VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > À Clermont-Ferrand, le maire "socialiste" Olivier Bianchi emmerde les (...)

À Clermont-Ferrand, le maire "socialiste" Olivier Bianchi emmerde les pauvres de la Banlieue

mercredi 11 décembre 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 26 novembre 2019).

À Clermont-Fd, ville d’apartheid, Olivier Bianchi, maire de la ville est dans le camp des privilégiés du centre-ville contre les pauvres de la banlieue.

Le projet écolo de Bianchi est contredit
Par son projet de stade de foot pharaonique

Enregistré sur France 2 Auvergne le 25 novembre 2019 vers 19 heures

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

L’article est pour bientôt, là il est incomplet

Le maire est tout entier dans la démagogie

La Muraille de Chine livrée au promoteurs immobiliers

L’hôpital Hôtel Dieu livré aux promoteurs immobiliers

Si le rond-point du BD Edgard Quiney était à Chamalières ou à Royat — c’est-à-dire chez les riches —, ça fait longtemps que le problème du blocage récurrent de ce rond-point aurait été résolu.

En ce moment, les médias du pouvoir parlent énormément d’écologie ; du coup, le maire "socialiste" se veut plus écolo que les écolos.

Mais, comme le sport est lui aussi à la mode, le maire veut contenter les "sportifs" de la kronenboug en construisant un stade de foot pharaonique qui vient totalement contredire sa prétendue écolo-compatibilité.

Ce stade devra contenir 16 000 spectateurs dans un premier temps, et finir avec 30 000. Donc il faudra aussi les infrastructures routières pour amener tout ce monde. Il faudra que tout ce monde gare sa voiture quelque part. Ne croyez pas que les gens viendront en tramway car le tramway sera totalement incapable d’absorber autant de gens.

Actuellement, le stade accueille couramment 3000 spectateurs et c’est la merde pour les banlieusards qui habitent pas loin du stade. Non seulement il y a déjà des voitures partout, mais le stade est extrêmement bruyant avec tous ses hypnotisés qui gueulent comme des abrutis. On n’a pas de mal à imaginer comment ce sera avec 16 000 puis 30 000 spectateurs. Intenable !

Donc bravo pour l’écologie, il y aura du béton et du goudron partout. L’eau de pluie ne pourra plus s’infiltrer dans la terre ce qui provoquera des inondations.

Avant la construction du stade, il y avait un gigantesque champ de coquelicots. C’était très beau, cela rappelait certains tableau de peintures du XIXéme. Maintenant, à la place, on a ce stade qui n’est rien d’autre une gigantesque verrue architecturale aux couleurs criardes et qui bouche la vue.

Avant la construction du stade, il y avait aussi énormément de jardins squattés où se développait une vie fort sympathique avec des gens qui faisaient griller des merguez ensemble. Mais, comme depuis le stade on allait avoir vue sur cette vie interdite et que c’était un mauvais exemple, cette vie a été détruite purement et simplement. Les gens étaient tous là, à regarder, malheureux, leurs cabanes de jardin bricolées brûler quand la municipalité est venu les incendier pour mettre fin à la vraie vie. La vie interdite.

Quand on arrivait la nuit, par la route qui aujourd’hui est entre ce stade de malheur et ce qui n’est plus qu’un terrain vague, ce terrain où étaient les jardins squattés et la vraie vie, on voyait très souvent des familles de lapins sauvages ou redevenus sauvages qui traversaient la route. Maintenant, il n’y a plus que la mort.

C’est cette mort que va aggraver l’agrandissement du stade de foot.

Et ne croyez surtout pas que c’est un honneur d’avoir un stade de foot chez soi. Si c’était un honneur ; alors, il serait chez les riches : à Royat ou à Chamalières. Mais les riches préfèrent leur tranquillité. Donc la municipalité a mis le stade chez les pauvres de banlieue. Là où l’"on" met met aussi la station d’épuration des eaux qui pue et l’incinérateur qui pollue avec ses dioxines.

Je vous le dis la municipalité "socialiste" fait tout ce qu’elle peut pour emmerder les pauvres de la banlieue.

Le maire ment :

En 1993, pendant les grèves étudiantes, Olivier Bianchi était chef de l’UNEF-ID, un syndicat étudiant. Quand on lui disait que l’UNEF-ID, c’était un déguisement du Parti "Socialiste", Il osait prétendre que l’UNEF-ID n’avait rien à voir avec le PS ! On a vu par la suite que c’était faux puisqu’il est devenu maire "socialiste" de Clermont-FD.

Pendant les mêmes grèves étudiantes, Cyril Cineux était chef de l’UNEF-SE, un autre syndicat étudiant. Quand on lui disait que l’UNEF-SE, c’était un déguisement du Parti "Communiste", Il osait prétendre que l’UNEF-SE n’avait rien à voir avec le PC ! On a vu par la suite que c’était faux puisqu’il est systématiquemet présenté aux élections sous l’étiquette PC.

Cela donne une idée de l’honnêteté de ce genre de personnages.

Quand aux prétendus écolos, ce sont de répugnants crétins :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article3417

Et leur honnêteté n’a rien à envier aux deux autres. Je me souviens de Danielle Auroi qui avait voulu s’attribuer la victoire momentanée contre l’incinérateur de Clermont-FD, alors qu’on devait cette victoire à Alain Laffont de la Ligue Commmuniste ! Lui, Alain Laffont, était honnête et actif. Il avait failli se laiser faire par Danielle Auroi.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0