VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Et si les Kurdes revenaient à Assad ?

Et si les Kurdes revenaient à Assad ?

samedi 12 octobre 2019, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 12 octobre 2019).

https://parstoday.com/fr/news/middl…

12 octobre 2019

Point de vue iranien

Une délégation militaire russe est arrivée vendredi soir à l’aéroport international de Qamishli dans la province syrienne de Hassaké, vraisemblablement pour tenter de faire office de médiateur entre Kurdes et Damas.

Selon Sputnik, parallèlement à l’arrivée de la délégation russe, une délégation d’unités kurdes est également arrivée à Damas. Jusqu’ici les Kurdes de Syrie, aveuglément confiants en le soutien des USA et de la France, de la Grande-Bretagne et des autres pays de l’OTAN, ont refusé un retour dans le giron de l’Etat syrien. Mais désormais abandonné à leur sort, ils se devraient de se décider : vivre sous la férule turque ou revenir au sein de l’Etat syrien et bénéficier de sa protection. Mais les Kurdes finiront-ils par couper le lien de servitude tissé avec les Américains ?

Les Kurdes dont la collaboration avec les Etats-Unis ont permis à ces derniers de s’emparer des pans entiers de la province pétrolifère de Deir ez-Zor , exigent de former une fédération dans le pays, noyau d’un Etat indépendant. Les Kurdes ont aussi demandé à Damas de maintenir leur contrôle sur les très riches gisements gaziers et pétroliers de la zone qu’ils occupent, qui correspond à un peu moins du quart du territoire syrien. Les Kurdes veulent aussi contrôler totalement l’enclave sans la moindre présence ou activité de l’armée syrienne, sauf à la frontière avec la Turquie. Or Damas n’a pas l’intention de devenir un "agent frontalier" et veut reprendre le contrôle de l’ensemble du territoire syrien. Le gouvernement syrien veut que les Kurdes cessent de mettre leurs installations au service des USA et d’Israël.

Or Damas et ses alliés refusent de troquer une occupation américaine contre une occupation turque. Cela intervient alors que selon la même source, l’attaque d’artillerie de l’armée turque menée vendredi soir contre une boulangerie dans la ville de Qamishli, a fait sept blessés. L’armée dit aussi avoir pris le contrôle de Ras al-Aïn. Dans ce contexte, l’offre russe reste une dernière chance à saisir.

Les autorités syriens ont annoncé il y a deux jours que tous les vols militaires et passagers à destination de l’aéroport de Qamishli et vice-versa avaient été suspendus en raison d’attaques turques contre le nord-est de la Syrie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi 9 octobre le lancement d’une nouvelle opération militaire nommé « Fontaine de la Paix » dans le nord-est de la Syrie. En cas d’un accord avec l’Etat syrien, la Turquie ne saurait occuper définitivement le nord -est puisque l’Etat syrien armerait les Kurdes syriens quitte à faire enliser Ankara . Pareille incursion pourrait entraîner la Turquie dans le marasme syrien.

La Syrie a d’ailleurs condamné l’attaque turque contre le nord du pays, affirmant que l’armée syrienne était prête à relever tous les défis.

Auparavant, l’armée turque et les groupes terroristes soutenu par ce pays en lançant deux opérations, celles de bouclier de l’Euphrate et Rameau d’olivier avaient réussi à s’emparer de 4 000 kilomètres de territoire de nord syrien, y compris les villes d’Al-Bab, Azaz, Jarablus et Afrin dans le nord du pays.

1 Message

  • Et si les Kurdes revenaient à Assad ? 17 octobre 11:43, par Dominique

    Il ne reste plus qu’à espérer que les kurdes comprennent que leur premier ennemi est ceux de leurs dirigeants qui les ont fait s’allier avec la CIA et les USA tout en ayant le toupet d’appeler cela une révolution. La conséquence d’une telle politique aura été de prolonger cette guerre et les souffrances qui en résultent pour toutes et tous.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0