VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Deuil d’un enfant mineur : congé de 12 jours rejeté.

Deuil d’un enfant mineur : congé de 12 jours rejeté.

vendredi 31 janvier 2020, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 31 janvier 2020).

https://www.telerama.fr/monde/deuil…

Publié le 30/01/2020
Mis à jour le 30/01/2020 à 16h32

Olivier Milot

Qu’il faille allonger de cinq à douze jours ce congé décès, comme d’autres pays l’ont fait (Angleterre ou Suède), ne devrait pas faire débat. Simple question d’humanité dont peuvent témoigner tous ceux qui ont vécu ce drame.

Shutterstock / ju_see

Ce jeudi 30 janvier, les députés LREM ont voté avec de mauvais arguments contre une proposition de loi allongeant de cinq à douze jours le congé légal pour le deuil d’un enfant mineur. Choquant, voilà pourquoi.

Une heure. Pendant une heure ce matin du 30 janvier 2020, les députés se sont déchirés – le mot n’est pas trop fort – dans l’hémicycle autour d’une question : faut-il allonger de cinq à douze jours le congé légal accordé pour le décès d’un enfant mineur ? Le député du Nord, Guy Bricout (UDI), avait déposé une proposition de loi en ce sens, profitant d’une des rares niches parlementaires laissées aux députés. Le gouvernement s’y est opposé, estimant qu’il ne revenait pas aux entreprises de financer cet acte de solidarité à l’égard des parents endeuillés. Le groupe parlementaire LREM a suivi l’avis du gouvernement et le texte a été repoussé par 40 voix contre 38. En lieu et place de cette proposition, les députés LREM ont adopté un amendement d’une des leurs, Sereine Mauborgne, proposant d’étendre le bénéfice de la loi de 2014 qui autorise les salariés à faire don de jours de RTT à des collègues en cas de maladie d’un enfant au décès d’un enfant mineur.

Un débat qui ne devrait pas avoir lieu

On marche sur la tête. Quatre-mille cinq-cents enfants de moins de 18 ans meurent environ chaque année et les entreprises ne seraient pas capables de supporter le poids de cet allongement de quelques jours du congé pour deuil accordé à leurs parents ? Et, dans le même temps, les députés LREM qui avalisent cette position, votent un amendement qui donne la possibilité à la collectivité des salariés d’être solidaire des parents endeuillés… Les salariés mais pas les entreprises, donc ? Comment ne pas voir à quel point cette position est choquante ?

L’idéologie ne devrait pas avoir sa place dans cette histoire. Qu’il faille allonger de cinq à douze jours ce congé décès, comme d’autres pays l’ont fait (Angleterre ou Suède), ne devrait pas faire débat. Simple question d’humanité dont peuvent témoigner tous ceux qui ont vécu ce drame. Chacun d’ailleurs doit être libre ensuite d’utiliser immédiatement ou non ce congé qui lui serait accordé. Mais pourquoi donc le gouvernement, qui ne veut pas faire peser ce modeste coût économique sur les entreprises pour des raisons purement idéologiques, n’a-t-il pas proposé a minima de lui substituer un dispositif qui le ferait reposer sur la collectivité nationale ? Au moins serait-il plus audible.

Pour une solidarité de tous et par tous

Le don de RTT n’est pas pour autant une mauvaise idée. Au contraire. Le processus de deuil est un temps long, douloureux, complexe, incertain. Se voir offrir la possiblité de prendre, à distance de la mort de son enfant – deux, trois, quatre mois plus tard, peu importe – des jours recueillis dans le cadre d’un don de RTT, en plus de ses congés légaux, va dans le bon sens. Sans compter que l’entourage des personnes endeuillées se trouve souvent très démuni face à la souffrance des parents. Le don de congés offre donc une possibilité d’exprimer une forme de solidarité. Ce dispositif a cependant une limite importante : il n’est pas accessible à tous. Loin s’en faut. Le monde de l’entreprise est avant tout constitué de micro sociétés de quelques salariés, sans parler des commercants ou artisans.

Comme l’ont suggéré quelques députés, les deux dispositifs ne doivent donc pas s’exclure mais s’additionner. Quelle que soit leur position, tous les orateurs avaient à la bouche l’expression de « solidarité nationale ». Dans le cas présent, c’est avant tout de solidarité humaine dont il est question, et ce ne devrait pas être trop demander qu’elle s’exprime à tous les niveaux : Etat, entreprise, salarié. Chacun sa part ou alors, le mot de solidarité n’a pas de sens.

1 Message

  • Deuil d’un enfant mineur : congé de 12 jours rejeté. 31 janvier 22:30, par Douce France

    Suicide et tentative de suicides : données nationales et régionales

    https://www.santepubliquefrance.fr/…

    Avec environ 9 000 décès par suicide par an, la France présente un des taux de suicide les plus élevés d’Europe. Il s’agit donc d’un problème majeur de santé publique dont l’impact en termes humains et économiques est important.
    Mis à jour le 20 mai 2019

    Sans compter les décès dus aux accidents de la route qui ne sont pas tous accidentels.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0