VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Pourquoi Sarkozy avait dissous les RG au sein de la DST, fondant ainsi la (...)

Pourquoi Sarkozy avait dissous les RG au sein de la DST, fondant ainsi la DCRI ?

mardi 17 avril 2018, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 11 mai 2015).

La DCRI a été présentée à l’époque comme étant la fusion des RG et de la DST. En réalité, Sarko a dissout les RG au sein de la DST parce que les RG avaient refusé de lui donner raison au sujet des émeutes de banlieues en 2005.

En 2016, sous Hollande, on nous ressert les mêmes mensonges sarkozistes au sujet des émeutiers de la banlieue. Mais que disaient donc les RG sur l’origine de ce genre d’émeute, comme par exemple l’agression de quatre policiers près du quartier de la Grande Borne à Viry-Châtillon en Essonne le samedi 8 octobre 2016 ?

Et, en avril 2017, à propos des émeutes de Toulouse, au Mirail, sous Macron, c’est le même topo, on nous ressert la théorie du dealer propageant les émeutes alors qu’au contraire il a besoin d’un quartier tranquille pour que son commerce soit florissant.

C’est ce que dénonçaient les RG en 2005 : les émeutes sont dues à la pauvreté !

31 mai 2006

ÉMEUTES DE MONTFERMEIL

Un hélicoptère de police contre les pauvres !

On se croirait dans une dictature fasciste latino-américaine des années 70 !

http://mai68.org/ag/1009.htm
http://cronstadt.org/ag/1009.htm
http://kalachnikov.org/ag/1009.htm
http://www.chez.com/vlr/ag/1009.htm

Un hélicoptère de la police surveille un quartier de Montfermeil,
où des heurts ont opposé jeunes et forces de l’ordre, le 30 mai 2006

Pour pouvoir continuer à mentir impunément à propos des révoltes qui se déclenchent régulièrement dans les banlieues, ces lieux où l’apartheid à la française a banni les pauvres, Nicolas Sarkozy a été obligé de remplacer le chef des Renseignements Généraux.

En effet, depuis les émeutes de novembre 2005, Sarkozy essaie de nous faire croire simultanément à deux mensonges, sans même se préoccuper du fait qu’ils se contredisent l’un l’autre. Enfin, ils se contredisent l’un l’autre… c’est du moins ce qu’on est obligé de penser… sauf si… sauf si l’on est ultra-raciste !

Mensonge 1 : les émeutes sont des émeutes raciales, c’est-à-dire que seuls y participent des "Arabes" et des Noirs.

Mensonge 2 : les émeutes sont faites par "les voyous de banlieue, c’est-à-dire les voleurs et trafiquants en tout genre, drogue etc."

Contradiction : à moins de croire que "les voyous de banlieue" sont tous des "Arabes" et des Noirs, croyance extrèmement raciste, ces deux mensonges sont contradictoires. En effet, si l’on n’est pas raciste, on sait bien que parmi les "voyous", il y a aussi bien des Blancs que des "Arabes" et des Noirs ; par conséquent, si l’on croit au mensonge 2, on ne peut plus croire au mensonge 1 !

À l’époque des émeutes de novembre 2005, j’avais bien entendu dénoncé ces mensonges : il y avait autant de Blancs que de personnes de couleur parmi les émeutiers. Les émeutes étaient une expression de la révolte des pauvres et n’étaient ni raciales ni racistes. Elles étaient spontanées, n’étaient organisées ni par des islamistes ni par les "voyous de banlieue". Elles étaient dues à la pauvreté.

L’État possède le meilleur institut de sondage qui soit, et qui ne fait pas ses sondages sur un échantillon de quelques centaines de personnes, mais sur des centaines de milliers de personnes. Il s’agit des Renseignements Généraux, sa police politique, parfaitement à même de savoir exactement ce qu’il se passe dans les banlieues.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir que les Renseignements Généraux, en la personne de leur chef de l’époque, Pascal Mailhos, signèrent un rapport sur les émeutes de novembre 2005 me donnant raison sur toute la ligne. Ce n’est bien sûr pas le résultat de l’analyse des RG sur le terrain qui m’a étonné, mais le fait que Pascal Mailhos ose rendre public un tel résultat qui contredisait en tout point le ministre de l’intérieur. Faut-il croire que Pascal Mailhos voulait faire des Renseignements Généraux un service public digne de ce nom, qui ne se contenterait pas de faire du bon travail, de bonnes analyses, mais qui, aussi, dirait la vérité au public sur ce qui se passe réellement dans le pays, quitte à subir les foudres de cette petite terreur nommée Sarkozy ?

Et les foudres du Dieu Sarkozy ne tardèrent pas, le mercredi 26 avril 2006 il virait Pascal Mailhos de la tête des Renseignements Généraux pour le remplacer par un homme à sa botte.

Désormais, Nicolas Sarkozy croit pouvoir mentir autant qu’il le veut sur les banlieues, les RG en tout cas ne le contrediront plus. Aussi, ne se prive-t-il pas de nous ressortir aujourd’hui, à propos des émeutes actuelles de Montfermeil, les mêmes mensonges qu’en novembre 2005. Vous pouvez le vérifier en cliquant ici pour lire une dépêche AFP :

Extrait 1 : « "Plus de 100 voyous vous ont pris à partie, cagoulés et armés", a lancé le ministre [Sarkozy] aux policiers, rassemblés au commissariat de Gagny. "Face à une telle détermination, on ne peut nier l’évidence : il y avait préméditation", a-t-il assuré. »

Extrait 2 : « Si, selon les élus de gauche de Montfermeil, c’est l’interpellation "très musclée" d’une mère de famille, lors d’une perquisition policière à la cité des Bosquets, qui serait à l’origine de ces affrontements, M. Sarkozy y a vu une autre cause : "en luttant contre la délinquance, on a dérangé des voyous". »

Extrait 3 : « "Ce serait facile d’avoir la paix, d’obtenir le calme dans les cités : il suffit de laisser les voyous vivre de leurs trafics", a ajouté le ministre ».

Pourtant, il a été expliqué de nombreuses fois qu’au contraire de ce que dit Sarkozy, les "voyous" font tout pour empêcher les émeutes, car elles attirent la police et qu’ils ne peuvent plus, alors, s’adonner à "leurs trafics". Les RG eux-mêmes, après enquête, sont de cet avis et Pascal Mailhos ne s’était pas gênés pour le dire. Une étude a même été faite à propos de novembre 2005 montrant que c’est justement dans les quartiers où il y a le plus de "voyous" qu’il y a le moins d’émeutes : les "voyous" ont intérêt au calme pour pas attirer la police !

Le mensonge de Sarkozy voulant faire passer les émeutiers de banlieues pour des "voyous" me rappelle la Bolivie de 1967 où, sous les conseils de Klaus Barbie, pour vaincre la guérilla du Che, le pouvoir faisait croire à la population que Guevara était un voleur et un assassin.

Pensant qu’on avale tous ses mensonges, Sarkozy se croit tout permis. Même d’envoyer un hélicoptère pour combattre les pauvres qui se sont révoltés. Mais, ceux-ci ne se sont pas tellement laissé impressioner. En effet, en cliquant ici, l’on peut lire :

« un engin incendiaire a été jeté à l’intérieur d’un véhicule de police, qui a pris feu. Les fonctionnaires de police qui se trouvaient à l’intérieur ont juste eu le temps de sortir avant que la voiture ne s’embrase, tandis qu’un hélicoptère des forces de l’ordre survolait toujours le secteur. »

N’empêche, l’envoi d’un hélicoptère pour venir à bout d’une révolte des pauvres qui n’ont pas supporté une nouvelle saloperie de la police, fallait le faire ! On se croirait dans une dictature fasciste latino-américaine des années 70 !

Et les gens ont de plus en plus de raisons de se révolter. Car Sarkozy veut une justice à l’américaine où l’on peut condamner un gosse aux mêmes peines qu’un adulte :

« Sarkozy a une nouvelle fois réclamé la révision de l’ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs "qui n’est plus adaptée à la délinquance aujourd’hui". » peut-on lire en cliquant ici. Heureusement que grâce à la séparation des pouvoirs, ce n’est pas à l’exécutif de faire la loi, néanmoins :

On se demande bien quand est-ce que Sarkozy va oser demander l’abolition de la séparation des pouvoirs afin de les obtenir tous !

Merci pour votre attention,
Meilleures salutations,
do
http://mai68.org

Post-scriptum : Une personne qui n’est pas tout à fait révolutionnaire me dit que la seule façon de supprimer les révoltes dues à la pauvreté, c’est de supprimer la pauvreté. Qu’au lieu de mettre de l’argent dans les banlieues, l’État ferait bien mieux de mettre de l’argent dans les poches des banlieusards :

http://mai68.org/ag/880.htm

1 Message

  • (

    Viry-Châtillon (Essonne), samedi 8 octobre 2016 vers 15 heures, deux voitures de police, qui étaient "en faction" en face de la cité sensible de la Grande-Borne, ont été assaillies par une quinzaine de gosses encagoulés. Le maire de la commune, Jean-Marie Vilain (UDI), a prétendu qu’il s’agissait d’« une tentative d’assassinat ».

    En fait, le slogan des jeunes était évidemment dans le style : « Pas de flics dans nos quartiers, pas de quartier pour les flics ! » Les flics sont en effet là pour empêcher la révolution qui supprimera l’exploitation de l’homme par l’homme. Ils sont là pour maintenir l’oppression de la bourgeoisie sur le prolétariat. C’est pourquoi "Tout le monde déteste la police !"

    LES GOSSES AVAIENT TOUT SIMPLEMENT L’IMPRESSION QUE LES FLICS ÉTAIENT VENUS LÀ POUR LES NARGUER, ET ONT PAR CONSÉQUENT VOULU LES VIRER !

    Vidéo pour comprendre pourquoi les gosses ont eu envie de chasser la police de leur quartier :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article11433

    (Description des méthodes de la police obtenue en la filmant en pleine action)


    En Essonne, quatre policiers attaqués avec des cocktails Molotov

    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN1280PV

    Dimanche 9 octobre 2016 11h57

    PARIS (Reuters) - François Hollande a dénoncé samedi un "acte inqualifiable et intolérable" après l’agression de quatre policiers près du quartier de la Grande Borne à Viry-Châtillon (Essonne) par une quinzaine de personnes qui ont jeté des cocktails Molotov sur leurs véhicules.

    "Tout sera fait pour retrouver les auteurs de cette attaque et les traduire devant la justice pour qu’ils soient condamnés à une peine à la mesure de la gravité de leur acte", a déclaré le chef de l’Etat dans un communiqué.

    Deux policiers effectuaient une mission de surveillance samedi après-midi lorsqu’ils ont été victimes "du jet d’engins incendiaires sur leur véhicule par des individus qui ont immédiatement pris la fuite", selon le ministère de l’Intérieur.

    Deux autres policiers, appelés en renfort pour leur porter secours, ont été légèrement blessés, après avoir été la cible eux aussi de jets de cocktails Molotov.

    Selon une source policière, la première patrouille a été prise à partie par une quinzaine de jeunes alors qu’elle assurait la protection d’un système de vidéo-surveillance.

    Mis en place pour lutter contre les vols à la portière, ce dispositif avait déjà été endommagé à deux reprises ces dernières semaines. Le maire de la ville Jean-Marie Vilain avait estimé qu’il "dérangeait" sans doute des trafics de drogues.

    Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve exprime sa "profonde indignation" et condamne "avec la plus grande fermeté" cette attaque qui "porte atteinte à l’intégrité physique de policiers dans l’exercice de leurs fonctions de protection de la population."

    (Marine Pennetier avec service France)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0