VIVE LA RÉVOLUTION
Accueil du site > Comment publier un article > Quand l’apartheid prend pour excuse l’écologie (vidéo)

Quand l’apartheid prend pour excuse l’écologie (vidéo)

mardi 25 janvier 2022, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 25 janvier 2022).

Pas question que les voitures des banlieusards
Viennent polluer le centre-ville de Clermont-Ferrand
Beaucoup de places de parking vont être supprimées
De même qu’ils veulent renvoyer les immigrés "chez eux"
Ils ne veulent pas que les banlieusards sortent de la banlieue

Enregistré sur France 3 Auvergne le 25 janvier 2022 à 19h

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

Clermont-FD - Le maire "socialiste" veut réserver la ville à la petite-bourgeoisie (vidéo)

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7782

Les banlieusards n’auront plus droit à la ville :
« Je pense que je ne viendrais plus en ville ! »

Enregistré sur France 3 Auvergne le 14 janvier 2021 à 12 heures

Clic droit ici pour télécharger la vidéo

La petite-bourgeoisie du centre-ville sera à 500 mètres du cinéma.
Le prolétariat des banlieues sera à une heure de bus de la ville.
Et en plus, il paiera des impôts, pour financer son éviction du centre-ville.

À Clermont-Ferrand, le maire "socialiste" Olivier Bianchi emmerde les pauvres de la Banlieue

http://mai68.org/spip2/spip.php?article4764

Le projet écolo de Bianchi est contredit
Par son projet de stade de foot pharaonique
Et par sa centrale de chauffage au bois

Enregistré sur France 2 Auvergne le 25 novembre 2019 vers 19 heures

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo avec Firefox
Essayez avec Google Chrome

À Clermont-Fd, ville d’apartheid, Olivier Bianchi, maire de la ville est dans le camp des privilégiés du centre-ville contre les pauvres de la banlieue.

En ce moment, les médias du pouvoir parlent énormément d’écologie ; du coup, le maire "socialiste" se veut plus écolo que les écolos.

Mais, comme le sport est lui aussi à la mode, le maire veut contenter les "sportifs" de la Kronemboug en construisant un stade de foot pharaonique qui vient totalement contredire sa prétendue écolo-compatibilité.

Ce stade devra contenir 16 000 spectateurs dans un premier temps, et finir avec 30 000. Donc il faudra aussi les infrastructures routières pour amener tout ce monde. Il faudra que tout ce monde gare sa voiture quelque part. Ne croyez pas que les gens viendront en tramway car le tramway sera totalement incapable d’absorber autant de gens.

Actuellement, le stade accueille couramment 3000 spectateurs et c’est la merde pour les banlieusards qui habitent pas loin du stade. Non seulement il y a déjà des voitures partout, mais le stade est extrêmement bruyant avec tous ses hypnotisés qui gueulent comme des abrutis. On n’a pas de mal à imaginer comment ce sera avec 16 000 puis 30 000 spectateurs. Intenable !

Donc bravo pour l’écologie, il y aura du béton et du goudron partout. L’eau de pluie ne pourra plus s’infiltrer dans la terre ce qui provoquera des inondations.

Avant la construction du stade, il y avait un gigantesque champ de coquelicots. C’était très beau, cela rappelait certains tableau de peintures du XIXéme. Maintenant, à la place, on a ce stade qui n’est rien d’autre une gigantesque verrue architecturale aux couleurs criardes et qui bouche la vue.

Avant la construction du stade, il y avait aussi énormément de jardins squattés où se développait une vie fort sympathique avec des gens qui faisaient griller des merguez ensemble. Mais, comme depuis le stade on allait avoir vue sur cette vie interdite et que c’était un mauvais exemple, cette vie a été détruite purement et simplement. Les gens étaient tous là, à regarder, malheureux, leurs cabanes de jardin bricolées brûler quand la municipalité est venu les incendier pour mettre fin à la vraie vie. La vie interdite.

Quand on arrivait la nuit, par la route qui aujourd’hui est entre ce stade de malheur et ce qui n’est plus qu’un terrain vague, ce terrain où étaient les jardins squattés et la vraie vie, on voyait très souvent des familles de lapins sauvages ou redevenus sauvages qui traversaient la route. Maintenant, il n’y a plus que la mort.

C’est cette mort que va aggraver l’agrandissement du stade de foot.

Et ne croyez surtout pas que c’est un honneur d’avoir un stade de foot chez soi. Si c’était un honneur ; alors, il serait chez les riches : à Royat ou à Chamalières. Mais les riches préfèrent leur tranquillité. Donc la municipalité a mis le stade chez les pauvres de banlieue. Là où l’"on" met met aussi la station d’épuration des eaux qui pue et l’incinérateur qui pollue avec ses dioxines.

Je vous le dis la municipalité "socialiste" fait tout ce qu’elle peut pour emmerder les pauvres de la banlieue.

Cliquer ici pour l’article COMPLET, la vidéo et les commentaires

6 Messages de forum

  • MERCI DO

    LES ÉCOLOS TE FONT CHIER TOI AUSSI

    RÉSISTANTS – ne nous décourageons pas…l’Europe résiste farouchement – les 7 du quebec

    https://les7duquebec.net/archives/269843

    Robert

    Répondre à ce message

  • Exactement !

    L’écologie politique, originaire de la RFA, qui a réprimé le pacifisme et les communistes qui le portaient contre l’OTAN, laissant tranquille les ex-nazis ( par contre, les associations d’anciens résistants à l’ouest, connaissent bien des vicissitudes), n’a jamais été inquiétée au pays de l’électricité au charbon et des berlines « sportives » (la grosse BMW M6, 500 CV, émet 550 g de CO2 par km , et la conso moyenne sur papier était de 14,8 L/100km, est crit’air 1 ; la récente M8 de 625 CV, conso moyenne ( pas sportive) sur papier de 10,5 L/100km , idem ( juste 234 g de CO2 / km) : mais ces bolides pèsent près de 2 tonnes, usent les routes 2^5 = 32 fois plus qu’une voiture d’1 tonne, et leurs plaquettes de freins s’usent et produisent des particules fines en proportion de l’énergie cinétique à absorber…

    Mais c’est le Diesel du prolétaire, émettant 110 à 124 g de CO2, et consomment entre 4 et 6 L/100 km qui est interdit de rouler en ville.

    Quant à prétendre que le Diesel serait plus nocif et cancérigène que l’essence, c’est faux : les étudiants en thermodynamique qui ont étudié les moteurs ( comme mon fils à KTH, en Suède écolo !) l’apprennent, comme ils apprennent que le moteur électrique à la Tesla ( et ses 700 kg de batteries qui détruisent ici et ailleurs l’environnement) est de la fumisterie et que par contre, les autres carburants carbonés, bien moins polluants, mais bien moins lucratifs pour les multinationales occidentales, car abondants partout, ne sont pas promus pour les véhicules particuliers.

    A noter, Moscou avait de très performants trolleybus, alimentés en électricité publique produites par l’hydroélectricité ou le nucléaire ( corrélés) ; les maires capitalistes ( tels Sobyanin ) ont décidé d’équiper Moscou en électricité à batteries ! des bus Tesla, en gros. Les Moscovites risquent fort de chausser les skis s’il fait froid – ou prendre la troïka – et de toute façon vont voir les prix des transports s’envoler ! comme les profits des amis de Sobyanin : eh bien ici, de qui les écolos sont-ils les amis ? de la même classe capitaliste, déguisée, comme le bonhomme d’une pub de crédit, en vert tendre.

    MT

    Répondre à ce message

  • Merci,
    C’est édifiant.
    Bonne nuit.
    Bien fraternellement.
    François.

    François

    Répondre à ce message

  • Sur la voiture en ville, il faut aussi voir l’autre côté de la balance. Si aujourd’hui, le verdissement des villes est utilisé comme arme pour débarrasser les villes des prolétaires et achever leur gentrification, quand il s’est agit de construire le réseau routier, cette construction a aussi souvent servi à débarrasser les villes de leurs prolétaires. Par exemple à New-York quand ils ont construit les autoroutes, c’est pas Wall-Street qui a presque été rayé de la carte et ce qu’il en est resté devenu insalubre, mais le Bronx.

    Certaines villes d’Allemagne où la gentrification est très avancée nous montre ce qu’il en est : au nom de la qualité de la vie, l’automobile y est bannie. Même que je suis un prolo, en tant qu’indécrottable citadin, je suis né en ville c’est comme ça et à la campagne, je m’emmerde, je trouve que ce n’est que justice. La majorité des habitants des villes, quelque soit leur classe sociale, n’ont pas de voiture. Depuis des années, des décennies même, nous devons subir un tout voiture alors que la majorité des automobilistes qui nous l’imposent n’habitent même pas en ville. Cette époque est en train de se terminer et même si c’est au nom du business as usual cher aux Verts qui ont suivi les traces de Con Bandit et que donc, in fine, cela ne fera qu’empirer le problème écologique, en tant qu’habitant d’une ville, j’aimerais bien voir de telles réalisations dans ma ville.

    Si cela ne tenait qu’à moi, il y a longtemps que pour commencer, j’aurais fait transformer une rue sur deux de ma ville, tous quartiers confondus, en espace vert, de détente, de jeu et de partage. Surtout qu’en plus, nous les piétons ne sommes, en très grande majorité, pas assez idiots pour aller faire les guignols sur l’autoroute. Au contraire, ce sont les automobilistes qui, non content de venir en ville monopoliser l’espace public et le rendre invivable, en profitent pour nous esclaffer. Y’en à marre de ces suprématistes motorisés ! À bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0