VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Comaguer 549 - 15 février 2024 - Un mémorial aux victimes civiles de la (...)

Comaguer 549 - 15 février 2024 - Un mémorial aux victimes civiles de la grande guerre patriotique (PDF, DOCX)

vendredi 16 février 2024, par SUN TZU (Date de rédaction antérieure : 16 février 2024).

Version DOCX : http://mai68.org/spip2/IMG/docx/Com…

Version PDF : http://mai68.org/spip2/IMG/pdf/Coma…

 

Bulletin Comaguer 549

15 février 2024

***

Un Mémorial aux victimes civiles du génocide nazi en URSS pendant la Grande Guerre patriotique

Le 27 Janvier 2024 était inauguré à Zaitsevo dans la règion de St Petersbourg un monument aux victimes civiles du génocide nazi pendant la Grande Guerre Patriotique.Le village de Zaitsevo, dans le district de Gatchina,  abritait de nombreux camps de prisonniers de guerre, ainsi que des camps de concentration .

Le plan OST des nazis (trèslargement documenté en langue anglaise voir carte ci-dessous) prévoyait l’élimination de 30 à 40% de tous les slaves donc des civils tous considérés comme des « sous-hommes » et en particulier des slaves soviétiques. Les survivants auraient été refoulés en Sibérie et réduits en esclavage.

Cette inauguration a été marquée par deux discours l’un de Vladimir Poutine l’autre d’Alexandre Loukachenko président du Belarus dont suit la traduction. Quand le premier souligne que plus de la moitié des victimes soviétiques de la barbarie nazie étaient des civils il faut avoir en mémoire le chiffre total ( militaires et civils) qui s’établit à 28 millions

Pour la Biélorussie qui comptait 10 millions d’habitants en 1939 les pertes sont estimées entre ¼ et 1/3 de la population. Aucun autre pays n’a autant souffert de cette guerre et le niveau de 1939 n’a à nouveau été atteint qu’en 1959.

***

Vladimir Poutine :

Cher Alexandre Grigorievitch, chers amis !

Le 27 janvier est l'une des dates les plus importantes de notre histoire nationale commune. Ce jour-là, en 1944, les troupes de l'Armée rouge ont complètement brisé le siège de Leningrad, et un an plus tard, en 1945, elles ont libéré Auschwitz.Ces deux événements ne sont pas unis seulement par une seule époque historique. La tragédie et le martyre des habitants de Leningrad, ainsi que des prisonniers des camps de la mort, resteront à jamais la preuve de la nature monstrueuse du nazisme, de la souffrance impensable de millions de citoyens innocents et pacifiques.

Depuis huit décennies, notre douleur pour ces terribles victimes, pour les destins infirmes, pour tous ceux qui ont traversé des épreuves incroyablesne s'est pas apaisée. Notre compassion se transmet de génération en génération et n'a pas de délai de prescription, tout comme les crimes des fanatiques d'Hitler et de leurs complices, ceux qui ont froidement planifié et commis brutalement le génocide du peuple soviétique, ne l'ont pas.Ces crimes n'ont pas été commis sur les champs de bataille. Les massacres de personnes âgées, de femmes, d'enfants et de personnes handicapées non armés et sans défense étaient des actions punitives délibérées et systématiques.

Sur le nombre total de pertes subies par l'Union soviétique pendant la Grande Guerre patriotique, plus de la moitié étaient des civils. Et c'est une preuve convaincante que les nazis et leurs satellites n'étaient pas en guerre contre un régime politique ou une idéologie – non. Leur objectif était les ressources naturelles les plus riches, les territoires de notre pays et la destruction physique de la majorité des citoyens.

Pour les autres, ils ont préparé le rôle d'esclaves, privés de leur culture, de leurs traditions et de leur langue d'origine.Ces objectifs crapuleux sont reflétés dans de nombreux documents nazis et ont été incarnés par des exécutions de masse et des meurtres terribles et effrayants de la population civile. Khatynet Briansk Khatsun, Krasnoe, Babi Yar, Zmiyevskaya Balka et Tin Hill ne sont qu'une petite partie des lieux où des massacres ont été commis.La mort a été mise en œuvre dans les camps de concentration, les ghettos, les prisons en Allemagne, dans les territoires occupés d'Autriche, de Hollande, de Tchécoslovaquie, de Pologne et d'Union soviétique. Il y avait aussi un camp de la mort ici, à Gatchina, et non loin de là, il y avait un camp où l'on gardait des enfants, de très jeunes bébés, dont les nazis siphonnaient littéralement le sang pour leurs soldats.

Et bien sûr, le siège de Leningrad a été sans précédent en termes de cruauté et de cynisme. La solution des nazis était d'exterminer une ville entière. Plus d'un million d'habitants de Leningrad, j'insiste, c'est-à-dire des civils, ont été victimes de la faim, du froid, de tirs d’artillerie et de bombardements incessants.

Ces données sont le fruit de travaux de recherches d’ historiens et descientifiques réputés, des documents rassemblés et validées par les tribunaux. Ce travail sera également effectué sur tous les autres crimes commis par les nazis pendant la guerre contre la population civile de notre pays.C'est à eux, à tous les citoyens pacifiques de l'Union soviétique dont la vie a été emportée par le Moloch du génocide nazi, que le mémorial que nous inaugurons aujourd'hui est dédié. Il est destiné à devenir l'un des symboles de notre mémoire, notre devoir moral et sacré d'enquêter sur tous les crimes et d'identifier les responsables.

C'est important pour nous aujourd'hui, c'est important pour l'avenir. Nous voyons comment les résultats des procès de Nuremberg, au cours desquels le nazisme a fait l'objet d'une évaluation juridique sans ambiguïté, sont en fait examinés aujourd'hui. Dans certains pays, non seulement ils réécrivent l'histoire et justifient les bourreaux : les revanchards et les néonazis ont adopté l'idéologie et les méthodes des nazis.

Dans les états baltes, des dizaines de milliers de personnes sont déclarées « sous-humaines » et privées des droits les plus élémentaires, soumises au harcèlement. Le régime de Kiev exalte les collaborateurs d'Hitler, les SS, et utilise la terreur contre tous les indésirables. Les attaques barbares contre des villes et des villages pacifiques, les meurtres de personnes âgées, de femmes et d'enfants se poursuivent. Dans un certain nombre de pays européens, la russophobie est promue comme une politique d'État.

Nous ferons tout pour arrêter et éradiquer enfin le nazisme. Les partisans des bourreaux nazis, quel que soit le nom qu'ils se donnent aujourd'hui, sont condamnés. Et rien ne peut arrêter le désir de millions de personnes, non seulement dans notre pays, mais dans le monde entier, d'une liberté, d'une justice, d'une paix et d'une sécurité véritables.

Mémoire lumineuse à tous, à tous ceux qui sont morts. Gloire au soldat soviétique qui a écrasé le nazisme !

Merci

***

Alexander Lukashenko

Cher Vladimir Vladimirovitch, chers anciens combattants, enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants des héros de Leningrad assiégée ! Chers amis de Saint-Pétersbourg !

Merci de m'avoir invité. Il est très important pour moi d'être ici en ces jours sacrés pour nos peuples.Aujourd'hui, en ce jour de la levée complète du siège de Leningrad, nous sommes plongés dans les pensées et les sentiments des personnes qui ont vécu l'enfer sur Terre. Même après 80 ans, le souvenir de ces événements nous serre le cœur, nous faisons à nouveau l'expérience de l'amertume de la perte et de la joie de la libération et de l'incroyable intensité de la lutte pour la vie, pour notre Victoire.

Le prix de la Grande Victoire, c'est notre douleur commune, commune à tous les peuples condamnés à mort par l'Allemagne hitlérienne. Les Biélorusses le ressentent comme personne d'autre. Cette douleur est coulée dans le bronze et gravée dans la pierre sur des milliers de fosses communes de soldats inconnus, dans des lieux d'exécutions massives de civils et d'exploits désintéressés de soldats de l'Armée rouge, de partisans, de combattants clandestins de Moscou à Brest et Berlin.

Chacun de ces monuments est un témoin, un procureur et un juge. Chaque monument est une preuve irréfutable du génocide du peuple soviétique. C'est un verdictéternel, quoi que chacun puisse aujourd’hui en penser.

La mémoire des victimes de cette guerre, de l'héroïsme de nos pères et de nos grands-pères, gêne beaucoup de gens aujourd'hui, en particulier les sbires idéologiques des assassins et des traîtres. C'est ce qu'ils ressentent aujourd'hui et ils honorent les bourreaux dans leurs parlements, ce sont eux qui ont commencé la guerre avec des tombes et des monuments en Pologne, dans les pays baltes et en Ukraine. Des fous complets.

Comment pouvez-vous penser qu'en détruisant un monument, vous détruirez la mémoire qui vit dans le cœur du peuple ? Un peuple qui a trouvé la force de construire de nouvelles relations pacifiques avec ces États qui, hier encore, ont apporté la souffrance et la mort sur nos terres.

Le souvenir de l'héroïsme des vainqueurs, de leurs exploits spirituels sera préservé à jamais, y compris ici, dans cette image poignante des mères et des enfants de Leningrad, Khatyn, Babi Yar et des dizaines de milliers de villes et villages soviétiques détruits et dépeuplés. Il est important pour nous, Biélorusses, que ce monument douloureux préserve une partie de notre âme blessée, le souvenir de la tragédie de notre peuple.

Vous savez, chers amis, soyons honnêtes. Dans la vaste Russie et la Biélorussie, nous avons des milliers et des milliers de monuments, et la grande majorité de ces monuments sont dédiés à ces héros – les soldats de l'Armée rouge, les partisans, les gens qui ont défendu leur terre avec des armes à l'époque. Et d'une manière ou d'une autre, peut-être pas tout à fait délibérément, nous n'avons pas oublié, mais nous n'avons pas rendu cet hommage à nos arrière-gardes, à ceux qui ont accompli l'exploit à l'arrière. Nous en avons beaucoup parlé, mais la plupart des monuments sont dédiés à ceux qui ont défendu leur patrie avec des armes et qui ont pu se défendre.

Et la grandeur de cette décision, c'est que nous rendons hommage aux personnes et aux enfants dont le président russe vient de parler, qui n'ont pas pu se protéger. La dernière goutte de sang a été extraite d'eux pour être donnée aux fascistes, aux soldats fascistes. Il est probablement logique que nous rattrapions ce que nous avons peut-être manqué à l'époque soviétique.

Un grand merci à vous, Monsieur Poutine, à tout le peuple russe, à tous ceux qui ont participé à la création de ce monument. Merci aux dirigeants de la région de Leningrad, à la Société russe d'histoire militaire et à l'équipe des auteurs. Merci de la part de tout le peuple biélorusse qui souffre depuis longtemps.

Nous ne pouvons pas changer le passé, mais nous pouvons protéger l'avenir. Puisse ce mémorial préserver notre mémoire historique commune, la fraternité des peuples et la force de l'unité indéfectible des nations qui se sont unies dans la lutte contre le mal du monde et l'ont vaincu. C'est très important pour nous aujourd'hui.

Paix, gentillesse et bonheur à vous tous ! [C'est moi qui souligne]

Comme Poutine l'a dit, la lutte contre le nazisme n'est pas encore terminée et se poursuivra jusqu'à ce qu'elle soit enfin terminée – quand sera reconnu ce qui a été souligné et convenu à Yalta, mais qui a été effacé par les États-Unis et le Royaume-Uni lorsqu'ils ont adopté le nazisme comme étant leur, commençant ainsi la longue chaîne de mensonges jusqu'à aujourd'hui. J'espère que Tucker Carlson était au courant d'au moins une partie de tout cela.

**

 

Description du monument :

Au pied de l’escalier la flamme du souvenir et au sommet de l’escalier une immense stèle portant la statue d’une mère et de ses enfants , au pied de la stèle deux voiles de béton sur lesquels figurent des hauts-reliefs représentant les victimes civiles

***

Le plan OST élaboré en 1942 par Himmler et approuvé par Hitler :

En gris foncé le grand empire nazi , en gris clair les républiques colonisées sous gouverneur nazi ,un reste d’URSS à l’Est de l’Oural, des dictatures pronazies sont installées en Slovaquie, Hongrie, Bulgarie et Roumanie,la Finlande alliée du Reich s’est agrandie vers l‘Est et l’allié fasciste italien agrandi à la Yougoslavie et à la Grèce s’étend de la Tunisie à l’Irak.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0