VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Coronavirus - La Slovénie rembourse les amendes liées au confinement et aux (...)

Coronavirus - La Slovénie rembourse les amendes liées au confinement et aux masques Covid

samedi 2 décembre 2023, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 2 décembre 2023).

Amnistie pour violations des règles Covid promulguée

https://sloveniatimes.com/39827/amn…

21 septembre 2023

Traduction Google

Tous ceux qui ont été condamnés à une amende pour avoir enfreint les règles de l’ère Covid qui ont ensuite été déclarées inconstitutionnelles seront remboursés et leurs infractions seront supprimées des registres en vertu d’un projet de loi adopté par l’Assemblée nationale le 20 septembre 2023.

Entre mars 2020 et fin mai 2022, plus de 62 000 procédures d’infraction ont été engagées en vertu d’une législation qui a ensuite été jugée inconstitutionnelle et les amendes infligées se sont élevées à 5,7 millions d’euros, a déclaré la ministre de la Justice Dominika Švarc Pipan en présentant le projet de loi.

Environ 30 %, soit un peu plus de 1,7 million d’euros d’amendes, avaient été payés avant que l’application ne soit suspendue peu après l’entrée en fonction du nouveau gouvernement en juin 2022.

L’engagement de mettre fin et d’annuler toutes les procédures d’infraction et de rembourser les amendes liées aux règles Covid émises sous l’ancien gouvernement sur la base de décrets qui ont ensuite été déclarés inconstitutionnels en raison de la manière dont ils ont été adoptés, a été l’une des principales promesses électorales du gouvernement de Robert Golob.

Le ministre Švarc Pipan a déclaré que la législation visait à restaurer la confiance du peuple dans l’État de droit. Les amendes seront remboursées et les infractions annulées automatiquement.

"Je suis convaincue qu’en adoptant cette loi, l’État assumera d’une manière ou d’une autre sa responsabilité morale et réparera les injustices commises contre les citoyens à travers l’abus du droit pénal et les atteintes inconstitutionnelles et excessives aux droits de l’homme", a-t-elle déclaré.

Cependant, les partis d’opposition, qui étaient au pouvoir lors du mandat précédent, n’étaient pas d’accord. Ils ont fait valoir que les mesures liées à la pandémie adoptées sous leur gouvernement avaient été prises pour protéger la santé et la vie des citoyens et avaient été coordonnées au niveau de l’UE et de l’Organisation mondiale de la santé.

Les Démocrates (SDS) estiment que la loi ne fera que créer de nouvelles injustices sous couvert de remédier à l’injustice. Leur député Branko Grims a déclaré que cela expierait ceux qui ont incité à la violence de manière anticonstitutionnelle et alimenté l’intolérance.

Le ministre a souligné qu’il n’y aurait pas d’amnistie pour les amendes pour les délits comportant des éléments de violence. Et le projet de loi n’inclut pas non plus des infractions telles que l’arrêt de la circulation ou le klaxonnage, a-t-elle ajouté.

Le SDS a proposé de supprimer la disposition visant à mettre fin à l’application des amendes, arguant que si quelque chose n’allait pas, il faudrait y remédier dans le cadre de la législation existante.

Le ministre a rejeté cette solution, affirmant qu’elle entraînerait une surcharge des tribunaux et des frais de justice. Sur quelque 62 000 procédures d’infraction, 95 % ont été initiées par la police, ce qui signifie que les forces de l’ordre seraient également débordées, a-t-elle déclaré. ​

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0