VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > France - Le coronavirus s’apprête à disparaître mais pas le mensonge

France - Le coronavirus s’apprête à disparaître mais pas le mensonge

dimanche 19 avril 2020, par do (Date de rédaction antérieure : 6 avril 2020).

Avec le printemps et le réchauffement climatique, le virus va disparaître, mais pas le mensonge : le gouvernement va nous dire que c’est grâce à lui et à son confinement que le virus a disparu. Alors qu’en fait, le confinement a propagé et propage encore le coronavirus. Vous pouvez vérifier que c’est ce que je disais déjà le 18 mars 2020 :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article5404

Voici une carte du coronavirus établie le 6 avril 2020

Pour vérifier que le coronavirus n’a presque pas touché l’hémisphère sud où c’était l’été pendant qu’en France c’était l’hiver :

https://www.cnews.fr/monde/2020-04-…

Le confinement propage le coronavirus :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article5418

FERMER LES YEUX SUR LES YEUX CREVÉS

Non seulement approuver le "confinement", c’est approuver la police, puisqu’elle est nécessaire pour le faire respecter ; mais, en plus, le "confinement" est totalement contre-productif.

Les historiens qui ont étudié la peste le savent bien. Le professeur Raoult de l’IHU de Marseille le dit aussi à propos du choléra dans cette ville il y a une centaine d’années.

On a bien vu à la télé ce qui s’est passé à Wuhan. Comme tout le monde allait être confiné, beaucoup de Chinois sont partis juste avant, trimballant le coronavirus avec eux dans tout le reste de la Chine. Les Français ont envoyé des avions à Wuhan pour rapatrier des centaines de français qui ont ramené le coronavirus avec eux. Pareil pour les autres pays. Du coup le coronavirus est devenu subitement mondial.

En France, le confinement a le même résultat. Beaucoup de gens se sont enfuis des grandes villes juste avant pour aller se réfugier dans la campagne afin d’être plus libres ou par peur du coronavirus. Ils ont évidemment dispersé d’un seul coup le coronavirus partout. J’aimerais savoir si des avions sont venus de l’étranger, comme à Wuhan, pour venir chercher des milliers de touristes et les ramener dans leurs pays d’origine.

Sans compter que les flics qui contrôlent tout le monde vont forcément être contaminés et contaminer tout le monde en retour !

Question de ralentir la progression du coronavirus, le gouvernement a donc obtenu le résultat exactement inverse de ce qu’il prétendait vouloir. J’espère que c’est seulement de l’incompétence et pas une volonté.

Note du 31 mars 2020 : Je viens d’entendre à France-culture — le 31 mars 2020, vers 18h20 — que, grâce aux téléphones portables, l’État avait pu déterminer que 1,7 millions de personnes avaient quitter précipitamment la région parisienne au moment du confinement :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article5593

Or, à Paris, les gens vivant les uns sur les autres, ils ont "tous" le coronavirus :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article5465

La suède a choisi de ne pas du tout confiner les gens. Voici sa courbe journalière des morts :

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

La suède est un pays de 450 000 km2 qui possède 10 millions d’habitants.

23 Messages de forum

  • Le coronavirus s’apprête à disparaître 6 avril 22:00, par Sous-prolétaire

    Merci. C’est court, mais je n’ai pas mieux.

    Répondre à ce message

  • Le coronavirus s’apprête à disparaître 7 avril 10:58, par Gérard U.

    Je partage cette prévision.

    Salutations

    Gérard U.

    Répondre à ce message

  • (très mauvais humour)
    La courbe suédoise vu de France c’est bien, de milliers par jour…

    Répondre à ce message

  • « J’espère que c’est seulement de l’incompétence et pas une volonté. » Je n’aurais pas osé le dire…

    Catherine

    Répondre à ce message

  • Tu as raison est une erreur du capital et il prépare les conditions de l’effondrement du mode de production capitaliste dont les monnaies seront bientôt dévaluées et après

    MOI J’APPUI LE CONFINEMENT ET SON EXTENSION ET EN DÉFINITIVE L’EFFONDREMENT DU CAPITALISME 👍

    Le Coronavirus cours toujours : https://les7duquebec.net/archives/253707

    La fin de la course : https://les7duquebec.net/archives/253806

    Le confinement sélectif : https://les7duquebec.net/archives/253811

    Les banquiers tétanisés non pas par la pandémie mais par le confinement : https://les7duquebec.net/archives/253823

    Robert

    Répondre à ce message

    • Mr. Bibeau Kollabo ??? « MOI J’APPUI LE CONFINEMENT ET SON EXTENSION ET EN DÉFINITIVE L’EFFONDREMENT DU CAPITALISME » Alors que l’évidence nous montre que le système non seulement ne s’effondre pas du tout, mais en profite, au contraire, pour renforcer tous les contrôles qu’il peut exercer sur les populations.

      Même financièrement, il semble atteindre un objectif qui lui était bien nécessaire pour sa survie : le dégonflement de la bulle financière, par paliers successifs, et sans krach majeur, en réalité.

      Le CAC40 trouve un nouveau niveau d’équilibre autour des 4000 points, alors qu’en début 2009 il avait eu un « creux » frisant les 2500 points…

      Ce jeu de yo-yo se retrouve dans les principales places financières du monde, et semble devoir aboutir à un « palier » de sortie de crise, à partir duquel une nouvelle bulle se reformera, jusqu’à la prochaine crise…

      Même si la ruine est bien réelle pour une partie des capitalistes, à titre individuel, et surtout dans les groupes financiers minoritaires et même massivement dans les TPE-PME, les principaux groupes financiers mondiaux ne sont pas réellement touchés dans leur pouvoir de domination, bien au contraire. C’est une occasion de plus de concentrer le capital entre leurs mains, même si formellement « réduit » en valeur globale apparente : ne pas oublier que c’est d’abord du capital « fictif », par définition, et qu’il ne vaut réellement que par le pouvoir de contrôle majoritaire qu’il implique sur l’appareil productif.

      A terme, même si la « valeur-travail » produite tend vers zéro, avec la robotisation complète, c’est bien le pouvoir de contrôle, à la fois sur l’appareil productif et sur les populations, qu’il importe de conserver, pour la classe dominante.

      Pour l’instant, et pour quelques décennies encore, il y a encore de la plus-value à extraire du prolétariat et cette « mutation » du capital financier vers une domination totalement bureaucratique se fait par étapes convulsives et en tenant compte de ses affrontement internes entre capital occidental US-parrainé et capital « oriental » chapeauté chinois….

      Le jeu morbide de ces criminels consiste à guetter le moment le plus propice pour lancer la « reprise » et repartir à l’assaut des marchés, en espérant y être juste avant le Kapital d’en face…

      Un jeu délicat et incertain, vu les interdépendances établies depuis 1972 (Mao-Nixon), entre les deux pôles désormais en rivalité.

      Luniterre

      Répondre à ce message

  • France - Le coronavirus s’apprête à disparaître mais pas le mensonge 8 avril 15:06, par Coronajunk et printemps en prison

    Je ne sais pas si le Covid-19 s’apprête à disparaître mais la soumission restera.

    capitalisme mondial 1 / émancipation et liberté des peuples 0

    Répondre à ce message

    • Pour inverser le score il ne faut donc pas attendre que le capitalisme s’effondre tout seul, car cela ne se produira pas, pas plus que l’effondrement, au demeurant très lent, de l’empire romain, n’a réellement marqué la fin de l’esclavage, malgré quelques révoltes.

      En réalité, l’établissement des rapports de production féodaux, basés sur le servage, ne s’effectue pleinement qu’à partir de la fin du 9e siècle, et il précède de peu l’apparition de la bourgeoisie, qui, elle, mettra encore 8 siècles avant d’établir totalement sa domination…

      Une classe dominante peut donc malheureusement très bien laisser la place, par la force de l’évolution des forces productives, à une autre classe d’exploiteurs…

      La fraction la plus "consciente" de la bourgeoisie prépare déjà depuis longtemps sa propre "mutation", y compris au détriment des fractions les plus "arriérées", et en fait "traditionnelles" du capital, condamnées à la faillite, comme on le voit aujourd’hui.

      Ce n’est que par l’organisation consciente de la classe prolétarienne, et non par la simple révolte "spontanée" qu’une véritable révolution sociale est possible !

      https://tribunemlreypa.wordpress.com/2020/04/08/le-systeme-doppression-capitaliste-disparaitra-t-il-spontanement-avec-la-crise-du-covid-19/

      Luniterre

      Répondre à ce message

      • Et tu me dis ça ? Merci, Luniterre, alors que c’est à eux qu’il faut t’adresser.

        http://mai68.org/spip2/spip.php?art…

        Ce n’est que par l’organisation consciente de la classe prolétarienne qu’elle deviendra sous l’unique influence des fanatiques de Marx, la fraction la plus "consciente" de la bourgeoisie comme l’URSS et tout ce qui en découle l’ont hélas démontré.
        Le pire ennemi de la révolution sociale et le communiste abreuvé uniquement des sillons du Marxisme.

        Répondre à ce message

        • La rengaine anticommuniste et antisoviétique habituelle depuis un bon demi-siècle… De plus en plus comique, en fait, surtout vu de Russie >>>

          http://lesvraisamisdelurss.eklablog.fr/dans-leur-grande-majorite-les-russes-regrettent-l-urss-a184554514

          Luniterre

          Répondre à ce message

          • France - Le coronavirus s’apprête à disparaître mais pas le mensonge 9 avril 03:47, par Quoi ? de la fumée sans feu...

            La rengaine anticommuniste et antisoviétique habituelle depuis un bon demi-siècle…
            Depuis qu’un train s’est arrêté en gare pour dire tout le pouvoir aux soviets et faire dés le lendemain son contraire, tout le pouvoir au parti.

            Ah, la nostalgie devant le désarroi provoqué devant le véritable capitalisme…

            Ce même type de romance on peut la trouver sur tous les tons et avec d’autres paroles dans bien des pays.

            Répondre à ce message

            • L’existence de l’URSS était notre assurance que nos Services Publics, nos salaires, nos retraites, Notre sécurité sociale seraient maintenus. Et ce, malgré tout ce qu’on peut lui reprocher. Depuis qu’elle a disparu tout cela s’est effondré partout en occident.

              Le Service public, c’était un peu de communisme au sein du capitalisme.

              Mais avec la disparition du "communisme" russe, la bourgeoisie occidentale se croit tout permis, car elle n’a plus d’opposition ouvrière, car les ouvriers ont perdu tout espoir, car on a "prouvé" que le capitalisme est le meilleur système.

              Quand l’URSS a été détruite et que tous les avantages acquis (vraie sécu, vraies retraites, etc.) y ont disparu les uns après les autres, l’espérance de vie s’est mise à baisser énormément en Russie. À tel point, qu’après 1992, en 10 ans, l’espérance de vie des Russes avait baissé de 10 ans !

              À l’époque où il y avait encore une Russie, je veux dire à l’époque où le pouvoir cherchait à nous faire croire que la Russie était communiste alors qu’il ne s’agissait que de capitalisme d’État, le rapport de force entre la bourgeoisie et le prolétariat était moins favorable à la bourgeoisie qu’aujourd’hui. Nous avions une sécurité sociale, des retraites, et des salaires qui ressemblaient un peu plus qu’aujourd’hui à une sécurité sociale, à des retraites et à des salaires. En tout cas, tout ça ne semblait pas menacé. Au contraire, lors de puissantes grèves, comme en 1968, puis dans les quelques années qui suivirent, nos acquis sociaux avaient même tendance à s’améliorer quelque peu !

              En Russie, il n’y a jamais eu de communisme, seulement du capitalisme d’État (voir dans les annexes de la théorie du concept "le spectacle de l’effondrement du communisme"). Du point de vue de l’économie et de l’exploitation (dans le sens de la diminution de cette dernière), le faux-communisme à la Russe était tout de même mieux que le capitalisme privé, dit "libéral".

              Alors qu’en Amérique, par exemple, il y a plusieurs centaines de patrons pour exploiter la population, en Russie, il n’y en avait qu’un seul dont le plus célèbre est peut-être Staline. Comme chaque patron américain cherche à profiter autant de la population américaine que le seul Staline de la population russe, les salariés américains sont forcément beaucoup plus exploités que ceux de la Russie prétendue "communiste".

              Et du point de vue économique, contrairement à ce que prétendent les mensonges les plus éhontés qui ont cours aujourd’hui, le capitalisme d’État (le pseudo-communisme) a cent fois prouvé sa supériorité sur le capitalisme privé ("libéral"). Le fait que toute concurrence ait été supprimée en Russie a permis de supprimer aussi le gaspillage qui va avec.

              Puisqu’aujourd’hui il est besoin d’expliquer cela au moins un tout petit peu, songez par exemple que si en Amérique cent entreprises concurrentes font des recherches identiques, ce pays devra les financer cent fois tandis que dans la Russie de Staline, il suffisait de les financer une seule fois !

              De plus, en Russie, au lieu qu’il y ait concurrence entre les chercheurs, il y avait solidarité. C’est-à-dire qu’en Russie les chercheurs s’entraidaient alors qu’en Amérique la concurrence les pousse à se tirer dans les pattes.

              C’est ainsi qu’un pays au départ complètement sous-développé comme la Russie du début du XXe siècle a pu gagner non pas la course à la lune, qui n’était qu’un leurre extrêmement cher et inutile, mais bel et bien la course à l’espace. Quelques années après qu’ils aient dû abandonner leurs voyages dans la lune, on a pu se moquer pendant quinze ans des américains, de leur "supériorité" et de leur haute technologie en soulignant que : "Les Américains ne vont plus dans la Lune, ils vont dans Mir !" La honte !

              Car oui, pour la station spatiale, étape indispensable à une éventuelle conquête spatiale dont je n’ai certainement pas dit que je l’approuvais, la Russie avait tout bonnement quinze ans d’avance sur l’Amérique. C’est bien pour ça que, dès qu’ils en ont les moyens, les américains ont imposé aux russes la suppression de la preuve de la défaite philosophique américaine : les aides américaines au maintien du pouvoir d’Eltsine, puis de son successeur, se sont marchandées notamment à propos de la date de la destruction de Mir !

              Du point de vue de la liberté, il est bien évident que l’URSS, ce n’était pas génial-génial ! Mais il faut à ce sujet remarquer qu’outre le fait que dans quelques centaines d’années, si l’humanité n’a pas disparu, les historiens compareront les goulags Russes à nos usines, les américains auront bientôt dans leurs geôles plus de prisonniers qu’il n’y en eut jamais dans la Russie de Staline !

              C’est la guerre psychologique : on nous a dit qu’en Russie prétendument "communiste" les médias n’arrêtaient pas de mentir aux Russes. Et c’était vrai ! mais ce qu’on a oublié de nous dire, c’est que chez nous, les médias mentent tout autant. La seule différence, c’est que si nous, nous l’ignorons encore, les Russes, eux, l’avaient découvert depuis bien longtemps. C’est pourquoi ils ont pu se mobiliser suffisamment pour abattre la forme étatique du capitalisme qui régnait chez eux (il est dommage qu’ils se soient fait des illusions sur la forme privée, dite "libérale", du capitalisme).

              Anarchistement tien,
              do
              http://mai68.org

              Répondre à ce message

              • Et tu crois que cela fait combien de décennies que je pense que nos médias nous mentent ? Combien d’années avant internet, avant le 11 septembre…

                L’état patron est largement aussi pourri que le capitalisme libéral et avec un super alibi :
                Alors, mon bon camarade ouvrier, tu ne veux pas travailler, tes conditions de travaille ne te plaisent pas mais alors ses tous tes camarades que tu trahis, tous tes frères et tes sœurs.
                Car voyons ici, il y a pas de chef, contrairement au capitalisme libéral ou alors tu es un traite à toi même, à ton pays, à tous tes camarades, un contre-révolutionnaire, un réactionnaire, etc. bien joué sur la culpabilité individuelle et l’attaque psychologique…

                Les usines sont des goulags sans aucun doute comme le salariat est une autre version de l’esclavage. C’est bien pour cela que les bourgeois puis leurs enfants n’y vont jamais en usine.

                Si les ouvriers ont perdu tout espoir c’est bien plus par le mensonge du "communisme" monolithique tel que pratiqué en URSS que la disparition du pays lui même.

                L’érosion du PCF tout au long des années 70 puis sa dégringolade dans le années 80 aidé en cela par le Ps est antérieur à la Perestroïka.

                C’est l’absence d’esprit critique dû à la "doxa" inculquée par le PCF et la CGT (d’ailleurs bien ébranlé en 68) le nivellement des idées « contestataires » en son sein, le matage de "l’esprit de révolte" par un parti à demi sclérosé, son manque de pluralité, une déconnexion avec les aspirations des jeunes de années 70 (puis 80) comme la question centrale du couple, travail / soumission et son évolution en France (le PCF / CGT étant encore coincés "sur le mode de leurs parents" une vision bloquée dans les années 45, 50, "60") l’aspiration à une autre vie que de devenir l’ultime ouvrier d’usine jusqu’à sa retraite, sans compter sur une certaine lâcheté face au patronat ex : en 68," il faut savoir finir une gréve" qui ont plombé le mouvement ouvrier français.
                Les gros bras répressifs dans les manifs CGT / PCF des années 70 puis 80 pour casser "du gauchiste ou de l’anarchiste" tout ceci a eu pour résultat que bien des gens puis ma génération et les suivantes ont délaissé ou se sont détournés du PCF et de la CGT.

                J’ai connu personnellement des ouvriers qui pouvaient penser PCF (entre 83 et 89) - je ne dis pas et je n’écris pas qu’ils étaient militant au PCF - et qui votaient pour le FN, et même si cela fait cliché médiatique… que tu me crois ou non, peu m’importe, personne ne m’enlèvera ce que j’ai vu et vécu.
                (sans compter les ouvriers de droite mais qui n’existent pas, impossible, impensable ! pour toutes une frange de la gauche, communiste, extrême-gauche, anarchiste, non ! Ce n’est pas vrais.)

                Les Russes ainsi que les autres peuples qui composaient l’URSS ne sont pas des imbéciles si ce pays avait été le "berceau" d’un authentique communisme "démocratique" jamais ils n’auraient laissé leurs dirigeants ou quiconque leur imposer le capitalisme « à l’occidental ou libéral ».

                Les soviets étaient le véritable moteur de leur révolution puis ils en ont été spolié par certains sachants professionnels en révolution.

                Répondre à ce message

                • C’est depuis la fin de l’URSS qu’on en prend plein la gueule en France et partout en Occident. Avant, l’ennemi de classe avait peur. Maintenant, il n’a plus peur.

                  C’est mai 68 qui a fini par tuer le PCF.

                  En URSS, les ouvriers travaillaient très peu. Il y avait comme un marché entre la bureaucratie et les ouvriers : vous acceptez que nous, les ouvriers, on soit très paresseux et on ne fait rien pour vous démettre, vous, la bureaucratie. C’était facile de voir depuis la France que ce que je dis est vrai : on ne pouvait pas à la fois faire la queue pendant des heures pour acheter au magasin une bouteille de vodka et être à l’usine en train de bosser.

                  J’aurais nettement préféré que la guerre froide finisse par la fin des USA, et pas par la fin de l’URSS

                  A+
                  do
                  http://mai68.org

                  Répondre à ce message

  • @ DO

    Je te comprend d’être interloqué par les réactions incohérentes des larbins politiciens bourgeois (de gauche comme de droite) face à cette crise sanitaire que ces incompétents amplifient – prolongent – complexifient par leurs mesures et programmes désespérés.

    Il semble y avoir quelques connaissances acquises dans le domaine des pandémies.

    1) Face à un nouveau virus – ou à une mutation inconnue d’un virus connu – aucune parade possible En l’absence d’un vaccin, dépendant de la virulence et de la versatilité de diffusion de l’intrus, le virus frappera partout ou son hôte (l’homme dans ce cas-ci) se propage

    2) Si les conditions climatiques lui sont temporairement défavorables le nouveau virus fera comme les anciens virus (grippes multiples) il entrera en dormance temporaire jusqu’à ce que les conditions climatiques lui redeviennent favorables.

    3) L’espèce humaine a développé deux murs de « containment » face à cet ennemi invisible et la plupart du temps naturel (moins naturel depuis que des laboratoires militaires trafiquent cette arme d’un nouveau genre) : a) le vaccin antiviral b) l’immunisation naturelle = le corps humain développe des anti-virus

    4) RIEN ni personne ne peut enrayer – éradiquer – la propagation d’un virus en dehors de ces deux « remèdes » anti-corps naturels produits par l’Hôte et/ou vaccin issu – produit industrialisé – des anti-virus produit par l’hôte humain.

    5) MAIS alors – pourquoi ce confinement qui NE PEUT ET NE POURRA JAMAIS – stopper la contagion ?

    6) C’est que le confinement offre la possibilité de ralentir – d’étaler dans le temps la propagation du virus. Le confinement ne sauve aucune vie – ne résout rien d’un point de vue médical et sanitaire si ce n’est de compliquer le travail du virus dont la mission biologique est de se reproduire et pour ce faire de conquérir tous les hôtes potentiels.

    7) Le confinement nous assure qu’à l’automne ou à l’hiver prochain de nouvelles vagues de COVID-19 frapperont les pays où le vaccin ne sera pas encore disponible et où l’immunisation naturelle (des millions de porteurs du virus asymptomatiques et ayant développé naturellement l’anti-virus).

    8) Face à cette fatalité deux tactiques développées par les États bourgeois : A) en attendant le vaccin la Suède laisse le virus faire son oeuvre et se propager permettant aux suédois vigoureux développer naturellement l’anti-virus – l’anticorps qui bloquera naturellement la propagation du virus. Évidemment, la Suède prend certaines précautions afin de venir en aide aux personnes âgées (70 ans) souffrant d’embonpoint – de diabète – de maladies respiratoires et de cancer = 95 % des mortalités occasionnées par le Covid-19. La Suède – comme la Chine – évite ainsi de paralyser son économie = SE REMÈDE PIRE QUE LA MALADIE. https://les7duquebec.net/archives/253920

    9) B) La deuxième tactique proposée par la Chine et que des dizaines de pays ont suivi consiste à imposer drastiquement le confinement de manière à gagner du temps – à ralentir la pandémie – sans jamais la stopper – de manière à ne pas engorger les systèmes de santé que les gouvernements bourgeois ont été obligé de démanteler depuis des années. Bref, le confinement donne du temps aux gouvernements en contre partie l’épidémie s’étendra sur beaucoup plus longtemps – le temps que l’hôte développe des anti-corps à partir duquel les laboratoires développeront un vaccin

    10) Par contre la tactique de combat du confinement-ralentissement présente un inconvénient majeur : elle paralyse l’économie capitaliste qui était déjà en crise structurelle. Pour le moment les bourses encaissent les milliers de milliards de dollars de crédit de Monopoly – mais qu’en sera-t-il quand le créancier réclamera sa livre de chair à l’ouvrier saqué sur le pavé ???

    Robert Bibeau
    http://www.les7duquebec.com

    Répondre à ce message

  • Salut do !

    On ne me fera jamais croire que Macron en France ou les 7 conseillers fédéraux de l’exécutif suisse ne savent pas ce qu’ils font. Raoult est très clair dans une de ses interview où il précise que nous ne sommes plus au XIX siècle est que le b-a-ba de la lutte contre une épidémie, b-a-ba que tout médecin apprends en deuxième année de ses études, passe par un dépistage systématique, rendu possible par le séquençage ADN qui permet d’établir le génome d’un virus, lequel à son tour permet de développer rapidement des tests. Il précise aussi que c’est le seul moyen dont dispose la médecine pour pouvoir séparer les porteurs d’un virus du reste de la population et ainsi, stopper la propagation de l’épidémie et permettre de tenter de les soigner.

    Avec l’armée de conseillers et d’experts dont dispose ces élus, on ne me fera jamais croire qu’ils ignorent ce que Raoult qualifie de b-a-ba de la lutte contre les épidémies que tout médecin apprend en deuxième année. Ils doivent donc toutes et tous être jugés pour haute trahison et eugénisme. Quand aux médecins de plateau télé qui ne parlent jamais de ce dépistage systématique sauf pour répéter à l’envie qu’il n’est pas à l’ordre du jour, il ne faut pas oublier qu’après la victoire de la Révolution cubaine, la moitié des médecins de l’île ont suivis Batista à Miami. Ce n’est pas parce qu’un médecin a une blouse blanche qu’il est un émule du Che ou quelqu’un d’intègre et vu le système dans lesquels les médecins se débattent, il est sur que les médecins chefs interviewés par les télés sont ceux qui ont le mieux su marcher sur leurs collègues pour s’élever dans leur hiérarchie.
    .

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0