VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > GAZA - Israël profite d’un rassemblement humanitaire pour assassiner plus de (...)

GAZA - Israël profite d’un rassemblement humanitaire pour assassiner plus de 100 Palestiniens (vidéo 2’43)

vendredi 1er mars 2024, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 29 février 2024).

Ces gens sont morts parce qu’ils n’avaient rien à manger

Enregistré sur France 2 le 29 janvier 2024 à 20h

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

Israël organise consciencieusement la famine à Gaza, il n’est donc pas question qu’une aide alimentaire humanitaire y soit organisée sans qu’elle soit un piège pour les Palestiniens.


Tuerie de Gaza-City : le reportage d’AJ+ (vidéos)

https://europalestine.com/2024/02/2…

29 février 2024

CAPJPO-EuroPalestine

La tuerie perpétrée jeudi par l’armée israélienne à Gaza-City, où des milliers de Palestiniens affamés assistaient à l’arrivée des très rares camions d’aide humanitaire, a fait 112 morts et plusieurs centaines de blessés, selon un bilan encore provisoire du ministère palestinien de la Santé dans l’enclave.

Les mensonges répétées de l’armée d’occupation, qui a d’abord parlé de « bousculade », puis de « tirs en l’air » avant d’avouer que ses soldats ont effectivement tiré sur la foule, faisant un nombre indéterminé de victimes, ont suscité la colère dans le monde entier.

Même l’administration de la Maison-Blanche, où officie « Genocide Joe » s’est sentie obligée, devant l’évidence, de remettre en cause la (ou plutôt les) version(s) de la tragédie avancée par les militaires du régime d’apartheid.

Les images du massacre étaient peu nombreuses en fin de journée jeudi, notamment parce qu’Israël assassine systématiquement les journalistes palestiniens dans la bande de Gaza, plus de 140 depuis le mois d’octobre 2023.

La chaîne AJ+ a néanmoins été en mesure de réaliser un reportage, à voir ci-dessous :

https://twitter.com/i/status/176323…

Ils sont allés chercher des sacs de farine, ils ont été tués. À Gaza, l’armée israélienne a ouvert le feu sur des dizaines de Palestiniens venus chercher de l’aide humanitaire.

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

Chaque convoi qui arrive signifie un autre massacre…

Seve - 1er mars 2024

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

À TEL-AVIV AUSSI, DES CITOYENS JUIFS SCANDALISÉS

https://twitter.com/i/status/176332…

Tel Aviv - 29 février 2024

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

À Tel-Aviv aussi, des citoyens israéliens juifs sont descendus dans la rue, pour dénoncer la tuerie. Écoeurés par les mensonges de la propagande officielle, ils exhibaient des paquets de farine maculés de rouge, symbolisant le martyr de tous ces Palestiniens « morts pour de la farine ». Honneur à eux.


Gaza : A Portland, aux USA, des soldats brûlent leurs uniformes et leur médailles (Vidéo)

https://europalestine.com/2024/02/2…

29 février 2024

CAPJPO-EuroPalestine

Des vétérans à Portland brûlent leurs uniformes et leurs médailles lors d’une veillée en l’honneur d’Aaron Bushnell, rendant ainsi hommage au soldat américain qui s’est immolé par le feu dimanche, pour faire cesser le génocide à Gaza. Ils réclament eux aussi que les USA arrêtent de participer à ce nettoyage ethnique.

https://www.youtube.com/watch?v=l2k…

Le 28 février 2024 à Portland

CAPJPO-EuroPalestine

Cliquer ici pour télécharger la vidéo


A Gaza-ville, l’armée israélienne tire sur une foule affamée : au moins 100 morts jeudi

https://europalestine.com/2024/02/2…

29 février 2024

CAPJPO-EuroPalestine

L’armée israélienne d’occupation a massacré jeudi une foule d’habitants de Gaza-ville s’approchant de camions de ravitaillement, faisant au moins 104 morts et des centaines de blessés palestiniens.

Les premiers linceuls de la tuerie de jeudi à l’hôpital Shifa (Gaza-ville)

Dans un premier temps, les porte-parole de l’armée avaient confirmé la tuerie, mais pour dire qu’elle était imputable à une « bousculade » ! Puis, elle reconnaissait que ses soldats avaient effectivement tiré sur la foule, « mais seulement dans les jambes ».

Et dans une version ultérieure, elle admettait avoir tiré parce que les soldats « se sentaient menacés » par les Gazaouis affamés, et reconnaissait même un tir d’obus.

La tuerie s’est produite dans la rue Al-Rachid de la ville.

Fares Afana, directeur des ambulanciers de l’hôpital Kamal Adwan, a déclaré au site Middle East Eye (MEE) que ses collègues avaient découvert « des dizaines sinon des centaines de corps jonchant le sol » lorsqu’ils étaient arrivés sur place. En l’absence de véhicules motorisés en nombre suffisant, une partie des blessés ont du être transportés dans des charrettes.

Les rares établissements de soins du nord de la bande de Gaza, encore vaguement opérationnels après les bombardements génocidaires, étaient totalement démunis face à l’afflux des blessés de jeudi.

Des camions d’aide sont arrivés rue Al-Rachid aux alentours de 4 heures du matin jeudi, et les forces israéliennes ont mitraillé les gens qui s’approchaient des véhicules, raconte Ahmad, 31 ans, qui a été touché à un bras et à une jambe. « Ils ont tiré dans le tas, dans les têtes, les jambes, le ventre », dit-il. « J’ai aussi vu un homme mort écrasé par un char de l’armée israélienne », ajoute-t-il.

L’ONG Oxfam a confirmé pour sa part la responsabilité directe d’Israël dans cette tuerie.

« Israël vise délibérément les populations civiles après les avoir affamées. Il s’agit là de violations flagrantes du droit international humanitaire. Le risque de génocide est une réalité », a réagi l’ONG dans un communiqué.

De fait, les habitants du nord de la bande de Gaza, où se trouve la ville elle-même, ont à présent totalement épuisé ce qui leur tenait lieu de ressources alimentaires. « On n’a plus de farine, plus de pain, et on a même fini ce qui restait d’aliments pour animaux. Mais si des camions d’aide reviennent, j’y retournerai malgré le danger, car on n’a plus rien du tout », témoigne Ammar Helo, 30 ans.


L’armée israélienne tire sur une distribution alimentaire, faisant plus de 100 morts

https://assawra.blogspot.com/2024/0…

1er mars 2024

Assawra

Plus d’une centaine de personnes ont été tuées, et au moins 280 ont été blessées. AFP

Les massacres se poursuivent. L’armée israélienne a tiré sur une foule qui s’agglutinait autour des quelques rares camions transportant de l’aide alimentaire. Plus d’une centaine de personnes auraient trouvé la mort. Benyamin Netanyahou, son gouvernement d’extrême droite et son armée peuvent bien continuer à empêcher la presse internationale d’accéder à la bande de Gaza, les images nous parviennent quand même. Grâce notamment au courage des journalistes palestiniens. Des images terribles, des destructions et de morts. Comme celles que l’on peut voir sur des vidéos qui inondent depuis jeudi matin les réseaux sociaux. Des carrioles tirées par des ânes sur lesquelles sont entassés des cadavres de civils. Autour, les visages des survivants marquent l’effroi et l’incompréhension, la souffrance et la peur.

Une famine qui gagne tout le territoire. Sur ce qu’on appelait la rue Al-Rashid (une route de bord de mer réduite à l’état de piste boueuse par les chars et les bulldozers israéliens), ils étaient des centaines, peut-être même des milliers ce jeudi matin à attendre des camions d’aide humanitaire. Les quelques rares que les Israéliens laissent passer. Alors, tout le monde s’est précipité pour être certain de ne pas repartir les mains vides. Une incroyable cohue sous l’œil de l’armée de Netanyahou.

L’armée israélienne reconnaît que ses soldats ont tiré sur la foule

Et soudain, tout a basculé. Selon des témoins et le ministère de la Santé du Hamas à Gaza, les militaires israéliens postés à proximité ont ouvert le feu sur la foule. Les autorités israéliennes le reconnaissent, évoquant, pour se justifier, des «  tirs limités » par des soldats se sentant «  menacés  ». Les témoignages recueillis par l’AFP sont clairs.

«  Nous étions dans la rue Al-Rachid, et soudain des chars nous ont pris d’assaut. Il y avait des colis remplis d’aide. Les gens, à cause du manque de nourriture et de farine, ont foncé pour les récupérer. C’était le chaos, il y avait des foules de gens, mais les forces d’occupation continuaient à nous tirer dessus, il y a eu tant de martyrs et de victimes  », a déclaré un témoin qui a préféré ne pas révéler son identité. «  Je suis l’un des blessés, j’étais dans la rue Al-Rachid. Nous étions debout pour obtenir de la nourriture pour nos enfants. (…) Mais nous avons payé cette aide de notre sang  », a indiqué un autre Palestinien.

Les agences de l’ONU, notamment le Programme alimentaire mondial (PAM), dénoncent désormais une famine qui gagne le territoire palestinien. La population en est réduite, ces derniers jours, à manger du fourrage animal ou à abattre des animaux de trait pour se nourrir.

Le chef du Pentagone, Lloyd Austin, vient de reconnaître qu’Israël­ a tué 25 000 femmes et enfants palestiniens depuis le 7 octobre sur les 30 000 morts décomptés. La trêve annoncée comme possible pour lundi semble être remise en cause, selon Joe Biden. Un arrêt immédiat et total de la guerre doit être imposé par le monde.

Pierre Barbancey
L’Humanité du 29 février 2024


Les États-Unis auraient empêché le Conseil de sécurité de l’ONU de réagir au "massacre de la farine" à Gaza

https://www.france-irak-actualite.c…

Publié par Gilles Munier le 1er Mars 2024, 09:55am

Par Mucahit Oktay (revue de presse : Anadolu – 1er mars 2024)

Traduit de l’anglais par Mounir Bennour.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité au siège de l’ONU à New York, les États membres ont discuté de la publication d’un communiqué en réaction à l’attaque contre un convoi d’aide humanitaire dans la ville de Gaza

Les États-Unis auraient bloqué la réaction du Conseil de sécurité de l’ONU au lendemain de l’attaque menée par l’armée israélienne des Palestiniens attendant de recevoir de l’aide d’un convoi humanitaire à Gaza, tuant au moins 112 Palestiniens et blessant 760 personnes.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité au siège de l’ONU à New York, les États membres ont discuté de la publication d’un communiqué en réaction à l’attaque contre le convoi d’aide humanitaire dans la ville de Gaza.

Suite à la réunion à huis clos, aucun communiqué n’a été publié.

Selon les informations obtenues par Anadolu, un projet de résolution contenant des remarques critiques envers Israël n’a pas réussi à obtenir l’approbation de la mission permanente des États-Unis auprès de l’ONU.

Le projet de résolution exprime sa profonde préoccupation face aux informations selon lesquelles 112 personnes avaient été tuées et 760 autres blessées lorsque les forces israéliennes ont ouvert le feu sur une foule attendant de recevoir une aide alimentaire dans le sud-ouest de Gaza.

La résolution devait appeler toutes les parties à s’abstenir de priver les civils de la bande de Gaza de services essentiels et des aides humanitaires, conformément au droit international humanitaire, tout en mettant en garde contre une potentielle crise alimentaire aiguë affectant l’ensemble des 2,2 millions de personnes, qui constituent la population de l’enclave, si des mesures urgentes ne sont pas prises.

Les membres du Conseil ont exhorté Israël à maintenir les postes frontaliers ouverts pour faciliter l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza et à faciliter l’ouverture de points de passage supplémentaires pour répondre aux besoins humanitaires à une échelle plus large.

Les forces israéliennes ont tiré sur une foule de Palestiniens, dans la journée du jeudi, qui attendaient de l’aide humanitaire au rond-point de Nabulsi, dans l’avenue Al Rashid, une artère côtière majeure à l’ouest de la ville de Gaza, dans le nord de l’enclave palestinienne. L’attaque a tué au moins 112 personnes et en a blessé 760, selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza.

Israël mène une offensive militaire meurtrière contre la bande de Gaza depuis l’attaque du groupe palestinien Hamas le 7 octobre 2023, qui, selon Tel Aviv, a fait près de 1 200 morts.

Au moins 30 035 Palestiniens ont été tués et 70 457 autres blessés depuis cette date, dans un contexte de destruction massive et de pénurie de produits de première nécessité.

Israël a également imposé un siège qui paralyse la bande de Gaza, causant une situation de famine pour toute la population, et plus particulièrement pour les habitants du nord de Gaza.

La guerre israélienne a contraint 85 % de la population de Gaza au déplacement interne à cause des graves pénuries de nourriture, d’eau potable et de médicaments. Selon l’ONU, 60 % des infrastructures de l’enclave ont été soit endommagées, soit détruites.

Pour la première fois depuis sa création en 1948, Israël est accusé de génocide devant la Cour internationale de Justice (CIJ), la plus haute instance judiciaire des Nations unies, à cause de ses opérations militaires à Gaza.


Extrait du testament d’Aaron Bushnell, qui s’est immolé en protestation contre le génocide à Gaza

https://www.france-irak-actualite.c…

Publié par Gilles Munier sur 1 Mars 2024, 10:12am

Source : Le Cri des Peuples 29 février 2024

« Si vient le jour où les Palestiniens reprennent le contrôle de leur terre, et si les habitants de cette terre sont ouverts à cette possibilité, j’aimerais que mes cendres soient dispersées dans une Palestine libre. »


L’Armée israélienne tire sur une foule affamée : Condamnations et appels à un "Cessez-le-feu immédiat"

https://assawra.blogspot.com/2024/0…

Vendredi 1er mars 2023

Assawra

Une tuerie faisant 112 morts et 760 blessés

Les condamnations se sont multipliées vendredi 1er mars à travers le monde après des tirs israéliens sur des civils palestiniens pendant une distribution d’aide alimentaire jeudi à Gaza, qui a tourné au drame et provoqué des scènes de chaos faisant 112 morts et 760 blessés, selon le ministère local de la santé.

Près de cinq mois après le début de la guerre, les frappes israéliennes incessantes contre le territoire palestinien dévasté ont fait dans la nuit au moins 83 morts.

Alors que le bilan humain ne cesse de s’alourdir avec plus de 30.000 morts à Gaza, 2,2 millions des 2,4 millions d’habitants de ce petit territoire assiégé par Israël, sont menacés de famine, d’après l’ONU. Un officier de l’armée israélienne a confirmé des « tirs limités de soldats se sentant menacés » et évoqué « une bousculade durant laquelle des dizaines d’habitants ont été tués et blessés, certains renversés par les camions d’aide ».

Fidèle allié d’Israël, les Etats-Unis ont exigé des « réponses du gouvernement de Benjamin Netanyahu après la tragédie de jeudi, appelant à une « enquête approfondie ».

« Le meilleur moyen d’alléger les souffrances du peuple palestinien est de parvenir à un accord sur un cessez-le-feu temporaire (…) », a affirmé le département d’État jeudi, en parlant « d’une situation incroyablement désespérée à Gaza » .

L’Italie et l’Espagne ont condamné le drame de Gaza, jugeant « urgent » un cessez-le-feu. La France a dénoncé « des tirs contre des civils pris pour cible par des soldats israéliens » et réclamé une « enquête indépendante ». La Chine a appelé à un « cessez-le-feu et à garantir l’entrée des aides humanitaires dans le territoire, soumises au feu vert d’Israël ».

Poids lourd du monde arabe, l’Arabie saoudite a condamné « la prise pour cible de civils sans défense par les forces d’occupation ». La Ligue arabe a de son côté condamné « dans les termes les plus forts un acte barbare et brutal qui méprise totalement la vie humaine ».

Le Qatar, l’un des principaux médiateurs dans la guerre, a appelé à une « action internationale pour mettre fin immédiatement à l’agression israélienne ».

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni en urgence et à huis clos, après que le chef des Nations unies Antonio Guterres s’est dit « choqué par le drame de jeudi » et a plaidé pour « une enquête indépendante efficace ».

Roland RICHA
Avec l’Afp du 1er mars 2024

Tuerie de Gaza-City : le journal Le Monde dévoile la préméditation israélienne

https://europalestine.com/2024/03/0…

1er mars 2024

CAPJPO-EuroPalestine

« Dans la bande de Gaza, une émeute de la faim, des centaines de morts, de blessés, et des tirs israéliens

Dans un article publié vendredi matin, les correspondants du journal Le Monde à Jérusalem dévoilent la préméditation israélienne de la tuerie qui a fait plusieurs centaines de morts et blessés palestiniens la veille.

L’armée israélienne, qui organise une pénurie de nourriture dans la ville assiégée, a suscité une émeute en tentant d’y faire entrer un convoi d’aide, et a tiré sur des civils.

Par Louis Imbert (Jérusalem, correspondant), Clothilde Mraffko et Samuel Forey (Jérusalem, correspondance)

 » Les organisations humanitaires mettaient en garde, depuis janvier, contre le chaos que l’armée israélienne laisse se répandre dans l’enclave assiégée de Gaza. Une émeute de la faim, et des centaines de morts et de blessés à la suite d’une distribution d’aide humanitaire orchestrée par l’armée, jeudi 29 février, ont confirmé leurs prédictions.

 » Ce convoi a été affrété sans aucun dialogue avec les agences des Nations unies qui assument l’essentiel de l’aide à Gaza, ni avec l’administration civile, assimilée par Israël au Hamas, et sans que les habitants ne soient canalisés. Avant l’aube, jeudi, la rumeur d’une distribution imminente avait couru dans la ville de Gaza. Lorsque les premiers de ces trente-huit camions franchissent le point de contrôle israélien au sud de la métropole, des centaines d’hommes et d’adolescents les attendent sur le boulevard défoncé qui longe la mer.

 » Ils sont bientôt des milliers à se ruer vers les chargements, tentant de saisir qui un sac de farine, qui un carton d’aide. Une vidéo amateur, filmée de nuit et diffusée par la chaîne qatarie Al-Jazira, montre une foule qui se replie, alors que résonnent par intermittence les claquements secs de rafales de tirs.L’armée israélienne a disposé des soldats aux abords de la route, afin de « sécuriser un corridor ». Le ministère de la santé local, contrôlé par le Hamas, affirme que ces soldats ont ouvert le feu sur la foule et avance un bilan colossal : 112 morts palestiniens et 760 blessés.

« Blessures par balles »

 » L’armée israélienne nie pour sa part avoir tiré en direction du convoi. Elle évoque « des dizaines de morts et de blessés(…) dans une bousculade ». Elle affirme aussi que des conducteurs des camions ont forcé le passage, en écrasant des civils. Elle reconnaît cependant que des soldats ont tiré sur des Gazaouis qui s’approchaient de leurs positions.

 » L’hôpital Al-Awda, l’un des établissements de la ville, a reçu 176 blessés, selon son directeur par intérim, le docteur Mohamed Salha. « Nous avons observé des blessures par balle, sur toutes les zones du corps, les mains, les jambes, l’abdomen ou la poitrine », décrit-il au Monde par téléphone. Il précise ne pas avoir constaté de blessures laissant penser à une bousculade.

 » En milieu d’après-midi, Mahmoud Basal, le porte-parole de la défense civile, l’une des organisations de secouristes de Gaza, a également affirmé au Monde que ses équipes n’arrivaient toujours pas à atteindre certains corps abandonnés sur place, « car les forces d’occupation [israéliennes] tirent sur tous ceux qui s’avancent vers cet endroit. Il y a aussi des blessés, nous essayons d’organiser une coordination [avec l’armée] pour aller les chercher », a-t-il ajouté.

 » Des Gazaouis avaient déjà rapporté à plusieurs reprises, en février, avoir été la cible de tirs israéliens alors qu’ils attendaient des distributions d’aide humanitaire. Le 25 février, sur la même route côtière, dans l’espoir de récupérer un peu de nourriture, « au moins dix Palestiniens ont été apparemment tués dans deux incidents de tirs et tirs d’obus », a ainsi signalé le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies dans l’un de ses comptes rendus quotidiens.

 » L’armée israélienne s’est refusée, jeudi, à nommer les partenaires avec lesquels elle a coordonné ce convoi – le quatrième depuis lundi. Arrivés d’Egypte, les 88 camions ont été inspectés au terminal israélien de Kerem Shalom et leur cargaison devait être distribuée « par des contractuels privés » dans « des abris » dans la ville de Gaza, que l’armée n’a pas identifiés. « Nous travaillons avec différentes parties prenantes à Gaza et à l’étranger pour faciliter ces livraisons », s’est contenté de souligner un porte-parole de l’armée, Peter Lerner.

Aide alimentaire internationale bloquée

 » Selon un fonctionnaire de Gaza, l’armée israélienne n’a pas contacté ce qu’il reste de l’administration de la ville, qu’elle a détruite méthodiquement durant la guerre, l’estimant totalement aux mains du Hamas. « Il n’y avait pas de coordination sécuritaire. Il n’y a pas de policiers dehors à Gaza, sinon ils seraient visés par les Israéliens », note cette source anonyme. En janvier, l’armée a visé et tué des policiers dans le sud de l’enclave, près du point de passage de Kerem Shalom.

« Depuis, les policiers refusent d’escorter nos convois », par peur d’être ciblés, déplore Philippe Lazzarini, le directeur de l’UNRWA, l’agence des Nations unies chargée des réfugiés palestiniens et principale pourvoyeuse d’aide à Gaza. Résultat : des clans familiaux, plus nombreux et mieux armés que d’autres, commencent à mener des actions coordonnées contre les convois d’aide humanitaire près de Kerem Shalom et dans le centre de l’enclave, relève M. Lazzarini.

 » L’appareil sécuritaire israélien demande au gouvernement de faciliter le retour d’une autorité locale palestinienne au moins dans la métropole de Gaza, où l’armée estime avoir achevé ses opérations de haute intensité. Cette dernière y cherche une alternative au Hamas afin de prévenir sa résurgence dans les ruines de la ville. Elle refuse aussi de prendre en charge elle-même quelque 300 000 habitants dénués de tout.

 » Mais le gouvernement se refuse à engager le moindre dialogue politique avec l’Autorité palestinienne et le Fatah, seul rival de poids du Hamas. Il demeure sous la pression de ministres d’extrême droite, qui bloquent avec succès l’aide alimentaire internationale dans le port israélien d’Ashdod (sud) et font de la faim une arme au service de leur double objectif déclaré : un nettoyage ethnique de l’enclave et sa recolonisation.

Famine « imminente »

 » Selon le ministère de la santé de Gaza, dix enfants sont morts de malnutrition ces derniers jours dans le nord de Gaza. Le photographe gazaoui Moussa Salem a publié sur son compte Instagram plusieurs clichés de petits corps enveloppés dans des linceuls à l’hôpital Kamal-Adwan, à Beit Lahya, tout au nord de l’enclave.

 » Plus de 30 000 personnes tuées, selon le Hamas

 » Les alliés occidentaux d’Israël l’y exhortent. Mais depuis deux mois, au contraire, l’Etat hébreu accroît les obstacles aux agences des Nations unies assumant la distribution de l’aide, jugées hostiles ou infiltrées par le Hamas. En février, l’aide qui parvient à Gaza a diminué de 50 %, selon M. Lazzarini. L’UNRWA, qu’il dirige, est une structure quasi étatique à Gaza, forte de 13 000 employés. Israël la harcèle et souhaite la voir démantelée. L’Etat hébreu limite les autorisations de passage des convois. Le dernier que l’UNRWA a pu acheminer jusqu’à la ville de Gaza y est entré le 21 janvier.

 » Un autre convoi a été visé par des frappes de la marine israélienne, le 5 février, avant d’atteindre son but. Deux semaines plus tard, un convoi du PAM a vu l’essentiel de son chargement pillé par des Palestiniens affamés, avant même d’avoir pu atteindre la ville de Gaza. L’organisation a mis en pause ses livraisons vers le nord.

 » Dans ces conditions impossibles, la présidente de Médecins sans frontières, Isabelle Defourny, juge que le drame causé par le convoi du 29 février était prévisible. « La population est affamée, inquiète, elle attend toute la nuit de la nourriture. Distribuer de l’aide dans ces conditions, c’est évidemment très dangereux. Ça demande beaucoup de précautions, que les gens soient informés, rassurés… Quelles que soient les circonstances exactes du drame, la responsabilité revient à ceux qui organisent la pénurie de nourriture. Nous disons aux Israéliens que le minimum n’est pas là pour assurer la distribution d’aide humanitaire. »

 » Cette hécatombe marque un cap symbolique : celui des 30.000 morts recensés par le ministère de la santé depuis le début de la guerre, selon le Hamas. « Avec les blessés et les disparus, cela fait plus de 100 000 victimes directes du conflit, soit 5 % de la population de Gaza », rappelle M. Lazzarini.

 » Interrogé jeudi sur le drame, le président américain, Joe Biden, a répondu : « Nous vérifions ça en ce moment. Il y a deux versions contradictoires de ce qui s’est produit. Je n’ai pas encore de réponse. » « Nous sommes en contact avec le gouvernement israélien depuis tôt ce matin et comprenons qu’une enquête est en cours, a ensuite déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat, Matthew Miller. Nous suivrons cette enquête de près et nous ferons pression pour obtenir des réponses. »

 » Emmanuel Macron a, lui, fait part, dans la nuit de jeudi à vendredi sur X, de sa « profonde indignation face aux images qui nous parviennent de Gaza où des civils ont été pris pour cible par des soldats israéliens ». Le chef de l’Etat « exprime [s]a plus ferme réprobation envers ces tirs et demande la vérité, la justice et le respect du droit international. » Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a dénoncé un « nouveau carnage » et des morts « totalement inacceptables ». « Priver les gens de l’aide humanitaire constitue une violation grave » du droit humanitaire international, a souligné M. Borrell, exigeant « un accès humanitaire sans entrave à Gaza ».

4 Messages de forum

  • Les pays représentés à l’ONU n’ont pas réussi….. et bla bla et bla bla bla !
    A quoi sert donc l’ONU ! A rien ! Les pays qui souhaitaient une condamnation d’israël et bla bla et bla bla ……….. alors, vraiment, ils ne peuvent rien faire ? Vraiment ? qu’est-ce qu’ils risquent s’ils FONT QUELQUE CHOSE et quoi d’ailleurs ? Ils risquent d’être bombardés, affamés ? ILS QUITTENT LA SALLE, ILS EMPECHENT "LEURS COLLEGUES" complices d’israël d’y pénétrer, ils font un sitting….. et la liste est longue des possibilités….. ILS BLOQUENT LA SALLE ! Que risquent-ils ? Ils convoquent la Presse etc….. Bref, ils font ACTE d’INSOUMISSION et surtout de………….. COURAGE (même s’ils ne risquent RIEN) de DIGNITE, ils SAUVENT LA FACE de ce "machin". ILS EMPECHENT LA SEANCE DE SE TENIR !LES SEANCES !

    Répondre à ce message

  • Censure des emails soi-disant spam

    J’ai envoyé un lien vers cette page internet en précisant :

    Comme club-internet.fr, sfr.fr, et neuf.fr considèrent que messages collectifs sont des spams, ils ne les font pas parvenir à leurs destinatauires. J’invite les personnes qui ont des emails chez eux à aller sur le site de leurs messageries pour indiquer au logiciel de gestion qu’ils désirent recevoir les emails de do@kalachnikov.org. J’invite d’ailleurs tout le monde à le faire ; car, au train où ça va, tous les systèmes de messageries électronique vont automatiquement considérer mes emails comme des spams. C’est une forme de censure.

    Pour le cas où ce serait le nombre de liens contenus dans mes messages qui ferait qu’ils soient considérés comme des spams par certains logiciels de messagerie, Je ne vais mettre ce coup-ci qu’un seul lien pour voir si club-internet.fr, sfr.fr, et neuf.fr les font parvenir à leurs destinataires.

    Il est possible aussi qu’un seul lien vers mon site suffise pour provoquer la censure. Alors que 10 liens vers d’autres sites ne la provoqueraient pas.

    On va voir.

    L’article essentiel que je vous propose aujourd’hui est au lien suivant :

    http://mai68.org/spip2/spip.php?art…

    Bonne journée,
    do

    Répondre à ce message

    • Tiens tiens la censure : il y a un camarade et même d’autres, qui sans avoir de site, mais envoyant à beaucoup, ont eu des soucis techniques…
      Au boulot ( donc sans contenu suspect), ce sont les adresses orange.fr qui ont des problèmes.
      Amitiés.
      JP

      Répondre à ce message

    • Hello do,

      Google n’est évidemment que ce qu’il est, donc une grosse multinationale US de m****, cependant et jusqu’à nouvel ordre, aucun souci avec Gmail…

      Quant à ce qui se déroule actuellement sous nos yeux et oreilles au Proche-Orient, c’est à vomir de dégoût et hurler de rage ! En tant qu’objecteur de conscience, j’ai toujours dénoncé-rejeté-évité la HAINE mais à présent, c’est exactement le sentiment que j’ai envers tous les dirigeants occidentaux : un ramassis d’ordures, crevures, raclures, roulures, enflures, parjures et autres pourritures de même nature qui nous mènent tout droit dans le mur, Bordel !

      Et il va de soi que c’est aussi valable pour les autorités de Tel-Aviv, ces grands humanistes devant l’Éternel… Dont le chéri Bibi, qui mérite juste de crever après moult séances de torture interminables. Puis la Ursula VdL, à qui je mettrais volontiers un aller-retour de grosses baffes dans la tronche ; je ne taris pas d’éloges à son égard, elles finissent toutes par "asse" ! (Paroles de non-violent indécrottable…)

      BIDEN OU TRUMP A LA WHITE HOUSE,

      C’EST LE MÊME "POTUS OPERANDI" :

      UN GROS NUMBER ONE AUSSI IDOINE

      QU’UN IGUANE AU POSTE DE DOUANE !

      Michel

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0