VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > L’homme et la nature

L’homme et la nature

vendredi 21 février 2020, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 21 février 2020).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

9 Messages de forum

  • L’homme et la nature 21 février 23:25

    Tu aurais dû foutre des majuscules, l’Homme avec un grand H et la Nature avec un grand N (…).

    J’ironise car ce titre philosophique m’énerve.

    Mais il n’y a pas de question stupide. Alors je dois répondre.

    L’humanité ne doit pas grand chose à la nature. Notre espèce n’est pas adaptée à la vie dans la nature. Toute notre vie et notre essor ne sont possibles que parce que nous sommes capables de nous émanciper contre les forces destructrices de la nature.

    Vêtements, maisons, véhicules, outils, armes, infrastructures et sexualité plus basée sur la recherche du plaisir que sur l’instinct de reproduction sont nos vérités, vérités crées par nous mêmes.

    Répondre à ce message

    • L’homme et la nature 22 février 02:17, par Dominique

      Le problème en disant la nature est que nous séparons l’humain du reste du vivant.

      Quand aux forces destructrices de la nature, il ne faut pas oublier que la Terre est notre seule source de vie, et que par conséquent c’est le vivant de cette planète, la seule que nous ayons, qui nous fixe les limites ultimes à ne pas dépasser, limites que nous avons allègrement dépassées dés les premières villes de l’Antiquité,. Puis nous avons globalisé de force notre concept suprématiste de civilisation avant de l’industrialiser de force pour aboutir à la situation actuelle où les médias donnent encore la parole aux négationnistes de la solution finale par extermination du vivant.

      Après nous, l’astéroïde ! Il ne sera pas géocroiseur, ce sera nous qui l’auront fabriqué avec notre mode de vie suprématiste, guerrier et mortifère.

      Un arbre pousse, un mur tue. Qui est le plus destructeur, l’arbre où le mur ? Et ce qui est dit du mur peut être dit de toutes les infrastructures industrielles des illuminés photovoltaïques ou hydrogénés de la transition, laquelle est d’ailleurs largement voulue par les élites capitalistes, lesquelles savent bien que les carottes sont cuites et que c’est leur seul moyen de pouvoir espérer jouer des prolongations.

      Répondre à ce message

      • L’homme et la nature 22 février 12:50, par Est-ce la nature humaine ?

        …laquelle est d’ailleurs largement voulue par les élites capitalistes, lesquelles savent bien que les carottes sont cuites et que c’est leur seul moyen de pouvoir espérer jouer des prolongations.

        Certes, il ne faut pas sous-estimer l’intelligence des "élites" mais de là à prétendre qu’elles savent faire cuire des carottes, sans leurs esclaves salariés, c’est une toute autre histoire qu’il nous reste à découvrir pour notre avenir commun.

        Esclavage salarié
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Escla…

        Répondre à ce message

    • L’homme et la nature 22 février 12:06, par Est-ce la nature humaine ?

      Toute notre vie et notre essor ne sont possibles que parce que nous sommes capables de nous émanciper contre les forces destructrices de la nature.

      essor et émancipation : 1er guerre mondiale, 2e guerre mondiale, arsenal nucléaire mondial, armées de territoires, flottes de guerre, aviations militaires, missiles balistiques divers…La guerre économique ou la 3e commencée depuis…Que d’efforts contre la méchante nature…
      De l’Homo sapiens « intelligent, sage, raisonnable, prudent » ?

      Avant de buter une éventuelle astéroïde venue du fin fond de l’univers soit plus modeste, humain : Commence déjà par buter ton "supérieur hiérarchique" et toutes hiérarchies coercitives.
      L’Orang-outan

      Répondre à ce message

      • L’homme et la nature 22 février 15:19

        Sur cette réponse là tu as raison à 100 %. Pour vaincre provisoirement la nature l’espèce humaine s’est divisée. D’abord en sédentaires contre nomades, puis riches contre pauvres, puis empires contre tribus. Ceci parce que nous n’avons pas encore vaincu la "nature humaine" (ce n’était pas prioritaire / pas urgent / pas nécessaire).

        Répondre à ce message

        • L’homme et la nature 23 février 06:57, par Dominique

          La "nature humaine" comme tu dis est d’être empathique et de collaborer. Après son histoire est celle de sa séparation d’avec la nature pour arriver à la situation d’aujourd’hui où notre mode de vie est en train de gagner la guerre d’extermination totale qu’il mène contre le vivant de la Terre, sa seule source de vie.

          La violence est dans nos gène mais pendant plusieurs millions d’années, le chasseur a su la mettre au service de la communauté. Ce n’est qu’avec l’arrivée simultanée, il y a quelques milliers d’années, des religions de domination, du commerce, sa monnaie et son écriture, du patriarcat, du guerrier et de son corollaire le cocu, que cela change est que la violence se met à être utilisée au seul profit des puissants.

          Bible p.2 : "Tu domineras la terre et toutes ses créatures." Les hébreux n’ont rien inventé car ce suprématisme systémique est présent dés Gilgamesh, ce tyran sumérien qui a rasé la forêt des dieux pour pouvoir la couper et construire une des premières villes de l’histoire. Ce concept suprématiste de civilisation a été globalisé de force lors des colonisations puis il a été industrialisé, aussi de force, pour arriver au désastre social et écologique d’aujourd’hui.

          L’arbre pousse, un mur tue et il nous sépare autant les uns des autres que du reste du vivant sans lequel nous n’existerions même pas. Après je suis bien conscient que l’histoire ne revient pas en arrière et c’est bien pourquoi l’être humain qui s’est fourvoyé dans une psychopathie collective basée sur une hallucination suprématiste sera de toutes les créatures ayant peuplé la Terre, celle dont l’existence aura été la plus courte. Après nous, l’astéroïde !

          Répondre à ce message

          • L’homme et la nature 23 février 10:00

            @ Dominique,
            Dans la religion judéo-islamo-chrétienne, il y a surtout le jardin d’Eden auquel tu sembles croire. Puis le péché originel = désobéissance + connaissance. Puis le déclin à cause des sacrilèges faustiens-prométhéens- sataniques = les sciences-techniques-industries. Ne reste plus qu’à annoncer l’apocalypse qui rétablira le royaume sous la forme nouvelle de la Jérusalem céleste. Les déclinaisons de cette mythologie foutaise-manichéenne sont nombreuses : des témoins de Jéhovah aux écolos type Aurélien BARRAU, en passant par les communismes religieux (amish, mennonites, khmers rouges, néo-ruraux babas-pas-cools-puritains…etc.).

            Essaye, s’il te plait, d’être de bonne foi (si j’ose dire) et de ne pas réduire les théologies à une seule phrase qui t’arrange. Lorsque des phrases comme "Allez et multipliez vous" ou celle que tu cites ont été écrites, elles devaient paraître évidentes car l’humanité était alors très peu armée contre les forces de la nature et très peu nombreuse. Evite aussi, si possible, de réduire à un suprématisme religieux les sciences-techniques-industries qui sont le résultat inéluctable de l’inadaptation de notre espèce à la nature.

            Sinon, des marxistes comme BADIOU pensent que la première erreur de l’humanité c’est la sédentarité et l’agriculture. Position tout à fait défendable et compréhensible. Reste à comprendre pourquoi la "révolution" néolithique a eu lieu, dans un monde très peu peuplé, alors qu’elle réduisait l’espérance de vie et produisait des nouvelles maladies ?

            Ce qui est rigolo, c’est la haine actuelle des écolos contre la chasse et la viande. Alors que le mode de vie chasseurs-cueilleurs-pêcheurs fut sûrement la meilleure organisation de l’humanité (là je rejoins BADIOU et toi).

            Répondre à ce message

            • L’homme et la nature 23 février 16:26, par do

              La révolution néolithique

              Le sexe est le péché originel.

              Tu dis : « Reste à comprendre pourquoi la "révolution" néolithique a eu lieu, dans un monde très peu peuplé »

              C’est justement le contraire, à certains endroits, le monde était trop peuplé pour pouvoir continuer à vivre sans travailler, pour continuer à vivre de chasse, de pêche et de cueillette, pour continuer le nomadisme. Donc, il a fallu se mettre à travailler, c’est-à-dire se mettre à l’agriculture et à l’élevage. Mais, pour l’agriculture, il fallait rester sur place, cesser d’être nomade, se sédentariser. C’est ça, la révolution néolithique.

              Seulement, le travail est un grand malheur. Et, comme on est devenu trop nombreux à cause du sexe, le sexe a été proclamé "péché originel".

              Pour le punir de son péché originel, Dieu dit : « L’homme gagnera son pain à la sueur de sont front ».

              Bourgeon : « Les légendes d’aujourd’hui sont les vérités d’hier quand elles sont passées par le crible des vérités d’aujourd’hui. »

              Bien à toi,
              do
              http://mai68.org

              Répondre à ce message

              • L’homme et la nature 25 février 04:16

                Tu interprètes l’histoire d’Eve et de la pomme comme un truc sexuel ? J’y vois une histoire de désobéissance et d’expérimentation voire d’ubris. Après on peut supposer qu’Adam a gouté le fruit défendu pour faire plaisir à l’Eve et fut récompensé par une turlutte…

                Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0