VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Amérikaka - L’impérialisme US veut sa guerre, comme il ne peut pas la faire en (...)

Amérikaka - L’impérialisme US veut sa guerre, comme il ne peut pas la faire en Corée, il veut la faire au Venezuela

dimanche 13 août 2017, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 13 août 2017).

Bonjour à toutes et à tous,

L’impérialisme américain ne peut pas faire la guerre à la Corée du nord, parce que celle-ci est munie de la bombe, de sous-marins capables de la lancer partout dans le monde, et même de missiles de longue portée. Donc, l’impérialisme US se demande s’il ne devrait pas plutôt faire la guerre au Venezuela où la tentative de coup d’État de la CIA vient d’échouer lamentablement, les manifs ultra-violentes organisées par ses agents étant désertées depuis que la droite vénézuélienne a reconnu comme valide le système électoral en place.

Pourquoi l’impérialisme américain tient-il tant que ça à faire une nouvelle guerre ? Parce que son tout puissant complexe militaro-industriel gagnerait ainsi plein de fric, et parce que cela provoquerait l’union sacrée, ce qui annihilerait toute lutte de classe. Bien sûr, aussi, l’Amérikaka n’aime pas ceux qui lui résistent en se disant communistes comme en Corée du nord, ou en cherchant à redistribuer les bénéfices du pétrole du Venezuela au peuple vénézuélien plutôt qu’aux capitalistes américains.

Il faut noter que la majorité des gens qui ont voté pour Donald Trump l’ont fait justement parce que celui-ci avait montré qu’il détestait la guerre. Or, maintenant, il veut la faire partout : en Syrie, en Corée et même au Venezuela. Pourquoi Trump fait-il une politique aussi opposée à ce que ses électeurs s’attendaient ? Parce que le président américain n’est qu’une marionnette, et qu’il ne décide de rien. Ce sont les gros capitalistes, et notamment ceux du complexe militaro-industriel, qui commandent ! et pas le président élu !

Bien à vous,
do
12 août 2017
http://mai68.org


Donald Trump menace le Venezuela d’une "option militaire"

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN1AS0B5-OFRTP

12 août 2017 / 11:43

Par James Oliphant

Donald Trump
Photo prise le 11 août 2017
Jonathan Ernst

BEDMINSTER, New Jersey (Reuters) - Le président américain Donald Trump a menacé vendredi le Venezuela d’une intervention militaire, une surenchère inattendue dans la réponse de Washington à la crise politique vénézuélienne, qualifiée d’"acte de folie" par Caracas.

La vague de contestation politique au Venezuela est entrée dans une nouvelle phase il y a une semaine, avec l’entrée en fonction d’une Assemblée constituante aux pouvoirs illimités composée d’alliés du gouvernement socialiste.

"Le peuple souffre et des gens meurent. Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, notamment une possible option militaire si nécessaire", a déclaré le président américain à des journalistes.

Plus de 120 personnes ont été tuées au Venezuela dans des heurts entre forces de l’ordre et manifestants depuis le début du mouvement de contestation du gouvernement, en avril.

Les commentaires ont déclenché la stupeur à Caracas, où le ministère de la Défense Vladimir Padrino a dénoncé l’"acte de folie" d’une "élite extrémiste".

La Maison blanche a annoncé en outre que le président vénézuélien Nicolas Maduro avait sollicité un entretien téléphonique avec Donald Trump vendredi.

La requête a été manifestement refusée : le Bureau ovale déclare que Donald Trump s’entretiendra avec plaisir avec le dirigeant vénézuélien dès que la démocratie aura été restaurée dans le pays.

Interrogé sur les propos de Donald Trump, le Pentagone s’est dit prêt à soutenir les efforts de protection des citoyens américains et les intérêts des Etats-Unis, mais a ajouté que les insinuations de Caracas quant à un projet d’invasion du Venezuela étaient "sans fondement".

"MADURO DOIT ÊTRE RAVI"

Interrogé sur l’implication de l’armée américaine lors d’une éventuelle opération, Donald Trump s’est refusé à toute précision : "Nous n’en parlons pas, mais une opération militaire - une option militaire - est certainement quelque chose que nous pourrions poursuivre", a-t-il déclaré.

Le président américain a multiplié les menaces cette semaine sur fond d’escalade verbale avec la Corée du Nord, évoquant des représailles sans précédent en cas d’attaque du régime nord-coréen sur les Etats-Unis ou leurs alliés.

Les autorités vénézuéliennes font état depuis longtemps d’un projet d’invasion américaine. Un ancien général vénézuélien confiait cette année à Reuters que des missiles antiaériens ont été placés le long des côtes du pays pour parer à une telle éventualité.

Le Venezuela détient un stock de près de 5.000 missiles antiaériens de facture russe, selon des rapports militaires obtenus par Reuters, soit la plus grande quantité de missiles de ce type en Amérique latine.

Les commentaires de Trump ont fait resurgir la diplomatie américaine du siècle dernier quand le principe du "pré carré" prévalait dans la stratégie des Etats-Unis en Amérique centrale, où Washington n’hésitait pas à intimider militairement les pays de la région.

La dernière intervention américaine dans la région remonte à 1994-1995, date des opérations contre le régime militaire installé en Haïti en 1991.

Côté américain, le propos du président ont déclenché des critiques, notamment du sénateur républicain du Nebraska, Ben Sasse, membre de la commission des Services armés du Sénat.

"Le Congrès ne va évidemment pas autoriser une guerre au Venezuela", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nicolas Maduro est un être humain horrible, mais le Congrès ne vote pas pour verser le sang des Nébraskains sur la foi des invectives du jour de l’exécutif."

Les commentaires de Trump sont susceptibles de renforcer la crédibilité de Nicolas Maduro, qui se présente en défenseur de la souveraineté vénézuélienne face à Washington.

"Maduro doit être ravi", estimait Mark Feierstein, ex-conseiller de Barack Obama sur le Venezuela. ""Il est difficile d’imaginer des propos plus préjudiciables pour Trump."

Les Etats-Unis ont adopté des sanctions contre le président vénézuélien le mois dernier, au lendemain de l’élection d’une Assemblée constituante rejetée par l’opposition.

James Oliphant avec Hugh Bronstein et Girish Gupta à Caracas, Julie Carriat pour le service français

Occident pas content ! Occident pourra pas détruire Corée du nord !

http://mai68.org/spip/spip.php?article10726

Reuters : La Corée du Nord a confirmé dimanche 24 avril 2016 avoir tiré un missile balistique à partir d’un sous-marin au large de ses côtes orientales, un tir qu’elle a qualifié de "grand succès" qui donne à Pyongyang de "nouveaux moyens d’attaque nucléaire.

Remarque : L’impérialisme occidental aurait aimé pouvoir détruire la Corée du nord sans trop de conséquences négatives pour lui-même, comme il a pu le faire pour la Yougoslavie, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye ou la Syrie. Désormais, ce rêve ne pourra se réaliser.

Cliquer ici pour l’article et les commentaires

Venezuela - 5 mai 2017 - La CIA est à la manoeuvre au service de l’impérialisme américain (vidéo 2’)

http://mai68.org/spip2/spip.php?article264

La guerre de la CIA contre la révolution bolivarienne au Venezuela

Enregistré sur France 3 le 3 mai 2017 après 19h30

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Il faut se souvenir du coup d’État au Chili commandité par la CIA au nom de l’impérialisme américain le 11 septembre 1973. Il faut se souvenir de la guérilla des contras commanditée par la CIA contre la révolution sandiniste de 1978 au Nicaragua. Il faut se souvenir de toutes les révolutions de couleur fomentées par la CIA un peu partout dans le monde. Et alors, on sait très précisément ce qu’il se passe aujourd’hui au Venezuela : la CIA est en train de fomenter un coup d’État parce que l’impérialisme américain veut reconquérir son pré-carré latino-américain… et qu’au Venezuela… il y a beaucoup de pétrole !

Cliquer ici pour l’article et les commentaires

Venezuela - 6 août 2017 - La droite reconnait désormais le système électoral en place

http://mai68.org/spip2/spip.php?article608

Le 2 août 2017, peu après la forte mobilisation citoyenne qui s’est manifestée lors de l’élection d’une Assemblée Constituante, les Vénézuéliens ont pu voir sur Globovision (une des télévisions privées majoritaires dans le pays) Henry Ramos Allup, un des plus belligérants leaders de l’opposition, déclarer : « nous avons décidé de participer aux élections régionales, à celles des maires et aux présidentielles. » Un secteur important de la droite se démarque publiquement des violences de l’extrême droite de Leopoldo Lopez et admet la validité du Centre National Électoral (qu’il dénigrait jusqu’ici comme instrument chaviste).

Cliquer ici pour l’article et les commentaires

Les révolutions colorées expliquées par un agent de l’imperialisme, John Perkins (vidéo 20’)

http://mai68.org/spip/spip.php?article910

Quand une révolution de couleur échoue, on fait la guerre !

John Perkins, confessions d’un corrupteur de nations.

Cliquer ici pour les commentaires.

1 Message

  • Le problème c’est ceux qui ont "VOTÉ" au dernier POTUS plutôt que d’appeler au BOYCOTT TOTAL. Alors John Pilger par exemple, n’a pas osé appeler au boycott total du Potus2016, appelant à veauter Trump plutôt que Killary et pourtant, mieux que personne Pilger connaissait les risques encourus pour nous tous en continuant le bouzin… Pilger est revenu à son meilleur niveau avec son dernier article qu’a traduit Résistance71 le 15 juillet dernier, et j’ai eu plaisir à le relayer, même si pour le coup nous sommes encore une fois au bord du gouffre à cause des Zuniens !

    Pilger part de l’affaire de la Palestine pour condamner le colonialisme sioniste (ou autre), nous partons de la condamnation du colonialisme existant toujours (Canada, USA, Australie etc…) et y incluons bien entendu la Palestine et le sionisme. Pilger nous dit en conclusion : “[…] si nous comprenons qu’ils sont nous et que nous sommes eux.” Nous disons depuis 2013 que “Nous sommes tous des colonisés”… Une fois de plus, on arrive aux mêmes conclusions par des voies différentes… Il nous semble que sur bien des sujets s’opère une convergence de la dissidence sur l’universel. Tout ceci est de très bon augure car cela veut dire que les violons commencent à s’accorder au-delà du temps et de l’espace. Résistance 71 

    Avec mon analyse, j’ai rajouté son film en VOSTFR "La Guerre Invisible" et les billets, PDF ad hoc pour appuyer son analyse ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/15/nous-sommes-la-solution/

    Et en complément du PDF du livre de John Perkins que j’ai sauvegardé dans mon blog à différents endroits, je te colle mon billet très complet sur Udo Ulfkotte et l’opération Mockinbird que j’ai énormément complétée notamment par le biais de la dynastie Wysner/Sarkozy/Bush… Et je rappelle que je cherche toujours un amateur pour traduire, même partiellement le dernier livre de Udo "Journalistes Vendus" en français, puisqu’il n’existe pas de version française. Je le mettrais en PDF ! https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/30/en-souvenir-dudo/ Merci Do

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0