VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Les institutions françaises sont archaïques...

Les institutions françaises sont archaïques...

samedi 26 octobre 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 26 octobre 2019).

Jérôme Rodrigues : « Les institutions françaises sont archaïques et ne servent plus le peuple »

https://www.youtube.com/watch?time_…

Liste des institutions françaises :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste…

Quel peuple ?

Celui des "1%" , les dominants, les riches, les bourgeois, ceux pour qui sont faites les institutions.

Ou les "99%", les dominés, les opprimés, les prolétaires, sous-prolétaires* qui subissent les institutions.

*Karl Marx n’a pas dit que des conneries, non ! Mais, il en a dit :

Les sous-prolétaires n’ont aucune conscience de classe… https://fr.wikipedia.org/wiki/Lumpe… https://fr.wikipedia.org/wiki/Consc…

Soit : Travailleuses, travailleurs d’usines ou les bons prolétaires version Marx.

Quand, tu vois la gueule de la conscience de classe du prolétariat français ( mondial ? ) en 2019, tu peux te poser des questions sur le bon prolétariat vs Marx…

Bref, les institutions mondiales sont archaïques mais elles servent valeureusement, le capital.

Pourtant, il semblerait que les dominés "du monde" commencent à en avoir plein le cul, marre, ras-le-bol, des chefs, des hiérarchies, du prix de la survie… bien, très bien, c’est courageux et encourageant.

3 Messages de forum

  • Les institutions françaises ne sont archaïques que si on se réfère à un idéal démocratique qui n’est qu’une rêverie de petits bourgeois (en réalité le seul choix réel c’est entre dictature du capital et dictature du prolétariat).

    Le RIC ne ferait donc qu’aggraver la situation. NB : LR _ RN _ DLF = racistes = aussi 42 % de l’électorat en 2017, auxquels il faut ajouter une partie des électeurs MODEM, LREM, UPR, catholiques, téléphages, …

    Répondre à ce message

  • Les institutions françaises sont archaïques... 27 octobre 23:54, par A_suivre

    Oui, « Il semblerait que les dominés "du monde" commencent à en avoir plein le cul, marre, ras-le-bol, des chefs, des hiérarchies, du prix de la survie… bien, très bien, c’est courageux et encourageant.  », oui mais :

    «  La classe ouvrière est-elle révolutionnaire ?

    Il semble qu’il y ait un mythe ou un fétichisme qui continue à identifier un certain nombre de termes : classe ouvrière = révolution ; classe ouvrière = prolétariat. A la limite on demande à la classe ouvrière d’être le support d’une révolution permanente et continue ; on lui demande de faire une révolution tous les matins. /../

    Marx découvre que la classe ouvrière a besoin de recevoir des leçons, que la connaissance ne lui est pas immanente, par exemple, : la classe ouvrière, en tant que classe, ignore ce que c’est que le. fonctionnement global de la société. /../

    La société ne coïncide pas avec la classe,, et la classe en tant que classe ne connaît pas le fonctionnement global de la société, la manière de gérer une société, … Il faut donc le lui apprendre. C’est là que se greffe la pensée de Lénine. /../

    Il faut une pensée politique pour que la classe ouvrière devienne capable d’envisager des objectifs concernant la société tout entière ; il faut une analyse globale et une stratégie ; il faut un concept de la totalité. La classe en tant que classe n’est pas la totalité de la société. /../

    Donc la révolution ne peut avoir lieu que conjoncturellement, c’est-à-dire dans certains rapports de classe, les paysans, les intellectuels entrant dans cet ensemble de rapports. La classe ouvrière n’est pas révolutionnaire en soi, par soi, pour soi ; Il n’y a pas d’essence ou de nature révolutionnaire de la classe ouvrière. » Source Lefebvre Henri voir PDF

    Répondre à ce message

    • MARX disait à peu près ça = Ce qui importe, ce n’est pas ce que tel ou tel prolétaire veut, ni même ce que la classe ouvrière dans son ensemble veut. Ce qui importe c’est ce que la classe ouvrière fera, conformément à son être et à sa place dans les rapports de production.

      En mars 1968 un article profondément sociologique du monde affirmait que la France s’ennuie, roupille dans le confort de la consommation, avec une classe ouvrière totalement pacifiée par la TV, la R4 à crédit et les vacances à La Grande Motte…

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0