VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Il faut en finir avec l’Etat d’Israël et le sionisme ! par Danielle (...)

Il faut en finir avec l’Etat d’Israël et le sionisme ! par Danielle Bleitrach

mercredi 23 juillet 2014, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 18 février 2011).

15 juillet 2006

Il faut en finir avec l’État d’Israël et le sionisme !

Par Danielle Bleitrach, une athée d'origine juive.

mai68.org/ag/1070.htm
cronstadt.org/ag/1070.htm
kalachnikov.org/ag/1070.htm
Lien originel : millebabords.org/article.php3?id_article=4532

    « Si nous nous révélons incapables de parvenir à une cohabitation et à des accords honnêtes avec les Arabes, alors nous n’aurons strictement rien appris pendant nos deux mille années de souffrances et mériterons tout ce qui nous arrivera. » Albert Einstein, lettre à Weismann, le 25 novembre 1929.

    Si j’appartenais à une quelconque organisation, sans doute je n’oserais pas engager ses membres dans cette position, mais étant désormais un individu libre de toutes attaches [1], j’affirme qu’il n’y aura de solution qu’à travers la suppression de l’État d’Israël, de l’entité étatique qui aujourd’hui fait la démonstration de sa nocivité pour tout le monde, pour les Palestiniens, pour tout le Moyen-orient, pour les juifs de la région et ceux du monde entier. Cet État, pure création coloniale, à travers lequel depuis les origines jusqu’à nos jours, les Européens, les Occidentaux font payer le génocide nazi à des peuples du Moyen-Orient qui n’y sont strictement pour rien, est de ce fait une monstruosité morale et politique.

    Que ceux que l’on a dupé avec le sionisme aient le droit de rester sur la terre, qui est devenue la leur, ne dépend que de leur capacité à la coexistence et, pendant un certain temps d’une surveillance internationale, mais le sionisme et l’État d’Israël n’ont pas le droit à la survie politique. Mais, il faut dire du sionisme ce qu’il est en réalité : une entreprise coloniale par laquelle les puissances occidentales ont prétendu se débarrasser des juifs qu’ils n’avaient cessé de martyriser pendant des siècles, une manière de considérer les juifs comme étrangers dans leurs pays, une sinistre duperie. Le sionisme n’est que le prolongement de la haine contre le capitaine Dreyfus, l’impossibilité de considérer un juif comme un citoyen.

    Pour tous ceux qui, comme moi, sont conscients de l’horreur de ce qui se passe en Palestine et de l’ignominie d’un État raciste, théocratique, nous pouvons et devons affirmer notre refus de cette création artificielle. Les rapports de forces internationaux sont tels que les impérialistes vont continuer à porter à bout de bras leur rejeton sanglant, mais le monde change, les résistances se développent. Il faut tabler là-dessus et non sur les fanatismes. Et, dès aujourd’hui, il faut en finir avec les ambiguïtés et dire qu’Israël en tant qu’État théocratique, basé sur le droit du sang, création coloniale, doit disparaître pour voir naître un État de tous les citoyens.

    En Afrique du Sud, un État raciste basé sur l’apartheid devait disparaître, et cela n’a pu se faire que par le fait que les premiers occupants, ceux qui étaient humiliés, non seulement ont été réinvestis dans leurs droits, mais des élections leur ont donné le pouvoir. C’est cette démarche-là à laquelle j’adhère et qui devrait donc se traduire par le retour des Palestiniens sur leur terre.

    À partir de là, grâce à un Nelson Mandala il y a eu constitution d’une autre nation, ce qui ne signifie pas qu’il n’y a plus de problème, en particulier économiques, et il faudra bien les vaincre, mais un processus a été mis en marche et il est passé par la dénonciation de l’État de l’apartheid. Si les racistes d’Afrique du Sud ne veulent pas de cette réalité, ils peuvent partir effectivement, mais le but n’est pas là bien sûr... simplement, les Israéliens doivent comprendre que, comme les racistes d’Afrique du Sud, ils n’ont plus aucune complaisance à attendre.

    De surcroît, Israël est une puissance nucléaire, la France porte une lourde responsabilité dans ce domaine, et fait donc peser sur cette région une menace beaucoup plus grave que celle hypothétique de l’Iran. Un tel État, qui agit comme il le fait en ce moment dans la bande de Gaza et contre le Liban, est une menace terrible à partir du moment où il a l’arme nucléaire.

    Donc, pour ces deux raisons politiques, il faut orienter notre action vers la fin de l’État d’Israël et du sionisme comme droit au retour mythique et mystificateur.

    Et je souhaite que cet objectif soit posé dans la clarté et que nous nous donnions comme objectif de combattre cet État comme celui de l’apartheid, ainsi que la dénonciation au Conseil de sécurité de cet État nucléaire.

    C’est d’abord en tant que communiste non encartée, en tant qu’être humain, mais aussi au nom de mes origines juives que j’affirme cela. Je suis athée et ne puis donc faire état de l’appartenance à une communauté religieuse, mais d’autres décident souvent pour moi en étant antisémites de cette appartenance, ils m’ont appris par leur stupidité ce que pouvait être le racisme et je m’opposerai toujours à eux, mais c’est au nom de ce savoir qu’ils m’ont infligée depuis l’enfance que je dénonce l’État d’Israël. Comme je revendique le droit pour tous les être humains à jouir de la paix, de l’absence de discrimination. Ce combat de toujours contre le racisme et l’antisémitisme me pousse désormais à lutter contre l’État d’Israël comme j’ai lutté en son temps contre l’Afrique du Sud, État de l’apartheid. Il n’y a eu de solution que par la restitution d’une nation à Nelson Mandela. Souhaitons que surgisse de la terre de Palestine, comme de tout le Moyen-orient de nombreux Nelson Mandela.

        Danielle Bleitrach

Note 1 : Danielle Bleitrach est une ancienne membre du Comité Central du Parti Communiste Français.

5 Messages de forum

  • Bonjour,
    Ci joint quelques liens pouvant appuyer votre position..
    N’hésitez pas à faire part de vos remarques,
    Cordialement.
    Martin Sanchez

    http://www.eglise-realiste.org/colo…
    http://www.eglise-realiste.org/vrai…

  • "Les juifs se sont émancipés dans la mesure même où les chrétiens sont devenus juifs"

    Karl Marx

    "J’ai une idée formidable, attirer des antisémites honnêtes, et les inciter à détruire les propriétés juives."

    Théodore Hertzl

    Le sionisme s’appuie sur un mensonge historique dont nous n’avons pas le droit de discuter ici, sous peine d’emprisonnement et de toutes sortes de persécutions judiciaires.

    Cependant, l’idéologie sioniste existait préalablement à cette imposture, et c’est la conjonction des idéologies nationalistes du XIX° siècle et du judaïsme qui nous vaut ce dernier avatar du colonialisme qu’est l’état d’Israël. Les sionistes, en jouant sur l’ambigüité du judaïsme et de la judéité (aucun juif, aucun goy ne répond clairement à la question : les juifs sont-ils un peuple ? Ou s’agit-il d’une race ? Ou, tout bien considéré, ne serait-ce qu’une religion ? ), ont renoué avec l’idéologie de l’ancien régime, en restaurant l’idée de l’existence d’un droit divin. Il leur a suffit de remplacer le concept de monarque de droit divin par celui d’état de droit divin. Une fois admis l’idée d’une terre don de dieu à son soit disant peuple, toute contestation de cet état de fait devient impossible, est blasphématoire.

    Cette pensée est curieusement ancrée chez les juifs athées (israéliens ou non), car elle est la seule justification à la nakba, au vol des terres. En Israël, la bible est enseignée comme un livre d’histoire (du peuple juif) !

    Israël ne doit sa survie qu’au soutien des USA. Le lien qui unit ces deux pays est quasi familial. Tous les juifs qui comptent en Israël ont un pied, sinon deux, aux USA. Tous les juifs américains qui comptent ont un pied, sinon deux, en Israël. Le génocide des amérindiens par les colons européens, la bible à la main, conforte Israel dans sa volonté d’expulsion/extermination. Le parallèle entre la naissance des USA et celle d’Israël, le vol des terres, la traque de l’indigène, le déni commun des massacres, la bonne conscience religieuse, tout rapproche ces deux peuples. Le lobby américano sioniste est tout puissant, et c’est parce qu’ils ont une porte de sortie que les extrémistes sionistes n’acceptent aucune discussion réelle avec les palestiniens. D’ailleurs, ils n’ont pas d’interlocuteur, disent-ils. Et quand ils en ont un, ils le détruisent. Ils savent qu’au cas où cela tournerait vraiment mal, leur avenir est assuré ailleurs. Les palestiniens, eux, sont condamnés à rester sur place, quitte à en mourir.

    Il existe toutes sortes de mouvements de solidarité avec les palestiniens (au demeurant les seuls possibles descendants réels des hébreux), revendiquant tous un attachement à une solution a deux états et affirmant qu’il n’existe d’autre solution pour construire une paix durable. Il nous faut dénoncer cette position comme un leurre, souvent motivé par la peur que l’état d’Israël soit condamné à disparaître si aucun état palestinien n’arrive à s’imposer à ses côtés. Ainsi, par une de ces pirouettes de l’histoire, ce serait l’état embryonnaire palestinien qui cautionnerait l’existence d’Israel !

    Il nous faut d’abord affirmer que la solution viendra des palestiniens eux-mêmes, et reconnaître que notre rôle se limite à une dénonciation sans aucun effet réel sur le conflit.

    Il faut ensuite réaffirmer que la paix ne se construit que sur la justice.

    Or la justice, quelque soit l’angle de vue, implique la disparition de l’état israélien des pages du temps :

    • que ce soit sous l’angle de la soi-disant légalité internationale et du vote initial de l’ONU, avec ses tractations financières, ses influences occultées, ses chantages et sa corruption généralisée ;
    • que ce soit sous l’angle de la courte histoire de cet état, avec ses violations du droit international, son recours systématique à la violence, au terrorisme d’état, ses crimes contre la paix, crimes de guerre, crimes contre l’humanité (répétés et revendiqués) ;
    • que ce soit sous l’angle démocratique, avec son système d’apartheid, sa justice expéditive, la ségrégation des palestiniens sous-citoyens israéliens ;
    • que ce soit sous un angle simplement moral, avec son affirmation d’un état raciste, d’un état juif pour les juifs ;
    • que ce soit sous l’angle de la justice internationale, avec le refus du retour des réfugiés, la colonisation ininterrompue de la Cisjordanie ;
    • que ce soit sous un angle religieux, où en dernière analyse, le sionisme est une hérésie du judaïsme ;

    Tout, je dis bien tout, nous invite à une solution à un état dans une Palestine réunie, où juifs, musulmans et chrétiens vivent en commun accord. Ceux qui, par peur, goût du pouvoir, idéologie, refuse cette réalité entrainent ce pays vers l’horreur de la guerre et le déclin. Ils peuvent partir, personne ne les retient.

    Le réalisme, la realpolitik, impose cette solution.

    Une solution à deux états, outre le fait qu’elle serait injuste, parce qu’elle spolierait définitivement les palestiniens, est impossible à concrétiser sans déplacement de population dans les deux sens. 350 000 colons israéliens sont disséminés dans toute la Cisjordanie, et 1,4 million de palestiniens vivent sur le territoire israélien.

    La solution à deux états ethniquement homogènes implique une épuration ethnique.

    La solution d’un état pour tous, n’est pas nouvelle.

    Elle faisait partie intégrante de la chartre de l’OLP.

    A ce stade, il est peut-être utile de rappeler qu’antisionisme et antisémitisme sont deux notions incompatibles.

    L’antisionisme n’est pas une critique de la politique d’Israël, mais la contestation de l’existence de cet état, la critique de son histoire officielle, de sa genèse et de ses justifications religieuses, raciales et victimaires.

    L’antisémite cohérent est favorable au sionisme, car son désir le plus cher est d’expulser les juifs hors de son pays. S’ils s’expatrient d’eux-mêmes en rejoignant Israël (alyah), l’antisémite ne peut que s’en féliciter.

    Le sioniste promeut l’antisémitisme, car en créant un sentiment d’insécurité chez les juifs, il accélère leur migration vers l’état d’Israël.

    C’est d’ailleurs la complémentarité entre ces deux idéologies (antisémitisme et sionisme) qui a permit la convergence entre la politique nazie et les sionistes allemands durant les années trente et ce jusqu’au début de la guerre de 40.

    L’antisioniste cohérent est indifférent à la présence juive dans son pays, même s’il déplore et combat l’existence d’un lobby juif prosioniste (de même que le lobby gay, le lobby militaro-industriel ou le lobby agro-alimentaire, etc).

    http://democratisme.over-blog.com/a…

  • Netanyahu pharaon après ce génocide a Gaza aux présidents des pays de l’Otan de mettre fin a israél aujourd’hui pour éviter leurs fin la fin de leurs familles et de leurs peuples par ces punitions d’ALLAH crash d’avion les accidents de la route de train métro naufrage déluge de Noé déluge de grêlon les foudres les météorites les forts séismes volcan tsunami canicule feu de forêt virus H1N1 les pays qui ont des relations avec israél ne seront pas épargner les pays musulmans aussi INCHAALLAH

  • Livre interdit en France mais facilement trouvable gratuitement sur le net
    La_Honte_sioniste_Aux_sources_du_sionisme_et_de_ses_ravages_dans_le_mo­nde_-_1972.pdf

    J. Graf conclut en soulignant que la controverse sur l’extermination des juifs n’était pas qu’un simple problème historique. Ses implications politiques pour le temps présent sont graves : sans le mythe de l’Holocauste, l’État raciste et colonialiste d’Israël n’existerait pas, et le monde serait plus agréable à vivre. Cet État est armé et soutenu par une superpuissance impérialiste, les États-Unis, où les médias, sous contrôle juif, ressassent, à longueur de journée, l’histoire de l’Holocauste en guise d’excuse à la politique criminelle d’Israël.
    http://sansconcessiontv.org/phdnm/l…

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0