 300 ans.

      Avant l’agriculture il y avait des forêts, des marais, des rivières, des toundras, etc., de façon naturelle et toutes ces zones naturelles produisait à manger pour toutes les espèces de la Terre nous compris. à surface égale, une zone naturelle produit plus de nourriture qu’une surface agricolisée.

      Ceci suffit pour montrer que la vraie question est celle que presque personne ne pose : quel sens y-at’il de faire de l’agriculture alors que cela appauvrit les sols et les rend inhabitables pour ses anciens habitants ? Et avec l’agriculture industrielle, cela ne s’est pas arrangé, bien au contraire. Ce type d’agriculture n’appauvrit pas les sols, elle les tuent avec ses engins qui remuent le sol en profondeur et avec ses engrais et pesticides chimiques. De plus, l’agriculture industrielle produit plus de CO2 que les transports et ceci que ce soit pour produire de la viande, du soja ou des fraises. Elle est aussi la première cause de deforestation.

      Donc plutôt que d’essayer de convaincre les autres de planter des arbres chez eux, ce serait mieux de revenir au local et de faire que partout près de chez nous, nous enrichissions la biodiversité au lieu de la détruire chez nous et chez les autres.

      Répondre à ce message

      • Tu as tout à fait raison mais planter les 1200 milliards d’arbres nécessaires pour absorber le CO2 excédentaire ne peut se faire réellement et utilement que là où l’eau et la végétation manquent (Sahara-Sahel, Australie, nord du Mexique, autour de la mer d’Aral, désert de Gobi…etc.). Sinon, chez moi, c’est la terre entière et le truisme "penser global / agir local" me parait triste… Long débat.

        Depuis 60 000 ans l’atmosphère a perdu 10 % d’oxygène à cause des phénomènes d’oxydation. Nous devrons tôt ou tard commencer à inverser ce phénomène naturel mortifère par des systèmes industriels qui transforment le CO2 en hydrocarbures ou en méthane et produisent de l’O2 tout en évitant de produire de l’O3 (ozone) trop près du sol ce qui ne sera pas facile.

        Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0