VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Nous ne sommes pas dans le même camp

Nous ne sommes pas dans le même camp

jeudi 21 novembre 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 21 novembre 2019).

Dimanche 17 novembre 2019, le préfet de police de Paris, s’adressant à une Gilet jaune, a affirmé qu’il « n’était pas dans le même camp » que celle-ci.

Note de do : En effet, on dirait un boche pendant l’occupation nazie. En plus il s’appelle Lallemand, ça ne s’invente pas !

« Nous ne sommes pas dans le même camp, madame », le préfet de police de Paris a-t-il enfreint son devoir de réserve ?

https://fr.sputniknews.com/france/2…

18 novembre 2019 à 21h57

Mise à jour le 19 novembre 2019 à 6h50

Est-il dans son bon droit ou a-t-il dépassé les limites ? Dimanche 17 novembre 2019, le préfet de police de Paris, s’adressant à une Gilet jaune, avait affirmé qu’il « n’était pas dans le même camp » que celle-ci. Des experts juridiques ont donné leur avis.

Cette phrase du préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui avait lancé à une femme Gilet jaune « Eh bien, nous ne sommes pas dans le même camp, madame » au lendemain de l’acte 53 du mouvement, a suscité une polémique. Il lui est notamment reproché de ne pas avoir respecté le Code de déontologie de la police nationale. Des experts en droit public, consultés par France Info, ont donné leur avis sur le sujet.

https://twitter.com/pjacquemain/sta…

« Le préfet n’appartient pas à la police nationale »

« Il y a une confusion qui est faite dans les termes », indique Nicolas Hervieu, juriste spécialiste du droit public. « En dépit du nom de sa fonction et du port de l’uniforme, le préfet de police n’est pas un policier, c’est un préfet ». D’après le juriste, le préfet n’a pas à se reprocher quoi que ce soit, bien qu’il ne fût pas très opportun d’intervenir de la sorte.

Selon Serge Slama, professeur de droit public à l’université de Grenoble, le préfet n’est pas un policier, et n’appartient donc pas à la police nationale, mais au corps préfectoral. Le préfet de police de Paris ne serait donc pas concerné par ce code de déontologie, explique un autre professeur de droit de l’université.

« Il est la voix de l’État mais aussi celle du gouvernement »

Cependant, Didier Lallement est bien « astreint à un devoir de réserve car il est un représentant de l’État, qui plus est lié à l’usage de la force publique », souligne Thibaud Mullier, maître de conférence en droit public à l’université Paris X Nanterre. D’après l’universitaire, le préfet est pourtant un cas particulier, car il est « très dépendant de l’exécutif et met clairement en place la politique qu’il décide ». « C’est une fausse polémique » qui s’appuie sur « une citation un peu hasardeuse d’un code juridique », a conclu le juriste.

« Quand un préfet s’exprime publiquement, il est la voix de l’État mais aussi celle du gouvernement. Le préfet peut donc s’exprimer librement, dès lors qu’il est sur la ligne politique du gouvernement », affirme Serge Slama, qui estime pourtant qu’un préfet « ne devrait pas dire ça ».

Toujours selon France Info, l’entourage du préfet a affirmé que celui-ci évoquait « le camp des casseurs », et pas celui des Gilets jaunes.

2 Messages de forum

  • Nous ne sommes pas dans le même camp 21 novembre 01:57, par do

    selon France Info, l’entourage du préfet a affirmé que celui-ci évoquait « le camp des casseurs », et pas celui des Gilets jaunes.

    C’est du plus haut comique !

    Répondre à ce message

  • Nous ne sommes pas dans le même camp 23 novembre 00:48, par Jean Cendent

    Encore un fonctionnaire inutile…
    Comme c’est bizarre, le pouvoir capitaliste ( super hyper libéral ) ne touche pas à cette catégorie de fonctionnaire pourtant d’importance mineure par rapport à une factrice, un cheminot, etc.

    Comme quoi, la valeur travail n’a de valeur ( soit disant pour l’humanité ) que celle que le pouvoir des dominants lui accorde.

    Le jour où il n’y aura plus de dominations hiérarchiques, nous pourrons enfin parler de la valeur utile "d’un travail" envers l’humanité.

    Pour l’instant nous vivons en valeurs inversées, un maçon, une menuisière, un éboueur, un musicien ( hé, hé, hé ! ), une infirmière, etc. ont moins de valeur qu’un président de la république ( même de Chine ), un PDG, un ministre sénateur député maire, un affairiste, un spéculateur, etc.
    "des choses" pourtant inutiles, aux conséquences néfastes envers l’humanité.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0